L'administration Biden envoie cette semaine des millions de vaccins Covid-19 dans des pays d'Amérique latine dans le cadre de l'engagement du président Joe Biden à jouer un rôle de premier plan pour mettre fin à la pandémie à travers le monde.

© Alex Edelman//

La Maison Blanche est vue le 3 juillet 2021 à Washington, DC. - Washington, DC se prépare à accueillir le feu d'artifice annuel du jour de l'indépendance sur le National Mall le 4 juillet alors que le pays se remet de la pandémie de COVID-19

Un million de doses du vaccin Covid-19 de Johnson & Johnson seront expédiées en Bolivie jeudi, un million de doses de Pfizer se dirigeront vers le Paraguay vendredi et 1,5 million de doses de Moderna seront expédiées au Guatemala mercredi, selon la Maison Blanche.

Cette décision fait partie des efforts du président pour réaffirmer le leadership américain sur la scène mondiale et faire de l'Amérique un " arsenal de vaccins " dans la lutte contre Covid-19. L'envoi des vaccins en Amérique latine servira également à contrer les efforts de la Russie et de la Chine pour utiliser leurs propres vaccins financés par l'État afin d'étendre leur influence dans la région et à travers le monde.

Le directeur de la réponse Covid-19 de la Maison Blanche, Jeff Zients, a déclaré la semaine dernière que l'administration Biden partagerait cet été des dizaines de millions de vaccins américains Covid-19 avec des pays du monde entier, en plus des 80 millions qu'elle a déjà alloués.

La Maison Blanche a déclaré qu'elle surveillait et était préoccupée par les efforts de la Russie et de la Chine pour utiliser des vaccins pour réaliser des gains géopolitiques. De nombreux pays – y compris en Amérique latine, qui a traditionnellement été une zone d'influence américaine – ont acheté un grand nombre de vaccins russes et chinois pour combler les lacunes dans leurs propres déploiements de vaccins.

La Maison Blanche a déclaré qu'au moins 75 % des 80 millions de vaccins seraient partagés avec le programme mondial de vaccination appelé Covid-19 Vaccines Global Access, ou COVAX, et 25 % seraient partagés directement avec les pays dans le besoin.

La Maison Blanche a déclaré que les équipes scientifiques et les autorités légales et réglementaires de tous les pays impliqués ont travaillé ensemble pour assurer la livraison rapide des vaccins.

En plus de ces 80 millions de vaccins, Biden s'est engagé à faire don de 500 millions de doses de vaccin Pfizer Covid-19 dans le monde. Le président a souligné qu'il n'y avait aucune condition à accepter les vaccins achetés aux États-Unis.

"Nos dons de vaccins n'incluent pas la pression pour des faveurs ou des concessions potentielles. Nous faisons cela pour sauver des vies, pour mettre fin à cette pandémie. C'est tout. Point", a déclaré Biden plus tôt cette année lorsqu'il a annoncé les dons de Pfizer.

Le président a également déclaré que 2 milliards de dollars de contributions américaines iraient à une initiative mondiale de vaccin contre les coronavirus et apporteraient un soutien à COVAX. Il a également promis un financement supplémentaire de 2 milliards de dollars en fonction des contributions d'autres pays et de l'atteinte des objectifs de livraison de dose.

Biden a déclaré mardi que les États-Unis devraient atteindre la barre des 160 millions d'Américains entièrement vaccinés d'ici la fin de la semaine et que son administration s'engagerait dans une campagne de sensibilisation ciblée pour faire vacciner davantage de personnes.

L'annonce est intervenue après que le pays soit tombé juste en deçà de ses objectifs initiaux du 4 juillet d'avoir 160 millions de personnes complètement vaccinées et 70% des adultes américains avec au moins un vaccin Covid-19. Mercredi après-midi, 157,6 millions d'Américains sont entièrement vaccinés et 67,1% des adultes américains ont reçu au moins une injection, selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Zients a reconnu qu'il faudrait quelques semaines de plus pour atteindre ces objectifs et a déclaré que l'administration avait plus de travail à faire pour faire vacciner les jeunes Américains – en particulier ceux âgés de 18 à 26 ans –.

"C'est aux individus de décider s'ils veulent se faire vacciner ou non", a déclaré mercredi l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki. "Mais ce que nous avons vu comme une barrière, depuis des mois, c'est l'accès et l'information. Nous allons donc continuer à déployer les tactiques que nous avons vues au cours des derniers mois."

Continuer la lecture