Une nouvelle étude menée par des chercheurs de la Northwestern University et de la Banque mondiale a révélé que des millions de cas de Covid-19 et des dizaines de milliers de décès auraient pu être évités en réduisant la population carcérale.

Les États-Unis ont depuis longtemps le taux d'incarcération le plus élevé au monde. Il a également signalé plus de cas et de décès de Covid-19 que tout autre pays, rapporte NPR, même s'il compte moins de 5% de la population mondiale. Une recherche publiée la semaine dernière dans la revue JAMA Network Open, montre que les deux sont directement connectés.

Une nouvelle étude révèle que des prisons surpeuplées ont semé des millions de cas de Covid-19

Les prisons et les prisons aux États-Unis ont agi comme des " incubateurs de maladies infectieuses " pendant la pandémie de coronavirus, selon un résumé de l'étude de Northwestern. En raison de conditions de surpeuplement dans lesquelles la distanciation sociale est impossible, des soins de santé inadéquats et le manque d'accès à des fournitures comme du savon et des masques, plus de 661 000 personnes et membres du personnel incarcérés ont été infectés par le coronavirus au 16 avril 2021, et au moins 2 990 sont décédés, selon le New York Times.

Aux États-Unis, les prisons abritent actuellement environ 650 000 personnes par jour en moyenne, et la plupart d'entre elles ne passent que de courtes périodes en prison avant d'être libérées. Le taux de rotation hebdomadaire des populations carcérales est de 55 %. En analysant les données de 1 605 comtés, les chercheurs ont découvert que les mouvements de personnes entrant et sortant des prisons avaient alimenté la propagation de Covid-19 dans les communautés environnantes.

" Le taux élevé auquel les gens passent d'une communauté à l'autre et les séjours de courte durée inutiles dans les prisons créent des pompes épidémiologiques qui entraînent de plus en plus d'infections dans les prisons et les communautés ", auteur de l'étude, le Dr Eric Reinhart de la Northwestern University Feinberg School of Medicine expliqué.

Ce taux de désabonnement des prisons produit efficacement des machines épidémiques qui sèment des épidémies à la fois dans et au-delà des prisons, compromettant la sécurité publique pour l'ensemble du pays.

Dr Eric Reinhart, Faculté de médecine Feinberg de l'Université Northwestern

Des experts en santé publique, des défenseurs, des membres de la famille et des procureurs ont appelé les autorités pénitentiaires à cesser d'emprisonner des personnes pour des infractions mineures et à libérer les personnes médicalement vulnérables et celles qui ne représentent aucune menace pour la sécurité publique.

Si les prisons avaient tenu compte de ces appels et réduit la population carcérale d'environ 80 %, ce niveau de décarcération aurait été associé à une réduction de 2 % des taux de croissance quotidiens des cas de Covid-19, ce qui se traduit par la prévention de millions de cas.

Dans une étude connexe, les chercheurs ont découvert que l'impact disproportionné de Covid-19 sur les communautés noires et hispaniques est lié aux disparités raciales dans le maintien de l'ordre et l'incarcération.

Ils ont découvert que les personnes traversant la prison du comté de Cook en mars 2020 pourraient être liées à 13% de tous les cas de Covid-19 à Chicago, et parce que 90% de la population carcérale est noire ou hispanique, cet impact était beaucoup plus élevé chez les Noirs et les Hispaniques. communautés.

Les quartiers noirs et latinos subissent les taux les plus élevés de maintien de l'ordre et d'incarcération, donc lorsque les prisons amplifient la maladie dans les communautés, cela affecte particulièrement ces groupes, a déclaré le Dr Reinhart.

L'étude est la première à montrer que la décarcération est associée à des avantages pour la santé publique à l'échelle de la communauté. Le Dr Reinhart espère que la recherche donnera du poids à l'argument en faveur de la réduction du nombre de personnes en prison pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

" Si nous pouvons immédiatement arrêter d’emprisonner des personnes pour des infractions mineures présumées et commencer à mettre en place un programme national de décarcération pour mettre fin à l’incarcération de masse ", a-t-il déclaré, " ces changements nous protégeront désormais du COVID-19 et bénéficieront également à long terme à la santé publique américaine et préparation à une pandémie. "