Voici ce que vous devez savoir:

Christy Zahrt reçoit le vaccin Pfizer mardi à la California State University, Northridge, à Los Angeles.Crédit ... Allison Zaucha pour le New York TimesLe vaccin contre le coronavirus Pfizer-BioNTech est extrêmement efficace pour protéger contre les maladies graves causées par deux variantes dangereuses, selon deux études publiées mercredi.
Les études, qui sont basées sur l'utilisation réelle du vaccin au Qatar et en Israël, suggèrent que le vaccin peut prévenir les pires issues - y compris la pneumonie sévère et la mort - causées par B.

1.1.7, la variante identifiée pour la première fois dans le UK et B.

Covid-19 : des études indiquent que le vaccin Pfizer-BioNTech protège contre les effets les plus graves de certaines variantes de virus

1.351, la variante identifiée pour la première fois en Afrique du Sud.
«C'est vraiment une bonne nouvelle», a déclaré le Dr Annelies Wilder-Smith, chercheuse en maladies infectieuses à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

«À ce stade, nous pouvons affirmer avec confiance que nous pouvons utiliser ce vaccin, même en présence de variantes en circulation préoccupantes.»
Des recherches antérieures ont suggéré que B.1.

1.7 est plus infectieux et plus mortel que les autres variantes, mais que les vaccins fonctionnent toujours bien contre lui. En revanche, les vaccins semblaient moins efficaces contre B.

1.351, selon des études antérieures.
L’une des nouvelles études, parue dans le New England Journal of Medicine, est basée sur des informations sur plus de 200 000 personnes qui ont été extraites des bases de données nationales Covid-19 du Qatar entre le 1er février et le 31 mars.

Dans de multiples analyses, les chercheurs ont constaté que le vaccin était efficace de 87 à 89,5% pour prévenir l'infection par B.1.1.

7 chez les personnes qui étaient au moins deux semaines après leur deuxième injection. Il était de 72,1 à 75 pour cent efficace pour prévenir l'infection par B.1.

351 parmi ceux qui avaient atteint le point de deux semaines.
Le vaccin était très efficace pour se protéger des pires résultats. Dans l'ensemble, il était efficace à 97,4% pour prévenir les maladies graves, critiques ou mortelles de toute forme de coronavirus, et 100% efficace pour prévenir les maladies graves, critiques ou mortelles causées par B.

1.1.7 ou B.

1.351.
La deuxième nouvelle étude, qui a été publiée dans The Lancet, a été menée par des chercheurs de Pfizer et du ministère israélien de la Santé.

Il est basé sur plus de 230000 cas d'infection à coronavirus survenus en Israël entre le 24 janvier et le 3 avril. Au cours de cette période, B.1.

1.7 représentait près de 95% de tous les cas de coronavirus dans le pays, qui a vacciné plus de la moitié de sa population.
Les chercheurs ont découvert que le vaccin était efficace à plus de 95% pour protéger contre l'infection à coronavirus, l'hospitalisation et la mort chez les personnes entièrement vaccinées de 16 ans et plus.

Cela a également bien fonctionné chez les personnes âgées. Parmi les 85 ans ou plus, le vaccin était efficace à plus de 94% pour prévenir l'infection, l'hospitalisation et la mort.

États Unis >
États UnisLe 5 mai
Changement de 14 jours

Nouveaux cas
45 085
–26%

Nouveaux décès
794
–3%

Monde >
MondeLe 5 mai
Changement de 14 jours

Nouveaux cas
374 949
-7%

Nouveaux décès
7 616
+ 1%

Vaccinations aux États-Unis ›

Les fans des Yankees de New York lors d'un match en avril.

Crédit ... Amr Alfiky / The New York TimesLe gouverneur Andrew M. Cuomo de New York a annoncé mercredi que les fans de baseball qui ont été entièrement vaccinés contre le coronavirus pourront bientôt profiter de la disposition des sièges sans distanciation sociale au Yankee Stadium et au Citi Field, et que les spectateurs qui se font vacciner dans l'un ou l'autre des stades pendant un match obtiendra un billet gratuit.
À partir du 19 mai, le jour même où l'État met fin à la plupart des restrictions de capacité pour les entreprises, les personnes entièrement vaccinées seront autorisées à s'asseoir dans des sections des stades où chaque siège peut être occupé, bien qu'elles devront porter des masques.

Ils peuvent également être accompagnés d'enfants de moins de 16 ans non vaccinés, qui doivent également porter des masques.
Les personnes qui n'ont pas été vaccinées siégeront dans des sections où seulement un tiers des sièges peuvent être occupés, et devront observer des règles de distanciation sociale de six pieds. Le Yankee Stadium et le Citi Field, domicile des Mets, sont tous deux des sites de vaccination de masse, et les deux stades offriront un bon pour un billet gratuit aux personnes qui y sont vaccinées les jours de match, afin de les inciter à recevoir le vaccin.

"Vous prenez un vaccin, obtenez un bon, vous pouvez aller à ce match", a déclaré Randy Levine, le président des Yankees de New York, lors de la conférence de presse de M. Cuomo. "Si ce jeu est complet, vous pouvez y aller demain soir, aller à un jeu de votre choix."

Le vaccin Johnson & Johnson, qui ne nécessite qu'un seul vaccin, sera offert aux participants au match, a déclaré le gouverneur, afin qu'ils n'aient pas à planifier un rendez-vous de suivi.
La distance sociale, les règles de capacité et les autres mesures de sécurité varient considérablement d'un stade de la Ligue majeure à l'autre, en raison des différences de réglementations locales et de décisions individuelles des équipes.
M.

Cuomo a également annoncé que les spectacles de Broadway commenceraient à vendre des billets jeudi pour des spectacles à pleine capacité avec des représentations à partir du 14 septembre.
Broadway, qui abrite 41 théâtres de 600 à 1900 places, a attiré 14,6 millions de personnes qui ont dépensé 1,758 milliard de dollars en billets en 2019. La pandémie les avait tous obligés à fermer depuis le 12 mars 2020 et la réouverture va clairement être beaucoup plus compliquée.

que de s'arrêter.
Avec jusqu'à huit spectacles par semaine à remplir et les touristes qui constituent une partie importante de leur clientèle qui ne reviennent pas encore, les producteurs ont besoin de temps pour faire de la publicité et commercialiser. Ils ont besoin de rassembler et de répéter les moulages qui sont sans travail depuis plus d'un an.

Et ils doivent régler et négocier des protocoles de sécurité.
Mais la principale raison du retard est davantage basée sur l'intestin: individuellement et collectivement, ils essaient d'imaginer quand un grand nombre de personnes seront susceptibles de se sentir à l'aise pour se rendre à Times Square, en passant par des halls étroits et en marchant dans des allées étroites pour s'asseoir à l'épaule. à épauler avec des inconnus.

(La plupart des émissions de Broadway perdent de l’argent même dans le meilleur des cas, de sorte que les producteurs disent qu’ils ne peuvent pas se permettre de rouvrir avec une distanciation sociale, étant donné les coûts élevés de la main-d’œuvre et de l’immobilier.)
Le gouverneur a déclaré que les indicateurs de coronavirus de l'État avaient tous une tendance à la baisse, donc la réouverture avait du sens, même si l'État continuerait à surveiller attentivement la situation.
Selon une base de données du New York Times, le nombre moyen de nouveaux cas par jour dans l'État avait diminué de 46% au cours des 14 derniers jours, à compter de mardi.

Trente-sept pour cent de la population de l’État était entièrement vaccinée mercredi.
Le virus semble être en déclin à New York. Mais la ville est toujours confrontée à des défis liés à une couverture vaccinale inégale, au ralentissement du rythme des vaccinations et à la prévalence croissante des variantes dans la ville.

Recevoir un vaccin contre le coronavirus Pfizer-BioNTech à Harlem le mois dernier.Crédit ... Mike Segar / Agence France-Presse - Getty ImagesLa variante de coronavirus découverte pour la première fois à New York ne semble pas conduire à des infections plus graves, ni provoquer des réinfections à un taux significativement plus élevé que les formes plus anciennes du virus, selon une nouvelle analyse préliminaire des responsables de la santé de la ville. publié mercredi par les Centers for Disease and Control and Prevention.

Les résultats sont le dernier signe que la ville a peut-être esquivé le pire des cas avec la variante, B.1.526, alors que le virus semble reculer dans la région.

Deux études de laboratoire récentes ont également montré que les anticorps stimulés par les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna agissent contre le variant, qui fait partie des versions les plus courantes trouvées dans les cas analysés génétiquement à New York.
Cependant, l'auteur principal de l'étude a souligné que les risques posés par la variante, ainsi que d'autres formes de virus, y compris la variante détectée pour la première fois en Grande-Bretagne, B.1.

1.7, restent graves et que les New-Yorkais ne devraient pas baisser la garde. alors même que les restrictions à la vie publique sont levées.

Début avril, le C.D.C.

Le directeur a déclaré que la variante B.1.1.

7 était devenue la source la plus courante de nouvelles infections aux États-Unis et que les efforts visant à améliorer la capacité des États-Unis à suivre les variantes ont reçu un financement important.
«Le fait que les variantes B.1.

526 et B.1.1.

7 circulent largement à New York montre qu'elles sont capables de concurrencer d'autres variantes et continuent de représenter une part croissante des cas», Corinne Thompson, co- responsable de l'unité de données épidémiologiques du département de la santé de la ville, a déclaré dans un e-mail. «Il est extrêmement important pour les New-Yorkais de se faire vacciner et de suivre les précautions de santé publique pour minimiser leur exposition.»
Le variant B.

1526 a été découvert pour la première fois en circulation dans l'Upper Manhattan en novembre par des chercheurs analysant les génomes du virus. Il s'est d'abord propagé rapidement, atteignant environ 40% de tous les cas génétiquement séquencés à New York à la fin du mois de février.
Ce rythme rapide a conduit les chercheurs à conclure que la variante était plus contagieuse que les versions originales, mais ils ne savaient pas si elle était plus grave ou mortelle.

Ces dernières semaines, cependant, la prévalence du variant B.1.526 a plafonné dans les cas analysés génétiquement, même si les capacités de séquençage restent limitées.

Mais le pourcentage de cas qui sont des variantes que les scientifiques jugent plus dangereuses - y compris B.1.1.

7 et P.1, la variante découverte pour la première fois au Brésil - a continué d'augmenter.
Les chercheurs ont déclaré qu'ils étaient heureux de voir des signes indiquant que la variante B.

1.526 semblait moins inquiétante que B.1.

1.7.
«C'est très rassurant, en ce que ce n'est pas pire que la variante britannique la plus sévère, dans l'analyse la plus complète de notre variante à ce jour», a déclaré Denis Nash, épidémiologiste à la City University of New York, qui n'était pas impliqué dans l'étude
Cependant, les nouvelles n'étaient pas toutes bonnes.

Mercredi, la ville a publié de nouvelles données montrant que la variante B.1.1.

7 avait dépassé B.1.526 à New York, représentant 42% des cas séquencés dans la semaine du 19 au 25 avril.

La variante P.1 représente désormais environ 4% des cas en ville. (B.

1.526 a chuté à 37 pour cent des cas.)
La nouvelle analyse publiée par le C.

D.C. a souligné le danger supplémentaire de B.

1.1.7.

Il a révélé que près de 6% des personnes infectées par cette variante à New York avaient été hospitalisées, parmi les cas analysés, contre un peu plus de 4% des personnes atteintes de B.1.526 et d'autres versions.

Le rapport a analysé environ 10000 échantillons de virus à New York pris entre le 1er janvier et le 5 avril. Bien qu'il s'agisse de l'étude la plus complète du monde réel sur l'équilibre génétique des cas à New York à ce jour, les chercheurs ont averti que les données restaient préliminaires et limitée, car seulement environ 3 pour cent de tous les cas dans la ville ont été génétiquement analysés au cours de cette période.
Le rapport appelait à une étude plus approfondie et à une analyse génétique en temps opportun pour mieux appréhender les risques.

«Étant donné que relativement peu d'échantillons ont été séquencés au cours de la période d'étude», ont écrit les auteurs, «la puissance statistique aurait pu être insuffisante pour détecter des différences modestes dans les taux de résultats peu courants tels que l'infection par percée ou la réinfection.»
Les résidents italiens sont rentrés lundi à Bergame, en Italie, depuis la ville d'Amritsar, dans le nord de l'Inde, après avoir pris un vol charter. Le gouvernement des États-Unis exhorte ses citoyens à quitter le pays.

Crédit ... Filippo Venezia / EPA, via ShutterstockLe département d'État a annoncé mercredi qu'il approuverait le départ volontaire d'employés du gouvernement américain non urgents en Inde alors que le pays se bat contre une deuxième vague d'infections à coronavirus.
Selon un avis aux voyageurs publié sur le site Web du département d'État, l'agence exhorte les citoyens américains à profiter des vols commerciaux au départ de l'Inde et a également approuvé le départ volontaire des membres de la famille d'employés du gouvernement américain.
Selon un avis aux voyageurs publié sur le site Web du département d'État, l'agence exhorte les citoyens américains à profiter des vols commerciaux au départ de l'Inde.

L’augmentation du nombre de cas de Covid-19 en Inde a incité d’autres pays à prendre des précautions concernant les personnes autorisées à entrer dans leurs frontières. Plus tôt cette semaine, l'Australie a lancé une interdiction de voyager, ce qui en a fait une infraction pénale pour ses citoyens indiens de rentrer chez eux - une décision que certains ont condamnée comme étant trop sévère.
La semaine dernière, l'administration Biden a annoncé qu'elle commencerait à restreindre les voyages de l'Inde aux États-Unis, bien que les restrictions ne s'appliqueront pas aux citoyens ou résidents permanents légaux, à leurs conjoints, enfants mineurs ou frères et sœurs ainsi qu'aux parents de citoyens ou de résidents permanents légaux qui ont moins de 21 ans.

Face à une pression croissante, l'administration s'est engagée à exporter du matériel pour les vaccins vers l'Inde ainsi que des produits thérapeutiques, des kits de test de diagnostic rapide, des ventilateurs et des équipements de protection individuelle.
Vidéotranscription
Dostranscription

Les adolescents vaccinés peuvent enlever les masques à l'extérieur, C.D.

C. Le réalisateur dit

Le directeur des Centers for Disease Control and Prevention a déclaré que les adolescents vaccinés n'auraient pas besoin de porter de masques à l'extérieur dans les camps d'été. Les régulateurs fédéraux se préparent à autoriser l'utilisation du vaccin contre le coronavirus Pfizer-BioNTech pour les 12 à 15 ans.

Nous avons donc deux séries de directives. Nous avons des conseils pour le masquage, et si vous êtes vacciné ou non vacciné à l'extérieur, et nous avons également ces conseils de camp. Certes, si nous avons une autorisation pour les jeunes de 12 à 15 ans, et qu’ils peuvent se faire vacciner avant d’aller au camp, c’est ce que je préconiserais pour qu’ils puissent enlever leurs masques à l’extérieur.

Nous avons également des conseils, des conseils de camp et des conseils en plein air pour les personnes non vaccinées. Donc, ceux qui ont 12 ans et moins qui participent au camp, et nous avons une certaine disponibilité de ne pas porter votre masque à l'extérieur en petits groupes, en groupes avec les autres enfants qui sont vaccinés. Ce que nous essayons vraiment d’éviter dans ce guide de camp, c’est ce que nous avons vu lors d’épidémies dans les camps l’été dernier.

Donc, si vous avez cinq, 10 ans qui sont sur un terrain de football, tous devant le même ballon de football, nous essayons de nous assurer qu'ils ne respirent pas beaucoup autour d'un ballon de football singulier avec cinq enfants autour en même temps. Mais pour les activités étalées, nos conseils de masse en plein air pour les personnes non vaccinées - petits groupes - permettent à ces enfants de ne pas être vaccinés. Et ce que nous essayons vraiment de faire, c'est de faire en sorte que tous ces enfants puissent vivre une très bonne expérience de camp et garder les camps ouverts sans aucune épidémie.

Le directeur des Centers for Disease Control and Prevention a déclaré que les adolescents vaccinés n'auraient pas besoin de porter de masques à l'extérieur dans les camps d'été. Les régulateurs fédéraux se préparent à autoriser l'utilisation du vaccin contre le coronavirus Pfizer-BioNTech pour les 12 à 15 ans.CreditCredit ... George Etheredge pour le New York TimesAlors que les régulateurs fédéraux se préparent à autoriser l'utilisation du vaccin contre le coronavirus Pfizer-BioNTech chez les adolescents âgés de 12 à 15 ans, un haut responsable de la santé a déclaré mercredi que les personnes vaccinées de ce groupe d'âge pourront retirer leurs masques à l'extérieur dans les camps.

Les remarques du directeur des Centers for Disease Control and Prevention, le Dr Rochelle Walensky, sont intervenues après les critiques selon lesquelles les directives récemment publiées par l'agence pour les campeurs étaient inutilement strictes. Selon cette orientation, les enfants des camps devraient être masqués, sauf lorsqu'ils mangent, boivent, font la sieste ou nagent.
Le vaccin Pfizer n'est désormais autorisé que pour les personnes de 16 ans ou plus, et les deux autres vaccins actuellement utilisés aux États-Unis sont limités à ceux de 18 ans ou plus.

Mais les régulateurs fédéraux devraient étendre l'autorisation de Pfizer pour inclure les adolescents dès cette semaine.
Le Dr Walenksy a déclaré mercredi que les conseils de l'agence visaient à empêcher une répétition d'épidémies virales l'année dernière qui avaient été attribuées aux camps d'été. Elle a déclaré que les enfants non vaccinés et non masqués qui pratiquent des sports de contact rapproché comme le football risquent de transmettre le virus même à l'extérieur.

Mais elle a déclaré que la vaccination atténuerait ces risques. «Si nous avons une autorisation pour les enfants de 12 à 15 ans et qu’ils peuvent se faire vacciner avant d’aller au camp, c’est ce que je préconiserais, afin qu’ils puissent enlever leurs masques à l’extérieur», a-t-elle déclaré.
Le C.

D.C. a déclaré la semaine dernière qu'aux États-Unis, les personnes entièrement vaccinées n'avaient plus besoin de porter de masques à l'extérieur lorsqu'elles marchaient, couraient, faisaient de la randonnée ou du vélo seules, ou lors de petits rassemblements avec des membres de leur propre ménage.

Les masques sont toujours nécessaires dans les sites extérieurs bondés comme les stades de sport, a déclaré l'agence.
Si la Food and Drug Administration autorise le vaccin Pfizer pour une utilisation plus large, un groupe consultatif d'experts devrait se réunir dans quelques jours pour faire des recommandations au C.D.

C. sur l'opportunité d'aller de l'avant avec la vaccination des adolescents. Le F.

D.A. et le C.

D.C. partagent la responsabilité de l’utilisation des vaccins.

Les responsables de la Maison Blanche disent que le gouvernement fédéral est sur le point de rendre les vaccins disponibles pour les adolescents dans les pharmacies, les cabinets de pédiatres et d’autres sites dès que les agences de santé agissent. "Nous sommes prêts à agir aussi vite que possible après toute sorte d'autorisation", a déclaré mercredi Andy Slavitt, un conseiller en cas de pandémie à la Maison Blanche.
«Nous savons que les enfants veulent aller au camp cet été», a-t-il déclaré.

«Nous savons que les parents veulent qu'ils soient en sécurité. S'ils veulent que cela se fasse sans masque, les vaccinations sont la meilleure réponse. »
L'administration Biden recommande de mettre de côté les restrictions sur les brevets.

Crédit ... Carlos Osorio / ReutersL'administration Biden s'est prononcée mercredi en faveur de la levée de la protection de la propriété intellectuelle pour les vaccins Covid-19, une percée pour les efforts internationaux visant à suspendre les règles sur les brevets alors que la pandémie fait rage en Inde et en Amérique du Sud.
Les États-Unis ont été un grand obstacle à l'Organisation mondiale du commerce sur une proposition de suspension des protections de la propriété intellectuelle dans un effort pour accélérer la production de vaccins. Mais le président Biden avait subi une pression croissante pour apporter son soutien à la proposition, y compris de la part de nombreux démocrates du Congrès.

Katherine Tai, la représentante du commerce des États-Unis, a annoncé la position de l’administration dans une déclaration mercredi après-midi.
«Il s'agit d'une crise sanitaire mondiale, et les circonstances extraordinaires de la pandémie de Covid-19 appellent des mesures extraordinaires», a-t-elle déclaré. «L'administration croit fermement en la protection de la propriété intellectuelle, mais au service de la fin de cette pandémie, elle soutient la levée de ces protections pour les vaccins Covid-19.

»
Mme Tai a ajouté que les États-Unis participeraient aux négociations à la W.T.O.

sur la question, ajoutant: «Ces négociations prendront du temps étant donné la nature consensuelle de l’institution et la complexité des questions en jeu.»
Les militants ont fait pression pour la dérogation, mais ont également déclaré qu'une dérogation à elle seule ne stimulera pas l'offre mondiale de vaccin; il doit être accompagné du processus dit de «transfert de technologie», dans lequel les titulaires de brevets fournissent un savoir-faire technique et du personnel.
«C'est un début», a déclaré Gregg Gonsalves, un épidémiologiste de l'Université de Yale et militant de longue date contre le sida qui a fait pression pour obtenir la dérogation.

«Nous avons besoin que le texte de cette dérogation soit rédigé maintenant pour être transparent et public, mais comme nous l'avons toujours dit, nous avons besoin d'un transfert technologique maintenant.»
Plus tôt mercredi, les membres du W.T.

O. a tenu une autre série de discussions sur la renonciation aux protections de propriété intellectuelle. D'autres discussions sont attendues dans les semaines à venir, alors que l'Inde et l'Afrique du Sud, qui ont proposé la dérogation, préparent un plan révisé à examiner par les nations.

Ngozi Okonjo-Iweala, le directeur général de la W.T.O.

, a exhorté les membres à poursuivre les négociations sur le texte du plan.
«Je suis fermement convaincue qu’une fois que nous pourrons nous asseoir avec un texte réel devant nous, nous trouverons une voie pragmatique pour aller de l’avant», a-t-elle déclaré lors d’une réunion du Conseil général de l’organisation.
Des militants se sont rassemblés devant le Brooklyn Borough Hall lundi pour demander une prolongation du moratoire de New York sur les expulsions.

Crédit ... Justin Lane / EPA, via ShutterstockUn juge fédéral a annulé mercredi le moratoire national sur les expulsions imposé par l'administration Trump l'année dernière et prolongé par le président Biden jusqu'au 30 juin, une décision qui pourrait affecter les locataires qui avaient du mal à payer un loyer pendant la pandémie.
La décision, rendue par le juge Dabney Friedrich du tribunal de district des États-Unis pour le district de Columbia, est la décision fédérale la plus importante sur le moratoire à ce jour et fait suite à trois décisions similaires de la cour fédérale. Le ministère de la Justice a immédiatement fait appel et demandera un sursis d’urgence de la décision, ce qui pourrait retarder le règlement final de l’affaire au-delà de l’expiration prévue du moratoire le 30 juin.

On ignore encore dans quelle mesure la décision aura un impact sur les locataires. Il ne lie pas nécessairement les juges des tribunaux du logement de l'État, qui se prononcent sur les ordonnances d'expulsion, et deux autres tribunaux fédéraux ont maintenu le moratoire, ajoutant à la confusion sur son sort.
«Il existe maintenant de nombreuses décisions de justice contradictoires au niveau des tribunaux de district, plusieurs juges se prononçant en faveur du moratoire et plusieurs jugements contre», a déclaré Diane Yentel, présidente de la National Low Income Housing Coalition, un groupe national de défense des locataires.

Pourtant, les groupes de défense des droits des locataires ont déclaré que la décision de mercredi pourrait laisser plus de locataires à faible revenu et de la classe ouvrière vulnérables à l'expulsion dans les semaines à venir, alors même que l'administration Biden commence à débourser des dizaines de milliards de dollars d'aide pour les aider à rattraper leur retard. loyer impayé.
Les propriétaires ont déclaré que la décision confirmait leurs arguments selon lesquels la base juridique du moratoire fédéral n’était pas fondée et outrepassait le pouvoir du gouvernement.

L'affaire a été intentée en novembre par l'Alabama Association of Realtors et un groupe d'agents immobiliers en Géorgie qui ont affirmé que le moratoire avait transféré le fardeau des paiements de loyer des locataires aux propriétaires à un moment où de nombreux propriétaires avaient du mal à faire face à leurs propres dépenses. .
Le moratoire a eu un effet substantiel.

Malgré la forte récession économique créée par la pandémie, les dépôts d'expulsions ont diminué de 65% en 2020 par rapport au taux annuel habituel, selon une analyse des données judiciaires par le groupe à but non lucratif Eviction Lab.
Les analystes du logement ont averti que la décision de mercredi pourrait enhardir davantage de propriétaires à entamer une procédure d'expulsion contre les locataires avant que le gouvernement fédéral ne puisse débourser 45 milliards de dollars en aide d'urgence au logement appropriée par le Congrès.
«Cela ne pouvait pas arriver à un pire moment», a déclaré Mary K.

Cunningham, qui étudie le logement avec l’Urban Institute, un groupe politique non partisan. «Cela se produit au moment même où les communautés essaient de battre le chrono, attendant que le gouvernement fédéral sorte ses nouvelles subventions au logement avant que le moratoire expire le 30 juin. C'est une terrible nouvelle.

»
Les propriétaires et les agents immobiliers ont minimisé les craintes que la levée du moratoire ne crée une crise d'expulsion. «Avec l'aide au logement assurée, le renforcement de l'économie et la baisse des taux de chômage, il n'est pas nécessaire de maintenir une interdiction d'expulsion générale à l'échelle nationale», a déclaré un porte-parole de l'Association nationale des agents immobiliers dans un communiqué.
Le décret couvre tout locataire unique gagnant moins de 99 000 $ par an et les familles gagnant le double.

Environ 8,2 millions de locataires ont déclaré avoir pris du retard dans leurs paiements de loyer pendant la pandémie, selon les estimations du Census Bureau.
Les décisions fédérales, comme celle rendue mercredi, sont importantes mais servent d'orientation plutôt qu'une ordonnance - bien qu'une décision sans équivoque d'un tribunal fédéral de premier plan influencera probablement certains juges locaux, a déclaré Eric Dunn, directeur du contentieux pour le National Housing Law Project., un groupe de défense des locataires.

Le vaccin Moderna COVID-19 administré à l'Université du Nevada, à Las Vegas le mois dernier.Crédit ... John Locher / Associated PressUne dose unique du vaccin contre le coronavirus Moderna administrée en rappel a rapidement augmenté le taux d'anticorps chez les personnes qui avaient déjà été vaccinées, a annoncé mercredi la société.
Les anticorps produits par le rappel étaient efficaces contre la forme originale du virus, ainsi que contre les variantes préoccupantes identifiées pour la première fois en Afrique du Sud et au Brésil.

Un deuxième rappel spécialement conçu pour contrer B.1.351, la variante identifiée en Afrique du Sud, a produit une réponse immunitaire encore plus forte contre cette variante.

Les résultats proviennent d'un stade précoce de l'essai de Moderna sur les boosters et n'ont pas encore été publiés ou vérifiés par d'autres scientifiques. Moderna prévoit de publier les résultats sur le serveur de pré-impression bioRxiv, a annoncé mercredi la société.
«Nous sommes encouragés par ces nouvelles données, qui renforcent notre confiance dans le fait que notre stratégie de booster doit être protectrice contre ces variantes nouvellement détectées», a déclaré Stéphane Bancel, directeur général de Moderna, dans un communiqué.

Les rappels, testés chez 40 participants, ont été administrés en troisième injection six à huit mois après la vaccination à deux doses avec le vaccin actuel. Les anticorps de la vaccination initiale étaient détectables chez 37 de ces personnes, mais chez environ la moitié des participants, les anticorps se sont mal comportés contre les variantes qui ont frappé l'Afrique du Sud et le Brésil. Les rappels ont augmenté les niveaux des anticorps contre les deux variantes, bien que les rappels soient encore légèrement moins efficaces que contre la forme originale du virus.

La plate-forme d'ARNm utilisée dans les vaccins Pfizer et Moderna peut être facilement modifiée, permettant aux entreprises de produire des versions plus récentes en quelques semaines. Moderna a commencé à modifier son vaccin pour lutter contre la variante identifiée en Afrique du Sud, après que des rapports aient émergé selon lesquels les vaccins existants sont légèrement moins efficaces contre cette variante. Le variant porte une mutation qui aide le virus à contourner le système immunitaire.

Moderna teste trois stratégies pour renforcer l'immunité produite par le vaccin actuel: utiliser le vaccin actuel comme rappel; en utilisant le booster spécialement conçu pour combattre B.1.351; et une combinaison des deux dans un seul vaccin.

L’annonce de mercredi fait référence aux résultats obtenus deux semaines après la vaccination avec un rappel du vaccin original ou du rappel modifié pour B.1.351.

La société prévoit de publier des données à partir de moments ultérieurs et des tests du booster de combinaison, au fur et à mesure de leur disponibilité.
Il y a eu des barrages routiers, des incendies et des émeutes dans le sud de Bogotá mardi après une semaine de manifestations et de grèves contre les réformes fiscales proposées en Colombie proposées par le gouvernement colombien.Crédit ... Federico Rios pour le New York TimesBOGOTÁ, Colombie - Un adolescent abattu après avoir donné des coups de pied à un policier.

Un jeune homme saigne dans la rue alors que les manifestants crient à l'aide. La police tire sur des manifestants non armés. Des hélicoptères grouillent au-dessus de nos têtes, des chars roulent dans les quartiers, des explosions résonnent dans les rues.

Une mère qui pleure pour son fils.
«Nous sommes détruits», a déclaré Milena Meneses, 39 ans, dont le fils unique, Santiago, 19 ans, a été tué lors d'une manifestation au cours du week-end.
Les Colombiens qui ont manifesté au cours de la semaine dernière contre la pauvreté et les inégalités qui ont aggravé la vie de millions de personnes depuis le début de la pandémie de Covid-19 ont été confrontés à une puissante répression de la part de leur gouvernement, qui a répondu aux manifestations avec la même force de police militarisée.

contre les combattants rebelles et le crime organisé. Les affrontements ont fait au moins 24 morts, pour la plupart des manifestants, et au moins 87 disparus. Ils ont également exacerbé la colère contre les responsables de la capitale, Bogotá.

Les manifestants disent que le gouvernement est de plus en plus déconnecté de la vie quotidienne des gens.
Cette explosion de frustration, selon les experts, pourrait présager des troubles à travers l'Amérique latine, où plusieurs pays sont confrontés au même mélange combustible d'une pandémie implacable, de difficultés croissantes et de la chute des recettes publiques.
«Nous sommes tous connectés», a déclaré León Valencia, un analyste politique, notant que les manifestations passées ont sauté d'un pays à l'autre.

«Cela pourrait se propager dans toute la région.»
Les marches ont commencé la semaine dernière après que M. Duque a proposé une refonte fiscale destinée à combler un déficit économique lié à une pandémie, et depuis lors, les foules n'ont fait que croître.

Les manifestants comprennent désormais des enseignants, des médecins, des étudiants, des membres des principaux syndicats, des militants de longue date et des Colombiens qui n'étaient jamais descendus dans la rue.
Puis vint la pandémie. L'Amérique latine a été l'une des régions les plus durement touchées par le virus en 2020, avec des cimetières remplissant leur capacité passée, des malades mourant en attendant des soins dans les couloirs de l'hôpital et des membres de la famille passant la nuit en file pour acheter de l'oxygène médical dans le but de garder leurs proches.

vivant.
Les économies de la région ont reculé de 7% en moyenne. Dans de nombreux endroits, le chômage, en particulier chez les jeunes, a grimpé en flèche.

Et au cours des premiers mois de 2021, la situation de Covid-19 n'a fait qu'empirer.
Un agent de santé a prélevé un échantillon sur écouvillon pour un test de coronavirus à Bangalore, en Inde, lundi.Crédit ... Jagadeesh Nv / EPA, via ShutterstockLes membres de la diaspora indienne mondiale, près de 17 millions, se sont mobilisés de loin pour aider à rentrer chez eux, où le système de santé indien fléchit sous le poids d'une vague de coronavirus dévastatrice.

Voici l’histoire d’un résident américain.
Un soir de fin avril, alors que le coronavirus augmentait en Inde, Prarthana Sannamani, ingénieure en logiciel Microsoft à Seattle, était de plus en plus inquiète pour ses parents, qui vivent près de la ville de Bangalore, dans le sud de l'Inde.
«Mon Dieu, je suis si loin.

Et si ma famille tombe malade et a besoin d'aide? » elle se souvenait avoir pensé.
Mme Sannamani, qui est dans la vingtaine et vit aux États-Unis depuis quatre ans, a commencé à parcourir Internet et à compiler un document contenant les numéros de téléphone des ambulances et des hôpitaux pour ses parents, au cas où ils tomberaient malades.
«Mais la liste n'a cessé de s'allonger parce que j'ai commencé à trouver tellement d'informations, puis j'ai pensé, hé, je veux vraiment que cela atteigne plus de gens», a-t-elle déclaré.

Mme Sannamani prévoyait de partager la liste sur Twitter, jusqu'à ce qu'elle se rende compte que seule une petite fraction des 1,3 milliard de personnes en Inde utilisaient le réseau social, a-t-elle déclaré. Un soir, elle a eu l'idée de créer un site Web. Au moment où elle s'est couchée six heures plus tard, à 4 heures du matin, Mme Sannamani avait créé covidresourcesindia.

com, avec les coordonnées des hôpitaux et des services d'urgence de Bangalore.
La page d'accueil du site Web Prarthana Sannamani a été développée pour offrir un guide des ressources Covid-19 en Inde.Le lendemain matin, elle a partagé le site Web avec ses collègues et a demandé à ses abonnés sur les réseaux sociaux de fournir des informations.

Mais, sentant qu'elle devait faire plus, Mme Sannamani a pris une journée de congé et a passé les 14 heures suivantes à rechercher des ressources supplémentaires. Depuis, elle a élargi le site pour inclure des lignes d'assistance d'urgence et des bases de données sur les lits d'hôpitaux disponibles, l'oxygène, les traitements médicaux et d'autres aides Covid-19 dans 12 villes et neuf régions à travers l'Inde.
"Le but est que lorsque quelque chose se passe, vous n'êtes pas dans cet état mental pour aller sur Google et faire cette recherche", a déclaré Mme Sannamani.

«Ce dont vous avez vraiment besoin, c'est d'un endroit où aller et d'avoir au moins quelque chose pour commencer. L'Inde est un pays tellement vaste, donc ces ressources spécifiques vous permettent de gagner beaucoup de temps si vous savez où chercher. "
Une femme avec ses jumeaux dans un dispensaire au Soudan du Sud, où une famine a touché des dizaines de milliers de personnes.

Crédit ... Sam Mednick / Associated PressLa pandémie a contribué à la montée de la faim et à la baisse aiguë des soins de santé maternelle qui menacent des dizaines de millions de personnes, ont déclaré mercredi les Nations Unies, soulignant les retombées disproportionnées sur les pauvres du monde.
The number of people worldwide requiring urgent food aid hit a five-year high in 2020 — reaching at least 155 million — while the risk of maternal and newborn deaths surged because of a shortage of at least 900,000 midwives, or one-third of the required global midwifery work force, the United Nations said in a pair of reports produced with other groups.
The World Food Program, the anti-hunger agency of the United Nations, said in a statement that the key findings from the food report showed that its warnings of severe hardships during the pandemic had been validated, and that “we are watching the worst-case scenario unfold before our very eyes.


The food report covered 55 countries and territories, including three — Burkina Faso, South Sudan and Yemen — where it said that at least 133,000 people were suffering famine, the most severe phase of a hunger crisis.
In 38 countries, at least 28 million people were one step away from famine, the report said.
While the report said violent conflict was the main driver of the hunger crisis, it said that economic shocks — often from the pandemic — had replaced weather disasters as another main cause of food insecurity.

In the second report, the United Nations Population Fund, the world’s leading provider of family planning services, said the pandemic had made a worldwide midwife shortage worse, “with the health needs of women and newborns being overshadowed, midwifery services being disrupted and midwives being deployed to other health services.”
It cited a study published in The Lancet medical journal in December, showing that alleviating the midwife shortage could avert roughly two-thirds of maternal and newborn deaths and stillbirths, saving 4.3 million lives a year.

Global Roundup
Health care workers administering the Pfizer-BioNTech vaccine at a Sikh house of worship in Mississauga, Ontario.Credit...Carlos Osorio/ReutersCanada’s regulatory agency gave authorization on Wednesday for the Pfizer-BioNTech coronavirus vaccine to be used in people as young as 12. The agency said it lowered the minimum age from 16 following a review of data from clinical trials in the United States involving 2,000 adolescents.

Dr. Supriya Sharma, the chief medical adviser at the agency, Health Canada, said that the step should make it possible for students aged 12 to 15 to return to classrooms safely and to restart extracurricular activities.
“It will also support the return to a more normal life for our children, who have had such a hard time over the past year,” Dr.

Sharma told reporters at a news conference.
The United States Food and Drug Administration is expected to make a similar announcement in the next few days.
Dr.

Sharma said that about 20 percent of Covid-19 cases reported in Canada are in people under the age of 19. A small number of adolescents as young as 13 have died of the disease in Canada.
It remains unclear whether most adolescents in Canada will actually start receiving shots soon.

On Wednesday, Jason Kenney, the premier of Alberta, said that 12- to 29-year-olds will be allowed to book vaccination appointments starting on Monday. No details were offered about when those inoculations would take place.
Canada relies entirely on imported vaccine supplies, which have been slow to arrive, though shipments have increased recently and the process is expected to accelerate over the next few weeks.

Most provinces are still concentrating on giving the most vulnerable segment of the population, older adults, their first shots of the two-dose vaccine, with the second to be administered in the summer. Prime Minister Justin Trudeau has set the end of September as a target for fully vaccinating all Canadians.
In other news around the world:

  • Dans Australie, the authorities in Sydney said they would limit indoor gatherings to 20 people and require masks indoors after a coronavirus case was found in the community, the first such case in more than a month.

    A man in his 50s, who had no known links to jobs or people considered at high risk for the virus, tested positive on Wednesday. On Thursday, authorities in Sydney linked his infection to a returned traveler who was isolating in a hotel, but have not established how the infection escaped hotel quarantine. The restrictions in Australia’s largest city, which will be in effect from Thursday evening through Sunday, also forbid singing and dancing in indoor venues.

  • Hong Kong said that regular flights from Britain would resume beginning on Friday, allowing hundreds of residents stranded there since December to return home. Hong Kong had imposed the flight ban as coronavirus cases surged in Britain late last year but said it was lifting the restrictions “having considered the stabilizing local epidemic situation and the relatively satisfactory vaccination rate.” A restriction on travel from Ireland, which was imposed in January, will also be lifted Friday.

    Only Hong Kong residents are allowed to travel to the territory, with arrivals from Britain and Ireland required to undergo coronavirus testing and 21 days of quarantine.

  • Dans Britain, more than one in five adults experienced some form of depression in the first months of this year during a strict lockdown, according to a national agency. The Office of National Statistics said on Wednesday that the figures were more than double the number of adults who experienced depression before the pandemic, which was 10 percent.

    Young adults, women, those in deprived areas, people with disabilities and the clinically vulnerable experienced higher rates of depression. “The picture is one of a rising toll on mental health, with many people not necessarily accessing medical help,” Theodore Joloza, a research officer at the agency, said in a statement.

Government officials at Lancaster House in London on Wednesday.

Meetings this week were intended to lay the groundwork for a gathering of Group of 7 leaders in June.Credit...Pool photo by Hollie AdamsIndia’s delegation to a meeting of Group of 7 foreign ministers in London was self-isolating on Wednesday after possible exposure to confirmed coronavirus cases, the country’s foreign minister said.
The event, intended to lay the groundwork for a gathering of Group of 7 leaders in June in England, had been heralded as the first major in-person diplomatic meeting since the pandemic began.

It comes as India is experiencing a devastating surge in coronavirus cases.
Subrahmanyam Jaishankar, India’s foreign minister, who is in Britain for the event, said in a post on Twitter on Wednesday morning that he had learned of a possible exposure to a coronavirus case and decided to take part virtually.
Was made aware yesterday evening of exposure to possible Covid positive cases.

As a measure of abundant caution and also out of consideration for others, I decided to conduct my engagements in the virtual mode. That will be the case with the G7 Meeting today as well.
— Dr.

S. Jaishankar (@DrSJaishankar) May 5, 2021
Foreign ministers from the Group of 7 countries — the United States, Britain, France, Germany, Italy, Japan and Canada — also known as G7, met in London this week alongside representatives from Australia, India, South Africa, South Korea and Brunei. It is the first face-to-face G7 meeting in two years; a 2020 summit was canceled amid the pandemic.

Stringent masking, social distancing and daily testing protocols have been in place throughout the event, which began on Monday and continued on Wednesday despite the newly identified cases. Footage showed officials in a wide circle, separated by clear plastic barriers, on Tuesday.
The Indian delegation had yet to attend central events at Lancaster House but did participate in other meetings, including with Priti Patel, Britain’s home secretary.

However, public health officials have determined that the risk to those in the meetings is low because of the mask and distance measures, and other delegates have not been advised to self-isolate.
A volunteer in Brussels participating in a study of the CureVac vaccine, a new RNA vaccine that could help meet that global need.Credit...Yves Herman/ReutersDébut 2020, des dizaines d'équipes scientifiques se sont précipitées pour fabriquer un vaccin contre Covid-19.

Certains ont choisi des techniques éprouvées, telles que la fabrication de vaccins à partir de virus tués. Mais une poignée d'entreprises parient sur une méthode plus risquée, qui n'a jamais produit de vaccin homologué: déployer une molécule génétique appelée ARN.
Le pari a payé.

Les deux premiers vaccins à sortir avec succès des essais cliniques, réalisés par Pfizer-BioNTech et par Moderna, étaient tous deux à base d'ARN. Ils se sont tous deux avérés avoir des taux d'efficacité à peu près aussi bons qu'un vaccin pourrait l'être.
Dans les mois qui ont suivi, ces deux vaccins à ARN ont fourni une protection à des dizaines de millions de personnes dans quelque 90 pays.

Mais de nombreuses régions du monde, y compris celles dont le nombre de morts est en augmentation, y ont eu peu accès, en partie parce qu'elles doivent être maintenues dans un gel profond.
Now, a third RNA vaccine may help meet that global need. Une petite société allemande appelée CureVac est sur le point d'annoncer les résultats de son essai clinique de stade avancé.

Dès la semaine prochaine, le monde pourrait savoir si son vaccin est sûr et efficace.
Le produit de CureVac appartient à ce que de nombreux scientifiques appellent la deuxième vague de vaccins Covid-19 qui pourraient collectivement alléger la demande mondiale. Novavax, une société basée dans le Maryland dont le vaccin utilise des protéines de coronavirus, devrait demander une autorisation américaine dans les prochaines semaines.

En Inde, la société pharmaceutique Biological E teste un autre vaccin à base de protéines développé par des chercheurs du Texas. Au Brésil, au Mexique, en Thaïlande et au Vietnam, des chercheurs lancent des essais pour une injection de Covid-19 qui peut être produite en masse dans des œufs de poule.
Les experts en vaccins sont particulièrement curieux de voir les résultats de CureVac, car son injection présente un avantage important par rapport aux autres vaccins à ARN de Moderna et Pfizer-BioNTech.

Bien que ces deux vaccins doivent être conservés dans un congélateur, le vaccin de CureVac reste stable dans un réfrigérateur - ce qui signifie qu’il pourrait plus facilement fournir la puissance nouvellement découverte des vaccins à ARN dans les régions du monde durement touchées.
"Cela a été largement ignoré", a déclaré Jacob Kirkegaard, chercheur principal au Peterson Institute for International Economics à Washington, D.C.

Mais maintenant, a-t-il ajouté, "ils semblent assez bien placés pour assainir le marché mondial."
A nurse broke a vaccine vial and replaced the injections with a medically useless saline solution.Credit...Pool photo by Christian CharisiusA district in Germany is trying to find out which of its vaccinated residents are actually unvaccinated.

A nurse in Landkreis Friesland, a northern coastal district, mistakenly broke a vial of Pfizer-BioNTech vaccine at the community’s vaccination center on April 21. Instead of reporting the accident, she replaced the injections with a harmless but medically useless saline solution. Six people who came for coronavirus vaccines that day received it.

She admitted the error later, and the Friesland health authorities now face a problem as they try to ascertain which six of the 197 people who came to the center that day received the saline shots.
The authorities have invited the 117 who thought they received a first Pfizer dose to take an antibody test. For the 80 people who had a second immunization, things are more complicated.

They were interviewed to see whether they had a physical reaction to the shot. If they didn’t, they were offered a third dose, and 62 people have accepted.
Germany has given at least one vaccination to nearly 30 percent of its population, and 8.

3 percent is fully vaccinated.
In recent weeks, several climbers have been flown out of Mount Everest Base Camp after reporting symptoms of Covid-19, then tested positive.Credit...Prakash Mathema/Agence France-Presse — Getty ImagesNepal’s coronavirus outbreak, which is growing faster than almost anywhere else in the world, has spread to the remote Himalayas, with an increasing number of climbers testing positive after being evacuated from the base camps of Mount Everest and surrounding peaks.

In recent weeks, several climbers have been flown out of Mount Everest Base Camp after reporting symptoms of Covid-19, and then tested positive after reaching Kathmandu, the capital. On Wednesday, Nepali news outlets reported that 14 climbers, including foreigners and Sherpa guides, were being airlifted from Mount Dhaulagiri, another major peak, to Kathmandu for treatment after some were found to be infected.
Ces cas ont fait craindre pour la sécurité des alpinistes et de leurs guides népalais qui poursuivent leurs expéditions sur ce terrain de haute altitude interdit, où les médecins disent qu'ils sont déjà vulnérables à la maladie, à une baisse du taux d'oxygène dans le sang et à une immunité plus faible.

Des centaines d'alpinistes et de Sherpas s'isolent dans leurs tentes en rafales au camp de base de l'Everest, essayant de se prémunir contre l'infection tout en se préparant à commencer leur ascension vers le sommet de 29 000 pieds.
Nepal’s government — determined to revive its lucrative mountaineering industry after a total shutdown last year — continues to deny that there is any outbreak at Everest base camp and has released no information about the number of climbers who have been evacuated. Le gouvernement a accordé 408 permis pour escalader le plus haut sommet du monde, le plus grand depuis le premier sommet enregistré en 1953, rapportant des millions de dollars en redevances.

«Je n’ai entendu que quelques cas de pneumonie», a déclaré Mira Acharya, fonctionnaire du ministère du Tourisme du Népal. «Pas de boîtier corona.»
Infections are exploding in Nepal, from fewer than 100 per day in early March to more than 7,500 on Tuesday, the most the country has recorded since the pandemic began.

The surge has come at the same time as the devastating outbreak in neighboring India, and as Nepal’s already limited vaccine drive has slowed almost to a halt.
Even while it lasted, the vaccine drive left out Sherpas to prioritize frontline health workers, the elderly and government employees. Still, Sherpas depend on the opening up of the Himalayas for their livelihood.

“If expeditions are not organized this year, that will be a big blow to the mountaineering sector’s Sherpa guides,” said Geljie Sherpa, a mountain guide. He said he was planning to take an expedition to Everest but had changed his mind after hearing about coronavirus cases.
Erlend Ness, un alpiniste norvégien, a déclaré qu'il était tombé malade au camp de base de l'Everest le mois dernier et avait été évacué par hélicoptère et ambulance vers un hôpital de Katmandou.

«J'ai été testé positif à l'hôpital le jour même de mon arrivée à Katmandou en provenance des montagnes», a déclaré M. Ness par téléphone depuis Oslo, où les médecins lui ont dit qu'il ne pouvait pas retourner au Népal cette année.
Another climber, Steve Davis, chronicled his airlift from base camp last month and subsequent positive test on his blog.

Mr. Davis remains in Nepal, where the government has banned domestic and international flights as part of its latest lockdown.
Last week, Pawel Michalski, a climber from Poland, wrote on Facebook that more than 30 people who had difficulty breathing had been airlifted by helicopter to Kathmandu — and “later found to be positive for coronavirus.


Residents in Kathmandu say they have been deprived of basic health facilities even after they tested positive for the virus. Hospitals are filled with patients. Strict lockdown rules have kept the general public confined indoors.

As the vaccine campaign slows, many residents wonder when, or even if, they will be inoculated.
The Nepalese Health Ministry warned last week that “hospitals have run out of beds,” but the authorities have said they would not cancel expeditions.
Rudra Singh Tamang, directeur général du département du tourisme, a déclaré que les sherpas d'élite finiraient cette semaine d'installer une corde pour aider les alpinistes à atteindre le sommet de l'Everest.

«Les expéditions ne seront pas annulées», a déclaré M. Tamang, qui a été testé positif au virus et s'auto-isole. "L'Everest est une zone isolée, il n'y a donc aucun risque de coronavirus."

A video developed by the government in Singapore encourages vaccination against Covid-19.Credit...Government of SingaporeAs Singapore’s coronavirus infections tick up, the government is tightening restrictions. It’s also fighting vaccine hesitancy on social media — by ordering corrections and posting whimsical content.

Singapore said on Tuesday that it had recorded 64 cases of community transmission over the past week, up from 11 cases the previous week. Seven of the recent cases were caused by the B.1.

617 variant that has wreaked havoc in India, according to the authorities.
In an effort to tamp down the latest outbreak and prevent variants from spreading, the Singaporean government said on Tuesday that travelers arriving from most countries must quarantine for 21 days at “dedicated facilities,” up from 14 days, starting on Saturday.
Mass sporting events are also set to be suspended and social gatherings will be capped at five people until May 30, among other restrictions.

About 2.2 million coronavirus vaccine doses had been administered in Singapore as of Wednesday, and nearly a quarter of the population had received at least one dose, according to a New York Times database.
But Singapore’s vaccination campaign has been threatened by falsehoods spreading on social media — for example, a rumor that Covid-19 vaccines cause strokes and heart attacks.

The Health Ministry has debunked rumors and ordered corrections to social media posts that endorse false or unsubstantiated claims about vaccine side effects. (That is allowed under a contentious law that the government says is designed to fight fake news.)
The government has also commissioned a whimsical music video by a Singaporean pop-culture heavyweight, comedian and actor, Gurmit Singh, that addresses common vaccine concerns and misconceptions.

“Singapore, don’t wait and see,” he sings in the chorus, dancing to a disco beat. “Better get your shot, steady pom pi pi.”
“Steady pom pi pi” is a phrase from Singlish, a rough-and-ready patois that is spoken widely in the country and incorporates English, Chinese and Malay.

It refers to someone who keeps their cool in a tense situation and was a catchphrase used by Mr. Singh’s best-known character, Phua Chu Kang, a building contractor in a long-running 1990s sitcom on Singaporean television.
As of Wednesday afternoon, the government’s tweet containing the video had been viewed more than 750,000 times.

Since a two-month lockdown ended last June, life in Singapore has gradually returned nearly to normal, although residents are still required to wear masks in public and have to work from home if they can. Dale Fisher, a professor of medicine at the National University of Singapore, said some people in the city-state had become more lax about mask-wearing and social distancing and that the new measures served as a reminder that the pandemic was far from over.
However, Dr.

Fisher said, Singapore’s extensive contact tracing and tight quarantine requirements made a harsher lockdown unnecessary. “With all these tweaks, I’m hoping we can demonstrate that widespread lockdowns aren’t needed if you’ve got good public health infrastructure in place,” he added.