Christine Lagarde sur COVID-19, changement climatique et inégalités
  • Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, s'est entretenu avec Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, dans le cadre du programme TIME 100 Talks le 1er septembre
  • Ils ont discuté de la reprise du COVID-19, du changement climatique, des inégalités et plus encore
  • Lisez la transcription complète ci-dessous

Ce qui suit est une discussion entre Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, et Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne. Il a été présenté par TIME le 1er septembre dans le cadre des programmes TIME 100 Talks.

Je suis Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial. Et j'ai le grand plaisir de m'entretenir aujourd'hui avec la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde. Monsieur le Président Lagarde, je pense que nous nous sommes rencontrés pour la première fois il y a à peine 20 ans, et vous étiez un avocat très en vue à l'époque. Entre-temps, vous avez également développé une carrière d'homme politique, d'économiste, d'homme d'État et de banquier.

Connaissant et admirant vos perspectives mondiales et, je dirais, vos responsabilités mondiales, je voudrais concentrer notre discussion sur ce que je considère comme les quatre principaux défis auxquels nous sommes confrontés à l'heure actuelle : COVID-19 bien sûr, le changement climatique, l'inclusion et en particulier la parité des sexes, et enfin, la quatrième révolution industrielle - à quel point nous pouvons exploiter les nouvelles technologies afin qu'elles puissent servir et ne pas nuire à l'humanité.

Si je peux me permettre d'aborder le premier sujet, COVID, qui, bien sûr, a déterminé nos vies, et a eu des conséquences tragiques pour de nombreuses personnes. Nous sommes aujourd'hui en quelque sorte à la croisée des chemins car s'il y a tant de vaccinations, il y a encore beaucoup de points d'interrogation. Ma question serait donc : comment voyez-vous le chemin du retour à la normale, si une nouvelle normalité existe ?

Et aussi, si je pouvais soulever une question liée à votre fonction dans la lutte contre le COVID, quel est le rôle des banques centrales ? On a entendu parler du FMI et des droits de tirage spéciaux qui peuvent être utilisés pour mobiliser 50 milliards de dollars, mais que pensez-vous du retour à la normale ?

Christine Lagarde : Merci beaucoup, Klaus. Oui, cela a été 20 ans de voyages heureux ensemble, où nous nous sommes croisés à plusieurs reprises, et avons regardé le monde tel qu'il allait, et avons essayé de trouver des moyens de l'améliorer si nous le pouvions. Et je voudrais saluer vos efforts dans ce voyage.

Pour revenir à votre question sur COVID et à votre utilisation du terme « retour à la normale ». Permettez-moi de revenir sur ce que nous avons vécu au cours des deux dernières années, car je pense que cela va réellement déterminer la manière dont nous allons évoluer vers une nouvelle façon de nous conduire, à tous égards. Nous avons subi un choc massif pour l'économie mondiale, qui nous a frappés au visage et nous a fait réaliser que la santé comptait en réalité beaucoup plus que l'économie et la finance, du moins à court terme.

Et il y avait clairement, contrairement à lors de la grande crise financière de 2008, une détermination à se concentrer sur le rétablissement de la santé, la sécurisation des revenus des personnes chaque fois que cela était possible et la tentative de guérir la pandémie qui venait de s'abattre sur le monde.

Bien sûr, il y a eu quelques ratés au départ. Mais dans l'ensemble, les décideurs ont fait du bon travail pour résoudre les problèmes en réagissant très rapidement et avec beaucoup de force. Et certainement — parce que vous avez posé des questions sur la Banque centrale européenne et ce que les banques centrales peuvent faire — avec une réponse massive en termes de liquidité, en termes de disponibilité des devises qui étaient recherchées par tous les acteurs économiques, et en termes de durabilité de ces plans pour aide au financement de l'économie.

Donc, une chose en laquelle j'ai une certaine confiance, c'est que nous avons appris de la crise précédente. Nous avons appris que nous ne pouvions pas remettre à plus tard, nous avons appris que nous ne pouvions pas aller lentement, nous avons appris que nous ne pouvions pas faire face à l'intérieur. Nous avons appris à la dure à l'époque. Vous connaissez ce dicton en bourse : soit vous allez gros, soit vous rentrez chez vous ? Eh bien, nous sommes certainement tous allés gros, afin de lutter contre ce qui se passait. De la même manière, nous avons adopté des mesures très étranges, vous savez – verrouiller et fermer nos économies, ces moyens presque médiévaux de faire face à cette pandémie.

Et puis, grâce à bien des égards à la mondialisation — et je serai heureux de développer là-dessus — nous sommes arrivés en un rien de temps avec des vaccins, ce qui était du jamais vu. Suite à une pandémie qui a débuté en février, nous avions des vaccins disponibles en décembre. En règle générale, il faut plus de cinq ans pour expérimenter et créer un vaccin efficace. Cette fois, c'était neuf mois, contre cinq ans. Et c'est en grande partie une histoire de mondialisation.

Donc, numéro un, nous avons appris des erreurs du passé, et que nous devions aller gros et aller vite. Deuxièmement, nous avons profité de la mondialisation et avons proposé des vaccins très rapidement.

Si nous ne vaccinons pas le monde entier, comme nous le devrions, le COVID-19 reviendra nous hanter, et il reviendra nous faire du mal.

—Christine Lagarde

Nous sortons de cette pandémie, avec des économies stabilisées, avec, en quelque sorte, peu de perturbations soutenues. Lorsque vous regardez les niveaux de chômage dans les économies avancées, il ne reste pas beaucoup de dégâts de la pandémie. Lorsque vous regardez le niveau du PIB, la taille de nos économies, nous reviendrons là où nous étions avant la pandémie à la fin de l'année.

Donc, nous nous sommes vraiment battus et avons bien réagi, et nous sommes maintenant sortis avec une situation qui a encore besoin de beaucoup d'attention. Mais il me semble maintenant que les décideurs politiques doivent être presque chirurgicaux - ce n'est plus une question de soutien massif, ce sera une question de soutien ciblé et ciblé dans les secteurs qui ont été durement touchés.

En plus d'accompagner la reprise, il faut vacciner. Si nous ne vaccinons pas le monde entier, comme nous le devrions, le COVID-19 reviendra nous hanter, et il reviendra nous faire du mal. Pour ce faire, le monde doit être un peu plus généreux. Et en étant généreux, il servira son propre intérêt. Comme vous le savez, je suis déconcerté par le fait que l'ensemble de la communauté mondiale ne puisse pas réunir 50 milliards de dollars pour lutter contre la vaccination dans les pays du monde où seulement 2% de la population est vaccinée - je veux dire les pays à faible revenu.

Nous avons dépensé, en soutien fiscal, quelque chose comme 6 000 milliards de dollars — ce dont nous avons besoin, c'est de 1 % de cela pour vacciner le monde. Donc je pense que pour passer à cette nouvelle normalité, qu'on aime le mot ou pas, il faut anticiper et vacciner et puis il faut tirer les leçons de ce que l'on vient de vivre.

Je pense que le monde dans lequel nous vivrons portera les stigmates du COVID. Par là, je veux dire, nous ne voyagerons pas de la même manière, de manière aussi opportuniste et aussi aléatoire que nous l'avons fait. Nous ne socialiserons probablement pas de la même manière, aussi proches les uns des autres. Et nous passerons probablement à une meilleure protection de la biodiversité et une meilleure protection du climat que ce que nous aurions eu autrement.

Donc, j'espère sincèrement et je pense que COVID-19, qui a blessé tant d'entre nous et a causé tant de difficultés dans le monde, va nous apprendre quelques leçons pour l'avenir et nous aidera à aller plus vite sur ce que je pense sont les priorités de demain.

Schwab : Christine, vous avez mentionné que nous devons apprendre des surprises comme celle-ci, et nous devons voir grand et agir vite. Maintenant, vous pourriez appliquer le même principe au changement climatique. Et si on regarde le dernier rapport du GIEC, on n'est plus dans une situation où l'on peut lutter contre le changement climatique. Nous avons peut-être déjà causé des dommages irréversibles à notre planète. Ma question serait la suivante : que peuvent faire des institutions comme la BCE et les banques centrales pour que la politique monétaire contribue réellement à une vie plus saine et à une planète plus saine ?

Et concrètement, quelles seraient les implications de la lutte contre le changement climatique et de la préservation de la nature et de la biodiversité pour notre modèle économique ? Beaucoup de gens ont peur que cela nous coûte, et cela s'accompagne d'une réduction de notre mode de vie et de notre qualité de vie. Peut-on combiner la dynamique vers une économie verte avec le coût économique ?

Lagarde : Ce sont d'excellentes questions. Permettez-moi d'aborder le premier. Quel rôle les banques centrales peuvent-elles jouer dans la lutte contre le changement climatique ? Et c'est une question très controversée. Certains penseurs traditionnels pensent que les banques centrales devraient rester en dehors de ce domaine et se concentrer exclusivement sur l'inflation et la stabilité des prix. Je suis fortement en désaccord avec cela moi-même.

La lutte contre le changement climatique devrait être l'une des considérations que nous prenons lorsque nous déterminons la politique monétaire.

—Christine Lagarde

À la BCE, nous avons maintenant bouclé et conclu notre revue de stratégie, qui était la première en 17 ans. Et j'ai eu la chance d'avoir l'ensemble du Conseil des gouverneurs d'accord à l'unanimité sur le fait que la lutte contre le changement climatique devrait être l'une des considérations que nous prenons lorsque nous déterminons la politique monétaire. Ainsi, au moins, la Banque centrale européenne est d'avis que le changement climatique est un élément important pour décider de la politique monétaire.

Pourquoi donc? Car évidemment, le changement climatique a un impact sur la stabilité des prix. Je vais vous donner un exemple très simple qui se produit dans le secteur financier, en fait. Pour se prémunir contre nombre des conséquences du changement climatique que nous allons subir, les acteurs économiques vont devoir souscrire une couverture d'assurance beaucoup plus élevée. Les primes d'assurance vont augmenter et les compagnies d'assurance devront donc déployer leurs activités différemment.

Et ce n'est qu'un exemple du secteur financier. Si je regarde les sécheresses, si je regarde l'agriculture, si je regarde la montée du niveau des mers, et ainsi de suite, cela aura un impact sur la production agricole, cela aura un impact sur l'endroit où vivent les gens, cela avoir un impact non seulement sur notre mode de vie, mais aussi sur le coût de la vie, et cela doit clairement être intégré dans l'analyse que nous menons.

Deuxième constat : le changement climatique a un impact sur la valorisation des actifs car il inflige un risque aux entreprises. Non seulement les actifs qu'ils détiennent, mais aussi les produits qu'ils produisent. Et ce n'est pas encore très bien enregistré pour le moment.

On pourrait donc affirmer que sans une divulgation et des informations appropriées sur ces risques, les actifs sont susceptibles d'être mal évalués et mal enregistrés. D'un point de vue comptable, ils doivent prendre en compte les bénéfices futurs ainsi que les risques qui s'appliquent. De nombreuses banques centrales, pas toutes mais beaucoup d'entre elles, détiennent des obligations d'entreprises. Ces actifs sont-ils bien valorisés ? Faut-il mieux les identifier, ainsi que les risques qu'ils comportent ? C'est la deuxième raison.

Cela dit, je suis également tout à fait prêt à reconnaître que les acteurs clés de la lutte contre le changement climatique et de la préservation de la biodiversité ne sont pas les banques centrales. Il y a des parlements, il y a des gouvernements, il y a des régulateurs qui doivent décider et qui doivent convaincre le public que ces questions ont réellement un impact sur leur vie, et doivent être prises en compte.

Et parfois, des décisions difficiles doivent être prises, telles que la tarification des émissions de carbone, telles que la réglementation des activités, de manière à rendre certaines choses plus chères. Et cela m'amène à votre deuxième question. Peut-on arriver à ce compromis entre lutter contre le changement climatique, préserver la biodiversité tout en assurant une croissance suffisante pour répondre aux demandes légitimes de la population ? Et ma première réponse, Klaus, pour être ferme, c'est que pour avoir un mode de vie, nous avons besoin de la vie. Et à moyen terme, nous avons des menaces majeures à l'horizon qui pourraient causer la mort de centaines de milliers de personnes.

Nous devons donc penser la vie, d'abord. Nous devons penser au mode de vie, deuxièmement. Comment pouvons-nous nous unir pour nous assurer que nous garantissons la première priorité, qui est la vie, et protéger également le mode de vie des gens ? Et assurez-vous que le coût n'est pas si élevé pour certaines personnes, qu'elles ne peuvent tout simplement pas le tolérer. Je pense que le compromis que nous atteignons nécessitera probablement une certaine redistribution, car il est clair que les personnes les plus exposées, les moins privilégiées sont celles qui vont avoir besoin d'aide.

Et en vertu de l'Accord de Paris, en 2015, il a été décidé que toutes les nations constitueraient une cagnotte de 100 milliards de dollars afin d'aider les pays les moins avancés à s'adapter au changement climatique. Mais cela ne s'est pas encore produit. Et c'était dû en 2020. Maintenant, d'accord, COVID-19 est arrivé, nous avons probablement une prolongation d'un ou deux ans. Mais selon les calculs de l'ONU, nous sommes toujours à 79 milliards de dollars et non à 100 milliards qui devraient être mis à la disposition des pays les moins avancés.

Schwab : Christine, tu as parlé de la vie. Je pense très souvent que l'espérance de vie de mes petits-enfants sera telle qu'ils seront là, espérons-le, à la transition vers le siècle prochain. Et quand je regarde le réchauffement climatique, je prends conscience de notre véritable responsabilité. Et il en va de même pour les inégalités, un autre problème mondial qui nécessite une attention urgente.

Nous avons vu qu'une tendance à l'inégalité était déjà avec nous avant COVID et s'est considérablement accélérée. Et certains diront même que les politiques budgétaires et monétaires nécessaires des 18 derniers mois ont contribué dans une certaine mesure à accroître les inégalités. Mais d'un autre côté, ils ont contribué à sauver des lieux de travail.

La question est donc ouverte — un certain nombre de facteurs sont difficiles, conceptuellement. C'est une question complexe. Nous avons des changements structurels dans l'industrie avec l'évolution vers des sociétés de plate-forme. Nous avons des inégalités économiques entre les individus dans une économie post-pandémique, définies par une numérisation et une flexibilité accrues. Et nous avons aussi, bien sûr, le fait que de nombreuses personnes ont abandonné le marché du travail ou restent au chômage. Et pourtant, dans certains pays, nous avons autant de postes ouverts que nous avons de chômeurs.

C'est donc une inadéquation entre les compétences et nous devons probablement faire beaucoup plus pour recycler et améliorer les compétences des gens. De votre position : Comment contribueriez-vous à résoudre ce problème d'inégalité ?

Lagarde : J'aime la façon dont vous posez votre question Klaus, car je pense que le jury se demande si le soutien monétaire et fiscal qui a été fourni pendant la crise COVID, a en fait exacerbé ou réduit des inégalités qui ne se sont manifestement pas produites si elles ont été correctement adressé. Je parle ici des emplois perdus, des usines fermées, de la baisse des revenus — tout cela, je pense, a été bien traité par les autorités fiscales et monétaires du monde entier. Mettons cela de côté, j'ai tendance à croire pour moi-même que les banques centrales ont dû faire ce qu'elles avaient à faire, et si elles n'avaient pas mis en place ces plans massifs d'approvisionnement et de soutien en liquidités, nous aurions été dans une situation pire, ce qui aurait davantage blessé les moins privilégiés, les plus exposés et les plus pauvres, car ils auraient été les premiers perdants. Je ne dis pas cela pour nous donner bonne conscience en tant que banquiers centraux, mais je pense que nous devons malheureusement faire face à des contrefactuels.

Alors, comment pouvons-nous contribuer à l'avenir à réduire ces inégalités ? Nous continuerons à soutenir l'économie, nous continuerons à garantir et à procurer la stabilité des prix, nous continuerons à nous concentrer sur notre mission. Et cela ne suffira pas à réduire les inégalités.

Comment pouvons-nous donner aux femmes une meilleure chance parce qu'elles étaient pires pendant la crise COVID est un domaine que nous devrions explorer.

—Christine Lagarde

Tu sais, Klaus, je suis particulièrement attentif aux inégalités dont souffrent les femmes. Pendant la crise du COVID, celles qui ont le plus souffert en réalité étaient les femmes. Ils étaient les plus exposés au COVID car ils étaient dans les secteurs des soins et des soins infirmiers et hospitaliers. Ce sont eux qui étaient en première ligne dans les emplois les moins qualifiés et les moins bien rémunérés. Et quand le choix était entre l'homme et la femme à la maison, rester à la maison pour s'occuper des personnes âgées, ou des jeunes enfants, c'était souvent la femme qui restait à la maison.

J'espère donc que nous reconnaissons tous que les programmes de perfectionnement et de recyclage sont nécessaires à l'avenir afin de s'adapter à ces nouvelles formes de conduite des affaires, nous pouvons réellement donner un avantage particulier à ceux qui ont été les plus touchés, y compris en particulier les femmes . Je suis convaincu que lorsqu'on leur donne la possibilité de se recycler et de se perfectionner afin de se réadapter à l'économie, les femmes s'épanouiront réellement, et elles voudront le faire. Je n'ai aucune idée d'un point de vue constitutionnel dans de nombreux pays si cela peut être réalisé parce qu'il y a généralement le principe de l'égalité d'accès, de l'égalité des chances et tout le reste. Et nous savons que la situation n'est pas si égale.

Mais comment pouvons-nous donner aux femmes une meilleure chance parce qu'elles étaient pires pendant la crise COVID est un domaine que nous devrions explorer. Il est toujours ahurissant de constater que dans les pays de l'OCDE, il existe encore un écart salarial important, et l'indice du Forum économique mondial qui détermine à quel point nous sommes proches ou éloignés de l'égalité indique clairement que nous sommes loin d'atteindre ce salaire égal, cette égalité des chances, l'égalité d'accès à l'éducation pour les femmes du monde entier.

Schwab : Je suis tout à fait d'accord avec vous pour dire que les banques centrales et les autorités fiscales n'avaient d'autre choix que d'agir. Et parfois, vous devez faire face par la suite aux conséquences imprévues ou imprévues ou aux sorties négatives de telles décisions.

Mais pour en revenir à la parité hommes-femmes, je veux vous poser, peut-être une question personnelle ou deux questions personnelles. Le premier est que, lorsque nous examinons les femmes occupant des postes de direction, nous en voyons relativement peu dans le secteur financier, par rapport au reste de l'économie. Alors, que peut-on faire pour s'assurer que nous ayons plus de femmes dans la communauté bancaire et financière à des postes de direction ?

Et la seconde, qui est plus personnelle : quelles sont les plus grandes leçons que vous ayez apprises ? Je veux dire, vous êtes une femme qui est arrivée au sommet du FMI, du gouvernement français et de la BCE. Comment diriez-vous à une femme qu'elle peut faire les progrès qu'elle mérite, malgré la discrimination systémique qui prévaut encore à laquelle les femmes sont confrontées ?

Lagarde : Merci, Klaus pour cette question sur les femmes dans la finance. Juste quelques chiffres pour commencer, car souvent, nous sous-estimons simplement la situation. Si vous regardez dans le système bancaire mondial, seuls 3% des PDG de banques sont des femmes. Quand on ne regarde que l'Europe, et que l'on prend en compte les banques et toutes les institutions financières, c'est encore moins de 9% des PDG, ou présidents qui sont des femmes. C'est un nombre infiniment petit.

Si vous considérez d'autre part, que dans le ménage à la maison, ceux qui contrôlent dans la plupart des cas les finances, sont les femmes. Il y a donc une puce insidieuse sur leurs épaules qui les empêche de se lancer dans la finance et dans la banque et dans le monde financier en général.

Quand ils entrent dans ce monde, ils s'en sortent extrêmement bien. Des études ont montré que les femmes sont de meilleures évaluatrices des risques et que leurs performances sont au moins égales à celles des hommes. Alors, quel déclencheur faudrait-il pour qu'ils se lancent dans la finance ? Honnêtement, je ne sais pas. Je pense que tout comme dans d'autres secteurs, ce sera une combinaison : de confiance en soi – indispensable ; des modèles de rôle – en très petite quantité en ce moment ; et l'éducation, et je pense que sur ce front particulier, il devrait y avoir des bourses, il devrait y avoir un soutien, il devrait y avoir des incitations spéciales mises en place afin d'encourager les jeunes filles à aller en mathématiques, à aller dans les sciences en général, car elles sont sous-représentées plus tard dans la vie, en finance, mais aussi en technologie et en économie. Et ce sont des domaines où les sciences, les mathématiques, la technologie sont à la base du système éducatif. C'est donc vraiment un effort énorme qui est nécessaire, mais les incitations, les bourses, tout ce qui fonctionne doit être utilisé.

À la Banque centrale européenne, nous avons une bourse spéciale que nous avons mise en place pour que les femmes obtiennent une maîtrise en économie, et cela fonctionne. Nous recrutons vraiment des femmes exceptionnellement talentueuses. Alors l'argent parle, souvent. Des bourses, des incitatifs, tout cela doit être mis en place afin de les amener dans le giron. Car nous ne pouvons pas avoir un monde où la moitié de la population est représentée par seulement 3%.

Et à votre deuxième question, qu'est-ce qui m'a été le plus utile personnellement ? Je suis désolé de le dire, mais je pense que c'est l'amour. Cela m'a été très utile. Parce que l'amour que j'ai reçu des parents, de la famille, des maris, des enfants, m'a en fait donné la confiance nécessaire pour ignorer certains des bruits que j'ai entendus en cours de route. Et la confiance compte énormément. Lorsque vous passez d'un domaine de travail à un autre, vous vous dites, puis-je réellement le faire ? Et les femmes se demandent souvent : est-ce que je peux le faire ? Les hommes le font rarement. Ils relèvent le défi. Ils vont avec. Ils ne se préparent pas autant, mais ils ne doutent pas d'eux-mêmes pour commencer. Dans de nombreux cas, les femmes doutent d'elles-mêmes pour commencer, et j'ai parlé à beaucoup, beaucoup d'entre elles. Donc je ne dirai pas que l'amour est le chemin mais l'amour est un bon nutriment pour la confiance, qui est elle-même essentielle pour prendre des risques. Et oui, j'ai pris des risques dans ma vie, professionnellement.

Schwab : Christine, tu mets l'accent sur la confiance en soi. Mais je dirais aussi que je pense que nous devrions avoir plus confiance dans les femmes. Je dois avouer que toutes mes affaires financières sont entre les mains de ma femme. Je n'ai effectué aucune opération bancaire au cours des vingt dernières années. Et je m'en sors pas trop mal !

Nous avons donc abordé les grands problèmes. Nous avons parlé de COVID-19, nous avons parlé de la crise climatique et des inégalités. Comme vous le savez, ma préoccupation particulière, après avoir inventé cette notion de quatrième révolution industrielle, est de savoir comment utiliser la technologie au profit de l'humanité et comment coopérer ensemble au niveau mondial. Et je veux me concentrer sur un aspect de cette révolution qui est les monnaies numériques – ou devrais-je dire, les monnaies numériques décentralisées comme Bitcoin.

Quelle est votre position sur ces monnaies décentralisées ? Peuvent-ils contribuer à la stabilité financière, selon vous, ou constituent-ils une menace ? Et si je me souviens bien, vous avez suggéré que la BCE pourrait créer une monnaie numérique au cours des quatre prochaines années - quels seraient les avantages d'une telle décision et quels pourraient être les pièges ? Cela renforcerait-il ou affaiblirait-il la position de l'euro au niveau mondial ?

Lagarde : Je souhaite que nous ayons une autre heure, Klaus, pour celui-là ! Mais je vais essayer de zoomer sur quelques points.

Premièrement, je pense que toutes les crypto-monnaies supposées être des crypto-monnaies ne sont pas du tout des devises. Ce sont des actifs spéculatifs dont la valorisation évolue au cours du temps. Ils se présentent comme des monnaies, ce qu'ils ne sont pas. Je pense donc que nous devrions tous, dans le secteur financier et au niveau réglementaire, appeler un chat un chat. Un actif est un actif et doit être réglementé en tant que tel, il doit être supervisé par les régulateurs et superviseurs d'actifs, mais ne doit pas prétendre qu'il s'agit d'une monnaie ; ce n'est pas.

La deuxième catégorie est celle des pièces stables. Ce sont des appareils qui ont été inventés par certaines des grandes entreprises technologiques, Facebook en est certainement un exemple. Il y en a beaucoup d'autres autour aussi. Les pièces stables prétendent être une pièce de monnaie, mais en fait, elles sont complètement associées à une monnaie réelle. Par exemple, certains d'entre eux disent qu'ils peuvent être utilisés pour des transactions, mais que la valeur sera exactement alignée sur le dollar. Bien, mais encore une fois, appelons un chat un chat. Si c'est le cas, alors [the coin issuers] doivent également garantir à ceux qui détiennent des pièces qu'ils peuvent échanger ces pièces contre des dollars. Et par conséquent, ces émetteurs de pièces devraient avoir à sauvegarder leurs pièces avec autant de dollars qu'ils ont de pièces. Cela doit être vérifié, supervisé et réglementé, afin que les consommateurs et les utilisateurs de ces appareils puissent réellement être garantis contre d'éventuelles fausses déclarations. Je pense que l'histoire très récente a montré que ces monnaies de réserve n'étaient pas toujours disponibles et aussi liquides qu'elles étaient censées l'être.

Troisièmement, il y a les monnaies numériques que la Banque centrale de Chine expérimente depuis sept ans et que la BCE a décidé d'expérimenter au cours des deux prochaines années avant de prendre la décision finale d'aller de l'avant. La Banque d'Angleterre envisage le même type d'approche et la Fed publiera bientôt un document pour déterminer la direction à prendre.

À la Banque centrale européenne, nous pensons que nous devons être prêts et disposer de la technologie pour répondre aux demandes des clients. Si les clients préfèrent utiliser la monnaie numérique plutôt que d'avoir des billets de banque et de l'argent à disposition, cela devrait être disponible. Et nous devons répondre à cette demande. Et veillez à ce que nous ayons une solution européenne, sécurisée, disponible dans des conditions amicales, pouvant également être utilisée comme moyen de paiement à des conditions raisonnables et ne mettant pas en péril l'ensemble du système bancaire, qui devrait être partie intégrante de la proposition.

C'est la raison pour laquelle nous avons décidé d'aller de l'avant avec une expérience de deux ans pour nous assurer que nous pouvons réellement répondre à cette demande : Disponibilité, tout comme l'argent est disponible et continuera d'être disponible, mais ce sera la préférence du consommateur ; la sûreté et la sécurité de l'appareil ; convivialité; coût bon marché; et des manières de faire des affaires qui seront reconnues et acceptées non seulement dans la zone euro, mais dans le monde entier.

Schwab : Merci, Christine, pour cette précision, car je pense qu'il y a beaucoup d'ignorance sur ces nouveaux types de pièces ou de devises. Je pense que nous avons vraiment exploré aujourd'hui certaines des grandes questions et je pense que vous avez également clarifié certaines questions. Les banques centrales sont considérées comme une institution très abstraite, qui n'affecte nos vies que de manière indirecte, mais je pense que vous avez montré qu'il est très important d'avoir le leadership des banques centrales, qui contribuent réellement à faire de ce monde un monde meilleur. Et je pense que vous prenez les devants. Merci beaucoup non seulement d'avoir participé à ce dialogue, mais aussi d'avoir pris l'initiative d'améliorer l'état du monde.

Lagarde : Merci beaucoup Klaus.