Jean Setzfand : Bonjour, je suis le vice-président senior de l'AARP Jean Setzfand et je tiens à vous souhaiter la bienvenue à cette importante discussion sur le coronavirus. Avant de commencer, si vous souhaitez entendre cette télé-hôtel de ville en espagnol, veuillez appuyer maintenant sur *0 sur le clavier de votre téléphone. L'AARP, une organisation à but non lucratif et non partisane avec des membres, s'efforce de promouvoir la santé et le bien-être des Américains âgés depuis plus de 60 ans. Face à la pandémie mondiale de corona, l'AARP fournit des informations et des ressources pour aider les personnes âgées et les personnes qui s'occupent d'elles. Dans tout le pays, les restrictions sur les coronavirus sont levées et de nombreuses personnes recommencent à voyager, à assister à des événements sportifs et à assister à des événements culturels en personne. Mais de nombreuses personnes âgées ne savent pas à quelle vitesse elles devraient reprendre leurs activités normales. Beaucoup se posent des questions sur l'efficacité des vaccins, en particulier avec les nouvelles variantes de COVID en circulation, et jusqu'où il est sûr d'aller en public. Aujourd'hui, nous allons entendre un panel impressionnant d'experts sur ces questions et plus encore.

Si vous avez participé à l'une de nos télé-mairies, vous savez que cela ressemble beaucoup à un talk-show radio, et vous aurez la possibilité de poser des questions en direct. Pour ceux d'entre vous qui nous rejoignent par téléphone, si vous souhaitez poser une question sur la pandémie de coronavirus, veuillez appuyer sur *3 sur le clavier de votre téléphone pour être mis en contact avec un membre du personnel de l'AARP qui notera votre nom, votre question et vous placera dans une file d'attente pour poser la question en direct. Si vous nous rejoignez sur Facebook ou YouTube, vous pouvez également poster vos questions dans les commentaires.

Vaccins et sécurité pendant la réouverture Covid-19

Bonjour, si vous venez de nous rejoindre, je suis Jean Setzfand de l'AARP, et je tiens à vous souhaiter la bienvenue à cette importante discussion sur la pandémie mondiale de coronavirus. Nous discutons avec des experts de premier plan et répondons à vos questions en direct. Pour poser votre question, veuillez appuyer sur *3, et si vous nous rejoignez sur Facebook ou YouTube, vous pouvez poster votre question dans les commentaires.

Nous accueillons aujourd'hui un groupe exceptionnel d'invités, dont un expert en développement de vaccins et en santé mondiale de l'Université du Maryland, ainsi qu'un responsable des collections, des expositions et des programmes de la National Gallery of Art. Je serai également rejoint par mon collègue de l'AARP Jesse Salinas, qui facilitera vos questions aujourd'hui. L'événement va être enregistré et vous pouvez accéder à l'enregistrement sur aarp.org/coronavirus 24 heures après la fin. Encore une fois, pour poser votre question, veuillez appuyer sur *3 à tout moment sur le clavier de votre téléphone pour être connecté avec un membre du personnel de l'AARP, et si vous nous rejoignez sur Facebook ou YouTube, posez vos questions dans les commentaires.

Très bien, permettez-moi de vous présenter nos invités aujourd'hui. Notre première invitée est Kathleen Neuzil, M.D. directrice du Center for Vaccine Development and Global Health de la University of Maryland School of Medicine. Bon retour, Dr Neuzil.

Kathleen Neuzil : Merci encore.

Jean Setzfand : Et nous avons aussi Kate Haw. Kate est responsable des collections, des expositions et des programmes à la National Gallery of Art. Merci de vous joindre à nous aujourd'hui, Kate.

Kate Haw  : Merci de m'avoir.

Jean Setzfand : Formidable. D'accord, avant de commencer, juste pour un petit rappel, pour poser votre question, veuillez appuyer sur *3 sur le clavier de votre téléphone, ou vous pouvez déposer vos commentaires dans la section Facebook et YouTube. Très bien, je saute dessus, Dr Neuzil, parlons un peu de ce qui s'est passé depuis que vous nous avez rejoint la dernière fois. Je pense que c'était en avril, je pense, quand tu étais dans l'émission la dernière fois. Il y a eu plusieurs variantes; les derniers dont nous entendons parler de l'Inde semblent être plus graves. Quel est le nouveau risque lié à la variante delta ?

Kathleen Neuzil : Oui, comme vous l'avez dit, la variante delta a été reconnue pour la première fois en Inde. Il s'est répandu très rapidement. C'est maintenant une variante prédominante au Royaume-Uni, et, bien sûr, nous le voyons ici aux États-Unis. Il semble être plus transmissible, donc, se propageant d'une personne à l'autre. Il peut également provoquer une maladie plus grave. Je pense que le jury est là, et nous devons en apprendre un peu plus. La bonne nouvelle est que les vaccins, du moins les vaccins que nous utilisons aux États-Unis, semblent être très efficaces contre la variante delta. Donc très bonne nouvelle et une autre raison de se faire vacciner.

Jean Setzfand : Ça a l'air bien. Merci beaucoup pour cela. Un suivi rapide à ce sujet, Dr Neuzil; Quelle est l'efficacité des vaccins actuels contre les variantes et la prolifération des variantes suggère-t-elle que nous aurons bientôt besoin d'un rappel ?

Kathleen Neuzil : Il est donc difficile de répondre spécifiquement parce que différents essais de différents vaccins ont eu lieu lorsque différentes variantes circulaient. Donc, nous n'avons pas vraiment nécessairement de comparaisons directes. Et je mets également en garde contre ces comparaisons directes. Vous savez, les populations sont différentes. le moment du vaccin est différent. Cela étant dit, c'est vraiment cette variante bêta d'Afrique du Sud, pour laquelle nous avons vu l'efficacité la plus faible. Et cela a été vu au Moyen-Orient, et cette efficacité était encore d'environ 75 pour cent avec une efficacité contre une maladie grave de près de 100 pour cent. Vous savez, la variante delta, nous avons moins de données globales. Encore une fois, les données semblent positives, elles semblent proches, elles semblent proches de 100 pour cent contre une maladie grave, et j'ajouterais également que nous avons beaucoup plus de données sur la réponse immunitaire, qui est encore une fois inférieure à la souche d'origine mais toujours assez robuste.

Jean Setzfand : Vraiment une bonne nouvelle. Il semble donc que le vaccin résiste assez bien à ce moment-là.

Kathleen Neuzil : Corriger. Je dirais, oui, le vaccin résiste bien, et nous devons juste encourager les membres restants de la population à se le procurer.

Jean Setzfand : C'est super. Je pense que c'est une bonne nouvelle pour les récalcitrants. Alors, merci pour ça, Dr Neuzil. Très bien, Kate, je vais me tourner vers vous et encore une fois, merci beaucoup de vous être joint à nous. Avec en quelque sorte les bonnes nouvelles du vaccin, les voyages et les expériences uniques figurent sur la liste des seaux de tant de gens et les gens y réfléchissent maintenant. Alors, où se situent les institutions artistiques et culturelles dans ce genre de vie post-pandémique plus heureuse ?

Kate Haw  : Ouais, eh bien, merci encore de m'avoir invité, Jean. Vous savez, nous tous qui aimons les musées, nous venons dans les musées pour avoir l'opportunité de découvrir la beauté, d'en apprendre davantage sur notre propre temps, sur l'histoire et d'explorer notre humanité commune. Ainsi, cette opportunité offerte par les musées d'apprendre et d'expérimenter de nouvelles choses ou de regarder des choses que nous pensions avoir comprises sous un nouvel angle est si importante pour nourrir notre curiosité et garder la vie intéressante. Et les musées ont fait un travail formidable pour rendre le contenu disponible en ligne pendant la pandémie, mais rien ne remplace le vrai. Et, vous savez, dans de nombreuses études, il a été démontré que l'engagement dans les arts visuels améliore la fonction cognitive chez les personnes âgées, et les médecins ont même prescrit des voyages dans des musées d'art pour stimuler l'activité neuronale et améliorer le sentiment de bien-être des patients. Et donc nous vous voulons ici, et nous pensons que venir et regarder l'art est bon pour vous, et pour ceux qui peuvent encore se sentir un peu anxieux à l'idée de reprendre les activités que nous avons appréciées avant la pandémie, quelque chose à considérer est ce récent des études suggèrent que visiter les musées est en fait plus sûr que la plupart des autres activités intérieures, car les musées ont tendance à avoir des systèmes de ventilation très puissants. Et aussi, nous sommes de grands espaces où il est assez facile de maintenir une distance sociale.

Jean Setzfand : Eh bien, ça sonne bien. Je pense que ce n'est pas seulement bon pour votre santé mentale, votre santé cérébrale, mais c'est aussi très sûr. C'est vraiment une bonne nouvelle. Merci pour ça, Kate. Et je sais qu'avec la levée des restrictions pour les personnes entièrement vaccinées à travers le pays, il est temps de revenir aux choses que nous aimons, y compris les arts. Donc, en plus de ce que vous venez de partager avec nous sur la sécurité des musées, comment les musées du pays se sont-ils adaptés à la pandémie ? Comment vous préparez-vous pour la réouverture complète de la National Gallery of Art, qui arrive très bientôt, non ?

Kate Haw  : Eh bien, nous avons en fait ouvert l'un de, nous avons deux bâtiments à la National Gallery. Notre bâtiment ouest, qui abrite nos collections de maîtres anciens, a ouvert ses portes le mois dernier, et notre bâtiment est, qui abrite de l'art moderne et contemporain, rouvre en fait demain avec de nouvelles expositions et installations. Et nous sommes tellement excités. Vous savez, nous existons pour servir le public et c'est vraiment triste pour nous d'être ici sans personne dans le bâtiment depuis si longtemps. Alors reviens s'il te plait. Pour nous, certaines des choses que nous avons faites pour nous adapter même à la réouverture  : nos heures sont encore légèrement plus courtes que d'habitude juste pour donner à notre personnel plus de temps pour nettoyer ; comme la plupart des musées, nous limitons actuellement la capacité pour faciliter la distanciation sociale, nous proposons donc des laissez-passer chronométrés gratuits afin que, vous sachiez, à quelle heure de la journée arriver. Et nous exigeons des masques, bien que demain nous lèverons notre exigence de masque pour les visiteurs et le personnel entièrement vaccinés, mais nous demanderons toujours à ceux qui ne sont pas vaccinés de continuer à porter des masques.

Donc, je suis ravi d'en arriver au point, vous savez, alors que de plus en plus de restrictions sont levées, nous pouvons simplement nous réveiller un matin et décider d'aller dans un musée, sans avoir à faire ces réservations, mais pendant ce temps c'est une façon pour nous tous sur le terrain de continuer à accueillir les visiteurs en toute sécurité.

Jean Setzfand : C'est merveilleux, et même avec les restrictions, à certains égards, cela vous aide également à accéder plus librement à l'art dans le sens où vous pouvez vous rapprocher, pas tellement plus près, mais moins de personnes dans le musée aussi, je suppose.

Kate Haw  : Oui absolument. Et nous, vous savez, nous pensons en fait aux types d'événements que nous avons organisés dans le passé qui ont tendance à être surpeuplés et qui ne sont peut-être pas une si bonne expérience pour les visiteurs. Et maintenant que nous avons vraiment appris à utiliser ce système de laissez-passer chronométré d'une manière efficace pour notre personnel et une bonne expérience pour nos visiteurs, nous pourrions l'utiliser dans certaines situations à l'avenir.

Jean Setzfand : Cela a beaucoup de sens. Eh bien, merci pour ça. Très bien. Nous allons répondre aux questions en direct des appelants très bientôt. Et pour rappel, si vous souhaitez poser une question, veuillez appuyer sur *3. Avant de le faire, je souhaite inviter Nancy LeaMond, responsable du plaidoyer et de l'engagement de l'AARP. Bienvenue, Nancy.

Nancy LeaMond : Salut, Jean.

Jean Setzfand : Salut. Nancy, les taux de vaccination continuent d'augmenter. Sur quoi l'AARP concentre-t-elle notre travail en ce qui concerne COVID-19 ?

Nancy LeaMond : Eh bien, compte tenu de la difficulté de l'année dernière, en particulier pour les Américains plus âgés qui sont les plus à risque, c'est un immense soulagement de voir que 87% de notre population de 65 ans et plus à l'échelle nationale a reçu au moins une dose du vaccin COVID. L'AARP s'est battue pour de gros investissements dans la recherche et la distribution, et nous avons travaillé avec les autorités fédérales, étatiques et locales pour nous assurer que la vaccination des Américains plus âgés était une priorité. Nous avons également plaidé en faveur de politiques visant à protéger la santé des résidents des maisons de soins infirmiers et à aider des millions d'Américains plus âgés avec des paiements de relance directs, un accès accru à une assurance maladie abordable et, bien sûr, plus encore. Nous avons fait beaucoup de progrès, mais il y a encore du travail à faire pour s'assurer que tous ceux qui veulent un vaccin puissent en obtenir un et que ceux qui ont encore des questions obtiennent les réponses qu'ils recherchent. Les équipes d'État de l'AARP à travers le pays poursuivent leur travail pour atteindre les personnes confinées à la maison, les personnes âgées et les communautés où l'accès au vaccin a été un problème. Et nous exhortons également les gouverneurs, les législateurs des États et les représentants des gouvernements locaux à allouer des fonds de secours et de rétablissement COVID de manière à répondre aux besoins des personnes de plus de 50 ans.

Jean Setzfand : Super, merci beaucoup, Nancy. Et je sais que COVID est toujours au premier plan pour certains, beaucoup d'entre nous, mais je sais que l'AARP ne limite pas notre travail là-bas. Sinon, comment l'AARP se bat-il pour les Américains de plus de 50 ans aujourd'hui ?

Nancy LeaMond : Eh bien, les trois grandes priorités de l'AARP cette année sont l'aide financière pour les aidants familiaux, l'élargissement de l'accès à Internet haut débit abordable et la réduction du coût des médicaments sur ordonnance. En ce qui concerne le premier, l'année dernière a mis en lumière à quel point il peut être difficile pour les familles de s'occuper d'êtres chers vieillissants, physiquement, émotionnellement et financièrement. En moyenne, les aidants familiaux dépensent près de 7 000 $ par an en dépenses liées aux soins, et c'est pourquoi l'AARP se bat pour faire adopter la loi fédérale sur le crédit pour les soins qui a été récemment introduite dans les deux chambres du Congrès. Ce projet de loi bipartite créerait un crédit d'impôt pour les aidants familiaux admissibles pour aider à compenser certaines dépenses.

Et deuxièmement, la pandémie a montré que l'accès à Internet haut débit est une nécessité et non un luxe. Sans cela, les gens ont moins de possibilités de gagner leur vie, d'obtenir une éducation, d'accéder aux soins de santé et de se connecter avec leur famille et leurs amis. Les équipes d'État de l'AARP, notamment dans l'Oklahoma, le Montana, le Tennessee et le Vermont, ont plaidé avec succès pour un financement visant à étendre l'Internet haut débit aux communautés mal desservies. Et à l'échelle nationale, nous encourageons les Américains éligibles à s'inscrire au nouveau programme fédéral de prestations haut débit d'urgence qui contribue à rendre l'accès plus abordable. Nous encourageons les Américains éligibles à s'inscrire à ce programme. Maintenant, pour obtenir des ressources et plus d'informations sur EBB, visitez aarp.org/EBB ou appelez le 1-833-511-0311. Et assurez-vous d'appeler ou d'aller sur le site Web. Je viens de composer le numéro et cela fonctionne, donc je peux en attester.

Le troisième domaine que nous préconisons est l'action pour faire baisser le prix qui monte en flèche des médicaments sur ordonnance. Les familles américaines ne peuvent pas se permettre de continuer à payer les médicaments les plus chers au monde. Nous avons besoin d'action. Et c'est pourquoi l'AARP fait pression pour des projets de loi sur la réforme des médicaments sur ordonnance dans 30 États. Et nous exhortons le Congrès à permettre à Medicare de négocier les prix des médicaments sur ordonnance et de créer un plafond sur les frais remboursables des médicaments pour les inscrits à Medicare Part D, puis, enfin, d'adopter d'autres mesures pour ralentir la croissance des prix des médicaments.. Maintenant, si vous souhaitez rester au courant de tout ou partie de ces efforts, veuillez visiter www.aarp.org/coronavirus. Merci beaucoup de m'avoir reçu, Jean.

Jean Setzfand : Merci, Nancy, d'avoir dirigé le combat de l'AARP. Merci, nous sommes toujours ravis lorsque vous pouvez nous rejoindre. Merci encore.

Nancy LeaMond : Génial.

Jean Setzfand : Très bien. Il est maintenant temps d'aborder les questions, vos questions sur le coronavirus avec le Dr Kathleen Neuzil et Kate Haw. Encore une fois, s'il vous plaît appuyez sur *3 à tout moment sur votre clavier téléphonique pour être connecté avec un personnel AARP pour partager votre question. Et encore une fois, si vous souhaitez écouter ce programme en espagnol, veuillez appuyer maintenant sur *0 sur le clavier de votre téléphone.

Et maintenant, j'aimerais faire venir mon collègue, le collègue de l'AARP Jesse Salinas, pour aider à faciliter votre appel. Bienvenue, Jesse.

Jesse Salinas : Merci Jean. Je suis heureux d'être ici pour cette importante conversation.

Jean Setzfand : Formidable. D'accord, qui est notre premier appel, Jesse ?

Jesse Salinas : Notre premier appel viendra de Robin dans l'Illinois.

Jean Setzfand : Robin, bonjour. Quelle est votre question pour nous ?

Robin  : Salut, je voulais sortir quelqu'un pour son anniversaire samedi. Je suis très inquiet pour les masques et pas de masques et tout ça, et ça va être une chose en plein air qui serait nouvelle pour moi. Et au moment de faire la réservation, j'ai découvert que le personnel du restaurant ne porte des masques que si quelqu'un n'est pas vacciné. Maintenant, pour moi, je pense que tout le personnel du restaurant, vous savez, le personnel de manutention des aliments à l'arrière, devrait porter des masques même s'il n'y a pas de COVID. Et que les personnes non vaccinées ne devraient pas travailler dans un restaurant à ce stade. Donc, je ne sais pas si je dois annuler, ou si je suis, genre, fou ou quoi.

Jean Setzfand : Eh bien, je pense que c'est une très bonne question, Robin. Dr Neuzil, pouvez-vous aider Robin avec cette question ?

Kathleen Neuzil : Bien sûr, c'est une bonne question et je comprends que les gens soient inquiets et, bien sûr. il est très difficile d'estimer le risque dans n'importe quelle situation. Nous avons beaucoup appris sur la transmission des coronavirus au cours de la dernière année environ, et elle est principalement aéroportée et aérosolisée. Ainsi, bien qu'il puisse y avoir des mesures de contrôle des infections dans un restaurant pour les maladies d'origine alimentaire, le risque de propagation pendant que quelqu'un cuisine des aliments, par exemple à travers des aliments ou des surfaces contaminées, serait extrêmement faible. Donc, la principale préoccupation pour moi, et vous l'avez déjà abordée, est-ce que vous et les membres de votre dîner seront-ils vaccinés ? Vous savez que vous êtes dans un endroit extérieur bien aéré ? Tous ces facteurs réduiront votre risque. La plupart des restaurants exigent toujours que les employés portent des masques ; cependant, en soi, cela ne devrait pas augmenter indûment le risque.

Jean Setzfand : Très utile. Merci beaucoup pour cela, Dr Neuzil. Très bien, Jesse. Qui est en ligne le prochain ?

Jesse Salinas : Notre prochain appel sera Karen du New Jersey.

Jean Setzfand : Bonjour Karen, quelle est votre question pour nous?

Karen  : Salut oui. J'ai une question. Ma question concerne les personnes handicapées membres de l'AARP. Nous avons donc entendu comment de merveilleux musées s'ouvrent, et cetera, et comment, à cause du COVID, comment les musées ont dû fermer et créer beaucoup de contenu en ligne et de séminaires Zoom. Donc, j'espère qu'à l'avenir, cela se poursuivra car vos membres handicapés ne peuvent toujours pas sortir pour faire et participer au sein des structures du musée et les voir. Alors, est-ce que cela va continuer et être aussi robuste ?

Jean Setzfand : Merveilleuse question, Karen. Kate, je vais me tourner vers toi pour ça.

Kate Haw  : Oui, merci beaucoup pour cette question, Karen. Vous savez, nous, je pense que le domaine muséal en général et la National Gallery, en particulier, avaient un peu de retard en termes de programmation numérique. Et donc devoir tout mettre en ligne pendant la pandémie a été une grande leçon pour nous. Et nous avons beaucoup appris sur la façon dont le fait d'être en ligne augmente l'accessibilité d'une manière à laquelle nous n'avions pas pensé, y compris les manières que vous décrivez, Karen, pour les personnes handicapées. Nous continuerons donc à faire pas mal de programmation en ligne à mesure que nous avançons. Nous avons beaucoup appris au cours de la dernière année et plus sur les types de choses qui peuvent encore être attrayantes lorsque nous les faisons en ligne et sur celles qui le sont moins. Et nous allons concentrer notre énergie sur les programmes qui, selon nous, peuvent avoir le plus grand impact dans un format en ligne.

Jean Setzfand : C'est formidable. C'est vraiment bon à entendre. Merci pour ça, Kate. Jesse, revenant aux lignes téléphoniques, qui est notre prochain appelant ?

Jesse Salinas : Ouais, mon prochain sera de Russ dans l'Ohio.

Jean Setzfand : Bonjour, Russ. Quelle est votre question pour nous ?

Russ : Hé, merci d'avoir pris mon appel. De nombreuses réunions de mairie AARP et enfin passé. Pour moi, c'est très sérieux. On m'a donné un coup de Pfizer il y a quelque temps. Je suis allé pour mon deuxième coup. Ils m'ont donné Moderna. La réponse était, ils sont sortis, le pharmacien m'a parlé, il a dit, ça devrait aller. Je devrais être millionnaire si j'avais assez d'argent. J'ai 76 ans. Ce n'est pas rassurant pour moi de dire, pour eux de dire, ça devrait aller. J'ai contacté le CDC local ; leur réponse a été : "Oh, je n'ai jamais entendu parler de ça." J'ai contacté Pfizer. Et ils ont dit: "Eh bien, l'efficacité est à peu près la même" et tout le reste, mais ce n'est toujours pas rassurant. Que va-t-il m'arriver dans six mois ? J'ai remarqué une chose; depuis que j'ai eu le coup, je suis extrêmement, extrêmement fatigué. Maintenant, je vais en ligne et je trouve des choses qui disent, eh bien, ils font des tests, c'est toujours en cours de test, mélangeant les deux médicaments. J'aimerais juste obtenir une réponse définitive de quelqu'un. Et vous êtes géniaux, j'écoute tout le temps et j'ai beaucoup appris. J'espère pouvoir apprendre beaucoup de choses aujourd'hui.

Jean Setzfand : Eh bien, merci de vous joindre à nous, et merci pour votre persévérance. Dr Neuzil, pouvez-vous aider Russ ?

Kathleen Neuzil : Oui, Russ, c'est une excellente question. Je peux comprendre pourquoi vous seriez frustré. Vous savez, la façon dont le développement de ces vaccins a progressé, c'est à une vitesse historique avec beaucoup de détails et un accent mis sur la sécurité mais, néanmoins, une vitesse historique. Et un aspect des essais cliniques est que nous suivons les règles, et nous suivons les règles très attentivement et, vous savez, les règles nous disent que si nous testons le vaccin Pfizer, nous utilisons deux doses de Pfizer et si nous testons le Moderna vaccin, nous utilisons deux doses de Moderna. La question des horaires mixtes est maintenant quelque chose qui est testé et, espérons-le, avant votre point de temps de six mois, vous le saurez. Je dirai de, je dirai deux choses. La première est que nous commençons à voir des données sortir de ce calendrier de mix and match ; donc, un vaccin à ARNm, un Pfizer ou un Moderna, avec un AstraZeneca ou un Johnson & Johnson, un mix and match. La réponse immunitaire semble aussi bonne ou meilleure si nous mélangeons deux doses de vaccin. Donc, je dirais, vous savez, restez à l'écoute.

Je peux vous donner, en tant que vaccinologue depuis 25 ans, je peux vous donner mon opinion personnelle que c'est biologiquement plausible. La biologie et la science me disent que vous devriez avoir une réponse immunitaire tout aussi bonne et une efficacité avec Pfizer/Pfizer ou Pfizer/Moderna ou Moderna/Pfizer. Ce sont des vaccins très similaires. Ils sont tous les deux concentrés sur la protéine de pointe de ce coronavirus et donc bien que je ne puisse pas encore vous montrer l'essai clinique - et encore une fois, ils sont en cours - je peux dire biologiquement que je suis convaincu que vous avez eu une bonne réponse immunitaire.

Jean Setzfand : Merci pour cela, Dr Neuzil. Des conseils très clairs là-bas. D'accord, Jesse, passons au prochain appelant, qui est notre prochain appelant ?

Jesse Salinas : Oui, notre prochain appelant est en fait de YouTube, Karen Dubayat. Elle a d'abord dit qu'elle était complètement vaccinée, et elle veut savoir si elle peut rendre visite à des amis qui ne sont pas vaccinés, et doit-elle le faire avec un masque ou non ?

Jean Setzfand : Excellente question, Dr Neuzil, je pense que je vais rester avec vous là-dessus. Quelle est votre perception générale de l'utilisation des masques ?

Kathleen Neuzil : Oui, vous savez, je dis aux gens que nous prenons des décisions en matière de santé publique en fonction, vous savez, de ce qui est le mieux pour la majorité, de ce qui est le mieux pour faire fonctionner notre économie. Mais les décisions individuelles ne sont que cela ; ils sont plus individuels. Donc, comme je l'ai déjà dit, un vaccin va être très protecteur pour l'individu, et nous savons également que la quantité de virus que vous allez répandre dans l'environnement si vous toussez ou éternuez va être plus faible que si vous n'êtes pas vacciné. Mais ce n'est pas zéro. Vous pouvez donc certainement choisir, par courtoisie, si vous sortez avec des personnes non vaccinées, de porter un masque. Cela ne fera certainement pas de mal, et cela pourrait aider. Et je dirais qu'il y a aussi des gens, je n'arrête pas de dire que nous encouragerions les non vaccinés à se faire vacciner, mais nous savons qu'il y a aussi des gens qui prennent des médicaments immunosuppresseurs ou qui ont des affections qui affectent leur système immunitaire, ce serait un risque très élevé. Et donc je pense qu'une grande prudence serait, même si vous êtes vacciné, encore une fois, d'avoir la courtoisie de porter un masque si vous êtes en contact étroit avec des personnes qui n'ont pas un bon système immunitaire.

Jean Setzfand : C'est du bon sens. Merci pour ça. Jesse, qui est notre prochain appelant ?

Jesse Salinas : Nous allons en faire un de plus à partir de YouTube. Cela vient de Lisa dans le Maryland, et elle aimerait savoir s'il existe des directives sanitaires obligatoires auxquelles les centres artistiques et culturels doivent se conformer lors de leur réouverture ?

Jean Setzfand : Bonne question. Kay, pouvez-vous nous aider avec cette question ?

Kate Haw  : La plupart des musées suivent les directives de leurs villes et états. C'est ce que nous avons fait à la National Gallery, nous avons prêté une attention particulière aux conseils du maire de Washington, D.C. Et nous avons écouté très attentivement le CDC et avons également consulté un médecin du CDC pour obtenir des conseils lorsque nous avons des questions. Ce sera donc une politique ville par ville, État par État et les musées sont, vous savez, chaque État a des exigences pour différents types d'organisations et d'institutions que ces lieux sont tenus de suivre. Et d'après mon expérience, en discutant avec des collègues de tout le pays, c'est que les musées prennent ces mandats très au sérieux. Et je dirai, juste pour ajouter à cela, comme nous le savons, beaucoup de ces, beaucoup de restrictions sont levées, beaucoup de directives sont assouplies dans tout le pays, et les musées avancent au même rythme.

Jean Setzfand : Génial. Merci pour ça. Très bien, Jesse. qui est notre prochain appelant?

Jesse Salinas : Oui, notre prochaine question est Linda en Louisiane.

Jean Setzfand : Bonjour, Linda. Quelle est votre question pour nous ?

Linda  : Oui, tu m'entends ?

Jean Setzfand : Oui, nous pouvons vous entendre.

Linda  : La question que je me pose est, après la deuxième dose du vaccin – mon mari et moi avons pris Moderna, et nous avons plus de 65 ans et avons plusieurs problèmes de santé – et je voulais le savoir. Nous ne nous sentons toujours pas à l'aise. On sort avec un masque car en Louisiane, comme vous le savez, le taux de vaccination est faible. La dernière fois que j'ai entendu, c'était encore dans la fourchette des 30 %. Et donc, c'est une grande préoccupation pour nous que, vous savez, nous ne sachions pas à quoi nous serons exposés, mais plus inquiétant, nous ne savons pas quelle a été notre réponse individuelle en raison de nos conditions médicales à la vaccin. Et je veux savoir s'il y a un test sanguin commercial que nous pourrions demander à nos médecins d'effectuer qui serait précis et nous donnerait une idée de ce que serait notre niveau d'anticorps ou, vous savez, le niveau d'anticorps.

Jean Setzfand : Super, une question intéressante. Merci beaucoup. Dr Neuzil, pouvez-vous aider Linda avec cette question ?

Kathleen Neuzil : Sûr. Linda, je pense qu'en fait, vous posez une série de questions, alors je vais essayer d'être bref, et vous soulevez de très bons points. Le premier point est que même si nous entendons une couverture incroyablement élevée aux États-Unis, elle n'est pas uniforme et nous voyons des communautés avec différents niveaux de couverture vaccinale. Et comme vous l'avez judicieusement identifié, cela signifie que le risque dans certaines communautés est plus ou moins élevé, et il y aura des poches même au sein d'une ville ou d'un État qui présentent un risque plus élevé car il y a moins de vaccinés. Et donc, vous savez, c'est un très bon point que vous soulevez, c'est que ce n'est pas un risque uniforme. Nous savons que les vaccins ont très bien fonctionné, même chez les personnes âgées et les personnes âgées souffrant de maladies chroniques. Donc c'est positif. Il y a des gens, comme je l'ai déjà mentionné, qui ont subi des greffes d'organes, d'autres conditions vraiment très immunodéprimées qui n'ont pas aussi bien fonctionné avec le vaccin, il est donc difficile de dire où se situerait un individu dans ce spectre.

Vous savez, nous avertissons les gens de faire attention à l'utilisation de tests sanguins. Il existe certainement des tests qui identifient la protéine de pointe, et ce serait le test qui vous dirait si vous avez des anticorps après un vaccin. Je dirais qu'il y a une mise en garde, et il y a beaucoup de ces tests et, vous savez, selon votre assurance, vous obtiendrez un, vous pourriez obtenir un test légèrement différent, mais ils testent tous cette protéine de pointe. Le défi, c'est que nous n'avons pas encore vraiment identifié la quantité de protéines qui vous protège, et nous travaillons très dur en ce moment pour faire des analyses qui nous aideront à répondre à cette question. Donc, vous savez, ce n'est pas une recommandation de santé publique, et je ne recommanderais pas non plus aux gens de se précipiter pour passer un de ces tests, car il est difficile de savoir comment interpréter la réponse.

Jean Setzfand : Absolument. Dr Neuzil, je pense que vous soulevez un point vraiment intéressant qui est encore en cours de développement avec la recherche en cours. Vers qui les gens se tournent-ils pour obtenir les meilleures informations sur ce qui est découvert presque quotidiennement, hebdomadairement, mensuellement ?

Kathleen Neuzil : Oui, je dois dire que même pour les médecins et les chercheurs dans le domaine, il est vraiment difficile de suivre la quantité de nouvelles informations dont nous disposons. Vous savez, le premier endroit où je vais toujours est le site Web du CDC, cdc.gov. Ils le mettent à jour régulièrement, plusieurs fois par jour, ils ont des informations sur les vaccins, ils ont des informations sur les maladies, ils ont des informations sur les conseils de santé publique, et ils ont également une multitude d'autres ressources et liens vers d'autres sites Web. Donc, si je ne sais pas par où commencer, je commence presque toujours par www.cdc.gov. Et le coronavirus est à la une.

Jean Setzfand : Très bon encadrement. Merci beaucoup pour cela, Dr Neuzil. Très bien, merci beaucoup pour toutes vos bonnes questions, et nous y reviendrons sous peu. Et rappelez-vous, si vous souhaitez poser une question, veuillez appuyer sur *3. Et encore une fois, si vous souhaitez écouter cet événement en espagnol, veuillez appuyer maintenant sur *0 sur le clavier de votre téléphone.

Très bien, nous allons nous tourner vers nos experts. Dr Neuzil, nous en avons parlé. C'est une période remarquable où de nombreux Américains reviennent à la normale le plus rapidement possible. Les gouvernements des États et locaux et le CDC ont assoupli les moratoires et les exigences en matière de masques. devrions-nous nous sentir confiants - nous avons déjà entendu cela de quelques appelants - devrions-nous nous sentir confiants de participer davantage, à la plupart des activités publiques si nous sommes complètement vaccinés. Et étant donné que certaines personnes ne sont pas complètement vaccinées, quelles sont les meilleures choses à faire et à ne pas faire en ce qui concerne le port du masque et la distanciation sociale.

Kathleen Neuzil : Oui. Encore une fois, vous savez, ces recommandations de santé publique se basent sur des moyennes. Ils vont avoir tendance à être conservateurs, n'est-ce pas, que nous allons pécher par excès d'être plus prudent à mesure que cela progresse. Je pense qu'en ce moment nous avons plusieurs avantages. Vous savez, nous avons déjà parlé du plus grand facteur de risque qui va être complètement vacciné et si je ne l'ai pas fait, je devrais le faire. Vous savez, si c'est un vaccin à deux doses, vous devez recevoir cette deuxième dose. Une vaccination complète réduira votre risque plus que toute autre action que vous pouvez prendre. Certes, cela aide que nous soyons maintenant dans les mois d'été, et être à l'extérieur dans des endroits bien ventilés va encore diminuer le risque. Le port du masque, encore une fois, n'est probablement pas nécessaire. Je ne veux pas dire absolument pas nécessaire, car comme je l'ai dit, il peut y avoir certaines juridictions, par exemple, ici à Baltimore City, il a été déterminé que les masques devraient toujours être portés même après dans l'État du Maryland cette restriction a été levée à cause, encore une fois, du taux de couverture à Baltimore City. Les juridictions locales vont donc avoir de l'importance. Donc, je veux être sûr que les gens suivent cela. Mais en général, vous savez, si vous êtes dans un endroit où les masques ne sont plus recommandés, je pense que vous devriez vous sentir libre de ne pas porter votre masque.

Le dernier point qui est vraiment important est dans de nombreux États, encore une fois, y compris le Maryland, où je suis, et, en fait, la majorité des États, les niveaux de tests positifs pour COVID sont les plus bas depuis le début de la pandémie. Il s'agit donc ici d'une variable mobile. You know, right now I am not only safe because I’ve been vaccinated, but I’m safe because there are far fewer people that I come in contact with in this area who have had COVID. We will need to follow that. You know, will we have another wave in the fall or in the winter? And that also brings up special circumstances such as air travel. So that’s why in those situations, we’re still seeing guidance to wear masks, for example.

Jean Setzfand : Very helpful, very clear. And I think you’re bringing up an interesting point here around the overall vaccination rate. I think prompting people to see how effective the vaccine is I think is good, but there’s also this notion of the overall vaccination rate across the U.S. and we’ve heard this sort of notion around herd immunity around the 70 or 75 percent rate. Is there a risk overall if we don’t reach that goal?

Kathleen Neuzil : The vaccine coverage goal?

Jean Setzfand : Yes, the vaccine coverage goal. Oui.

Kathleen Neuzil : Oui. You know it’s difficult to say because this is a pandemic. So, it’s not only the vaccine coverage goal but it’s what’s happening around us and in the rest of the world. So, this issue of emergence of variants, which callers have talked about, and you’ve talked about, this virus changes in settings of uncontrolled spread, which generally means settings where we don’t have enough vaccine. And so a lot of us, getting out of the pandemic will depend not only on our own vaccine coverage but on vaccine supply to the rest of the world, so we can keep that virus under control, reduce the chance of viruses emerging that could then spread to the U.S. and elsewhere. So as long as this is still a pandemic, and there’s uncontrolled virus transmission everywhere, you know, it’s hard to point to a single vaccine coverage or single estimate that will completely protect us.

Jean Setzfand : Oui. Very good point. So more than just the U.S. issue, it’s very much a global issue as well in addition to looking at the U.S. coverage rates. Thank you for that.

Kate, I’m going to turn back to you. Many people have on their sort of post-pandemic must-do list, visits to museums or cultural attractions outside of their community, and perhaps as we’ve been just talking about, internationally. What kind of resources are available to help people understand local requirements or restrictions and can museum staff, for example, give you a more comprehensive look at sort of what to do when you’re visiting or where to go for that information.

Kate Haw : I have noticed having been able to do a little bit of traveling myself since I was vaccinated, that museums have done a terrific job of making information about what is required to visit their institution right up front on the home page of their website. It’s very clear, very specific, letting you know the steps you need to take before your visit and what you’ll need to do while you’re there. I’m not seeing so much information on museum websites about, you know, the local city or state guidelines for travelers. And I think that’s partly because they’re changing so quickly. So, I think the best the best place to go, no matter where you’re traveling or what you plan to do, is to the local government website to see what’s happening in that place at that time. As I said, things, as we all know. restrictions are lifting quickly. So, it’s hard for museums to keep up with their information. Having said that, most museums will also have a phone number that you can call. We have several staff members who staff our phone line every day, and they’re busy all day long answering questions from visitors, and they can provide a little bit of context.

Jean Setzfand : That’s great. Thank you for that. A quick follow-up to this, and one of the previous callers actually asked a question related to this but I’m curious and the job that I do at AARP is very much focused on education and programming, and we’ve had to switch up our activities quite a bit, moving completely away from in-person to online, and we’ve thought a lot about sort of this hybrid mode and keeping it more, even when we do go back to normal. So curious to hear again from you on sort of the different ways that you’re thinking about it for the National Gallery of Art, how other museums are thinking about sort of mixing up the way that they do engage people, both in person and online. What are some of the changes that you’re likely going to keep?

Kate Haw : Yeah, well, I mean this was an unplanned experiment for all of us, wasn’t it?

Jean Setzfand : It was.

Kate Haw : And we have learned a lot about things that we thought we might be able to sort of pivot and put online and it didn’t really work, but we’ve learned even more about things we never thought we could do virtually that worked really well. And I’d love to give just one example of a program that we’ve had for a number of years called Just Us. And this is a program that we do for people with memory loss and their caregivers. And this is a program that we know, because our visitors have told us, has been really meaningful to families who are living with a loved one with memory loss for a long time. But what we’ve been hearing since we took this program online during the pandemic, was just how important it was for families who really logistically it’s so hard to get their loved one to the museum to participate in the program, and being able to be in their own homes without having to sort of get in a car and get to the museum and maybe they need to get a wheelchair and it can be disruptive and unsettling for their loved one with memory loss, they can sit in their homes, participate in the program together. It provides a moment of connection. This is a program where participants look at two works of art over the course of an hour, and they engage in conversations that are really built around personal responses in the moment that don’t rely on memory or previous knowledge. And this is a program that we will absolutely, one of a number of programs that we will absolutely continue online because we’ve realized we can reach so many more people in a way that works better for them.

Jean Setzfand : What a nice way to connect. That’s fabulous. So, it’s called Just Us, and can people find it on your website?

Kate Haw : They can at www.nga.gov.

Jean Setzfand : And search Just Us?

Kate Haw : They can search Just Us, or they can just click on the menu bar for Education.

Jean Setzfand : Fantastic. Thank you so much for that, Kate. All right,

Kate Haw : And I have to correct myself. We’ve changed that to Learning. Click on the menu bar for Learning.

Jean Setzfand : Aucun problème. So www.nga.gov and search on the tab Learning.

Kate Haw : Oui.

Jean Setzfand : Génial. Thank you for that, Kate. All right, we will be turning back to your questions just shortly, and before we do, I wanted to address an important issue. We know that some of you are still having challenges accessing the vaccine due to transportation or mobility issues. AARP wants to help. The AARP Vaccine Finder support team is available to try to connect you to community resources that can transport you to your vaccine appointment, or come to your home. So, if you’re listening today and can’t get a vaccine because of transportation or mobility issues. Again, if you’re listening today and can’t get a vaccine because of mobility/transportation issues., you’ll listen to a brief message and then be returned to the call.

All right now, it’s time to address more of your questions with Dr. Kathleen Neuzil and Kate Haw. All right, Jesse, who do we have on the line now?

Jesse Salinas: Our next caller today is going to be Olga from Connecticut.

Jean Setzfand : Hi, Olga. What’s your question for us?

Olga : Thank you for taking my question. It has been almost four months since my second dose of Pfizer vaccine. Have I waited long enough, and is it safe to make a dental appointment and also have some work done, lab work, which will, they will be able to draw my blood?

Jean Setzfand : Great question. Thanks so much for that, Olga. Dr. Neuzil, is it safe for Olga to do some necessary activities after four months of being vaccinated?

Kathleen Neuzil : Sûr. So, Olga, first of all, thank you for getting both doses, and again, just to emphasize that that really with the mRNA vaccines, you need two doses. We feel that immunity is really good and very high within about two weeks after that second dose. So, four months, you should be fine. I should comment on the other end of that because people are starting to worry about when efficacy might start to go down again. too. We’ve followed our clinical trial participants out to eight or 10 months, and we continue to follow them, and it still looks good. So yes, four months should be safe for you to go and do what you need to do.

Jean Setzfand. Thanks so much for that, Dr. Neuzil. Okay, Jesse, who’s our next caller?

Jesse Salinas: Our next caller is going to be Linda in Pennsylvania.

Jean Setzfand : Hi, Linda, what’s your question for us?

Linda : Hi. My question was, I keep hearing about the variants, the delta variant, and they always say just Pfizer is, you know, it’s covered by Pfizer, but never say about the Moderna. What, does that give you the same coverage as the Pfizer?

Jean Setzfand : Good question, Linda.

Linda : Against the variant?

Jean Setzfand : Yes, good question, Linda. Dr. Neuzil, I think we’re going back to you on this question again.

Kathleen Neuzil : Yeah, these calls and questions are keeping me on my toes because, Linda, you have been listening very, very carefully. The vaccine that got out there first, so for which we have the best data on efficacy against that delta variant, is the Pfizer vaccine. And, you know, really quite high against severe disease after two doses. We don’t yet have the same kind of data for the Moderna vaccine. We do though have very good immune responses against the variant that look as good as Pfizer. So, we’re making that connection while we’re waiting for the rest of the data that Moderna will perform as well as Pfizer. But you have been listening and reading very carefully.

Jean Setzfand : Thank you for that. All right, Jesse, who’s next on the call line?

Jesse Salinas: Yep, we’re going to bring on Marshall from Maryland.

Jean Setzfand : Hello, Marshall. What’s your question for us?

Marshall : Hello? Well, I’ll start off; I had two shots of Moderna, plus two months. I’ve got a two-part question here. Part one is travel, and part two is destination. We just got an invitation to a wedding out in the Midwest mid-August, very rural area in Kansas, and I contacted the health department of that county to find out what their story is right now in Kansas. And I’m told that they have no cap on gathering sizes and no issue on masks, and so their determination is nobody tells anybody about masks or shots. And currently, the senior inoculation is up to about 70 percent, and all adults are around 35 percent. And talking with some of my cousins out there, the attitude in much of that part of the rural Midwest is they don’t want to get shots, and they don’t want to wear masks. So, my risks are, let’s see, I’m a senior citizen, and I have a chronic health condition. My risk would be, first, airplane ride back and forth, which probably isn’t not too bad, but my destination issue is bad, I think. It’s likely to be a big wedding, maybe a hundred people or so at the wedding, and the last time we had a wedding was October 17th, big wedding. And after talking with one of my uncles about two weeks after the wedding, 50 people were the proud recipients of COVID-19 directly from that wedding; 20 of them are my cousins. I don’t know what to do about going out to the wedding.

Jean Setzfand : Yeah, tough question, Marshall. I’m going to toss it back to Dr. Neuzil again, in terms of weighing this decision and the risks associated with that.

Kathleen Neuzil : Yeah, and it is weighing individual risk. I’m sure all the callers can appreciate that, but I can’t really advise individuals, just perhaps help you frame the decision. I will say that before vaccination, weddings and family gatherings were big drivers of the pandemic and the individual risk, because people were complying with overall restrictions but, you know, the family was a bit of an exception for a while and people were willing to do those sorts of gatherings. So, it doesn’t entirely surprise me that your family experienced an outbreak in that setting. Again, your risk is dramatically reduced because you’ve had two doses of the vaccine. You will be asked to wear a mask while flying and, again, the airports and the airlines have really done a good job about enforcing that mask wearing. And then when you get to where you’re going, you know, it’s the risk to the unvaccinated that will be greatest. I would say certainly wear a mask, you know. it will be more dependent on how many people at that wedding have been vaccinated, is it indoor or outdoor, with outdoor being less of a risk, for example. So again, the biggest determinant that will help you lower your risk is that you’ve had two doses of the vaccine.

Jean Setzfand : Great, thank you. Thank you for laying that out in the framework as well, too, Dr. Neuzil. Very helpful. All right, Jesse, who is our next caller?

Jesse Salinas: Our next question is actually from Facebook, and this is from Chrissy Abrams. She’s a grandparent, and her question is, if you’re vaccinated and you want to go visit younger people, in particular, her grandchildren who are 4 and 5 years old and not able to get vaccinated, does she have to wear a mask?

Jean Setzfand : Good question. Dr. Neuzil, I’m tossing this back to you again about unvaccinated kids, what to do about that.

Kathleen Neuzil : Sûr. And you know kids have been affected by this pandemic, definitely. They’ve certainly been affected socially and developmentally. Their risk of severe disease is considerably lower. It’s not zero, but it’s considerably lower. So, the general recommendation is if you’ve been vaccinated, you don’t need to wear a mask. The only exception to that would be if your grandchild has some chronic health condition that would make them more susceptible to COVID or to severe COVID.

Jean Setzfand : Makes sense. What are your thoughts around that?

Kathleen Neuzil : Just in terms of sometimes it’s hard to sort out behavior of younger individuals, you know, versus the effect of the virus and the variant. You know, we certainly saw that in the U.S. with younger people not conforming to rules as well as older people that are conforming to rules. So, certainly, again, we’re learning more about the delta variant, and if it may be more severe in all ages. Some of what we’re seeing could also be behavior-related.

Jean Setzfand : Makes sense. All right, I’m not letting you off the hook, unfortunately. I’m actually going to turn back to some questions that we’ve had developed in advance. What’s your opinion of it?

Kathleen Neuzil : Yeah, so the issue of booster doses is certainly a hot topic right now. And just to remind everybody that the Johnson & Johnson vaccine is a single-dose vaccine; that is how it’s licensed. They are doing a second study, and I hope we’ll hear the results soon, about a two-dose version of that vaccine. So, it may be a bit of a different question if a Johnson & Johnson needs a booster, right, which would be a second dose versus Moderna and Pfizer needing a third dose. Right now, you know, the conversation is ongoing, the studies are ongoing, and the data are starting to come in. Right now, scientifically, there is no indication of a short term need for a booster dose. The immune response data look durable. You know, I’ve talked about eight- to 10-month data. We’ve seen six months and more efficacy data from Moderna and Pfizer that look really, really good. So, I don’t want it to scare people that you’re hearing talk of a booster that that means we need a booster.

The reason there’s talk of a booster is because, you know, in the end, this COVID vaccine program is going to be the largest vaccination program in the history of the United States. So, if we’re going to think about a booster logistically, we have to start thinking about it sooner instead of later. But at the moment there is no scientific indication for it in terms of immunity is waning, efficacy is going down. It’s a conversation realizing the enormity of the decision and the enormity of the logistics should we eventually decide that a booster dose is needed.

Jean Setzfand : Great, thank you so much for that, Dr. Neuzil. All right, Kate, you’re going to get the last word here. How might someone who’s never considered themselves artistic explore and express themselves now that we’ve all seen our lives in a different light?

Kate Haw : Yeah, well I’m not sure this exactly answers your question, but I think that people who haven’t dipped their toe in the water at art museums, maybe haven’t done it because they didn’t feel like art museums were for them. And the trend in museums now is to recognize that we’re here for everybody. You don’t need a Ph.D. to come through the door and look at a work of art and experience it in whatever way is meaningful to you. And so, across the country and really around the world, museums are looking at museum visits as a time for visitors to bring their life experience to the table to respond to works of art in ways that are meaningful to them. And if you want more, and you want history and guidance and context for what you’re seeing on the walls, we’re happy to give that to you, too, but we really want to be in conversation with the people who come to visit us. What is it you’re looking for? What do you want to see? What does this mean to you? And I want all people to know that they’re welcome. So, we look forward to seeing you come through our doors in the East Building as of tomorrow and in the West Building even as of today, and I know I speak for my colleagues around the country when I say that.

Jean Setzfand : Wonderful. Thank you so much, Kate, and I’m personally going to make a visit myself, because I’m dying to make a visit to really kind of feed my soul with art. So that’s terrific.

Kate Haw : Yes, and I will say that, you know, being out in the galleries as we have welcomed the public back over the last few weeks has been so gratifying to hear people’s enthusiasm for returning. You know, there are people who are even in tears they’re so happy to be back and seeing some of their old favorite works of art. And so we welcome everyone to experience that.

Jean Setzfand : Thank you so much. Well, I really want to take time to thank both of our expert panelists. I personally learned so much, and we really appreciate all the answers to the questions that we posed to you today. And, of course, I want to thank all of you, our AARP members, volunteers and listeners for participating in this discussion. AARP is a nonprofit, nonpartisan organization with a membership, and we’ve been working to promote health and well-being for older Americans for more than 60 years. In the face of this crisis, we are providing information and resources to help older adults and those caring for them protect themselves from the virus and prevent its spread to others while taking care of themselves. All the resources that we referenced today, including a recording of today’s Q&A event, can be found on aarp.org/coronavirus on June 18th, that’s tomorrow. And again, that web address is aarp.org/coronavirus. Go there if your question wasn’t answered. You’ll find the latest updates as well as information created specifically for older adults and family caregivers. We hope you learned something today that will keep you and your loved ones healthy. And please, join us on June 24th at 7 p.m. Eastern for a special live event where we’ll address COVID’s impact on the LGBTQ community. We hope you can join us for that. And thank you again. Have a wonderful day. This concludes our call.