La vague de coronavirus prend Haïti, qui n'a pas encore commencé les vaccinations, par surprise

Des gens marchent dans un marché alors qu'ils vaquent à leurs occupations à Port-au-Prince, Haïti, le 24 mai 2021. REUTERS/Valerie Baeriswyl
Pendant plus d'un an, Haïti a échappé aux pires ravages de la pandémie de COVID-19, signalant peu de cas et de décès - une pause rare pour le pays le plus pauvre des Amériques, qui a si souvent été assailli par le malheur.
Les centres de traitement COVID-19 ont fermé faute de patients, les Haïtiens ont repris une vie normale et le gouvernement a même hésité à accepter son attribution de vaccins gratuits AstraZeneca via le mécanisme COVAX soutenu par l'ONU en raison de problèmes de sécurité et de logistique.

Maintenant, cependant, alors que certains pays entrent déjà dans une phase post-pandémique grâce aux campagnes de vaccination, Haïti est aux prises avec sa première épidémie grave.
Et c'est l'un des rares pays dans le monde à n'avoir pas encore administré une seule injection de vaccin contre le coronavirus.
Le mois dernier, les infections et les décès ont plus que quintuplé à la suite de l'arrivée de nouvelles variantes, dans ce que l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a qualifié de « mise en garde sur la rapidité avec laquelle les choses peuvent changer avec ce virus ».

Officiellement, Haïti avait enregistré 15 895 infections et 333 décès dus au COVID-19 au 5 juin parmi ses 11 millions d'habitants – un nombre de cas relativement faible par rapport à ailleurs en Amérique latine et dans les Caraïbes.
Pourtant, les données sont limitées en raison des faibles taux de tests et les médecins disent que les chiffres réels sont probablement beaucoup plus élevés. Chaque jour arrive des nouvelles de décès dus au COVID-19 de personnalités connues, comme un ancien sénateur ou le chef de l'agence des retraites.

Et la tendance à la hausse pourrait s'avérer « catastrophique », selon Laure Adrien, directrice générale du ministère de la Santé d'Haïti.
Un mauvais assainissement signifie que la maladie peut se propager rapidement en Haïti. Ses bidonvilles sont densément peuplés et son système de santé déjà débordé et chaotique dépend de dons inconstants.

La semaine dernière, deux des principaux hôpitaux traitant les patients atteints de COVID-19 dans la capitale Port-au-Prince ont annoncé qu'ils étaient saturés.
"Nous sommes submergés de patients", a déclaré Marc Edson Augustin, directeur médical de l'hôpital St. Luke.

Jean 'Bill' Pape, l'un des meilleurs experts haïtiens en maladies infectieuses, a déclaré que le pays n'était désormais pas aussi préparé qu'il l'avait été.
« Nous devons rouvrir de nouveaux centres pour augmenter le nombre de lits COVID dédiés », a déclaré Pape.
La nouvelle vague survient également dans un contexte de violence croissante des gangs qui entrave la fourniture du peu de soins de santé disponibles.

L'hôpital de St. Luke a averti lundi qu'il pourrait devoir fermer complètement son unité COVID-19 car la violence rendait difficile l'approvisionnement en oxygène sur le site de production du bidonville de Cité Soleil.
Déjà en février, Médecins sans frontières (MSF) a fermé tout sauf le service des urgences de l'hôpital de Cité Soleil où il a traité l'année dernière des patients atteints de COVID-19.

Les Haïtiens les plus riches paient pour être évacués vers la Floride ou la République dominicaine.
PAS UNE PRIORITÉ
Les médecins haïtiens ont largement attribué la résilience apparente de leur pays au coronavirus l'année dernière à sa population relativement jeune. Environ la moitié des Haïtiens ont moins de 25 ans.

De nombreux habitants ont rejeté le virus comme n'étant pas un gros problème ou ont même douté de son existence. Son importance s'est estompée au milieu d'une crise humanitaire croissante à la suite de troubles politiques et de conditions météorologiques extrêmes associées au changement climatique.
Ainsi, lorsque des rapports sont apparus le mois dernier concernant l'arrivée des nouvelles variantes identifiées pour la première fois en Grande-Bretagne et au Brésil et une légère augmentation des cas, la réaction a été initialement modérée.

Les autorités ont imposé des précautions renouvelées comme des masques dans les espaces publics, institué un couvre-feu nocturne et suspendu les cérémonies de remise des diplômes de fin d'année. Le président Jovenel Moise a exhorté les Haïtiens à boire du thé médicinal pour éloigner le virus, un remède non prouvé.
Pourtant, de nombreux Haïtiens ont continué à vivre comme d'habitude, les autorités ne voulant pas ou ne pouvant pas appliquer les mesures.

Un maire d'un quartier de Port-au-Prince a organisé la semaine dernière un concert de musique auquel ont assisté des milliers de personnes ne portant pas de masques.
La pression monte pourtant. La directrice de l'OPS, Carissa Etienne, a déclaré la semaine dernière qu'il n'y avait « pas de temps à perdre », car des capacités sanitaires supplémentaires et des mesures préventives pour freiner la transmission seraient « décisives ».

Les entreprises commencent à exiger des Haïtiens d'entrer uniquement avec des masques et de nouveaux centres de traitement COVID-19 ouvrent.
"Nous devons ouvrir de nouvelles structures pour accueillir plus de patients souffrant de difficultés respiratoires pour éviter une catastrophe", a déclaré Ronald Laroche, un médecin qui dirige un réseau de centres de santé et d'hôpitaux à bas prix, et a ouvert cette semaine un centre COVID-19.
Lundi, le conseil électoral a reporté un référendum sur une nouvelle constitution qui était prévu fin juin.

Et la semaine prochaine, Haïti devrait recevoir son premier lot - 130 000 doses - de vaccins COVID-19 via le programme de vaccination COVAX de l'Organisation mondiale de la santé.
Les médecins disent que le défi maintenant sera de convaincre les Haïtiens d'avoir réellement le vaccin.
Ronald Jean, 38 ans, gérant de restaurant à Port-au-Prince, a déclaré qu'il avait pour la première fois peur du virus.

Mais "les autorités devraient d'abord prendre le vaccin à la télévision, nous verrons comment elles le feront", a-t-il déclaré. "Et puis je déciderai de le prendre ou non."
Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.