Les masques de protection pour lutter contre l’épidémie de covid-19 sont classés selon des normes bien spécifiques. Mais quelles sont ces normes ? Comment s’y repérer pour se déplacer en toute sécurité.

La qualité de la filtration

Les normes concernant les masques se basent sur le % de particules filtrées dans l’air. Le calcul se fait pour des particules de 3 micromètres. En effet, le covid-19 se propage dans l’air via des microgouttelettes et peut ainsi infecter des personnes à proximité, qui ne porteraient pas de masque. C’est d’ailleurs pourquoi le masque de protection est rendu obligatoire dans de nombreux lieux publics et est le 1er élément à adopter parmi les gestes barrières.

Les masques se classent parmi deux catégories :

  • Les masques jetables
  • Les masques réutilisables et lavables. Ce sont des masques en tissu

Les masques jetables

Il s’agit de masques à usage unique, que vous allez jeter juste après usage. Ces masques ne peuvent pas être lavés et vous ne devez pas remettre plusieurs fois de suite ce masque.

Il existe deux types de masques jetables :

Les masque de type FFP2

C’est le type de masque qui est désormais obligatoire dans les lieux publics et les transports en commun, en Allemagne et en Autriche. Ce masque est facilement reconnaissable avec son look « bec de canard ». Il possède une forme en 3D avec une valve sur l’avant. C’est un masque qui protège autant l’utilisateur que son entourage. En effet, la valve permet de suivre la respiration et de filtrer l’air entrant et l’air sortant. Ce type de masque est initialement conçu pour l’industrie et le travail dans les milieux avec des particules ou du gaz dans l’air.

Masques anti-covid, catégorie 1 et 2, UNS1, FFP2, chirurgical : à quoi correspondent les normes ?

C’est donc un masque véritablement efficace, certainement l’un des plus efficace d’ailleurs, mais qui est très compliqué à porter. En effet, il n’est pas confortable est se plaque assez fortement sur le visage. Ainsi, si vous devez porter vos masques de protection plusieurs heures de suite, ce n’est pas forcément le bon type de masque à choisir.

Les masque chirurgicaux

Le second type de masque jetable est le masque dit chirurgical. C’est un masque en papier, généralement à 3 plis, de colorie bleu. Il est initialement conçu pour le secteur médical : personnel soignant, chirurgiens, médecins, pompiers … C’est très certainement le masque le plus répandu. Il s’achète par boite de 50 ou 100. En 2020, au début de la crise sanitaire, ce masque était en rupture de stock.

Masques anti-covid, catégorie 1 et 2, UNS1, FFP2, chirurgical : à quoi correspondent les normes ? #2

Il y avait pénurie et tous les français peinaient à se procurer un masque chirurgical. Ces masques paraissent peu couteux mais ils sont très régulièrement jetés. Cela génère un très gros volume de déchets et participent à la pollution de la planète.

Enfin, il existe des masques plus écologiques et moins couteux, qui sont réutilisables.

Les masques lavables et réutilisables

Ces masques en tissus sont classés selon deux catégories : 1 et 2.

Ainsi, pour palier à cette pénurie de masques chirurgicaux, les autorités, ont, début avril 2020, conçus des masques en tissu qui peuvent être lavés et réutilisés.

Pour normaliser ces masques et encadrer le type de model utilisé, l’AFNOR a réalisé un guide avec un gabarit et des obligations à respecter pour que ce masque puisse être utilisé dans un lieu public.

Toutefois, en ce début d’épidémie, pris de court face à la panique généralisée, personne n’a réfléchi à la qualité du tissu utilisé. Ainsi, les couturières, les mamans au foyer et les débrouillards ont conçus de manière anarchique leurs premiers masques.

Masques anti-covid, catégorie 1 et 2, UNS1, FFP2, chirurgical : à quoi correspondent les normes ? #3

Ces masques dits maisons sont classé dans la catégorie 2.  En effet, soit la qualité filtrante du tissu n’est pas mesurée, soit elle est inferieur a 90 %. C’est le cas notamment des masques utilisant les tissus du commerce ou des torchons. Ces masques vont protéger dans une certaine mesure mais ne filtrent pas assez les particules dans l’air : de plus petites particules peuvent tout à fait être respirées et ainsi vous infecter.

Pour entrer dans la catégorie 1, le tissu utilisé doit filtrer les particules a plus de 90 %  ! Également, le masque doit être construit en respectant scrupuleusement le cahier des charges de l’AFNOR et de l’IFTH.

Masques anti-covid, catégorie 1 et 2, UNS1, FFP2, chirurgical : à quoi correspondent les normes ? #4

L’ensemble de ces critères permettent de commercialiser un masque en tissu dans la catégorie 1. Vous verrez aussi le symbole UNS1 apparaitre. Cela signifie : usage non sanitaire de catégorie 1.

Le terme de « non-sanitaire » signifie que ce masque est utilisé pour prévenir les projections de micro-gouttelettes. C’est un masque qui est utilisé dans le cadre des mesures liées au confinement et au groupe en milieu professionnel. Ce masque doit être porté par des personnes qui sont en contact avec d’autres utilisateurs portant eux aussi un masque, de catégorie 1 ou FFP2 ou chirurgical.

Non sanitaire signifie que ce masque en tissu de catégorie ne convient pas au personnel médical qui est en contact direct avec des personnes infectée par le covid-19 ou des malades.

Cet article a été rédigé en collaboration avec notre partenaire, fabriquant français de masques en tissus de catégorie 1 norme AFNOR.

Tous les masques vendus sur ce site sont bien UNS1, de catégorie 1 et protègent contre les différents variants du CORONAVIRUS.

En complément du port du masque, adoptez les gestes barrières systématiquement, limitez vos déplacements et lavez-vous très régulièrement les mains !

Norme ce masque ffp2
  • Norme ffp2 coronavirus
  • NORMES ce pour masques FFP2