Charles Michel, président du Conseil européen, jeudi à Bruxelles. "Le monde a le droit de savoir exactement ce qui s'est passé", a-t-il déclaré.Crédit. le président du Conseil européen déclarant "soutenir tous les efforts visant à obtenir la transparence et à connaître la vérité".

"Le monde a le droit de savoir exactement ce qui s'est passé pour pouvoir en tirer les leçons", a ajouté le président Charles Michel, qui dirige le Conseil européen, l'instance qui représente les dirigeants nationaux du bloc. Il a fait ces commentaires lors d'une conférence de presse précédant le sommet du Groupe des 7, qui débutera vendredi et auquel participera le président Biden.

Mises à jour en direct de Covid-19 : les dernières nouvelles

L'Organisation mondiale de la santé a mené une enquête cette année sur les origines du virus, qui est apparu pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan fin 2019. L'étude a conclu que "l'introduction par le biais d'un incident de laboratoire était considérée comme une voie extrêmement improbable", mais a été largement considéré comme incomplet en raison de la coopération limitée de la Chine. Les gouvernements, les experts de la santé et les scientifiques ont appelé à un examen plus complet des origines du virus, qui a tué plus de 3,7 millions de personnes dans le monde. Biden a ordonné aux agences de renseignement américaines d'enquêter sur les origines du virus, une indication que son administration prenait au sérieux la possibilité que le virus mortel ait accidentellement fui d'un laboratoire, en plus de la théorie dominante selon laquelle il a été transmis. par un animal aux humains en dehors d'un laboratoire.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, l'organe exécutif de l'Union européenne, a souligné jeudi que " les enquêteurs ont besoin d'un accès complet aux informations et aux sites " pour " développer les bons outils pour s'assurer que cela ne se reproduira plus jamais.. "

Dans le projet de conclusions du sommet de la semaine prochaine entre l'Union européenne et les États-Unis, les dirigeants appelleront à "des progrès dans une étude de phase 2 transparente, fondée sur des preuves et dirigée par des experts, convoquée par l'OMS sur les origines de Covid-19, c'est-à-dire libre de toute interférence.

Mercredi, le parking presque vide d'un site de vaccination au volant à Forest, dans le Mississippi.Crédit. Elijah Baylis pour le New York TimesNASHVILLE – Les services de santé publique ont organisé des cliniques de vaccination dans les églises. Ils ont organisé des trajets vers des cliniques. Fait du porte-à-porte. Même offert un tour sur une piste NASCAR à tous ceux qui souhaitent tenter leur chance.

Pourtant, la campagne de vaccination des États-Unis vacille, surtout dans le Sud, où il y a bien plus de doses que de personnes qui les prendront.

Alors que les rapports de nouveaux cas de Covid-19 et de décès à l'échelle nationale chutent et que de nombreux Américains s'aventurent sans masque, les experts craignent que le virus ne réapparaisse dans des États comme l'Alabama, la Louisiane et le Mississippi, où moins de la moitié des adultes ont eu une première injection.

"Je ne pense pas que les gens apprécient que si nous abandonnons les efforts de vaccination, nous pourrions être de retour là où nous avons commencé", a déclaré le Dr Jeanne Marrazzo, directrice de la Division des maladies infectieuses de l'Université d'Alabama à Birmingham.

Il existe une série de théories sur les raisons pour lesquelles le Sud, qui abritait mercredi huit des 10 États avec les taux de vaccination les plus bas, est à la traîne : hésitation des Blancs conservateurs, inquiétudes de certains résidents noirs, défis de longue date en matière de santé l'accès aux soins et le transport.

La réponse, révélée par des entretiens dans toute la région, était tout ce qui précède. Il n'y a pas de solution parfaite ", a déclaré le Dr W. Mark Horne, président de la Mississippi State Medical Association.

Le temps presse, à la fois pour prévenir de nouvelles infections et pour utiliser les doses déjà distribuées aux États. Les variantes du coronavirus se propagent, en particulier la variante Delta hautement transmissible et de plus en plus répandue, détectée pour la première fois en Inde. Et des millions de doses de vaccin Johnson & Johnson expireront dans tout le pays ce mois-ci, incitant certains gouverneurs à émettre des appels urgents pour que les prestataires de santé les utilisent bientôt.

Des Appalaches rurales aux villes comme Birmingham et Memphis, le ralentissement a contraint les autorités à affiner leurs arguments auprès des résidents. Parmi les dernières offres : cliniques mobiles, forums Facebook Live et billets de foot gratuits pour ceux qui se font vacciner.

Un agent de santé préparant une dose de vaccin Covid de Moderna dans un centre médical près de Paris en mars. Crédit. Dmitry Kostyukov pour le New York TimesModerna a demandé jeudi une autorisation d'urgence à la Food and Drug Administration pour l'utilisation de son vaccin contre le coronavirus chez les 12 à 17 ans. S'il était autorisé, comme prévu, le vaccin offrirait une deuxième option pour protéger les adolescents contre le coronavirus et accélérerait le retour à la normale pour les collégiens et lycéens.

La société a déjà déposé une demande d'autorisation auprès de Santé Canada et de l'Agence européenne des médicaments, et envisage de demander l'approbation dans d'autres pays, a déclaré le directeur général Stéphane Bancel dans un communiqué. Autorisation par la F.D.A. prend généralement trois à quatre semaines.D.A. autorisation élargie d'utilisation d'urgence pour le vaccin fabriqué par Pfizer et BioNTech pour une utilisation chez les enfants âgés de 12 à 15 ans. Ce vaccin était déjà disponible pour toute personne âgée de plus de 16 ans. Jusqu'à présent, environ 7 millions d'enfants de moins de 18 ans ont reçu au moins une dose du vaccin et environ 3,5 millions sont entièrement protégés.

Le vaccin de Moderna a été autorisé pour une utilisation chez les adultes en décembre. Son application à la F.D.A. pour les jeunes adolescents est basé sur les résultats d'une étude publiée le mois dernier. Cet essai clinique a recruté 3 732 enfants âgés de 12 à 17 ans, 2 500 ayant reçu deux doses du vaccin et le reste un placebo d'eau salée.

L'essai n'a trouvé aucun cas de Covid-19 symptomatique parmi les adolescents entièrement vaccinés, ce qui se traduit par une efficacité de 100 pour cent, le même chiffre que Pfizer et BioNTech ont rapporté pour ce groupe d'âge. L'essai a également révélé qu'une dose unique du vaccin Moderna a une efficacité de 93%. Les participants n'ont pas ressenti d'effets secondaires graves au-delà de ceux observés chez les adultes  : douleur au site d'injection, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires et frissons.

Un comité indépendant de surveillance de la sécurité suivra tous les participants pendant 12 mois après leur deuxième injection pour évaluer la protection et la sécurité à long terme.

Des agents de santé attendent de recevoir le vaccin Johnson & Johnson Covid à Johannesburg en mars.Crédit.Themba Hadebe/, pour la plupart petits, sont susceptibles d'atteindre l'objectif de l'Organisation mondiale de la santé selon lequel chaque pays du monde peut vacciner 10% de sa population contre le coronavirus d'ici septembre, a annoncé jeudi l'agence. C'est une perspective désastreuse pour un continent où les stocks de vaccins s'épuisent rapidement et où les gouvernements luttent contre une résurgence des infections.

L'organisme mondial de la santé a déclaré que la couverture vaccinale restait à environ 2 % à l'échelle du continent – ​​et à environ 1 % en Afrique subsaharienne – alors même que certains pays riches à travers le monde ont administré des injections à la majorité de leur population. Pour atteindre l'objectif de 10 pour cent pour chaque pays du continent, l'Afrique aurait besoin de 225 millions de doses supplémentaires, a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, de l'OMS. directeur régional pour l'Afrique. Au total, neuf des dix pays africains rateront cet objectif mondial de vaccination, a estimé l'agence.

Les sept pays sont les Seychelles, le Maroc, Maurice, la Guinée équatoriale, les Comores, Sao Tomé et Principe et le Zimbabwe. Six autres pays : la Tunisie ; Ghana; Eswatini, anciennement connu sous le nom de Swaziland ; Lesotho; Rwanda;, le W.H.O. mentionné.

"Cela nécessitera vraiment un effort massif", a admis le Dr Moeti, affirmant que "sans une augmentation significative" de la disponibilité des vaccins, "de nombreuses vies africaines sont en jeu".

L'annonce est intervenue alors que l'Afrique devrait dépasser les cinq millions de cas de virus, Covid ayant fait jusqu'à présent 133 000 morts. Alors que les tests sont souvent limités dans les pays du continent, les cas connus ont également augmenté, avec 94 145 nouveaux cas signalés la semaine dernière – une augmentation de 26% par rapport à la semaine précédente – selon les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Des pays comme l'Égypte, l'Afrique du Sud, la Tunisie et la Zambie ont signalé une augmentation des cas, tandis que certains, comme l'Ouganda, ont réintroduit des mesures de confinement pour endiguer la propagation du virus. Le C.D.C. Afrique a également déclaré que les décès sur le continent avaient augmenté de 2% au cours de la semaine dernière, et de nombreux autres pays ont signalé avoir détecté les variantes signalées pour la première fois en Afrique du Sud, en Grande-Bretagne et en Inde.

Et tout comme les cas et les décès augmentent, de nombreux pays africains ont signalé avoir épuisé la plupart des vaccins qu'ils ont reçus via Covax, une initiative mondiale de vaccination. L'OMS. a déclaré que 14 pays africains ont utilisé entre 80 et 100 pour cent de leurs doses.

Pourtant, seulement 35,9 millions de doses de vaccin Covid ont été administrées sur le continent, le C.D.C. Afrique, la majorité étant administrée dans quelques pays, dont le Maroc, l'Égypte, le Nigéria, l'Éthiopie et l'Afrique du Sud, et dans la région du Sahara occidental. La Tanzanie, l'Érythrée et le Burundi n'ont pas encore donné un seul coup tandis que le Togo et le Tchad n'ont commencé à administrer des jabs que la semaine dernière.

Alors que certains pays étaient confrontés à des pénuries, d'autres ne déployaient pas rapidement des campagnes. Vingt nations ont utilisé moins de la moitié de leurs doses, le W.H.O. estimé, tandis que 12 pays ont plus de 10 pour cent de leurs doses en voie d'expiration.H.O. et le C.D.C. Afrique a salué la nouvelle que le président Biden a décidé de faire don de 500 millions de vaccins Pfizer-BioNTech aux pays les plus pauvres, y compris ceux de l'Union africaine. Des pays comme la France et des entreprises comme Mastercard ont également promis de financer, livrer ou aider à produire des vaccins Covid sur le continent.

"C'est un pas en avant monumental", a déclaré le Dr Moeti à propos de l'effort américain, que M. Biden annoncera jeudi en Europe, selon la Maison Blanche. " Nous voyons maintenant des nations riches commencer à transformer leurs promesses en actions. L'espoir d'un avenir partagé sans Covid-19 commence à briller un peu plus. "

Les vaccins devraient commencer à être expédiés en août, avec 200 millions de doses devant être livrées d'ici la fin de cette année, tandis que les 300 autres millions seront livrés au début de l'année prochaine, selon une fiche d'information de la Maison Blanche.D.C. s'est félicité de la décision mais a déclaré qu'il ne savait pas quand ni combien de vaccins l'Afrique recevrait. Mais il a exhorté les États membres à préparer des installations de stockage pour le vaccin Pfizer et à donner la priorité aux grandes villes une fois ces doses arrivées. Il a donné l'exemple du Rwanda, qui, selon lui, a reçu plus de 102 000 doses de Pfizer et l'a rapidement déployé.

"Nous devons utiliser une combinaison de vaccins pour gagner cette bataille contre Covid-19", a déclaré M. Nkengasong lors d'une conférence de presse jeudi. "Nous sommes en guerre et vous partez en guerre avec ce que vous avez, pas ce dont vous avez besoin."

Un employé d'un salon funéraire a désinfecté des cercueils à Buenos Aires début mai.Crédit.Juan Ignacio Roncoroni/EPA, via ShutterstockRIO DE JANEIRO – Des responsables de l'Organisation mondiale de la santé ont réitéré mercredi leurs appels aux gouvernements du monde entier pour qu'ils accélèrent les plans de distribution de vaccins contre le coronavirus aux pays durement touchés, avertissant que de nombreux pays d'Amérique latine continuaient de voir le nombre de cas augmenter.

"Dans notre région, cette année a été pire que l'année dernière", a déclaré le Dr Carissa F. Etienne, directrice de l'Organisation panaméricaine de la santé, qui fait partie de l'OMS. " Dans de nombreux endroits, les infections sont plus élevées maintenant qu’à n’importe quel moment de cette pandémie. "

Les commentaires sont intervenus alors que le président Biden s'apprêtait à annoncer que son administration achèterait 500 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech et les donnerait à environ 100 pays au cours de l'année prochaine, selon des personnes familières avec le plan. M. Biden pourrait annoncer l'arrangement dès jeudi, alors qu'il entame son premier voyage à l'étranger en tant que président.

On ne sait pas encore à quels pays les 500 millions de doses de vaccin seraient fournies, mais l'Amérique latine fait partie des régions où le besoin est urgent. Selon le Center for Systems Science and Engineering de l'Université Johns Hopkins, huit des 10 pays avec le taux de décès de Covid par habitant le plus élevé se trouvent en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Et même si les hôpitaux d'Argentine, du Chili, d'Uruguay et d'autres pays où le virus continue de se propager de manière agressive ont créé des installations de débordement, les systèmes de santé de plusieurs pays de la région ont du mal à faire face, a déclaré le Dr Etienne lors de l'actualité virtuelle de l'OMS. conférence le mercredi matin.

" Malgré le doublement voire le triplement des lits d'hôpitaux dans toute la région, I.C.U. les lits sont pleins, l'oxygène manque et les agents de santé sont débordés ", a-t-elle déclaré.

La plupart des gouvernements d'Amérique latine ont du mal à acquérir suffisamment de doses pour vacciner rapidement leur population, ce qui retardera leur capacité à rouvrir complètement les économies, ont déclaré des responsables. Biden a déclaré que les États-Unis distribueraient 25 millions de doses ce mois-ci aux pays des Caraïbes et d'Amérique latine ; Asie du Sud et du Sud-Est ; Afrique; et les territoires palestiniens, Gaza et la Cisjordanie. Ces doses sont les premières des 80 millions que M. Biden s'est engagé à envoyer à l'étranger d'ici la fin juin.

Le Dr Etienne a déclaré que seul un système de distribution plus équitable mettrait fin à la pandémie dans un avenir prévisible.

"Aujourd'hui, nous assistons à l'émergence de deux mondes, l'un revient rapidement à la normale et l'autre où la récupération reste un avenir lointain", a déclaré le Dr Etienne. "Malheureusement, l'approvisionnement en vaccins est concentré dans quelques pays alors que la plupart des pays du monde attendent que les doses coulent."

Elle a souligné la pénurie de vaccins en Amérique centrale, qui abrite plus de 44 millions de personnes, où un peu plus de deux millions ont été vaccinés. Moins de trois millions de personnes ont été vaccinées dans les pays des Caraïbes, qui comptent un peu plus de 34 millions d'habitants.

Un centre de vaccination contre le covid-19 dans le village de Sultanpur dans l'Utter Pradesh, en Inde, la semaine dernière.Crédit. Atul Loke pour le New York TimesComme c'est le cas pour presque tous les autres événements majeurs de l'année dernière, la pandémie occupe une place importante au cours du sommet du Groupe des 7 de cette semaine, les dirigeants mondiaux s'étant déjà engagés à faire plus pour arrêter le coronavirus alors qu'ils se préparent pour le rassemblement de trois jours qui commence vendredi.

Au cours des derniers mois, les pays riches avec des campagnes de vaccination robustes se sont rapidement déplacés vers l'inoculation de larges pans de leur population. Maintenant, ils s'engagent à aider le reste du monde à atteindre cet objectif également.

Dans un communiqué publié jeudi, le Premier ministre Boris Johnson, qui accueille le sommet alors que la Grande-Bretagne prend la présidence du G7 cette année, a déclaré qu'il était crucial de profiter de ce moment pour agir. " Il faut être honnête : l'ordre et la solidarité internationaux ont été durement ébranlés par le Covid. Les nations ont été réduites à la tactique du mendiant mon voisin dans la recherche désespérée d'EPI, de médicaments – et, enfin, de vaccins ", a-t-il ajouté, faisant référence à l'équipement de protection individuelle.

Il a dit que le moment était venu de " mettre ces jours derrière nous ".

"C'est le moment pour les démocraties les plus grandes et les plus avancées technologiquement du monde d'assumer leurs responsabilités et de vacciner le monde, car personne ne peut être correctement protégé tant que tout le monde n'a pas été protégé", a-t-il ajouté.

Le président Biden, sous pression pour faire face à la pénurie mondiale de vaccins contre le coronavirus, annoncera jeudi que son administration achètera 500 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech et en fera don à environ 100 pays au cours de l'année prochaine, a annoncé la Maison Blanche.

" Nous devons mettre fin à Covid-19, pas seulement chez nous, ce que nous faisons, mais partout ", a déclaré M. Biden aux troupes américaines de la R.A.F. Mildenhall dans le Suffolk, en Angleterre, mercredi soir. " Il n’y a pas de mur assez haut pour nous protéger de cette pandémie ou de la prochaine menace biologique à laquelle nous sommes confrontés, et il y en aura d’autres. Cela nécessite une action multilatérale coordonnée.

Pfizer a déclaré jeudi dans un communiqué annonçant l'accord que les États-Unis paieraient les doses à un prix "sans but lucratif". Les 200 premiers millions de doses seront distribuées d'ici la fin de cette année, suivies de 300 millions d'ici juin prochain, a indiqué la société. Les doses seront distribuées via Covax, l'initiative internationale de partage de vaccins.

" Une distribution juste et équitable est notre étoile du Nord depuis le premier jour, et nous sommes fiers de faire notre part pour aider à vacciner le monde, une entreprise massive mais réalisable ", a déclaré Albert Bourla, directeur général de Pfizer, dans un communiqué.

Le mois dernier, deux hommes ont aidé leur père à l'hôpital des maladies transmissibles d'Afghan-Japan à Kaboul, en Afghanistan.Credit.Rahmat Gul/.000 doses d'un vaccin contre le Covid-19 en provenance de Chine dans un contexte d'aggravation de la crise et de nombre record de cas connus, ont déclaré des responsables du ministère de la Santé.

Le ministère de la Santé publique a déclaré qu'il donnerait la priorité aux personnes de plus de 55 ans et aux personnes atteintes de maladies chroniques pour recevoir les doses du vaccin, fabriqué par la société chinoise Sinopharm.

Avec des lits d'hôpitaux qui se remplissent, une pénurie persistante d'oxygène et un échec général à adopter les précautions élémentaires communes ailleurs – port du masque, distanciation sociale – l'Afghanistan traverse sa période la plus grave de la pandémie.

Bien que la capacité de test de l'Afghanistan soit sévèrement limitée, le pays a enregistré jeudi son plus grand nombre de cas de virus sur une période de 24 heures : 1 822 tests positifs sur 5 343 au total, soit un taux de positivité de plus de 34 %. Il y a eu 56 décès enregistrés du Covid-19 au cours des 24 heures précédentes, mais le système de santé afghan ne peut pas toujours distinguer le Covid des autres causes de décès dans un pays où la maladie et la violence sont endémiques.

"La situation est critique", a déclaré Saeed Uddin Jami, porte-parole du ministère afghan de la Santé publique. " Il n'y a pas de lit vide pour les patients dans les hôpitaux de Kaboul ", a-t-il déclaré. " Malheureusement, les gens ne coopèrent pas avec nous et ne prennent pas le virus au sérieux. Il est probable que la situation va empirer dans tout l'Afghanistan.

Le vaccin de Sinopharm utilise des coronavirus inactivés pour déclencher une réponse immunitaire dans le corps. Les vaccins qui utilisent cette approche se sont révélés dans des études moins efficaces que les vaccins développés par les sociétés pharmaceutiques Pfizer et Moderna, qui utilisent une technologie d'ARNm plus récente.

Le don chinois des doses de vaccin de Sinopharm fait suite à une expédition en février de 500 000 doses du vaccin AstraZeneca en provenance d'Inde qui n'a pas réussi à faire une grande brèche. Un don de 486 000 doses d'AstraZeneca de l'initiative mondiale de vaccins Covax n'a pas non plus modifié la trajectoire de la crise.

Les États-Unis ont annoncé vendredi quelque 266 millions de dollars d'aide supplémentaire à l'Afghanistan, principalement pour la réponse à Covid. À la mi-mai, le gouvernement a interdit les repas dans les restaurants et les rassemblements de plus de deux personnes.Crédit.Feline Lim/, détectée pour la première fois en Inde.

La cité-État a également déclaré qu'elle étendrait sa campagne de vaccination, permettant aux Singapouriens âgés de 12 ans et plus de s'inscrire pour des vaccins à partir de vendredi et étendant l'éligibilité au reste de la population dans les mois à venir.

L'annonce est intervenue un jour après que la nation de 5,7 millions d'habitants n'ait enregistré que deux nouveaux cas de coronavirus, le nombre le plus bas depuis des mois. À la mi-mai, après qu'une épidémie à l'aéroport international de Singapour a entraîné des dizaines d'infections, le gouvernement a interdit les repas dans les restaurants et les rassemblements de plus de deux personnes.

"Nous avons ralenti les chaînes de transmission et réduit le nombre de cas communautaires, et sommes désormais en mesure d'assouplir les mesures renforcées", a déclaré jeudi le ministère de la Santé dans un communiqué.

À partir de lundi, les gens seront autorisés à se rassembler en groupes de cinq maximum, et les restaurants et les gymnases seront autorisés à rouvrir aux clients la semaine suivante si les cas restent faibles, a indiqué le ministère.

Environ un tiers des Singapouriens sont entièrement vaccinés, l'un des taux les plus élevés d'Asie, mais le pays a limité les cas en exigeant des masques, en traçant strictement les contacts et en éliminant la plupart des voyages à l'étranger. Les responsables ont déclaré que la levée des restrictions supplémentaires dépendra de la vaccination de beaucoup plus de personnes.

Dans d'autres nouvelles dans le monde :

  • Abou Dabi, aux Émirats arabes unis, limitera l'accès aux centres commerciaux, restaurants, cafés et autres lieux publics à ceux qui ont été vaccinés contre le coronavirus ou qui ont récemment été testés négatifs, à partir de mardi. Les nouvelles règles ont été annoncées mercredi soir et interviennent alors que les Émirats arabes unis ont vu le nombre de cas augmenter quotidiennement au cours des trois dernières semaines. Les restrictions s'appliqueront également aux gymnases, hôtels, parcs publics, plages, piscines, centres de divertissement, cinémas et musées, a déclaré le bureau des médias d'Abou Dhabi.
  • l'Allemagne L'application de confirmation de vaccination a été introduite jeudi, près de six mois après le début des inoculations. L'application, appelée CovPass, présentera un simple code QR confirmant que le propriétaire est complètement vacciné. À partir de lundi, les médecins et les pharmacies pourront transcrire les entrées habituellement manuscrites des carnets de vaccins papier dans l'application numérique.
  • Après des accusations de fraude dans ses centres de dépistage rapide des virus, le ministère de la Santé en Allemagne a annoncé des règles d'octroi de licences plus strictes et davantage de contrôles ponctuels. Les assureurs-maladie du secteur public sont chargés de surveiller de près le nombre de tests demandés et d'effectuer des contrôles ponctuels si les chiffres semblent faux. Le paiement par test du gouvernement sera également considérablement réduit, jusqu'à un maximum de 12,50 euros, soit environ 15 $, contre 18 €.
  • David Hasselhoff a appelé les gens à retrousser leurs manches pour le vaccin dans une publicité pour Allemagnecampagne de vaccination. "J'ai trouvé la liberté dans la vaccination", a déclaré l'ancienne star de "Baywatch" dans le clip, une référence à sa version de 1989 de la chanson "Looking for Freedom", qui est devenue un succès retentissant en Allemagne lorsque le mur de Berlin est tombé et qui il s'est produit au sommet du mur le soir du Nouvel An cette année-là. Les autorités sanitaires allemandes pensent que jusqu'à 75 pour cent de la population finira par se faire vacciner.

Christopher F. Le volcan n'est que l'un des nombreux attraits touristiques de la grande île d'Hawaï.Crédit. Janice Wei/National Park Service.

L'épidémie correspond à une augmentation significative des cas de Covid-19 dans le comté d'Hawaï, ou la grande île, où se trouve la prison : il y a eu une augmentation de 141% des infections au cours des deux dernières semaines, selon une base de données du New York Times.

La Garde nationale aide aux tests et à la sécurité pour contrôler l'épidémie au centre correctionnel communautaire d'Hawaï à Hilo, la plus grande ville de la grande île, où les détenus ont déclenché des incendies la semaine dernière dans le cadre d'une manifestation, ont déclaré des groupes de défense des détenus.

Les responsables de la santé publique ont averti pendant des mois que les établissements correctionnels du pays continueraient de souffrir d'un grand nombre d'infections à coronavirus jusqu'à ce que la grande majorité des détenus et du personnel soient vaccinés.

Et comme la personne moyenne ne reste en prison que 10 jours environ, le virus a pu se propager rapidement entre la communauté et les prisons au cours de la pandémie.

La réticence des détenus et du personnel des prisons et des prisons du pays à se faire vacciner a compliqué les efforts de vaccination, y compris à Hawaï.

À la prison de Hilo, il n'y a pas de chiffres précis disponibles pour les vaccinations, mais aussi peu que 25 pour cent des détenus et 50 pour cent du personnel ont consenti à être vaccinés, a déclaré le lieutenant-gouverneur Josh Green, qui est également médecin urgentiste, dans un entretien. Le résultat, a-t-il dit, est une propagation potentielle de la communauté à travers les détenus et le personnel.

"S'il y avait une épidémie de Covid qui couvait en continu dans le seul endroit où très peu de personnes se font vacciner, elle peut réintégrer la communauté", a déclaré M. Green.

L'épidémie de prison a conduit à une certaine incertitude quant à la réouverture. Pendant une grande partie de la pandémie, les voyageurs ont été tenus de se mettre en quarantaine pendant au moins 10 jours à leur arrivée.

Mais les touristes qui arrivent peuvent désormais ignorer la quarantaine en montrant la preuve d'un test de coronavirus négatif effectué dans les 72 heures suivant leur arrivée. À partir de mardi prochain, les gens n'auront plus à présenter de tests négatifs pour voyager d'une des îles de l'État à une autre. La demande de chambres d'hôtel a augmenté de plus de 800 %, selon les données touristiques de l'État d'avril, les dernières disponibles.

Mercredi matin, 138 détenus et 18 membres du personnel ont été infectés dans la prison de Hilo, ont indiqué des responsables.

Il y a actuellement environ 340 détenus dans la prison, soit environ 120 de plus que sa capacité. Les détenus doivent systématiquement dormir sur le sol.

"C'est effrayant parce que ce qui se passe - je ne pense pas que cela va être limité à cet endroit, car cela va se répandre dans la communauté où vivent les gardes", a déclaré Kat Brady, la coordinatrice d'un groupe de défense des droits. l'Alliance communautaire sur les prisons.

Le Dr Green a déclaré que l'État envisageait d'interdire aux gardiens non vaccinés d'avoir des contacts avec les prisonniers à l'avenir.

Il a déclaré que les établissements correctionnels étaient parmi les "dernières poches de risque" pour les épidémies de coronavirus, et que le manque de priorité pour réduire le surpeuplement et augmenter les taux de vaccination était à courte vue.

"Les gens sont plus enclins à dépenser de l'argent pour les" bons citoyens " que pour ceux qui se sont égarés", a-t-il déclaré. " Mais les épidémies nous affecteront tous. "

  • Ann Hinga Klein et Maura Turcotte
  • Un hôpital à Bhagalpur, dans l'État indien du Bihar, l'année dernière. Un examen a révélé que plus de 9 000 personnes étaient décédées des complications liées à Covid dans l'État du nord depuis mars 2020.Crédit.Danish Siddiqui/, l'un des États les plus grands et les plus pauvres du pays.

    L'audit au Bihar a montré que plus de 9 000 personnes étaient décédées des complications liées à Covid depuis mars 2020, nettement plus que les 5 500 décès initialement signalés.

    L'audit a été ordonné après une audience le 17 mai à la Haute Cour du Bihar à Patna, la capitale de l'État, au cours de laquelle un commissaire de district a signalé qu'un seul lieu de crémation avait traité 789 corps sur une période de 13 jours en mai. Ce nombre était en contradiction flagrante avec les sept décès sur l'ensemble du mois de mai que Tripurari Sharan, un haut responsable de l'État, avait signalé pour l'ensemble de ce district.

    Les chiffres révisés soulignent les doutes quant à l'exactitude des statistiques officielles du gouvernement indien sur les coronavirus. Même en temps normal, seul environ un décès sur cinq en Inde est médicalement certifié, selon les experts.

    Les partis politiques de l'opposition au Bihar ont accusé le plus haut responsable élu de l'État, Nitish Kumar, et son administration de cacher le véritable nombre de morts pour masquer les échecs visant à atténuer la deuxième vague meurtrière qui a frappé l'Inde.

    La haute cour du Bihar surveille la réponse du gouvernement de l'État à la pandémie depuis début mai après avoir examiné une requête déposée par un militant qui s'est plaint de mauvaise gestion.

    Mais le ministre de la Santé du Bihar, Mangal Pandey, a déclaré au New York Times que les chiffres mis à jour reflétaient un effort de bonne foi pour découvrir les familles éligibles à un soutien monétaire du gouvernement.

    "L'intention est d'aider tout le monde, pas de cacher le véritable nombre de morts", a déclaré M. Pandey. " Nous ne laisserons aucun décès inexpliqué. "

    Ailleurs en Inde, comme dans l'État occidental du Gujarat, les observateurs ont signalé un large écart entre les chiffres officiels des décès par coronavirus et les chiffres réels. Alors que certains États ont publié des chiffres révisés, aucune mise à jour ne se rapproche de celle du Bihar. Pourtant, les experts disent qu'ils pensent que le nombre total de l'Inde, qui en raison de l'audit au Bihar a augmenté de 6 148 décès jeudi à 359 676, est un vaste sous-dénombrement.

    Emily Schmall a rapporté de New Delhi et Sameer Yasir de Srinagar, Cachemire.

    Gilbert Torres, 30 ans, quelques heures après avoir été extubé en janvier, dans le service de soins intensifs d'un hôpital de Los Angeles.Crédit.Isadora Kosofsky pour The New York TimesLes décès dus à Covid-19 ont chuté de 90% aux États-Unis depuis leur pic de janvier, selon les données fédérales provisoires, mais le virus continue de tuer des centaines de personnes par jour. Fin mai, il y avait encore près de 2 500 décès hebdomadaires attribués au Covid-19.

    Avec plus de la moitié de la population américaine ayant reçu au moins une dose de vaccin, les experts disent que la population non vaccinée est à l'origine des décès persistants.

    Après que les personnes âgées ont été prioritaires lorsque les premiers vaccins ont été autorisés pour une utilisation d'urgence en décembre, la proportion de personnes décédées âgées de 75 ans ou plus a immédiatement commencé à baisser.

    Les populations plus jeunes ont commencé à représenter des parts de décès plus élevées par rapport à leurs pourcentages au plus fort de la pandémie – une tendance qui s'est poursuivie lorsque tous les adultes sont devenus éligibles pour les vaccins. Alors que le nombre de décès a diminué dans tous les groupes d'âge, environ la moitié surviennent désormais chez des personnes âgées de 50 à 74 ans, contre seulement un tiers en décembre.

    Plus de 80% des 65 ans et plus ont reçu au moins une dose de vaccin, contre environ la moitié des 25 à 64 ans.

    "Je pense toujours que le récit, malheureusement, existe chez les jeunes selon lesquels ils ne peuvent pas subir les événements indésirables liés à Covid", ce qui n'est pas le cas, a déclaré Krutika Kuppalli, experte en maladies infectieuses à la Medical University of South. Caroline.

    Pourtant, les personnes de 50 ans et plus constituent la majeure partie des décès de Covid-19. Parmi cette cohorte, les Américains blancs sont à l'origine de l'évolution des schémas de mortalité. Au plus fort de la pandémie, les personnes de race blanche et âgées de 75 ans et plus représentaient plus de la moitié de tous les décès de Covid-19. Aujourd'hui, ils représentent moins d'un tiers.

    Les populations d'âge moyen de tous les groupes raciaux représentent une proportion plus élevée des décès de Covid-19 qu'en décembre.

    L'ampleur de la baisse des décès, cependant, n'est pas uniforme, et les taux de vaccination cumulés parmi les populations noires et hispaniques continuent d'être à la traîne par rapport aux populations asiatiques et blanches, selon les données démographiques des Centers for Disease Control and Prevention.

    Les données montrent que davantage de travail est nécessaire pour atteindre et vacciner "les populations rurales, les populations de minorités ethniques et raciales, les populations de sans-abri, les personnes qui n'ont pas accès aux soins médicaux", a déclaré le Dr Kuppalli. La banque demande à tous ses employés aux États-Unis de consigner leur statut vaccinal dans le système de la banque.Crédit.Brendan Mcdermid/. La banque a envoyé cette semaine une note informant les employés aux États-Unis qu'ils avaient jusqu'à jeudi midi pour déclarer leur statut vaccinal.

    "L'enregistrement de votre statut vaccinal nous permet de planifier un retour plus sûr au bureau pour tous nos employés alors que nous continuons à respecter les mesures de santé publique locales", a déclaré une section de la note. En mai, Goldman a déclaré aux employés qu'ils pouvaient se rendre sans masque dans le bureau de Manhattan s'ils signalaient qu'ils avaient été vaccinés.

    Désormais, tous les employés de Goldman aux États-Unis, qu'ils choisissent ou non de porter un masque au bureau, devront enregistrer leur statut dans l'application interne de la banque pour les employés. L'application ne demande pas de preuve de vaccination, mais elle oblige les employés à enregistrer la date à laquelle ils ont reçu leurs vaccins et le fabricant du vaccin. Les employés qui falsifient des dossiers seront soumis à des mesures disciplinaires, y compris le licenciement. Goldman a également informé les employés via l'application que leur statut de vaccination peut être partagé avec les responsables et utilisé pour la planification.

    La Commission pour l'égalité des chances dans l'emploi a clairement indiqué ce mois-ci qu'il est légal de demander aux employés leur statut de vaccination tant que les entreprises gardent les dossiers médicaux confidentiels.

    Les employeurs sont autorisés à partager le statut de vaccination "avec certaines personnes si cela est pertinent pour les responsabilités de l'individu, mais ils ne peuvent pas partager sans raison", a déclaré Jessica Kuester, spécialisée dans les avantages sociaux au cabinet d'avocats Ogletree Deakins.

    Goldman compte environ 20 000 employés basés aux États-Unis à son siège de New York et dans d'autres villes telles que San Francisco et Dallas.

    Des entreprises à travers les États-Unis tentent de savoir combien de travailleurs sont vaccinés avant la réouverture complète des bureaux. Ils ont mené des enquêtes, distribué des récompenses en espèces sur justificatif de vaccination ou rendu obligatoire la déclaration, comme chez Goldman.

    " Il est important de disposer de données pour prendre des décisions éclairées par les données ", a déclaré Johnny Taylor, directeur général de la Society for Human Resource Management. Il a reconnu que certains pourraient " faire la grimace " à l'idée que les employeurs fassent pression pour obtenir des informations telles que le statut vaccinal.

    Comprendre quelle partie de leur main-d'œuvre est vaccinée peut aider les entreprises à décider si elles doivent essayer de nouvelles incitations pour que les employés se fassent vacciner ou envisager un mandat. Goldman, pour sa part, a déclaré dans la note qu'il "encourage fortement" la vaccination, bien que le choix "soit personnel". La firme de Wall Street, qui ramène la majorité de ses employés au bureau ce mois-ci, a offert à ses employés des congés payés pour se faire vacciner.

    "Le gros objectif en ce moment est que nous devons faire vacciner les gens – nous devons passer de l'autre côté", a déclaré David Solomon, directeur général de Goldman Sachs, à Bloomberg en janvier. M. Solomon a qualifié le travail à domicile d'" aberration ". Solomon à Wall Street, dont Jamie Dimon, directeur général de JPMorgan, ont critiqué le travail à distance étant donné l'accent mis par l'industrie sur la formation en personne et la sollicitation de clients. M. Dimon a déclaré en mai que le travail à distance "ne fonctionne pas pour ceux qui veulent se bousculer".

    JPMorgan, qui a ouvert tous ses bureaux aux États-Unis le mois dernier, a encouragé les employés de ses bureaux aux États-Unis qui souhaitent se passer de masque à signaler leur statut vaccinal. Bank of America a informé les banquiers et les commerçants qui souhaitent se rendre au bureau qu'ils peuvent déclarer eux-mêmes leur statut de vaccination sur le portail interne de la banque. Aucune des deux banques n'a imposé de vaccins.

    "Nous avons commencé à ramener des employés vaccinés", a déclaré Brian Moynihan, directeur général de Bank of America, lors d'une audition devant le House Financial Services Committee le 27 mai.

    "Nous avions environ 50 000 coéquipiers qui ont mis les informations et nous ont donné la possibilité de les rappeler et de les faire travailler. À New York en particulier, cela commence à avoir lieu ", a-t-il déclaré.Crédit.Lucy Nicholson/, selon le bureau du procureur du comté de Los Angeles.

    L'homme, Muhammad Rauf Ahmed, 46 ans de Las Vegas, avait été arrêté en avril, mais l'accusation a été retardée alors que la police et les procureurs cherchaient à déterminer la valeur des cartes, qui a finalement été jugée à "au moins 15 $ pièce si illégalement vendu."

    Dans tout le pays, de nombreux bars, restaurants et entreprises qui fonctionnent avec une capacité limitée ont assoupli les restrictions pour les personnes qui peuvent prouver qu'elles ont reçu le vaccin, créant un marché souterrain pour les cartes de vaccin falsifiées ou frauduleuses.

    En janvier, de fausses cartes de vaccination étaient vendues sur eBay, Etsy, Facebook et Twitter, à des prix allant de 20 $ à 60 $. In May, a California bar owner was arrested on charges that he sold fake vaccine cards for $20 a piece. Ahmed was a nonclinical contract employee hired to work at the vaccination site at the Los Angeles County Fairgrounds, where nearly 4,000 vaccines are administered daily, the La Verne Police Department, in eastern Los Angeles County, said in a statement on Tuesday.

    La Verne Detectives recover over 500 blank COVID-19 vaccine cards stolen from Fairplex Mega-POD.

    Muhammad Raud Ahmed, 45 of Las Vegas NV, a non-clinical contracted employee of the location has been arrested.#arrest #COVID19 #vaccine pic.twitter.com/HlzJpSONEU

  • 2021
  • On April 27, the department was contacted after a security guard at the site spotted Mr. Ahmed leaving with a batch of the distinctive cards in his hand, Detective Sgt. Cory Leeper said in an interview on Wednesday.

    Ahmed at his car, the detective sergeant said. Mr. Ahmed told them that he liked to go to his car on his break and on that day, sought to “pre-fill” the cards with information that went to every recipient in order to get ahead of his workload, the detective sergeant said. Ahmed’s vehicle, according to the police, and when questioned further, Mr. Ahmed acknowledged that he may have taken additional cards. The police found 400 blank cards in the hotel room where he was staying. Mr. Ahmed was arrested. Efforts to reach him by telephone on Wednesday were not successful.

    “Selling fraudulent and stolen vaccine cards is illegal, immoral and puts the public at risk of exposure to a deadly virus,” George Gascón, the district attorney in Los Angeles, said in a statement on Wednesday. The shots have been promoted to younger people at “open” events, but that may be about to change.Credit.Fabrizio Villa/, Italy, acting on a report by Europe’s drug regulator of a “possible link” between the AstraZeneca vaccine and rare blood clots, recommended not giving the shots to people under 60.

    But in the ensuing months, as the country put its inoculation campaign into overdrive, AstraZeneca vaccines became the featured attraction of “open days” or “open nights,” which offered shots to younger people weeks ahead of where they would have fallen in the priority schedule.J. But they also raised concerns that Italy seemed to be promoting the AstraZeneca vaccine to younger people despite the regulator’s recommendations.

    On Wednesday, the government muddled matters further by publicly mulling whether to introduce stricter limitations on the use of the AstraZeneca shots that would effectively prohibit such events for younger people in the future.

    “I think new indications would be appropriate,” Pierpaolo Sileri, an undersecretary at the Italian Health Ministry. adding that the government would consider a block on administering the vaccine to people under the age of 30 or 40.

    Other countries have also struggled to chart a clear policy on the AstraZeneca vaccine.

    Though the regulator, the European Medicines Agency, deemed the vaccine safe, the risk of very rare blood clots has led some nations to adapt their approaches. In Britain, where the vaccine was created, more than 35 million doses have been given, but the country has acknowledged the risk by offering younger people an alternative when possible. France only distributes the shots to people who are 55 and older, Belgium to those who are 41 and older.

    Germany stopped using the AstraZeneca shots altogether for a few days, before later recommending that they should not be used in people under 60. Now, like Italy, Germany has made the AstraZeneca vaccine available to anyone over 18, as long as they acknowledge the risk.

    On Wednesday, a new study published in the journal Nature Medicine showed that people receiving the AstraZeneca vaccine had a slightly increased risk of a bleeding disorder and possibly of other rare blood problems.

    Andrea Costa, another undersecretary at the Italian Health Ministry, said on Italian radio on Wednesday that the country was able to rely on “many other vaccines” and that any further limitation “will not hamper the vaccination campaign.”

    But some doctors in Italy said they feared that yet another change in direction could prompt more skepticism toward the AstraZeneca vaccine. Patrick Franzoni, who spearheads the inoculation campaign in the northern region of Trentino-Alto Adige. “With this Ping-Pong of information, we risk completely boycotting it.” Franzoni said that he had helped organize open nights, complete with D.J.s, during which 22,000 younger people, who would otherwise have had to wait weeks for a shot, received the AstraZeneca vaccine.

    “When older people saw they had AstraZeneca on their slot they did not book the vaccine,” Dr. Franzoni said, “so we did these open nights” to use up the supply. In Lazio, which includes Rome, about 200,000 people of all ages got their AstraZeneca shot during open days. And Liguria, in the northwest, offered more than 40,000 doses at similar events.

    But when reports spread about an 18-year-old girl who was hospitalized with a cerebral thrombosis after attending an open day in Liguria, many canceled their appointments.

    Some doctors in Italy have urged the government to stop distributing the AstraZeneca vaccine to younger people. “With a low circulation of the virus, the risks of AstraZeneca can outweigh the benefits in people below the age of 30,” Nino Cartabellotta, a prominent public health researcher, tweeted.

    The Italian government is now discussing possible new and more restrictive recommendations, a spokesman for the Health Ministry said. Schuetze, Monika Pronczuk and Constant Méheut contributed reporting.