Le coronavirus ne parvient pas à dissuader des centaines d'alpinistes sur le mont Everest

KATHMANDU, Népal >> Un an après que le mont Everest a été fermé aux alpinistes alors que la pandémie balayait le monde, des centaines de personnes font la dernière poussée vers le sommet avec seulement quelques jours de plus dans la saison, affirmant qu'elles ne sont pas découragées par une épidémie de coronavirus au camp de base.

Trois équipes d'expédition vers l'Everest ont annulé leur ascension ce mois-ci à la suite d'informations faisant état de personnes tombant malades. Mais les 41 équipes restantes ont décidé de continuer avec des centaines de grimpeurs et leurs guides gravissant le sommet de 8849 mètres (29032 pieds) au cours de la saison qui se termine en mai, avant que le mauvais temps ne s'installe.

«Même si le coronavirus a atteint le camp de base de l'Everest, il n'a pas eu d'effet énorme comme ce que l'on pense en dehors de la montagne», a déclaré Mingma Sherpa de Seven Summit Treks, le plus grand opérateur d'expédition sur l'Everest. "Personne n'est vraiment tombé gravement malade à cause du COVID ou n'est mort comme les rumeurs qui se sont répandues."

Avec 122 clients de 10 équipes sur l'Everest, la société dirigeait le plus grand groupe, mais il n'y avait aucune maladie grave parmi eux, a-t-il déclaré.

Les responsables népalais ont minimisé les rapports de cas de coronavirus sur le mont Everest, apparemment par souci de créer le chaos et la confusion dans le camp de base. Après une année sabbatique sans revenu des alpinistes, le Népal a hâte de profiter de la saison de cette année.

«De nombreuses personnes se sont rendues au camp de base et il est possible que les personnes qui y sont allées d'ici aient été infectées», a déclaré le Premier ministre Khadga Prasad Oli. «Mais cela ne signifie pas qu'il (le coronavirus) a atteint toute la montagne, peut-être une partie du camp de base ou la zone en dessous.»

En avril, un alpiniste norvégien est devenu le premier à être testé positif au camp de base de l'Everest. Il a été transporté par hélicoptère à Katmandou, où il a été soigné et est ensuite rentré chez lui.

L'éminent guide autrichien Lukas Furtenbach a décidé d'arrêter son expédition ce mois-ci et de retirer ses clients en raison d'une épidémie parmi les membres de l'équipe.

Après son retour de la montagne, Furtenbach a estimé que plus de 100 alpinistes et membres du personnel de soutien ont été infectés. Il a déclaré dans une interview la semaine dernière qu'il était évident qu'il y avait de nombreux cas au camp de base parce qu'il pouvait voir que les gens étaient malades et les entendait tousser dans leurs tentes.

"Je pense qu'avec tous les cas confirmés que nous connaissons maintenant - confirmés par des pilotes (de sauvetage), des assurances, des médecins, des chefs d'expédition - j'ai les tests positifs pour que nous puissions le prouver", a déclaré Furtenbach à l'Associated Press.

La Chine a annulé la semaine dernière l'ascension de son côté de l'Everest en raison des craintes que le virus ne se propage depuis le Népal.

La saison d'escalade s'est accompagnée d'une flambée dévastatrice des cas de coronavirus au Népal, avec un nombre record d'infections et de décès quotidiens. Vendredi, le Népal a signalé 6 951 nouveaux cas confirmés et 96 décès, ce qui porte le total du pays depuis le début de la pandémie à plus de 549 111 infections et 7 047 décès.

Une autre expédition, menée par la société Mountain Trip, basée à Telluride, dans le Colorado, a également annoncé qu'elle se retirait de l'Everest.

"Bien que ce soit une décision difficile à prendre compte tenu de l'ensemble du travail, des années de préparation, des sacrifices et des ressources qui ont été nécessaires pour l'expédition, c'est le seul résultat raisonnable du point de vue de la gestion des risques", a déclaré la société.

Six guides Sherpa travaillant pour l'entreprise ont été évacués vers Katmandou avec des symptômes de COVID-19, a-t-il déclaré.

Un total de 408 alpinistes étrangers ont reçu des permis pour escalader l'Everest cette saison, aidés par plusieurs centaines de Sherpas et de membres du personnel de soutien qui sont stationnés au camp de base depuis avril.

Depuis la conquête de l'Everest le 29 mai 1953, des milliers de personnes ont escaladé le sommet et de nombreux Sherpas népalais l'ont fait à plusieurs reprises. Le guide Sherpa vétéran Kami Rita a escaladé le sommet une 25e fois ce mois-ci.