Plus de 30% des travailleurs non vaccinés ont déclaré qu'ils quitteraient leur emploi si nécessaire pour recevoir un vaccin COVID-19, selon un nouveau sondage.

© Sean Rayford/

Un nouveau sondage a révélé que 37% des travailleurs non vaccinés disent qu'ils quitteraient leur emploi si nécessaire pour recevoir un vaccin COVID-19. Ci-dessus, une infirmière montre un flacon du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 à l'extérieur du département de la santé du comté de Chatham le 15 décembre 2020 à Savannah, en Géorgie.

Le sondage, qui a été mené par la Kaiser Family Foundation (KFF) a révélé que 37% des travailleurs qui ne sont actuellement pas vaccinés contre le nouveau coronavirus ont déclaré qu'ils quitteraient leur emploi si leur employeur leur demandait de se faire vacciner contre le COVID-19 ou de subir une semaine essai.

Selon le sondage, 46% ont déclaré qu'ils préféraient subir un test COVID-19 hebdomadaire plutôt que de recevoir le vaccin et seulement 11% ont déclaré qu'ils se feraient vacciner contre le nouveau virus si leur travail l'exigeait.

Le sondage a également demandé aux répondants quelle serait leur réponse si leur travail les obligeait à se faire vacciner, mais n'offrait pas la possibilité de subir des tests hebdomadaires à la place. Le sondage a révélé que lorsqu'on leur a posé cette question, 72% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles quitteraient leur emploi tandis que 17% ont déclaré qu'elles recevraient le vaccin.

Pompiers de New York : le mandat de vaccination entraînera une " pénurie catastrophique de personnel "

  • AUJOURD'HUI
  • AUJOURD'HUI
  • Joe Biden, y compris un projet de loi sur les infrastructures et le filet de sécurité sociale et les plans climatiques.

    AUJOURD'HUI

SUIVANT

En septembre, le président Joe Biden a annoncé un mandat de vaccination contre le COVID-19 pour les entreprises de plus de 100 employés. Si les employés choisissent de ne pas recevoir de vaccin COVID-19, ils ont la possibilité de subir des tests hebdomadaires.

Erreur de chargement

Certains États et villes ont mis en œuvre leurs propres mandats de vaccin COVID-19 pour les travailleurs. Le gouverneur de Washington Jay Inslee a précédemment mis en œuvre l'un des mandats de vaccin COVID-19 les plus stricts du pays, car il ne permet pas la possibilité de subir des tests COVID-19 hebdomadaires au lieu de recevoir le vaccin.

Le 19 octobre était la date limite pour le mandat de vaccin contre le COVID-19 de Washington et peu de temps après que la Washington State Patrol a annoncé que 127 employés "ont quitté leur emploi en raison du mandat".

Bien qu'il y ait eu de nombreux rapports d'employés quittant leur emploi pour des mandats de vaccination, le sondage KFF a révélé que seulement 5 % des travailleurs non vaccinés ont quitté leur emploi pour une exigence de vaccin COVID-19. Selon le sondage, cela ne représente que 1% de tous les adultes du pays.

Le sondage a également révélé que seulement 25% des personnes interrogées ont déclaré que leur employeur avait besoin d'un vaccin COVID-19. Selon le sondage, 21% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles souhaitaient que leur employeur impose un vaccin COVID-19, tandis que 51% n'étaient pas d'accord.

Le sondage KFF a interrogé 1 519 adultes américains du 14 au 24 octobre et a signalé une marge d'erreur de plus ou moins 3 points de pourcentage.

Selon les données des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis, au moins 66% des Américains éligibles pour recevoir un vaccin ont reçu au moins une dose tandis que 57,5% sont considérés comme entièrement vaccinés contre le nouveau coronavirus.

Articles Liés

Continuer la lecture