La pandémie de coronavirus a causé de "grandes pertes" pour l'égalité des genres en Europe, avec peu de gains, selon un indice publié jeudi par l'Institut européen pour l'égalité des genres, une initiative de l'Union européenne.

Erreur de chargement

L'indice d'égalité des genres a attribué à l'Union européenne 68 points sur 100, selon son système de notation, qui évalue l'égalité des genres selon une gamme de mesures. Cela signifie une amélioration de 0,6 point par rapport à 2020, et un gain de 4,9 points depuis 2010.

Covid a causé de grandes pertes pour l'égalité des sexes en Europe, selon un nouvel indice

Cependant, le rapport avertit que même cette fraction minime d'un point de progrès enregistré d'une année à l'autre est menacée par l'impact de la pandémie de covid-19 sur les femmes.

Les scores sont principalement basés sur des données de 2019 et ne reflètent donc pas pleinement l'impact de la crise des coronavirus sur l'égalité des sexes, bien que le rapport contienne des preuves de l'impact négatif de la pandémie sur les femmes dans des domaines clés.

" L'Europe a fait des progrès fragiles en matière d'égalité des genres. Mais de grosses pertes apparaissent à la suite de la pandémie de COVID-19. Les retombées économiques durent plus longtemps pour les femmes, tandis que l'espérance de vie des hommes a baissé ", a déclaré Carlien Scheele, directeur de l'institut, dans le rapport.

L'indice, qui a été produit depuis 2013 dans le but de fournir des données pour informer l'UE. l'élaboration des politiques, mesure les progrès en matière d'égalité des sexes dans six domaines clés : la santé, le pouvoir, le travail, l'argent, le temps et les connaissances, et deux autres : la violence à l'égard des femmes et les inégalités intersectionnelles.

Comment la pandémie a freiné les progrès des femmes dans la main-d'œuvre mondiale Les progrès en matière d'égalité des sexes dans la région entre 2010 et 2019 ont été principalement dus à des avancées significatives dans la catégorie " pouvoir ", avec un meilleur équilibre entre les sexes au sein des conseils d'administration des entreprises et dans le domaine politique, selon le rapport.

Cependant, l'avancement dans d'autres domaines continue à accuser un retard important, en particulier dans le domaine du " temps ", ce qui a un impact négatif sur la notation. Cette catégorie, qui couvre la participation des individus aux soins et aux loisirs, tient compte du fait que les femmes ont passé plus d'heures à effectuer des travaux non rémunérés pendant la pandémie, soit en s'occupant des enfants lorsque les écoles étaient fermées, soit en s'occupant des personnes âgées.

Le travail est un domaine durement touché, certains groupes présentant d'importants écarts entre les sexes dans l'emploi à temps plein. Le plus grand écart " se situe entre les femmes et les hommes qui s'occupent d'enfants sans rémunération ", indique le rapport. " Les deux reflètent l'influence négative des rôles et des stéréotypes de genre sur la participation des femmes au marché du travail, et donc sur leur indépendance économique et leur autonomisation. "

La pandémie a non seulement exposé les divisions entre les sexes sur le marché du travail, mais a également eu des effets négatifs plus importants sur les opportunités d'emploi pour les femmes que pour les hommes. Et ces effets sont susceptibles de persister plus longtemps, " en raison de la ségrégation entre les sexes sur le marché du travail et de la répartition très inégale des tâches de soins non rémunérées ", indique le rapport.

En ce qui concerne la violence domestique, le rapport avertit qu'un manque de données rend les comparaisons difficiles. Mais il note que la pandémie a provoqué des fermetures et augmenté le temps passé à l'intérieur, ce qui a entraîné une augmentation de la violence domestique à l'égard des femmes. Les femmes des groupes défavorisés tels que les femmes âgées, les femmes et les filles handicapées et les femmes migrantes sont plus à risque. L'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes signale également une demande accrue de services d'aide aux victimes de violence domestique.

L'indice montre qu'au rythme actuel, il faudra près de trois générations pour atteindre l'égalité des sexes dans la région, et la pandémie pourrait entraver davantage les progrès.

Continuer la lecture