Chaque semaine, Mamadou Diagouraga se rend dans la section musulmane d'un cimetière près de Paris pour veiller sur la tombe de son père, l'un des nombreux musulmans français décédés du COVID-19.

Diagouraga lève les yeux du terrain de son père vers les tombes fraîchement creusées à côté. "Mon père était le premier de cette rangée, et en un an, c'est rempli", a-t-il déclaré. "C'est incroyable."

Les musulmans français paient un lourd tribut à la pandémie de COVID

Alors que la France est estimée avoir la plus grande population musulmane de l'Union européenne, elle ne sait pas à quel point ce groupe a été durement touché : la loi française interdit la collecte de données basées sur les affiliations ethniques ou religieuses.

y compris les données statistiques qui capturent indirectement l'impact et les témoignages des dirigeants communautaires – indiquent que le taux de mortalité par COVID parmi les musulmans français est beaucoup plus élevé que dans l'ensemble de la population.

Selon une étude basée sur des données officielles, la surmortalité en 2020 chez les résidents français nés en Afrique du Nord majoritairement musulmane était deux fois plus élevée que chez les personnes nées en France.

La raison, selon les dirigeants communautaires et les chercheurs, est que les musulmans ont tendance à avoir un statut socio-économique inférieur à la moyenne.

Ils sont plus susceptibles d'occuper des emplois tels que chauffeurs de bus ou caissiers qui les rapprochent du public et de vivre dans des ménages multigénérationnels exigus.

"Ils ont été (.) les premiers à payer un lourd tribut", a déclaré M'Hammed Henniche, responsable du syndicat des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis, une région proche de Paris à forte population immigrée.

L'impact inégal du COVID-19 sur les minorités ethniques, souvent pour des raisons similaires, a été documenté dans d'autres pays, dont les États-Unis.

Mais en France, la pandémie met en évidence les inégalités qui contribuent à alimenter les tensions entre les musulmans français et leurs voisins – et qui devraient devenir un champ de bataille lors de l'élection présidentielle de l'année prochaine.

Selon les sondages, le principal adversaire du président Emmanuel Macron sera la politicienne d'extrême droite Marine Le Pen, qui fait campagne sur les questions d'islam, de terrorisme, d'immigration et de criminalité.

Interrogé sur l'impact du COVID-19 sur les musulmans de France, un représentant du gouvernement a déclaré : "Nous n'avons pas de données liées à la religion des gens".

FACE À LA MECQUE

Alors que les données officielles sont muettes sur l'impact du COVID-19 sur les musulmans, un endroit où cela devient évident est dans les cimetières français.

Les personnes enterrées selon les rites religieux musulmans sont généralement placées dans des sections spécialement désignées du cimetière, où les tombes sont alignées de sorte que la personne décédée fasse face à La Mecque, le site le plus saint de l'Islam.

Le cimetière de Valenton où fut enterré le père de Diagouraga, Boubou, se trouve dans le Val-de-Marne, près de Paris.

en 2020, il y a eu 1 411 sépultures musulmanes, contre 626 l'année précédente, avant la pandémie. Cela représente une augmentation de 125 %, comparativement à une augmentation de 34 % pour les inhumations de toutes les confessions dans cette région.

L'augmentation de la mortalité due au COVID n'explique que partiellement l'augmentation des inhumations musulmanes.

Les restrictions pandémiques aux frontières ont empêché de nombreuses familles de renvoyer des proches décédés dans leur pays d'origine pour les enterrer. Il n'y a pas de données officielles, mais les pompes funèbres ont déclaré qu'environ les trois quarts des musulmans français ont été enterrés à l'étranger avant COVID.

Les entrepreneurs de pompes funèbres, les imams et les groupes non gouvernementaux impliqués dans l'enterrement des musulmans ont déclaré qu'il n'y avait pas assez de parcelles pour répondre à la demande au début de la pandémie, obligeant de nombreuses familles à appeler désespérément pour trouver un endroit où enterrer leurs proches.

Le matin du 17 mai de cette année, Samad Akrach est arrivé dans une morgue à Paris pour récupérer le corps d'Abdulahi Cabi Abukar, un Somalien décédé en mars 2020 des suites de COVID-19, sans famille dont on puisse retrouver la trace.

Akrach, président de l'association caritative Tahara qui organise des enterrements musulmans pour les plus démunis, a effectué le rituel du lavage du corps et de l'application de musc, de lavande, de pétales de rose et de henné. Puis, en présence de 38 volontaires invités par le groupe d'Akrach, le Somalien a été enterré selon le rituel musulman au cimetière de Courneuve en périphérie parisienne.

Le groupe d'Akrach a procédé à 764 enterrements en 2020, contre 382 en 2019, a-t-il déclaré. Environ la moitié était décédée du COVID-19. « La communauté musulmane a été énormément touchée au cours de cette période », a-t-il déclaré.

Les statisticiens utilisent également des données sur les résidents nés à l'étranger pour dresser un tableau de l'impact du COVID sur les minorités ethniques. Cela montre que les excès de décès parmi les résidents français nés hors de France ont augmenté de 17 % en 2020, contre 8 % pour les résidents nés en France.

La Seine-Saint-Denis, région de France métropolitaine comptant le plus grand nombre d'habitants non nés en France, a connu une hausse de 21,8 % de la surmortalité de 2019 à 2020, selon les statistiques officielles, soit plus du double de l'augmentation pour l'ensemble de la France.

Les excès de décès parmi les résidents français nés en Afrique du Nord à majorité musulmane étaient 2,6 fois plus élevés, et parmi ceux d'Afrique subsaharienne 4,5 fois plus élevés, que parmi les Français de naissance.

"Nous pouvons en déduire que (.) les immigrants de confession musulmane ont été beaucoup plus durement touchés par l'épidémie de COVID", a déclaré Michel Guillot, directeur de recherche à l'Institut français d'études démographiques, financé par l'État.

« POURQUOI TOUJOURS NOUS ?

En Seine-Saint-Denis, la mortalité élevée est d'autant plus frappante qu'en temps normal, avec sa population plus jeune que la moyenne, elle a un taux de mortalité inférieur à celui de la France globale.

Mais la région obtient des résultats inférieurs à la moyenne sur les indicateurs socio-économiques. Vingt pour cent des foyers sont surpeuplés, contre 4,9 % à l'échelle nationale. Le salaire horaire moyen est de 13,93 euros, soit près de 1,5 euros de moins que le chiffre national.

Henniche, chef de l'union des associations musulmanes de la région, a déclaré qu'il avait d'abord ressenti l'impact de COVID-19 sur sa communauté lorsqu'il a commencé à recevoir plusieurs appels téléphoniques de familles cherchant de l'aide pour enterrer leurs morts.

"Ce n'est pas parce qu'ils sont musulmans", a-t-il déclaré à propos du taux de mortalité du COVID. « C'est parce qu'ils appartiennent aux classes sociales les moins favorisées.

Les cols blancs pourraient se protéger en travaillant à domicile. "Mais si quelqu'un est un éboueur, ou une femme de ménage, ou un caissier, ils ne peuvent pas travailler à domicile. Ces personnes doivent sortir, utiliser les transports en commun", a-t-il déclaré.

« Il y a une sorte de goût amer, d'injustice. Il y a ce sentiment : 'Pourquoi moi ?' et 'Pourquoi toujours nous ?'"

Écriture de Caroline Pailliez et Christian Lowe

Montage par Gareth Jones