La deuxième saison du football universitaire de la pandémie de coronavirus sera différente de la première.

© Logan Bowles/Getty Images Amérique du Nord/TNS
Les fans des Florida Gators applaudissent lors d'un match contre les Vanderbilt Commodores au stade Ben Hill Griffin de Gainesville, en Floride.

Les stades seront pleins, ou du moins presque pleins, que les sièges étrangement vides que nous avons vus l'automne dernier.

Les horaires sont revenus à la normale et il est peu probable que nous voyions des ajustements à la 11e heure, comme BYU et Coastal Carolina décidant de jouer avec un préavis de quelques jours.
Voici une séance de questions-réponses sur ce à quoi s'attendre d'une autre saison à l'ère COVID-19 :
———
— Y a-t-il des restrictions de présence ?
Au moins une école (Hawaï) n'aura pas de fans lors de son match d'ouverture en raison de la poussée déclenchée par le delta, mais cette décision est l'exception, pas la règle. La Floride, l'État de Floride et l'USF n'ont annoncé aucun plafond lié au COVID sur le nombre de spectateurs.

Ce n'est pas parce que les stades peuvent à nouveau être pleins qu'ils le seront. Le match d'ouverture de l'Illinois la semaine dernière contre le Nebraska a attiré une foule annoncée de 41 064 personnes. C'est en baisse par rapport à 44 512 lorsque l'Illini a accueilli les Cornhuskers en 2019, malgré l'enthousiasme de l'Illinois avec un nouvel entraîneur (Bret Bielema).

La foule du Rose Bowl de l'UCLA de 32 982 personnes n'était que légèrement supérieure au plus bas record des Bruins, selon The Press-Enterprise. S'agit-il d'anomalies de la semaine 0 ? Ou sont-ils des signes que certains fans ne sont toujours pas à l'aise de retourner dans un stade bondé ?
— Que se passe-t-il si les équipes ne peuvent pas jouer ?
La SEC, l'ACC et l'AAC ont tous déclaré qu'ils ne reprogrammeraient pas les matchs, comme ils l'ont fait l'année dernière lors d'une saison 2020 fluide. Cela signifie que toute équipe sans suffisamment de joueurs disponibles devra déclarer forfait.

Si aucune équipe n'est en mesure de jouer dans l'ACC ou la SEC, les deux doivent déclarer forfait.
— Des vaccins ou des tests négatifs sont-ils nécessaires pour que les fans y assistent ?
Pas dans la plupart des endroits. Les écoles de Floride ne peuvent pas exiger de vaccins, mais le directeur sportif des Gators, Scott Stricklin, a récemment reconnu que l'UF pourrait exiger des fans qu'ils présentent la preuve d'un test négatif.

Les Gators ne le font pas, et nous ne savons pas non plus qu'aucune école de l'État ne le fasse.
Quelques programmes ailleurs, cependant, exigent que les fans montrent la preuve d'un test ou d'un vaccin négatif. Cette liste comprend LSU, Oregon, Oregon State et Boston College.

— Qu'en est-il des masques et autres mesures ?
Des masques sont attendus ou recommandés au FSU, UF et Raymond James Stadium. Certaines des autres mesures, comme les stations de désinfection des mains, restent également.
— Les vaccins sont-ils obligatoires pour les joueurs ou les entraîneurs ?
Pas dans la plupart des endroits, y compris en Floride.

L'entraîneur de la FSU, Mike Norvell, a déclaré qu'environ 90% de son équipe avait commencé à être complètement vacciné. Les Gators sont également à environ 90%.
Certaines écoles ou certains États exigent des injections pour les étudiants, les employés ou les deux.

Ils comprennent l'État de l'Ohio, Wake Forest, Washington et l'État de Washington. Cela a créé un drame similaire à ce qui se passe dans le reste de la société.
Une ancienne recrue quatre étoiles, Peyton Powell, a récemment annoncé qu'il était transféré de Rutgers en raison de ses besoins en vaccins.

L'entraîneur des Cougars Nick Rolovich n'a pas pu assister à la journée des médias du Pac-12 cet été parce qu'il n'était pas vacciné; il a depuis déclaré qu'il respecterait le mandat de son gouverneur qui oblige les employés de l'université à se faire vacciner ou à recevoir une exemption médicale ou religieuse.
— Y a-t-il d'autres impacts du coronavirus?
Oui. L'entraîneur d'Auburn, Bryan Harsin, a été testé positif lors du camp préparatoire et a dû s'absenter de son programme.

C'est un rappel que les cas peuvent toujours affecter les équipes, tout comme ils l'ont fait l'année dernière.
Malgré la levée de nombreuses restrictions liées aux coronavirus, certains accès aux médias en personne restent limités, en particulier pour les équipes en visite. Les interviews d'UF ont toutes été menées via Zoom cette semaine.

Continuer la lecture

Afficher des articles complets sans bouton « Continuer la lecture » ​​pendant {0} heures.