UNHCR - Les problèmes de santé des réfugiés restent élevés dans le contexte de la COVID-19

Paul Aponte (77 ans), du Venezuela, reçoit sa première dose de vaccin COVID-19 à Guayaquil, en Équateur. © HCR/Santiago Arcos Veintimilla

Le paludisme est resté la cause de maladie la plus fréquente chez les réfugiés en 2020, tandis que la détresse psychologique causée par COVID-19 et la malnutrition aiguë constituaient des menaces majeures pour la santé et le bien-être des réfugiés, selon les données publiées aujourd'hui par le HCR, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés., dans son examen annuel de la santé publique mondiale.

Au cours d'une année marquée par la pandémie, l'objectif principal du HCR était de plaider pour l'inclusion des réfugiés dans les plans de réponse nationaux COVID-19. L'agence a également travaillé pour soutenir les systèmes de santé nationaux en se procurant des équipements de protection individuelle, d'autres équipements comme des concentrateurs d'oxygène, des tests COVID-19 et des médicaments, et en augmentant la capacité de soins intensifs dans des pays comme le Liban et le Bangladesh.

Au début de la pandémie, au milieu des restrictions de mouvement et de la peur d'être infecté, l'accès des réfugiés aux établissements de santé a été considérablement réduit. Cependant, des adaptations ont été apportées pour garantir que les réfugiés continuent d'avoir un accès sûr aux services essentiels. À mesure que les fermetures et les restrictions se sont assouplies, l'utilisation des services de santé a été largement rétablie.

« Nous nous sommes efforcés de réduire le surpeuplement dans les cliniques, de trouver des alternatives à la prestation de services, comme le suivi à distance, et, surtout, de tenir les communautés de réfugiés informées », a déclaré Sajjad Malik, directeur de la Division de la résilience et des solutions du HCR. « Des efforts particuliers étaient nécessaires pour assurer la continuité des services de santé maternelle et néonatale, ainsi que des services de santé mentale, étant donné que la capacité des réfugiés à faire face était sérieusement mise à rude épreuve en raison de COVID-19. »

Dans l'ensemble, au cours de l'année dernière, le HCR a soutenu l'accès à des services de soins de santé primaires complets et l'orientation vers des soins secondaires et tertiaires dans 50 pays, accueillant 16,5 millions de réfugiés.

En 2020, 112 119 naissances vivantes ont été signalées dans 159 camps de réfugiés dans 19 pays – un niveau similaire à celui de 2019. Les décès néonatals représentaient une proportion importante des décès d'enfants de moins de cinq ans et la mortalité maternelle a continué de susciter des inquiétudes dans la plupart des pays où opère le HCR. . Trop de femmes dans les camps de réfugiés ont continué à mourir de complications liées à la grossesse qui sont évitables et traitables. L'UNHCR s'efforce de soutenir les cliniques avec un personnel, des médicaments et des équipements mieux formés, afin de gérer les urgences obstétricales et de sauver les mères et les nouveau-nés.

Comme en 2019, le paludisme était la principale cause de morbidité signalée chez les réfugiés (20 %), suivi des infections des voies respiratoires supérieures et inférieures. Pour lutter contre le paludisme, le HCR et ses partenaires s'efforcent de garantir l'accès à un diagnostic et à un traitement précoces, et aident les communautés à trouver des moyens de réduire l'exposition aux piqûres de moustiques, notamment au moyen de moustiquaires imprégnées d'insecticide. Ils préconisent également des mesures environnementales pour réduire les sites de reproduction des moustiques.

La malnutrition aiguë est restée un problème de santé important dans de nombreuses opérations du HCR. Le début de la pandémie a entraîné des restrictions de mobilité, et le HCR, en collaboration avec ses partenaires, a dû revoir la prestation des programmes de nutrition pour assurer à la fois la continuité des soins et les mesures d'atténuation du COVID-19.

Par exemple, les programmes d'alimentation thérapeutique et complémentaire ont aidé à combler le déficit nutritionnel vécu par les enfants, les femmes et d'autres personnes ayant des besoins nutritionnels spécifiques, telles que les personnes vivant avec le VIH et/ou la tuberculose. Pour poursuivre ces programmes, le HCR a prépositionné des fournitures pour permettre la fourniture de rations pour une plus longue durée et réduire la fréquence des visites dans les dispensaires. De plus, l'agence a augmenté les jours de distribution pour réduire l'affluence. Dans des endroits tels que le sud du Tchad et l'ouest du Rwanda, le HCR a également fourni des conseils par radio et par téléphone sur les pratiques d'alimentation recommandées pour les nourrissons et les jeunes enfants.

« Comme nous sommes dans la deuxième année de la pandémie de COVID-19, un financement est nécessaire pour soutenir la réponse à la pandémie à l'appui des systèmes nationaux », a déclaré Malik. «Cependant, cela ne doit pas se faire au détriment du maintien de l'accès à d'autres services de santé essentiels. Dans l'ensemble, un investissement beaucoup plus important est nécessaire pour garantir que les réfugiés – comme tout le monde – puissent jouir du droit à la meilleure santé physique et mentale possible. »

Notes aux rédacteurs :

  • L'Aperçu mondial annuel 2020 du HCR sur la santé publique est disponible ici.
  • Pour la vidéo B-roll, cliquez ici

Pour plus d'informations sur ce sujet, veuillez contacter :

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter