Angela del Valle (76), du Venezuela, reçoit sa première dose de vaccin COVID-19 à Guayaquil, en Équateur. © HCR/Santiago Arcos Veintimilla

Quatre mois après la première livraison de vaccins COVID-19 de l'installation COVAX, l'initiative mondiale visant à assurer la distribution équitable des vaccins, le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, appelle les États à accélérer le déploiement des campagnes de vaccination et à supprimer les obstacles qui limiter l'accès aux vaccins pour les 82,4 millions de personnes déplacées de force dans le monde.

HCR - Le HCR appelle les États à supprimer les obstacles à l'accès aux vaccins COVID-19 pour les réfugiés

Le HCR surveille l'inclusion des réfugiés et des demandeurs d'asile dans les plans de vaccination contre le COVID-19 et leur déploiement dans 162 pays.

Sur les 126 pays comptant une population réfugiée de plus de 500 personnes, le HCR a confirmé que 123 ont soit explicitement inclus les réfugiés dans leurs plans de vaccination, soit donné l'assurance qu'ils le feront. C'est également le cas des demandeurs d'asile dans 93 pays sur 96.

De plus, le HCR est en mesure de confirmer que les réfugiés et les demandeurs d'asile ont commencé à se faire vacciner contre le COVID-19 dans 91 des 162 pays suivis. Le HCR félicite les États qui ont inclus ces populations déplacées de force dans le déploiement du vaccin et exhorte les autres à suivre leur exemple.

« Partout dans le monde, nous avons constaté un engagement indéfectible à ne pas laisser les réfugiés de côté dans la planification de la vaccination contre le COVID-19 », a déclaré Ann Burton, chef de la section de santé publique du HCR. « Mais les obstacles à la vaccination persistent. Des efforts plus importants sont nécessaires pour garantir que les assurances des États concernant l'inclusion des réfugiés deviennent une réalité tangible. »

Pour s'inscrire ou se faire vacciner, certains États exigent des documents d'identité que les réfugiés n'ont souvent pas. D'autres ont mis en place des systèmes en ligne qui peuvent dissuader ou empêcher les personnes n'ayant pas accès à Internet ou qui ne maîtrisent pas l'informatique de s'inscrire pour se faire vacciner.

Dans plusieurs pays, les sites de vaccination sont situés loin des lieux de résidence des réfugiés, ce qui pourrait les dissuader de se faire vacciner. C'est le cas en particulier en Afrique subsaharienne, où les nouveaux cas de COVID-19 signalés sont en augmentation, contrairement au déclin observable dans de nombreuses régions du monde.

D'autres facteurs qui empêchent les gens de se faire vacciner comprennent le coût réel ou perçu des services de vaccination, les barrières linguistiques, ainsi que le manque d'informations, la désinformation et les possibilités limitées de poser des questions, ce qui peut conduire à une réticence à la vaccination.

Le HCR salue les efforts des États pour surmonter ces obstacles. La Moldavie et la Serbie ont donné la priorité à l'apport du vaccin aux personnes vivant dans des centres d'asile, tandis qu'en Serbie, la vaccination est également terminée pour les réfugiés vivant dans des logements privés. Le Sénégal et le Cameroun ont autorisé les réfugiés à s'inscrire dans les établissements de santé désignés et les conseils municipaux à proximité de leurs communautés. Le Portugal a introduit un système d'enregistrement spécifique pour les personnes sans papiers afin de garantir que personne ne soit exclu du déploiement du vaccin. Pendant ce temps, en République démocratique du Congo (RDC), la plus grande campagne de sensibilisation de la région sur le COVID-19 a touché plus de 1,7 million de personnes depuis le début de la pandémie.

Le HCR est prêt à travailler avec tous les États pour garantir qu'au moins 20 % des réfugiés soient vaccinés d'ici la fin de 2021, conformément à l'objectif fixé par COVAX. L'Agence exhorte également les États disposant de doses de vaccin excédentaires à les partager avec les pays à revenu faible et intermédiaire et à soutenir l'installation COVAX.

"Au-delà de l'impératif moral, c'est dans notre intérêt collectif", a déclaré Burton. "Tant que la pandémie reste incontrôlable quelque part, elle est une menace pour tout le monde partout."

Données clé:

  • Pour une ventilation régionale de l'inclusion des réfugiés et des demandeurs d'asile dans les campagnes de vaccination, cliquez ici

Pour plus d'informations sur ce sujet, veuillez contacter :

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter