L’hiver a le moyen de faire ressortir le pire du coronavirus. L'année dernière, la saison a connu une vague record qui a fait près de 250 000 morts et des hôpitaux débordés dans tout le pays. Cette année, nous sommes bien mieux préparés, avec des vaccins efficaces – et, bientôt, des antiviraux puissants – qui combattent le coronavirus, mais les cas semblent à nouveau en augmentation, faisant craindre une nouvelle forte augmentation.

À quel point cela deviendra-t-il grave ? Nous ne sommes plus dans la phase la plus dangereuse de la pandémie, mais nous n'en sommes pas non plus au bout. Ainsi, la trajectoire de COVID-19 au cours des prochains mois dépendra de trois inconnues clés : comment notre immunité résiste, comment le virus change et comment nous nous comportons. Ces inconnues peuvent également se dérouler différemment d'un État à l'autre, d'une ville à l'autre, mais ensemble, elles détermineront ce qui finira par se produire cet hiver.

Combien d'immunité avons-nous même?Voici les chiffres de base : Les États-Unis ont complètement vacciné 59 % du pays et enregistré suffisamment de cas pour représenter 14 % de la population. (Bien que, compte tenu des tests limités, ces nombres de cas sous-estiment presque certainement les véritables infections.) Ce que nous ne savons pas, c'est comment mettre ces deux chiffres ensemble, explique Elizabeth Halloran, épidémiologiste au Fred Hutchinson Cancer Research Center. Quel pourcentage d'Américains est immunisé contre le coronavirus - par des vaccins ou une infection ou les deux ?

C'est le chiffre clé qui déterminera la force de notre mur d'immunité cet hiver, mais il est impossible de le déterminer avec les données dont nous disposons. Cette incertitude est importante car même une petite différence de pourcentage dans l'immunité globale se traduit par un grand nombre de personnes sensibles. Par exemple, 5 % supplémentaires d'Américains sans immunité représentent 16,5 millions de personnes, et 16,5 millions d'infections supplémentaires pourraient signifier des centaines de milliers d'hospitalisations supplémentaires. Parce que les personnes non vaccinées ont tendance à se regrouper géographiquement et parce que de nombreuses unités de soins intensifs des hôpitaux fonctionnent presque à pleine capacité même en temps non pandémique, il ne faut pas beaucoup de patients malades pour submerger un système de santé local.

Lire : Pourquoi les travailleurs de la santé démissionnent en masse

Ce qui se passe en Europe, dit Ali Ellebedy, immunologiste à l'Université de Washington à St. Louis, est également un « signe rouge ». Plusieurs pays d'Europe occidentale, qui sont plus vaccinés que les États-Unis, connaissent déjà des pics à l'approche de l'hiver. Les cas en Allemagne, qui a vacciné près de 70% de sa population, ont fortement augmenté, accablant les hôpitaux et stimulant de nouvelles restrictions sur les non vaccinés. Les États-Unis ont un peu plus d'immunité contre les infections précédentes que l'Allemagne parce qu'ils ont eu des vagues de COVID passées plus importantes, mais ils ont encore beaucoup de personnes sensibles.

La force de l'immunité varie également d'une personne à l'autre. L'immunité contre les infections passées, en particulier, peut être très variable. L'immunité induite par le vaccin a tendance à être plus cohérente, mais les personnes âgées et les personnes immunodéprimées présentent des réponses plus faibles. Et l'immunité contre l'infection diminue également clairement avec le temps chez tout le monde, ce qui signifie que les infections à percée deviennent de plus en plus courantes. Les boosters, qui devraient être bientôt disponibles pour tous les adultes, peuvent contrer le déclin cet hiver, bien que nous ne sachions pas encore à quel point cette protection sera durable à long terme. Si la somme de toute cette immunité est plus élevée, cet hiver pourrait être relativement doux ; sinon, nous pourrions nous attendre à une autre augmentation des taxes.

De nouvelles variantes apparaîtront-elles ?Au début de la pandémie, les scientifiques pensaient que ce coronavirus muté assez lentement. Puis, fin 2020, une variante Alpha plus transmissible est arrivée. Et puis une variante Delta encore plus transmissible est apparue. En un an, le virus a plus que doublé sa contagiosité. L'évolution de ce coronavirus est peut-être en train de ralentir, mais cela ne veut pas dire qu'elle est arrêtée : nous devons nous attendre à ce que le coronavirus continue de changer.

Alpha et Delta ont été des gagnants de l'évolution parce qu'ils sont tellement contagieux, et le virus pourrait éventuellement trouver des moyens d'augmenter encore plus sa transmissibilité. Mais à mesure que de plus en plus de personnes sont vaccinées ou infectées, notre immunité collective donne de plus en plus d'avantage aux variantes qui peuvent à la place échapper au système immunitaire. Delta a déjà une partie de cette capacité. À l'avenir, déclare Sarah Cobey, biologiste de l'évolution à l'Université de Chicago, « je pense que la plupart des améliorations de la condition physique proviendront de l'évasion immunitaire. »

Les variantes Beta et Gamma ont également érodé la protection immunitaire, mais elles n'étaient pas en mesure de rivaliser avec la variante Delta actuelle. Il peut encore y avoir de nouvelles variantes qui le peuvent. Il est impossible de savoir si tout cela arrivera à temps pour faire une différence cet hiver, mais cela finira par arriver. C'est ainsi que fonctionne l'évolution. D'autres coronavirus qui causent le rhume changent également chaque année, tout comme la grippe. Les virus provoquent toujours des réinfections, mais chaque réinfection rafraîchit également la mémoire du système immunitaire.

À lire : Le coronavirus pourrait empirer

Une nouvelle variante pourrait changer à nouveau la trajectoire de la pandémie cet hiver, mais il est peu probable qu'elle réinitialise l'horloge pandémique à mars 2020. Nous pourrions nous retrouver avec une variante qui provoque davantage d'infections ou de réinfections révolutionnaires, mais notre système immunitaire ne sera pas totalement dupé.

Comment les gens vont-ils propager le virus ?Le coronavirus ne saute pas dans les avions, ne traverse pas les frontières de l'État ou n'assiste pas aux fêtes de fin d'année. Nous faisons. COVID-19 se propage lorsque nous le propageons, et prédire ce que les gens feront a été l'un des plus grands défis de la modélisation de la pandémie. « Nous sommes constamment surpris lorsque les choses sont plus compliquées et plus étranges », déclare Jon Zelner, épidémiologiste à l'Université du Michigan.

La vague Delta dans le Grand Sud au cours de l'été, par exemple, a reflué à la fin de l'été et au début de l'automne même si de nombreuses restrictions COVID ne sont pas revenues. Au contraire, vous vous attendiez peut-être à ce que les cas augmentent à ce moment-là, car des écoles pleines d'enfants non masqués et non vaccinés rouvrent. Alors, qu'est-ce-qu'il s'est passé? Une explication possible est que les gens sont devenus plus prudents avec le masquage et la distanciation sociale alors qu'ils voyaient des cas augmenter autour d'eux. Plus de personnes dans le sud ont été vaccinées, bien que les taux soient toujours inférieurs à ceux du nord-est hautement vaccinés. Les surtensions sont-elles « autolimitées parce que les gens modifient leur comportement en réponse aux récentes surtensions ? » dit Cobey. "C'est juste une question vraiment ouverte." La météo peut également influencer le comportement ; à mesure que les températures se sont refroidies dans le sud, les gens ont peut-être passé plus de temps à l'extérieur.

Un autre facteur possible pour mettre fin à la vague estivale est que le virus a peut-être simplement infecté tout le monde qu'il a pu trouver à ce moment-là, mais ce n'est pas la même chose que de dire qu'il a infecté tout le monde dans ces États. Le coronavirus ne se propage pas uniformément dans une région, comme l'encre dans l'eau. Au lieu de cela, il doit voyager le long de réseaux de connexion entre les personnes. COVID-19 peut traverser tout un foyer ou un lieu de travail, mais il ne peut pas passer au suivant à moins que des personnes ne se déplacent entre eux. Par pur hasard, le coronavirus peut trouver des poches de personnes sensibles mais pas d'autres dans une vague donnée. « Il y a une sorte d'aléatoire là-dedans », dit Zelner. Cet hiver, il faut s'attendre à une poussée locale à chaque fois que le virus trouve une poche de susceptibilité. Mais il est difficile de prédire exactement quand et où cela se produira. Les points chauds COVID actuels du pays sont le Michigan, le Minnesota et le Nouveau-Mexique, trois États sans lien évident entre eux.

Lire : L'Amérique a perdu l'intrigue sur COVID

À la fin de l'hiver, les États-Unis émergeront avec plus d'immunité qu'ils n'en ont actuellement, soit par infection, soit, de manière bien préférable, en vaccinant plus de personnes. « Pour moi, cet hiver est le dernier combat », dit Zelner. Cependant, ces trois inconnues se déroulent cet hiver, COVID finira par s'estomper en tant que force perturbatrice dans nos vies à mesure qu'il deviendra endémique. Nous n'en sommes pas encore là, mais notre deuxième hiver pandémique nous rapprochera un peu plus.