Pourquoi la région de la baie n'a toujours pas dépensé 1,7 milliard de dollars en fonds de stimulation COVID

Près de deux mois après que le président Joe Biden a signé un projet de loi de relance COVID affectant 1,7 milliard de dollars de fonds de secours aux agences de transport en commun de la région de la Baie, cet argent n'a pas encore été dépensé - même si de nombreux systèmes de transport en commun maintiennent en place les coupures de services liées à la pandémie.

La Metropolitan Transportation Commission, qui est chargée de distribuer les fonds au BART, à Caltrain et à deux douzaines d’autres exploitants de bus, de trains et de ferry, est toujours en train de déterminer comment elle souhaite répartir cet argent et assurer la santé à long terme des différentes agences.

Une coalition de syndicats et d'usagers des transports en commun déclare que le retard est inacceptable.

Des centaines d'usagers de bus sont laissés bloqués aux arrêts chaque jour en raison des limites de capacité censées permettre la distanciation sociale, et d'autres doivent faire face à un service réduit, ce qui rend le transport en commun lent, peu fiable et peu attrayant, selon le Alliance populaire pour le transport en commun. Le groupe s'est rassemblé devant le siège du MTC à San Francisco jeudi après-midi pour exiger qu'il débloque immédiatement des fonds de relance.

La directrice d'AC Transit, Jovanka Beckles, a averti qu'à mesure que l'économie rouvrirait et que de plus en plus de gens retourneraient au travail et voyageraient, beaucoup choisiraient de conduire au lieu de prendre le transport en commun si les coupures de service sont toujours en place. Plutôt que d'amasser de l'argent pour une reprise potentielle de plusieurs années, Beckles a déclaré que les agences devraient l'utiliser immédiatement pour rétablir les coupures et embaucher plus de chauffeurs.

«Ces fonds étaient destinés à aider les systèmes de transport en commun à revenir aux niveaux (de service) d'avant la pandémie», a-t-elle déclaré. «Si nous ne sommes pas capables de le faire - si nous ne sommes pas fiables - alors nous allons perdre des coureurs.»

Les transports en commun ont été confrontés à une crise financière l'année dernière, lorsque des verrouillages et des inquiétudes concernant la capture du coronavirus dans des espaces partagés ont chassé la plupart des passagers - bien que de nombreux travailleurs essentiels et ceux qui ne sont pas en mesure de conduire ont continué à rouler tout au long de la pandémie. Sa reprise a été extrêmement lente: le BART, qui transportait autrefois plus de 400 000 coureurs chaque jour de la semaine, n'a remonté que ces derniers jours à plus de 60 000.

Le MTC a déjà distribué 2,3 milliards de dollars à partir des deux premiers programmes de secours fédéraux pour le COVID, ce qui, selon le porte-parole Randy Rentschler, a compensé les pertes des agences de transport tarifaire et évité la nécessité de licenciements ou de réductions de services plus drastiques. Rentschler a rejeté l'idée que le MTC a amassé de l'argent alors que les agences de transport en commun luttent, et a déclaré que les opérateurs n'avaient pas exprimé un besoin urgent de la troisième ronde de fonds.

«Personne n'est assis avec de l'argent», a-t-il dit. «L'argent a été disponible car il était nécessaire.»

En ce qui concerne le troisième programme de secours, le plan de sauvetage américain de Biden, des documents publiés sur le site Web du MTC indiquent que la commission prévoit de distribuer l’argent au cours de l’été, à la suite d’un atelier avec les dirigeants des agences de transport en juin.

Les précédents paquets monétaires ont donné une marge de manœuvre à la commission cette fois-ci, a déclaré Rentschler, et il faut du temps pour décider comment dépenser l'argent, car "c'est probablement le dernier que nous allons obtenir."

Si cette prédiction se vérifie, le désir de l’alliance de transport en commun de rétablir immédiatement les coupures de service pourrait être risqué - si les passagers ne reviennent pas, les systèmes de transport en commun risquent de se retrouver à nouveau confrontés à de profonds déficits. Mais Beckles et d'autres membres du groupe, qui est un sous-comité des socialistes démocrates d'Amérique d'East Bay, affirment que le maintien du service à des niveaux réduits fera des projections d'une reprise de plusieurs années une prophétie auto-réalisatrice.

«Avec un service fiable (et) avec des mesures de sécurité continues», a déclaré Beckles, «les passagers seront plus enclins à reprendre le transport en commun