Le cabinet renouvelé du coronavirus, qui s'est réuni dimanche soir pour la première fois depuis l'assermentation d'un nouveau gouvernement, a discuté d'une augmentation des tests et de l'application aux frontières d'Israël et d'un effort accru pour vacciner les adolescents – mais n'a ajouté aucune nouvelle restriction majeure au public, après le le mandat du masque d'intérieur a été réintroduit vendredi.

La réunion a eu lieu au milieu des craintes d'une résurgence du COVID-19, en raison de la variante Delta hautement contagieuse qui se propage dans le monde.

Lors de la première réunion, le cabinet des coronavirus se prononce contre de nouvelles restrictions majeures

Le cabinet du coronavirus a décidé d’aller vers des mesures plus strictes à la principale porte d’entrée d’Israël vers le monde, l’aéroport Ben Gourion, et sur des sanctions plus sévères contre les voyageurs qui rompent la quarantaine.

Ils auraient également pesé une poignée de nouvelles mesures, notamment l'obligation d'un troisième test COVID négatif pour ceux qui reviennent de l'étranger, le retour des bracelets de suivi électronique pour ceux qui nécessitent une quarantaine et la réouverture des sites de test COVID dirigés par Magen David Adom.

Le cabinet a décidé qu'en plus de gérer la variante Delta, une meilleure infrastructure doit être développée pour se préparer aux futures mutations COVID ou à d'autres virus. Le tsar des virus Nachman Ash et la nouvelle personne nommée Roni Numa, qui dirigera les efforts du gouvernement contre les coronavirus à Ben Gourion, ont été chargés de formuler un meilleur modèle d'application pour les personnes en quarantaine.

Recevez l'édition quotidienne du Times of Israel par e-mail et ne manquez jamais nos meilleures histoires

Inscription gratuite

Le cabinet a également décidé de procéder à un séquençage génétique complet des variantes de COVID détectées chez toute personne arrivant en Israël.

Plus tôt dimanche, les ministres du cabinet au complet ont décidé que toute personne qui se rend dans des pays actuellement interdits en raison de leur taux élevé de morbidité liée au COVID se verra infliger une amende de 5 000 shekels (1 500 dollars).

Le cabinet des coronavirus a débattu de différentes approches de la pandémie en cours : un effort agressif pour éradiquer la maladie ou un effort visant à apprendre à vivre avec elle. Ils semblaient avoir choisi cette dernière.

À la suite de la réunion, le bureau du Premier ministre a réitéré que son approche actuelle est « une protection maximale des citoyens israéliens contre la propagation de la variante Delta, ainsi qu'une perturbation minimale de la vie quotidienne ».

Dimanche après-midi, 63 nouveaux cas de COVID avaient été confirmés en Israël depuis minuit, avec un total de 1 186 cas actifs. Le nombre de personnes hospitalisées est passé de 47 samedi à 44 dimanche soir, et le nombre de personnes dans un état grave est passé de 26 à 23.

Arrivée des voyageurs à l'aéroport international Ben Gourion le 23 juin 2021. (Flash90)

Dimanche également, le directeur général du ministère de la Santé, Chezy Levy, a annoncé qu'il démissionnait de son poste avant la nomination attendue d'un nouveau chef de ministère par le nouveau ministre de la Santé, Nitzan Horowitz. Le directeur général d'un ministère est généralement nommé personnellement par un ministre, et Levy a lui-même été nommé par Yuli Edelstein lorsque ce dernier a pris ses fonctions l'année dernière.

Levy a déclaré à Horowitz qu'il resterait en poste jusqu'à ce que son remplacement soit confirmé, selon Channel 12. Dans sa lettre de démission, Levy a déclaré qu'il fournirait à son successeur "autant de formation que nécessaire, certainement en cette période de nouvelle épidémie de coronavirus". Levy a déclaré qu'il était «fier de tout ce que le système de santé a fait pendant le coronavirus [pandemic] jusqu'à présent », a rapporté le réseau. Horowitz l'a remercié pour « son service au pays avec un grand professionnalisme ».

Le ministère de la Santé a ajouté dimanche deux pays à la liste des nations avec un avertissement de voyage COVID extrême, mais n'a apporté aucun changement aux pays qu'il est interdit aux Israéliens de visiter.

La Biélorussie et le Kirghizistan ont été ajoutés aux pays répertoriés comme « avertissement de voyage critique », rejoignant l'Ouganda, l'Uruguay, les Émirats arabes unis, les Seychelles, l'Éthiopie, la Bolivie, la Namibie, le Paraguay, le Chili, la Colombie, le Costa Rica et la Tunisie.

Le Népal et les Maldives ont été retirés de la liste. Si la situation dans les pays restants ne s'améliore pas, ils pourraient être ajoutés à la liste des pays interdits d'entrée aux Israéliens.

Ces pays sont actuellement l'Argentine, le Brésil, l'Afrique du Sud, l'Inde, le Mexique et la Russie. Toute personne revenant en Israël de l'une de ces nations, y compris celles déjà vaccinées, doit se mettre en quarantaine chez elle pendant 14 jours et se verra infliger une amende de 5 000 shekels.

Dimanche, le Premier ministre Naftali Bennett a nommé Roni Numa pour superviser le dépistage du COVID-19 à l'aéroport Ben Gourion et à d'autres points de passage internationaux – largement considéré comme l'un des points faibles du pays pour freiner la propagation du virus.

"La responsabilité sera de gérer cela maintenant et de regarder vers l'avenir", a déclaré Bennett. « Les vaccins ne fonctionnent pas toujours. Il peut y avoir des variantes, le mois prochain, l'année prochaine ou dans quatre ans, pour lesquelles il n'existe pas de vaccin. Donc, en Israël, qui n'a pas beaucoup de traversées, c'est en fait une sorte d'île, il n'y a aucune raison pour qu'on ne puisse pas se protéger même s'il n'y a pas de vaccin.

Une Israélienne reçoit une injection de vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination Clalit à Jérusalem le 24 juin 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Dimanche matin également, Bennett a averti les Israéliens de ne pas baisser la garde contre la variante ultra-contagieuse du Delta.

« Notre approche est simple : une protection maximale pour les citoyens d'Israël avec un minimum de perturbations de la routine et de l'économie en Israël », a déclaré Bennett lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem. « Des masques au lieu de restrictions. Vaccinations au lieu de confinements. La variante Delta, comme on l'a dit, infecte 50 % de plus, mais nous savons que le vaccin fonctionne. Cela fonctionne tout simplement.

Bennett a déclaré que la semaine dernière, le taux de vaccination quotidien « avait triplé, passant de 3 000 à 10 000. Ce n'est pas assez. Nous voulons maintenant le tripler à nouveau et atteindre 30 000 par jour, et c'est possible. »

Plus de 30% des 12 à 15 ans ont été vaccinés ou ont pris rendez-vous pour recevoir leur premier vaccin, a déclaré dimanche à Channel 12 News Ido Hadari, directeur exécutif de Maccabi Healthcare Services. "Nous pensons que nous pourrons bientôt atteindre 50%", a-t-il ajouté.

Dans ses remarques dimanche, Bennett a lancé un appel particulier aux adolescents pour qu'ils se fassent vacciner : « Je sais à quel point vous voulez vous détendre cet été et vous pouvez le faire. J'ai quatre enfants de ces âges ; nous ne voulons imposer aucune restriction — ni sur les fêtes, ni sur les voyages, ni sur quoi que ce soit. Cependant, précisément à cause de cela, si vous ne voulez pas que des restrictions vous soient imposées, allez-y dès aujourd'hui et faites-vous vacciner. Parle à tes parents et va te faire vacciner.