Les Bruins se sont présentés à Brighton pour un entraînement à 10 h 30 samedi, l'ont annulé en raison d'une légère augmentation des tests COVID-19 positifs, et à 14 h. a vu la LNH mettre le calendrier de jeu de la franchise en pause jusqu'au 26 décembre au moins.

Le rythme de l'action s'accélère autour des 32 équipes de la ligue. Mais c'est la main invisible de COVID-19, un virus qui a fait plus de 800 000 morts aux États-Unis et au Canada, qui dicte chaque mouvement du jeu, à la fois sur et hors de la glace.

En milieu d'après-midi, les Bruins ont annoncé deux ajouts à leur liste de protocoles COVID prolongée : les attaquants Taylor Hall et Curtis Lazar. Cela a porté à neuf le nombre de Bruins testés positifs ou jugés en contact étroit avec une personne testée positive.

Les Bruins à leurs deux derniers matchs (les deux défaites) étaient déjà privés des attaquants vedettes Patrice Bergeron et Brad Marchand, ainsi que de l'ailier droit numéro 2 Craig Smith. Leur désignation sur la liste COVID a laissé les Bruins dans un déséquilibre concurrentiel évident, voire déséquilibré, qui a entraîné des pertes contre les Golden Knights et les Islanders.

Les spéculations autour de la ligue ont augmenté au cours de la journée, en partie à la lumière de l'ajout des Bruins et des Predators aux franchises mises en pause, que les patrons de la ligue ce week-end pourraient choisir de fermer toutes les franchises au moins pendant les vacances.

Si tel est le cas, ce serait la deuxième pause à l'échelle de la ligue en 21 mois. En mars 2020, au début de la pandémie ici en Amérique du Nord, la LNH a mis toutes ses 31 équipes d'alors en pause après quelque 70 matchs chacune. Quelques semaines plus tard, la ligue a annulé le reste de sa saison régulière, puis a organisé un tournoi complet de la Coupe Stanley dans les villes de Toronto et d'Edmonton au cours de l'été.

La pause actuelle pour les Bruins, qui a également suspendu temporairement les activités liées à l'équipe au Warrior Ice Arena, a ajouté trois matchs à la liste des reports des Bruins qui incluaient déjà leur visite samedi soir à Montréal.

Les autres reports des Bruins étaient la matinée de dimanche à Ottawa et les deux prochains matchs au TD Garden : mardi contre la Caroline et jeudi contre le Colorado. La ligue, qui augmente désormais quotidiennement le nombre d'équipes qu'elle place en pause COVID, n'a pas encore annoncé de dates de maquillage pour aucun des matchs.

Les Bruins ont déclaré tard samedi matin que le directeur général Don Sweeney s'adresserait aux médias plus tard dans la journée. Il n'avait pas encore commenté en fin d'après-midi.

Aucun des joueurs ou du personnel d'entraîneurs des Bruins n'a mis le pied ou patiné sur la surface de jeu du Warrior Ice Arena samedi matin. La glace était préparée, scintillant comme du marbre blanc hautement poli. Deux douzaines de rondelles étaient empilées au sommet des bandes près de l'endroit où les Bruins sortent normalement du vestiaire.

un membre du personnel de l'équipement a discrètement retiré les rondelles. Quelques retardataires dans les tribunes et quelques vidéastes ont fait leurs bagages et se sont frayés un chemin hors de l'invité. Installation de rue.

On ne sait pas quand les entraînements reprendront, mais idéalement, les Bruins seraient de retour sur la glace au moins une fois avant leur prochain match prévu, actuellement prévu pour une visite des Penguins le 27 décembre. Les deux matchs suivants auraient les Bruins à Ottawa le 29 décembre, puis les Sabres se rendraient ici à 13 h. en matinée le jour de l'an.

Tard vendredi, la LNH et le syndicat des joueurs de l'AJLNH ont rétabli de nombreux protocoles et pratiques COVID stricts qui régissaient le comportement sur et hors glace depuis l'été 2020.

Les choses à faire et à ne pas faire ravivées obligeront les joueurs à se soumettre à des tests COVID fréquents, à porter des masques, à maintenir une distance sociale et, peut-être le plus difficile, à ne jamais sortir des hôtels de l'équipe sur la route, que ce soit pour aller dîner ou autrement socialiser.

Bref, il s'agit d'un confinement doux, quoique sans doute ennuyeux. La plupart des jeunes athlètes se délectent du style de vie sur route, que ce soit pour avoir la chance de créer des liens avec des coéquipiers ou de poursuivre d'autres expériences de socialisation. Tous ces avantages ont encore une fois été réduits.

Kevin Paul Dupont peut être joint à kevin.com.