Dans ses observations finales à l’assemblée annuelle de haut niveau de l’OMS, qui s’étend sur une semaine, Tedros a déclaré qu’un éventuel traité international serait discuté lors d’une session extraordinaire des membres de l’OMS en novembre.

Bien que les cas de COVID et les décès soient en baisse dans le monde, Tedros a insisté sur le fait que la «solution» passait par des mesures de santé publique «adaptées et cohérentes» associées à une vaccination équitable.

Le danger COVID n'est pas passé, les États doivent soutenir le traité pandémique : Tedros

Appel de vaccination

Le Directeur général de l'OMS a exhorté tous les États Membres à s'engager à vacciner au moins 10 pour cent de la population mondiale d'ici la fin septembre et au moins 30 pour cent d'ici la fin de l'année.

«Un jour - espérons-le bientôt - la pandémie sera derrière nous, mais les cicatrices psychologiques resteront pour ceux qui ont perdu des êtres chers, les agents de santé qui ont dépassé le point de rupture et les millions de personnes de tous âges confrontées à des mois de solitude et isolement », a-t-il souligné.

Tedros a souligné que l'agence des Nations Unies avait besoin de plus de financement pour le soutien technique et les conseils que l'agence fournissait aux pays.

«La formation des agents de santé, les fournitures essentielles, les déploiements de pointe et bien plus encore… Tout doit être financé. Nous ne pouvons pas féliciter les gens », a-t-il déclaré.

OMS / Nadege Mazars
Une femme est vaccinée contre le COVID-19 dans la communauté autochtone de Concordia, en Colombie.

Responsabilité

Les États membres «ne peuvent véritablement assurer la sécurité de leur propre peuple que s'ils sont responsables les uns envers les autres au niveau mondial», a affirmé Tedros, ajoutant que la pandémie avait été caractérisée par le «manque de partage» de «données, informations, agents pathogènes, technologies et ressources ».

Il a insisté sur le fait qu'un traité sur la pandémie améliorerait l'alerte rapide sur les menaces potentielles pour la santé mondiale, favoriserait le stockage et la production de fournitures pandémiques, permettrait un accès équitable aux vaccins, aux tests et aux traitements et fournirait une main-d'œuvre d'urgence pour faire face aux urgences.

Un traité appartenant aux États membres

«Un accord international de quelque nature que ce soit doit être conçu et détenu par tous les États membres», a déclaré Tedros. «Il doit être vraiment représentatif et inclusif.

Elle doit être approfondie et soigneusement étudiée, mais elle doit aussi être urgente. Nous n’avons pas le temps. »

Dans le monde, au 30 mai 2021, 169 597 415 cas confirmés de COVID-19 ont été signalés à l'OMS, dont 3 530 582 décès. Au 27 mai 2021, un total de 1 546 316 352 doses de vaccin avaient été administrées.

Au cours de la semaine dernière, les dirigeants mondiaux de l'Assemblée mondiale de la Santé ont adopté plus de 30 résolutions et décisions sur le diabète, les incapacités, la fin de la violence contre les enfants, les soins oculaires, le VIH, l'hépatite et les infections sexuellement transmissibles, la production locale de médicaments, le paludisme, les régions tropicales négligées. maladies, maladies non transmissibles, soins infirmiers et obstétricaux, santé bucco-dentaire, déterminants sociaux de la santé et orientations stratégiques pour le personnel de santé et de soins.

© UNICEF / Alissa Everett
Un jeune garçon porte un masque facial alors qu'il se promène dans Mathare, une colonie informelle à Nairobi, au Kenya.

Nouvelles étiquettes pour les variantes du SARS-CoV-2

L'Organisation mondiale de la santé a également annoncé qu'elle avait attribué de nouvelles étiquettes simples aux variantes clés du SRAS-CoV-2, le virus responsable du COVID-19, en utilisant des lettres de l'alphabet grec.

Par exemple, la variante B.1.1.7 préoccupante initialement identifiée au Royaume-Uni sera désormais étiquetée «Alpha». Celui identifié en Afrique du Sud sera "Beta".

Les étiquettes ont été choisies après une large consultation et un examen de nombreux systèmes de dénomination potentiels. Pour ce faire, l'OMS a réuni un groupe d'experts de partenaires du monde entier, comprenant des experts qui font partie des systèmes de dénomination existants, des experts en nomenclature et en taxonomie des virus, des chercheurs et des autorités nationales.

Dans un communiqué publié ce lundi, l'agence des Nations Unies pour la santé a expliqué que les nouveaux noms de l'alphabet grec ne remplaceront pas les variantes des noms scientifiques existants, qui véhiculent des informations scientifiques importantes et continueront d'être utilisées dans la recherche.

Bien qu'ils aient leurs avantages, ces noms scientifiques peuvent être difficiles à prononcer et à retenir, et sont sujets à des déclarations erronées. En conséquence, les gens ont souvent recours à des variantes d'appels en fonction des lieux où ils sont détectés, ce qui est stigmatisant et discriminatoire. Pour éviter ceci et pour simplifier les communications publiques, l'OMS encourage les autorités nationales, les médias et autres à adopter ces nouveaux labels », a exhorté l'agence.

Vous pouvez trouver toutes les variantes de préoccupation et d'intérêt et leurs étiquettes ici.