Loida Mendez, 86 ans, reçoit la première dose du vaccin Pfizer Covid-19 du médecin de l'armée américaine Luis Perez sur un site de vaccination FEMA à North Miami, en Floride. Quatre sites de la FEMA, capables de vacciner jusqu'à 3000 personnes par jour, ont ouvert leurs portes dans l'État.Crédit.. Marta Lavandier /. Ainsi, lorsque des jeunes sans preuve d'éligibilité se sont présentés, les travailleurs du site sont allés de l'avant et leur ont donné des coups de feu, pensant qu'il n'y avait aucun risque de manquer pour la journée.

Le mot s'est rapidement répandu dans la ville : le site de Florida City, juste au nord des Florida Keys, vaccina tout résident de l'État de 18 ans ou plus. Descendez vite.

Covid-19 News : Des jeunes envahissent un site FEMA en Floride dans l'espoir de se faire vacciner

C'était une occasion rare - et finalement de courte durée - pour les jeunes de se faire vacciner en Floride, qui pendant deux mois s'est concentrée presque exclusivement sur la vaccination des résidents plus âgés, qui ont tendance à être plus vulnérables à Covid-19. Contrairement à tous les autres États, la Floride n'avait pas publié d'ordre de priorité pour rendre plus de catégories de personnes éligibles, selon la Kaiser Family Foundation, laissant les plus jeunes dans l'ignorance de leur tour.

L’État a assoupli ses restrictions la semaine dernière pour permettre aux personnes souffrant de certaines conditions médicales et d’une note du médecin de se faire vacciner et a abaissé l’âge minimum d’admissibilité à 50 ans pour les enseignants, les policiers et les pompiers.

Ces étapes ont coïncidé avec l'arrivée de la FEMA, qui a ouvert des sites de vaccination de masse à Miami, Orlando, Tampa et Jacksonville, chacun capable d'administrer 3 000 injections par jour. Tous les quatre ont également deux sites satellites de 500 prises de vue par jour qui passeront d'une communauté mal desservie à une autre chaque semaine. Celui de Florida City, une ville à majorité noire, était un site satellite.

Les choses ont vite commencé à devenir confuses. Au début, n’importe quelle note du médecin ferait l'affaire. Ensuite, l'État a exigé un formulaire spécifique rempli par le médecin. Plus tard, les enseignants et les gardiens de jour, quel que soit leur âge, sont devenus éligibles, mais uniquement dans les sites FEMA et les pharmacies participant au programme fédéral de vaccination.

La colère du public s'est accrue avec des informations selon lesquelles l'État dirigeait les vaccins vers des communautés de retraités riches, principalement blanches, liées à de puissants hommes d'affaires et à des donateurs politiques.

Pourtant, la demande semblait faible. Avant samedi, un seul site de la FEMA - le site de masse d'Orlando - avait déjà utilisé la totalité de son lot quotidien de coups de feu, selon Marty Bahamonde, un porte-parole de la FEMA. Cela était particulièrement inquiétant dans la région de Miami, qui pendant des semaines a connu un nombre constamment élevé de nouveaux cas, y compris des variantes de virus plus transmissibles.

Ainsi, samedi, quand on a appris que le site satellite de Florida City semblait assouplir ses restrictions d'éligibilité, des centaines de personnes ont afflué là-bas - tellement, en fait, que le personnel a commencé à noter les noms et à leur demander de revenir dimanche. À la fin de la journée, le site avait administré 483 injections, son plus grand jour à ce jour.

Lorsque le site a rouvert dimanche à 9 heures du matin, les gens étaient alignés autour du bloc, mais au final, le site n'a administré que 321 tirs.

Les travailleurs et les policiers ont agité des copies du décret du gouverneur Ron DeSantis sur l'éligibilité et disant aux personnes qui ne remplissaient pas les conditions qu'elles seraient renvoyées, a déclaré Julio E. Ligorria, 34 ans, qui avait fait 45 minutes de route pour s'y rendre.

M. Ligorria a déclaré qu'il souffrait d'un problème de santé, mais qu'il n'avait pas de médecin de soins primaires pour signer son formulaire d'admissibilité. Un médecin lui a dit qu'il aurait d'abord besoin d'un examen physique et d'une valeur de 3 000 dollars, que l'assurance de M. Ligorria ne couvrirait pas.

«J’ai tellement essayé de faire cela de la bonne façon», a-t-il déclaré. Mais il est parti sans un tir.

États-Unis >

États-UnisLe 7 mars

Changement de 14 jours

Nouveaux cas

40 336

–12%

Nouveaux décès

682

  • dix%
  • Monde >

    MondeLe 7 mars

    Changement de 14 jours

    Nouveaux cas

    342 103

    + 7%

    Nouveaux décès

    5 260

    –8%

    Vaccinations aux États-Unis ›

    Les participants de la garde de la couleur s'entraînant lors d'une compétition à Southaven, Mississippi, samedi après que le gouverneur Tate Reeves a mis fin au mandat de masque dans tout l'État au début de la semaine dernière.Crédit.. Rory Doyle pour le New York TimesLes Centers for Disease Control and Prevention devraient publier cette semaine des conseils très attendus sur la façon dont les Américains vaccinés contre le coronavirus pourraient ou non mettre de côté les restrictions adoptées pour ralentir sa propagation.

    Plus de 30 millions de personnes aux États-Unis - plus de 8% de la population - sont entièrement vaccinées, et beaucoup se demandent s'il est sécuritaire de se réunir avec des amis et de la famille, de voyager ou d'arrêter de porter des masques, ou de reprendre des activités comme aller aux gymnases et aux restaurants.

    «Ces lignes directrices proviennent du C.D.C. vraiment imminent », a déclaré dimanche le Dr Anthony S. Fauci, conseiller médical en chef du président Biden sur Covid-19, dans l'émission« Face the Nation »de CBS.

    Il a suggéré que les recommandations pourraient être publiées dans les prochains jours.

    Le nouvel avis était attendu la semaine dernière, mais le Dr Rochelle P. Walensky, le C.D.C. directeur, a déclaré dans un briefing de la Maison Blanche vendredi que "ce sont des questions complexes et la science évolue rapidement."

    «Notre objectif, et ce qui est le plus important, est que les personnes qui ont été vaccinées et celles qui ne l’ont pas encore été soient en mesure de comprendre les mesures qu’elles peuvent prendre pour se protéger et protéger leurs proches», a-t-elle ajouté. «Nous nous assurons et prenons le temps de bien faire les choses.»

    La clameur pour une orientation fédérale survient alors que certains gouverneurs ont commencé à lever les restrictions étatiques, malgré les avertissements des responsables de la santé selon lesquels il est beaucoup trop tôt et les critiques de M. Biden selon lesquelles de telles actions représentent une «pensée néandertalienne».

    La semaine dernière, le Texas et le Mississippi, deux États dirigés par les républicains, ont levé les mandats de masque à l'échelle de l'État. Les restaurants ont rouvert pour des repas en salle à New York. Les responsables du Connecticut prévoient de mettre fin aux limites de capacité des restaurants, des gymnases et des bureaux ce mois-ci. Dans au moins une demi-douzaine d'États, les responsables insistent pour que les écoles offrent un enseignement en personne pour au moins certaines classes.

    «Nous avons besoin que le pays soit ouvert», a déclaré dimanche le sénateur John Barrasso, républicain du Wyoming, où le mandat du masque n’a pas encore été levé, lors de l’émission «Meet the Press» de NBC.

    «Nous avons besoin que les enfants retournent à l'école tous les jours avec un masque, sans masque», a déclaré M. Barrasso. «Nous savons comment rester en sécurité. Nous savons ce que nous devons faire : nous faire vacciner. »

    Interrogé sur la question de savoir si les mandats de masque de levage inciteraient certaines personnes à cesser de prendre des mesures de protection, M. Barrasso, un chirurgien orthopédiste, a déclaré : «Eh bien, les gens doivent prendre des précautions. J'ai mon masque avec moi ici. Je vais continuer à porter un masque. Et je pense que les gens utiliseront leur bon sens pour le faire.

    Dimanche, le gouverneur Jim Justice de Virginie-Occidentale, qui a récemment assoupli les restrictions sur les entreprises mais a gardé le mandat masqué de l’État, a déclaré que les autres gouverneurs devaient être plus progressifs dans la levée des mandats.

    "Je n'aime pas le masque non plus", a déclaré M. Justice, un républicain, sur "Face the Nation" de CBS, ajoutant qu'il pensait que les mandats étaient encore nécessaires pendant probablement au moins un autre mois.

    "J'ai un dicton -" un merle ne fait pas le printemps ", a-t-il dit. Si les Américains commencent à célébrer trop tôt, a-t-il ajouté, il y aura des conséquences: "Vous êtes sur le point d'être frappé par une tempête hivernale."

    Il existe encore une certaine ambiguïté scientifique autour des comportements sans danger pour les personnes vaccinées. Bien que les vaccins soient très efficaces pour prévenir les maladies graves et la mort, il n'y a pas encore de preuves suffisantes pour savoir si les personnes vaccinées peuvent encore transmettre le virus à d'autres.

    Le Dr Michael Osterholm, directeur du Center for Infectious Disease Research and Policy de l'Université du Minnesota, a déclaré dimanche sur «Meet the Press» qu'il était important que le C.D.C. publier des lignes directrices pragmatiques et reconnaître les énigmes auxquelles sont confrontés les Américains qui tentent de naviguer dans une société dans laquelle certaines personnes sont vaccinées tandis que d'autres attendent leur tour.

    «Si nous disons simplement aux gens qu'ils doivent rester cocoonés, qu'ils doivent rester chez eux, qu'ils doivent continuer à porter leurs masques, même s'ils sont entièrement vaccinés - ils ne le sont pas. va faire cela », a déclaré le Dr Osterholm. «Ils vont ignorer les recommandations de santé publique, nous devons donc être réalistes.»

    Les lignes directrices devraient aborder des questions telles que celle de savoir si les grands-parents vaccinés peuvent voir leurs petits-enfants, a-t-il ajouté. Et les recommandations devraient faire la distinction entre les activités qui pourraient être relativement raisonnables pour les personnes vaccinées et celles qui devraient encore être interdites, comme aller dans des restaurants bondés.

    Dimanche, les responsables de l'administration Biden exhortaient toujours les communautés américaines à maintenir leurs précautions jusqu'à ce que davantage de progrès aient été réalisés.

    «Nous avons juste besoin de rester un peu plus longtemps», a déclaré le Dr Fauci. «Nous retirerons ces mesures d'atténuation. Ce ne sera pas comme ça indéfiniment, bien sûr. "

    Le gouverneur Asa Hutchinson a déclaré que les entreprises de son État avaient besoin de plus de flexibilité.Crédit.. Staci Vandagriff / The Arkansas Democrat-Gazette.

    Le plan semblait chercher un terrain d'entente entre l'annonce brusque de la fin des mandats masques, comme l'ont fait le Texas et le Mississippi la semaine dernière, et leur maintien indéfiniment face à la pression croissante des entreprises, comme le font New York et d'autres États.

    «Nous ne voulions pas de falaise», a déclaré M. «Je voulais une sortie de piste.»

    Les mesures prises au Texas et au Mississippi ont été critiquées comme prématurées et imprudentes par les responsables de la santé publique, et le président Biden les a qualifiées de «pensée néandertalienne», car le virus infecte toujours des dizaines de milliers de personnes dans le pays chaque jour et est nouveau, plus contagieux. les variantes se répandent largement. Plusieurs gouverneurs ont déclaré ces derniers jours que leurs États n'étaient certainement pas prêts à abandonner les mandats masqués.

    Mais plus généralement, de nombreux États, y compris l’Arkansas, ont récemment assoupli certaines restrictions sur les entreprises malgré les avertissements des responsables de la santé publique selon lesquels il était trop tôt pour baisser la garde du pays.

    «Nos entreprises ont pris les bonnes mesures», a déclaré dimanche M. Hutchinson, mais «il n'y a qu'une limite quant à l'ampleur des restrictions qui peuvent être imposées aux entreprises et pendant combien de temps. Ils ont lutté, ils ont souffert, et nous avons donc voulu donner plus de flexibilité. "

    «Ce n’est pas un homme des cavernes qui pense», at-il ajouté. "C'est du bon sens."

    Il a déclaré que les gens de son État avaient besoin de savoir qu'une fin était en vue : «Pour moi, en Arkansas, je voulais me fixer un objectif et donner aux gens l'espoir que nous pourrons mettre fin à un mandat de masque si nous arrivons à cet endroit où nous nous sentons plus confortable et nos hospitalisations sont toujours en baisse.

    Vendredi, la reine Elizabeth II a signé son message annuel du jour du Commonwealth au St. George’s Hall du château de Windsor.Crédit..

    «Nous avons tous continué à apprécier le soutien, l'étendue des expériences et des connaissances que le travail en commun apporte, et j'espère que nous maintiendrons ce sentiment renouvelé de proximité et de communauté», a déclaré la reine.

    Appelant la pandémie «un moment pas comme les autres», elle a également salué «les progrès remarquables dans le développement de nouveaux vaccins et traitements» et les travailleurs de la santé de première ligne pour leur «dévouement désintéressé au devoir».

    Le discours a été diffusé dimanche à l'occasion du Commonwealth Day, une célébration des pays en grande partie de l'ancien Empire britannique qui continuent d'entretenir des liens avec la Grande-Bretagne.

    Les remarques de la reine sont intervenues quelques heures à peine avant une apparition télévisée très attendue de son petit-fils le prince Harry et de sa femme, Meghan Markle, la duchesse de Sussex, avec Oprah Winfrey dimanche soir. Les relations entre le couple et la famille royale sont tendues depuis que le duc et la duchesse ont annoncé qu'ils se retireraient de leurs fonctions officielles et déménageraient en Amérique du Nord.

    Le service annuel du jour du Commonwealth à l'abbaye de Westminster à Londres, auquel la famille royale assiste généralement, a été annulé cette année en raison de la pandémie.

    Après qu'une variante très contagieuse a ravagé la Grande-Bretagne au cours de l'hiver et que le pays a resserré les restrictions, les cas confirmés en Grande-Bretagne ont régulièrement diminué, selon une base de données du New York Times.

    Malgré les inquiétudes liées au coronavirus, des milliers de personnes se sont réunies dimanche dans un stade d'Erbil, en Irak, alors que le pape François disait la messe. Le service a clôturé la première visite papale en Irak.CréditCrédit.. Ivor Prickett pour le New York TimesLa visite de trois jours du pape François en Irak a été une aubaine pour la communauté chrétienne décroissante, un coup de pouce pour le gouvernement irakien assiégé - et un risque potentiel pour la santé, car de nombreux participants ont trouvé la distanciation sociale impossible et les masques ignorés.

    Le voyage, la première visite papale dans le pays, est arrivé à un moment vulnérable. L'Irak a signalé des sommets quotidiens records de plus de 5 000 infections cette semaine, et ses dirigeants ont mis en place des couvre-feux. La campagne de vaccination du pays n’a commencé que la semaine dernière, et de nombreux Iraquiens se méfient des programmes de santé du gouvernement, si peu de personnes sur près de 40 millions d’habitants ont reçu ne serait-ce qu’un seul vaccin.

    Le pape et son entourage ont été vaccinés, et le Vatican avait rejeté les craintes que de grands événements pendant le voyage puissent propager le virus, affirmant que des précautions seraient prises pour minimiser les risques.

    Mais les Irakiens ne sont généralement pas habitués à porter des masques et beaucoup vivent et travaillent dans des conditions surpeuplées, ils sont donc également habitués à la distanciation sociale. Lorsqu'ils se sont rassemblés en grand nombre pour voir le pape, le port du masque était loin d'être universel.

    Le virus se transmet beaucoup plus facilement à l'intérieur qu'à l'extérieur, mais la plupart des Irakiens pensent à tort qu'il n'y a pas du tout de transmission à l'extérieur. Dans certaines villes où le pape est apparu, des milliers de personnes se sont entassées dans les rues pour attendre son arrivée. Lors des offices, les chœurs étaient généralement démasqués.

    Lors d'une messe dans la ville de Qaraqosh, environ la moitié de la congrégation a été démasquée. Un autre service, dimanche, a eu lieu dans un stade d'Erbil, la capitale régionale du Kurdistan irakien. Les responsables de l'Église avaient déclaré qu'environ 5 000 billets seraient distribués, mais la télévision kurde a rapporté qu'environ 10 000 personnes étaient présentes.

    Dans les rues d'Ankawa, l'enclave chrétienne d'Erbil, des milliers de personnes tenant des fleurs et des branches d'olivier se tenaient derrière un ruban en plastique accroché entre des barrières, dans l'espoir d'apercevoir le pape alors qu'il se rendait au stade. Les musiciens jouaient de la batterie et des flûtes pendant que les enfants dansaient sur le trottoir.

    Le pape lui-même était parfois masqué, parfois non. Il n'en portait pas à son arrivée à Bagdad. le grand ayatollah Ali al-Sistani, 90 ans, ne montraient ni le pape ni le religieux chiite masqués.

    L'ayatollah Sistani n'a pas été vacciné et son bureau a déclaré qu'il voulait s'assurer que les autres y aient accès en premier. Il a déclaré le vaccin religieusement permis.

    Plus de 100 personnes ont commencé à courir vers les agents avant que des gaz lacrymogènes ne soient utilisés samedi soir, a déclaré le chef Maris Herold du département de police de Boulder.Un grand rassemblement de jeunes pour la plupart sans masque s'est transformé en mêlée près de l'Université du Colorado à Boulder samedi soir et a laissé plusieurs étudiants saignés et gazés lacrymogènes, au moins deux véhicules endommagés et trois agents du SWAT blessés, a déclaré la police.

    La foule était à son plus grand vers 19 heures, impliquant jusqu'à 800 personnes, a déclaré le chef de la police, et la plupart des participants ne prenaient pas de précautions contre le coronavirus telles que la distanciation sociale ou le port de masques.

    Les experts en maladies infectieuses ont fait part de leur inquiétude selon laquelle, à mesure que le temps se réchauffe et que les restrictions locales s'atténuent, les rassemblements sociaux et les voyages de relâche pourraient provoquer une augmentation des cas de coronavirus.

    Le procureur de district du comté de Boulder, Michael T. Dougherty, a déclaré que l’épisode était un «énorme revers» dans les efforts de la ville pour lutter contre la pandémie. Jeff Zayach, directeur de la santé publique du comté, a qualifié le manque de port de masque et la distanciation sociale de «choquants et dérangeants».

    Le Colorado a récemment atteint 6000 décès dus à Covid-19, selon une base de données du New York Times.

    L'université a déclaré qu'elle était «au courant d'une grande fête sur la colline de l'Université samedi soir et d'allégations de violence contre des policiers intervenant sur les lieux.

    "Nous condamnons cette conduite", a-t-il déclaré, ajoutant qu '"elle est inacceptable et irresponsable, en particulier à la lumière du volume de formation, de communication et d'application" sur les restrictions relatives aux coronavirus.

    Les étudiants qui vivent dans le quartier ont déclaré que les gens se réunissaient samedi dans leur cour pour profiter d'une journée chaude après avoir été enfermés par le froid et les restrictions relatives aux coronavirus.

    Un centre de recherche de l'Université Duke à Durham, en Caroline du Nord, où des tests de coronavirus positifs sont séquencés.Crédit.. Pete Kiehart pour le New York TimesLes Centers for Disease Control and Prevention en ont averti depuis janvier : une variante plus contagieuse et peut-être plus mortelle du coronavirus, découverte pour la première fois en Grande-Bretagne, est susceptible de devenir prédominante aux États-Unis, conduisant peut-être à une augmentation déchirante des cas des morts.

    La première partie de cet avertissement semble se réaliser : la variante, connue sous le nom de B.1.1.7, double sa part de tous les nouveaux cas aux États-Unis environ tous les 10 jours.

    Mais la deuxième partie est plus difficile à distinguer, du moins jusqu'à présent. La forte baisse des nouveaux cas par rapport au pic de janvier s'est arrêtée à la mi-février, mais la tendance depuis lors a été à peu près stable ou seulement légèrement à la baisse, plutôt qu'une «quatrième vague» redoutée.

    Les experts ne savent pas pourquoi. Le rythme accéléré des vaccinations et les mesures de contrôle des virus restantes dans une grande partie du pays pourraient équilibrer la propagation de la variante la plus contagieuse, de sorte que le nombre total de cas n'augmente ni ne diminue beaucoup. Mais il est difficile de savoir combien de temps cet équilibre pourrait durer, ou si le prochain virage net de la tendance sera à la hausse ou à la baisse.

    Le risque d'une surtension n'est en aucun cas passé, a averti dimanche le Dr Anthony S. Fauci, conseiller médical en chef du président Biden sur Covid-19.

    Le pays enregistrait en moyenne environ 60 000 nouveaux cas par jour samedi, selon une base de données du New York Times. Il s'agit de la moyenne sur sept jours la plus basse depuis octobre et d'environ 10% de moins que la moyenne du 21 février, lorsque la forte baisse a ralenti. Pourtant, le chiffre est proche du niveau maximal de la flambée de l'été dernier. Les rapports de décès sont également en baisse mais restent élevés, dépassant régulièrement 2000 par jour.

    Dans une interview dimanche sur le programme CBS «Face the Nation», le Dr Fauci a déclaré qu'au cours de la dernière semaine et demie, la baisse des cas était au point mort. «Nous plafonnons à un niveau assez élevé - 60 à 70 000 nouvelles infections par jour, c'est assez élevé», a-t-il déclaré.

    Cette tendance est particulièrement inquiétante, a-t-il déclaré, car aux États-Unis, au cours de l'année écoulée, lorsque le niveau quotidien de nouvelles infections a plafonné à un niveau élevé, des flambées de cas ont suivi. Et récemment, en Europe, les niveaux d’infection ont diminué, puis ont atteint un plateau et «au cours de la dernière semaine environ, le nombre de cas a augmenté d’environ 9%», a déclaré le Dr Fauci.

    Les experts disent qu'ils ont besoin de plus de données pour comprendre pourquoi les États-Unis n'ont pas encore vu de flambée des cas, la redoutable variante B.1.1.7 s'étant répandue si rapidement, représentant déjà plus d'un cinquième des nouveaux cas.

    William Hanage, un épidémiologiste de Harvard, a déclaré qu'il pourrait y avoir plusieurs raisons pour lesquelles B.1.1.7 n'a pas commencé à ravager les États-Unis comme il a consommé la Grande-Bretagne, y compris une vaccination plus répandue, l'amélioration des conditions météorologiques et la mosaïque de restrictions pandémiques à travers les États.

    La Floride, selon M. Hanage et d'autres experts, est un exemple intéressant, car les infections n'ont pas augmenté même si les restrictions sont plus souples que dans d'autres États et que la variante représente au moins 30% des cas, la proportion la plus élevée du pays.

    Le Dr Fauci a déclaré dimanche qu'une variante identifiée pour la première fois à New York n'est "pas encore répandue, mais elle semble se propager assez efficacement dans la région métropolitaine de New York et au-delà."

    Il a déclaré qu'il existe des preuves que le variant peut partiellement échapper à la protection conférée par les vaccins et les traitements par anticorps monoclonaux, bien que le variant n'échappe pas autant aux vaccins et aux traitements que celui identifié pour la première fois en Afrique du Sud.

    Le meilleur moyen de prévenir une nouvelle propagation est de «faire vacciner les gens le plus rapidement et le plus rapidement possible et, surtout, de maintenir les mesures de santé publique dont nous parlons si souvent: le masquage, la distanciation physique et l’évitement des lieux de rassemblement. en particulier à l'intérieur. Dit le Dr Fauci. "C'est ce que vous pouvez faire pour empêcher la propagation d'une variante inquiétante."

    Le siège social d'Emergent BioSolutions à Gaithersburg, Maryland, Crédit.. Samuel Corum pour le New York TimesIl y a un an, alors que le coronavirus se propageait sans contrôle, envoyant des milliers de personnes mourantes à l'hôpital, des appels désespérés pour des masques de protection et d'autres fournitures médicales sont restés sans réponse. Aujourd'hui, la pénurie de fournitures de base, associée à des tests inadéquats et à la lenteur du déploiement des vaccins, est le symbole de la réponse fédérale brisée à une calamité mondiale qui a tué plus d'un demi-million d'Américains.

    Une enquête du New York Times a trouvé une explication cachée de ce qui n'a pas fonctionné : les achats du gouvernement pour le Strategic National Stockpile, la réserve médicale d'urgence du pays où est conservé un tel équipement, ont été en grande partie motivés par les demandes et les intérêts financiers d'une poignée de les entreprises de biotechnologie qui se sont spécialisées dans des produits qui répondent aux menaces terroristes plutôt qu'aux maladies infectieuses.

    Le chef d'entre eux est Emergent BioSolutions, une société basée dans le Maryland qui fabrique maintenant des vaccins Covid-19 pour AstraZeneca et Johnson & Johnson. L'année dernière, alors que la pandémie se propageait à travers le pays, le gouvernement a versé 626 millions de dollars à Emergent pour des produits comprenant des vaccins pour lutter contre une menace entièrement différente : une attaque terroriste à l'anthrax.

    Tout au long de la majeure partie de la dernière décennie, le gouvernement a dépensé près de la moitié du budget annuel d’un demi-milliard de dollars du stock pour les vaccins anti-anthrax de la société, a constaté le Times. Cela laissait au gouvernement moins d'argent pour acheter les fournitures nécessaires en cas de pandémie, bien qu'il lui ait été conseillé à plusieurs reprises de le faire.

    D'anciens employés émergents, des entrepreneurs gouvernementaux, des membres du Congrès, des experts en biodéfense et des fonctionnaires actuels et anciens d'agences qui supervisent le stock ont ​​décrit un système profondément dysfonctionnel qui a contribué aux pénuries choquantes de l'année dernière. Leurs comptes ont été confirmés par le budget fédéral et les dossiers de passation de marchés, les documents de planification des agences, les dépôts judiciaires, les divulgations d'entreprises et les transcriptions des audiences du Congrès et des présentations des investisseurs.

    Les achats sont censés être fondés sur des évaluations minutieuses par des représentants du gouvernement de la meilleure façon de sauver des vies, mais beaucoup ont également été influencés par les résultats d’Emergent, révèlent les documents et les entretiens.

    Au cours des deux décennies qui ont suivi la création du référentiel, les tactiques agressives d’Emergent, ses larges relations politiques et son penchant pour la réduction des concurrents lui ont donné une influence remarquable sur les décisions d’achat du gouvernement liées aux vaccins, montrent les interviews et les documents.

    Bien que les responsables de la sécurité nationale considèrent toujours l'anthrax comme une menace, il n'a pas été spécifiquement mentionné depuis 2012 dans l'évaluation publique annuelle de la communauté du renseignement sur les dangers auxquels le pays est confronté, un rapport qui a mis en garde à plusieurs reprises contre des pandémies.

    «Le risque d’une attaque terroriste grave à l’anthrax est réel, mais cela ne signifie pas que vous achetez des quantités illimitées de vaccins», a déclaré le Dr Thomas Frieden, directeur des Centers for Disease Control and Prevention sous l’ancien président Barack Obama. «C'est une somme nulle. Il n'y a pas beaucoup d'argent, donc si vous achetez plus d'une chose, vous devez en acheter moins d'une autre. »

    Les Israéliens montrent leurs «Green Passes» pour être admis à un concert à Tel Aviv dimanche alors que le pays a rouvert ses portes à ceux qui sont complètement vaccinés.Crédit.. Jack Guez /.

    Pour la première fois depuis des mois, les restaurants ont rouvert, avec des restrictions d'occupation et de distance sociale et avec des sièges à l'intérieur disponibles uniquement pour les détenteurs du Green Pass, c'est-à-dire les personnes de plus de 16 ans qui sont entièrement vaccinées.

    Israël a devancé le reste du monde en termes de vaccinations, 55% de la population ayant reçu une dose du vaccin Pfizer-BioNTech et plus de 41% deux doses. C'est maintenant un laboratoire international pour l'efficacité du vaccin, et devient un cas test pour les questions pratiques, juridiques et éthiques découlant d'un système à plusieurs niveaux pour les vaccinés et non vaccinés.

    Les salles d'événements rouvrent pour les détenteurs du Green Pass et des rassemblements pouvant accueillir jusqu'à 1 500 personnes seront autorisés dans les stades et les arénas. Et après des semaines de restrictions strictes à l'entrée dans le pays qui ont laissé des milliers de citoyens israéliens bloqués à l'étranger, tous les citoyens et résidents permanents seront autorisés à entrer dans le pays, mais avec un plafond qui augmentera au cours de la semaine de 1000 à 3000 personnes. par jour.

    «C'est un grand jour», a déclaré M. Netanyahu, alors qu'il soupait sous le soleil printanier aux côtés du maire de Jérusalem, Moshe Leon. «Nous revenons à la vie.»

    Le programme «Back to Life» est au cœur de la campagne électorale de M. Netanyahu, avec un autre scrutin prévu le 23 mars, le quatrième d’Israël en deux ans.

    Alors que les nouvelles infections quotidiennes se comptent toujours par milliers, les responsables de la santé et les experts ont mis en garde contre l'ouverture de l'aéroport aux passagers de l'étranger susceptibles de transporter des variantes de virus contagieux et contre un assouplissement trop rapide des restrictions pour des considérations politiques. Mais le gouvernement a également subi la pression des Israéliens voulant retourner dans le pays pour voter.

    Des centaines de personnes se sont rassemblées dans le centre-ville d'Asunción, au Paraguay, la semaine dernière, pour protester contre la réponse du gouvernement au coronavirus.Crédit.. Maria Magdalena Arréllaga pour le New York TimesLe président Mario Abdo Benítez du Paraguay a fait face à des appels à sa démission et à de grandes manifestations de rue au cours du week-end alors que les habitants dénonçaient l'état lamentable du système de santé publique, sous pression au milieu d'un nombre record d'infections à coronavirus.

    Le Paraguay, l'un des pays les plus pauvres d'Amérique du Sud, n'a reçu que quelques milliers de doses de vaccin Covid-19. Julio Mazzoleni, le ministre de la Santé, a démissionné vendredi alors que les unités de soins intensifs des hôpitaux se remplissaient et que les médecins étaient à court de médicaments de base.

    Quelques heures après la démission de M. Mazzoleni, des milliers de personnes sont descendues dans les rues du centre-ville d'Asunción, la capitale, pour demander la démission de M. Abdo Benítez, un dirigeant conservateur qui a pris ses fonctions en août 2018.

    Les manifestants et les législateurs de l’opposition ont déclaré que la crise sanitaire du pays avait été exacerbée par une corruption généralisée à tous les niveaux des marchés publics et des dépenses.

    «Les Paraguayens ont déjà payé des médicaments et des vaccins qui ne sont pas là», a déclaré le législateur Efraín Alegre, chef du principal parti d’opposition, le Parti libéral. «Ce n’est pas la faute du peuple paraguayen, c’est un grave problème de corruption.»

    Alors que les législateurs appelaient à sa destitution, M. Abdo Benítez a appelé samedi tous ses ministres à rédiger des lettres de démission. À la fin de la journée, il a accepté la démission de trois ministres, dont le ministre de l'Éducation.

    Le tollé a commencé mercredi lorsque des professionnels de la santé ont organisé une manifestation à Asunción pour attirer l'attention sur la rareté des fournitures médicales de base. Les agents de santé ont déclaré qu'ils étaient à court de médicaments pour le traitement de chimiothérapie et de sédatifs pour les patients qui devaient être intubés.

    Pour l'instant, M. Abdó Benítez semble avoir suffisamment de soutien au Congrès pour éviter la destitution. Mais des manifestants à travers le pays ont déclaré qu'ils avaient l'intention de continuer à organiser des manifestations jusqu'à la chute de son gouvernement.

    Le Paraguay a fermé ses frontières et mis en œuvre des mesures strictes au début de la pandémie, ce qui l'a d'abord épargné des grandes flambées observées dans les pays voisins comme le Brésil et l'Argentine. Mais les infections ont augmenté ces dernières semaines, atteignant un sommet le 4 mars, lorsque les responsables de la santé ont signalé 1 439 nouveaux cas.

    Les ministres de la Santé de trois autres pays d'Amérique du Sud - l'Argentine, l'Équateur et le Pérou - ont démissionné ces dernières semaines au milieu de scandales et de critiques sur la manière dont les gouvernements ont géré la distribution des vaccins et d'autres aspects de la réponse à la pandémie.

    Des gens priant devant la mosquée Hasan Anani à Jiddah, en Arabie saoudite, en janvier Crédit.. Amr Nabil /, autorisant les repas à l'intérieur dans les restaurants et autorisant la réouverture des gymnases et des salons de coiffure.

    Après avoir été durement touché par le virus l'été dernier, le royaume a relativement bien réussi à contrôler son épidémie avec des restrictions répétitives. Le pays de 34 millions d'habitants, dont plus d'un tiers sont des non-citoyens, a enregistré plus de 379 000 cas et 6 500 décès.

    Après une augmentation des cas, le gouvernement a imposé le 3 février des restrictions aux activités récréatives qui devaient durer 10 jours, mais qui ont été prolongées de 20 jours supplémentaires.

    Selon les nouvelles règles, les repas à l'intérieur dans les restaurants ont repris, avec des contrôles de température obligatoires à l'entrée et pas plus de cinq personnes à des tables qui doivent être distantes de trois mètres. Des cinémas, des gymnases et des centres sportifs ont également rouvert.

    Les événements plus importants tels que les mariages, les banquets et les conférences d'entreprise sont toujours interdits, avec un plafond de 20 personnes pour les autres événements.

    L'Arabie saoudite et ses riches voisins arabes du Golfe ont généralement mieux résisté au virus que les autres pays du monde arabe.

    Les Émirats arabes unis ont fortement investi dans la vaccination et sont désormais un leader mondial, ayant administré plus de 6,2 millions de vaccins et atteignant un taux de 63 doses pour 100 personnes, selon les chiffres du gouvernement.

    Le Koweït a imposé dimanche 17 heures. à 5 heures du couvre-feu pour le mois suivant après une augmentation des cas. Le mois dernier, le pays avait réduit les heures d'ouverture pour les affaires non essentielles et empêché les non-citoyens d'entrer dans le pays. Le Koweït a également un mandat strict sur les masques faciaux dans les lieux publics; les contrevenants peuvent être condamnés à une amende allant jusqu'à 16 000 $ et à des peines d'emprisonnement de trois mois.

    La pandémie a exercé des pressions économiques sur les États du Golfe car elle a réduit la demande de pétrole et de gaz, dont les pays dépendent fortement pour leurs revenus. La pandémie a également accru le stress sur les millions de travailleurs étrangers mal payés, pour la plupart originaires d'Asie du Sud, qui exercent une gamme de travaux essentiels. Dans toute la région, bon nombre de ces travailleurs ont vu leur salaire baisser, ont été licenciés ou ont dû rentrer chez eux en raison de la perte d'emplois.

    Vidéotranscription

    Retourtranscription

    Le Sénat adopte de peu le plan de secours en cas de pandémie de Biden

    Le Sénat a adopté samedi le projet de loi de relance de 1,9 billion de dollars du président Biden, avec un vote de 50 contre 49. Le paquet doit maintenant revenir à la Chambre avant d'être signé dans la loi.“The pandemic has affected nearly every aspect of American life, so this bill spans the gamut and provides support to every part of our country. For Americans who doubted that the government can help them in this time of crisis, you’ll be getting direct checks. Your schools will receive assistance to reopen quickly and safely. Your local businesses will get another lifeline. And the day when you receive the vaccine will be a lot sooner. The American Rescue Plan will go down as one of the most sweeping federal recovery efforts in history. Our job right now is to help our country get from this stormy present to that hopeful future. And it starts with voting ‘aye’ on the legislation before us. Vote ‘yes’ on the American Rescue Plan.” “Voters gave Senate Democrats the slimmest possible majority. Voters picked a president who promised unity and bipartisanship. Democrats’ response is to ram through what they call, quote, ‘the most progressive domestic legislation in a generation’ on a razor-thin majority in both houses. We could have worked together to speed up victory, but our Democratic colleagues made a decision. Their top priority wasn’t pandemic relief. So Mr. President and colleagues, I strongly recommend a ‘no’ vote.” “The yeas are 50. The nays are 49. The bill as amended is passed.”

    The Senate passed President Biden’s sweeping $1.9 trillion stimulus bill on Saturday, with a party-line vote of 50-49. The package must now move back to the House before being signed into law.CreditCredit.Erin Schaff/The New York TimesThe Senate passed its version of the $1.9 trillion American Rescue Plan on Saturday. The pandemic relief bill now goes back to the House of Representatives, which must approve the Senate’s changes before it can go to President Biden’s desk. Here are some answers to some frequently asked questions.

    How big are the stimulus payments in the bill, and who is eligible?

    The stimulus payments would be $1,400 for most recipients. Those who are eligible would also receive an identical payment for each of their children.

    To qualify for the full $1,400, a single person would need an adjusted gross income of $75,000 or below. For heads of household, adjusted gross income would need to be $112,500 or below, and for married couples filing jointly that number would need to be $150,000 or below.

    How would the stimulus bill affect unemployment payments?

    If you’re already receiving unemployment benefits, payments would generally be extended for another 25 weeks, until Sept. 6. The weekly supplemental benefit, which is provided on top of your regular benefit, will remain $300 but run through Sept. 6.

    Although unemployment benefits are taxable, the new law would make the first $10,200 of benefits tax-free for people with income less than $150,000. This applies to 2020 only.

    What would the relief bill do about health insurance?

    Buying insurance through the government program known as COBRA would temporarily become a lot cheaper.

    COBRA, for the Consolidated Omnibus Budget Reconciliation Act, generally lets someone who loses a job buy coverage via the former employer. But it’s expensive.

    Under the relief bill, the government would pay the entire COBRA premium from April 1 through Sept. 30.

    A person who qualified for new, employer-based health insurance someplace else before Sept. 30 would lose eligibility for the no-cost coverage. And someone who left a job voluntarily would not be eligible, either.

    A fisherman in Hoi An, Vietnam, last month.Credit.Rehahn C for The New York TimesOn March 11, 2020, the World Health Organization declared that the coronavirus outbreak had reached the level of a pandemic, with “alarming levels of spread and severity.” Almost immediately, international travel ground to a halt, as countries closed their borders, airlines canceled flights, and cities around the world went into lockdown.

    The losses in life, health and people’s livelihoods continued to mount. The blow to the travel industry and all who depend on it was stunning : International arrivals at United States airports fell by 98 percent in April 2020 compared to the previous year, and stayed at that level for months.

    According to the Organisation for Economic Co-operation and Development, the global tourism economy is expected to shrink by about 80 percent when all the data for 2020 is in.

    With the one-year anniversary of the pandemic approaching, The Times Travel Desk looked at places around the world that are heavily dependent on tourism to see how they have adapted.

    Carla Brown of Canon Hospice speaks with workers at the East Baton Rouge Council on Aging while waiting with one of her patients.Credit.Abdul Aziz for The New York TimesBATON ROUGE, La. Carla Brown, the nurse overseeing her care, was determined to change her mind.

    Ms. West, 73, has ovarian cancer. But her skepticism about the new vaccines overshadowed her fears of Covid-19.

    “I’m just not interested, because everyone tells me the virus is a hoax,” Ms. West said. “And besides, that shot is going to make me more sick than I already am.”

    On Thursday morning, Ms. Brown, 62, breezed into Ms. West’s apartment and delivered a stern lecture : The virus is real, the vaccines are harmless, and Ms. West should get out of bed, grab her oxygen tank and get into her car.

    “I’ll be darned if I’m going to let this coronavirus take you,” Ms. Brown said.

    Even as vaccine supplies become more plentiful, African-Americans are being inoculated at half the rate of whites, according to an analysis by The New York Times. The disparities are especially alarming given the disproportionate impact of the pandemic on communities of color, who have been dying at twice the rate of whites.

    The racial gap in vaccination rates is no less stark in Louisiana, where African-Americans make up 32 percent of the population but just 23 percent of those who have been vaccinated.

    In recent weeks, Ms. Brown has been frenetically working to persuade her patients to get inoculated, and her one-woman campaign provides a glimpse into the obstacles that have contributed to the troublingly low rates of vaccination in the Black community.

    Part of the problem is access. In Baton Rouge, the majority of mass vaccination sites are in white areas of the city, creating logistical challenges for older and poorer residents in Black neighborhoods who often lack access to transportation. Older residents have also been thwarted by online appointment systems that can be daunting for those without computers, smartphones or speedy internet connections.

    But much of the racial disparity in vaccination rates, experts say, can be tied to a longstanding mistrust of medical institutions among African-Americans. Many Baton Rouge residents can readily cite the history of abuse : starting with the eugenics campaigns that forcibly sterilized Black women for nearly half of the 20th century, and the notorious government-run Tuskegee experiments in Alabama that withheld penicillin from hundreds of Black men with syphilis, some of whom later died of the disease.

    “The distrust among Black Americans comes from a real place and to pretend it doesn’t exist or to question whether it’s rational is a recipe for failure,” said Thomas A. LaVeist, an expert on health equity and dean of the School of Public Health and Tropical Medicine at Tulane University.

    A child tossed a surgical mask into a fire during a protest at the Idaho Statehouse in Boise on Saturday.Credit.Nathan Howard/, videos show, in a state that has never had a statewide mask mandate.

    “Destroy them ! Feed them to the fire ! We don’t want them in our world anymore ! ” young children are heard shouting as they grab handfuls of surgical and cloth masks and toss them into a barrel of flames. Adults in the background cheer them on.

    Gov. Brad Little, a Republican, has resisted a mask mandate in Idaho, despite research showing mask mandates are linked to fewer infections and Covid-19 deaths in counties across the United States. Conservative lawmakers in the state have nonetheless pushed legislation banning any such measures.

    The videos, taken by an Oregon Public Broadcasting reporter and a New York Times contributor, Sergio Olmos, show about 100 people on the steps of the state capitol building.

    In one video, several children not much taller than the burning barrel itself approach to drop in masks. “Here fire, you hungry?” says one child. In another video, police officers approaching a woman about a fire are repeatedly told to back off. “Leave her alone ! ” protesters call out. Idaho State Police said in a statement that open flames were not allowed on State Capitol grounds and that the incident was under review.

    The demonstrations were in part organized by Darr Moon, the husband of Dorothy Moon, an Idaho State representative.

    In a video posted to YouTube on Friday, Ms. Moon, along with another state representative, Heather Scott, called the demonstrations a “grass-roots project that we have become aware of and fully support.”

    Ms. Moon claimed in the video that the state has a low caseload that doesn’t justify protective measures. A total of 1,880 people in Idaho have died from the coronavirus, according to a New York Times database.

    Robbie Christian, right, a pharmacist, explains the vaccination process before administering the Moderna Covid-19 shot in Baton Rouge, La. this month.Credit.Abdul Aziz for The New York TimesAbout 58.9 million people in the United States have received at least one dose of a Covid-19 vaccine, including about 30.7 million people who have been fully vaccinated. If you’re one of those people, you may be wondering what you can and should do now. The vaccines are powerful, but scientists warn that even vaccinated people shouldn’t drop their guard until more is known about them. Here are some answers to a few common questions.

    Am I immune right away?

    It takes several weeks for your body to build immunity after vaccination, according to the Centers for Disease Control and Prevention. That means you won’t reach peak protection in the early weeks after your vaccination. For vaccines that require two doses, protection is typically achieved seven to 14 days after the second shot, infectious disease experts say.

    Can I still be infected with the virus?

    A Covid-19 vaccine will help protect you from getting sick, but you can still test positive for the virus. It takes a few weeks for your body’s immune system to become fully trained, and vaccines don’t offer perfect protection.

    Clinical trials showed that the Pfizer vaccine has an efficacy rate of 95 percent in preventing Covid-19 and the Moderna vaccine has an efficacy rate of 94.1 percent after the second dose. The one-shot Johnson & Johnson vaccine has an efficacy rate of up to 72 percent.

    Do the vaccines protect against the new virus variants?

    New, more contagious and possibly more lethal virus variants are spreading in the United States. While Moderna and Pfizer said their vaccines were effective against the variant first discovered in Britain, some shots are less protective against the variant in South Africa. The Johnson & Johnson vaccine had a 64 percent efficacy rate in South Africa.

    Vaccine makers could update their shots if needed to provide better protection against variants. Moderna has already shipped its new vaccine, designed to strengthen protection against the variant found in South Africa, to the National Institutes of Health for clinical study.

    Can the vaccine make me sick with Covid-19?

    No. None of the three vaccines in the United States contain the live virus that causes Covid-19, so they cannot give you the disease, according to the C.D.C.

    Can I pass the virus along to someone else?

    Scientists are still learning how well the vaccines prevent people from spreading the virus. In the interests of speed, vaccines were designed primarily with the goal of preventing severe illness and death, not stopping transmission of the virus. But the limited research so far has shown promise, and experts say they’re confident that the vaccines reduce transmission. Still, it’s unclear how effective they are in the nose and throat, where transmission is driven.

    Do I still need to practice social distancing and wear my mask?

    Oui. Public health officials recommend that vaccinated people continue to practice social distancing and mask wearing in public spaces. Especially in the early weeks after getting fully vaccinated, when you’re still vulnerable to catching the virus, you should keep wearing your mask.

    You may be fully vaccinated, but millions of others remain unprotected and it’s unclear how effective vaccines are at stopping the spread of the virus. The C.D.C. is expected shortly to issue new guidelines on small gatherings of vaccinated Americans.

    What side effects can I expect?

    Common side effects include a sore arm, fatigue, headaches, chills and muscle pain. Data from clinical trials and anecdotal reports show that side effects can be worse after the second dose for the Pfizer and Moderna vaccines. Side effects can be unpleasant, but they typically last about a day and they’re a good sign that your immune system is responding to the vaccine.

    The Johnson & Johnson vaccine appears to cause milder side effects than the Pfizer and Moderna vaccines.

    Will I get a certificate saying I am immune?

    You should be given a card that tells you which vaccine you received, the date you received it and the location of your vaccination. Officials recommend that you keep this card in case you need it later. Dividing the vaccinated and unvaccinated could give privileges to communities that tend to be white and well-off.

    Israel became the first to roll out its own version last month, and several European countries could soon follow. President Biden has asked federal agencies to explore options.

    How long am I immune?

    Scientists aren’t certain how long immunity induced by vaccines may last, but early evidence suggests that even natural immunity may last for years. Still, the new variants surfacing around the world may change the calculus.

    Some of them, including variants first identified in South Africa, Brazil and New York, seem to dodge the body’s immune response, weakening the protection conferred by vaccines. There are reports of people who have recovered from infection with original virus being infected with a variant.

    Scientists had not expected the coronavirus to develop so-called escape mutations so quickly, and Pfizer and Moderna are investigating whether third booster shots may be necessary.

    I got the first dose of a two-dose vaccine, and a few days later tested positive for the virus. Should I still get the second dose?

    You should still plan to get the second dose, but check with your doctor. The C.D.C. recommends that people who had Covid-19 should still get vaccinated because experts don’t know how long natural immunity lasts. Some studies suggest, though, that a single dose of the vaccine may be enough for people who had Covid-19 and recovered.