Le deuxième cycle d'une «enquête sur les impulsions» de l'Organisation mondiale de la santé révèle que plus d'un an après le début de la pandémie du COVID-19, des perturbations substantielles persistent, environ 90% des pays signalant encore une ou plusieurs perturbations des services de santé essentiels, ce qui ne marque aucun changement mondial substantiel. depuis la première enquête menée à l'été 2020.
À l'intérieur des pays, cependant, l'ampleur et l'étendue des perturbations ont généralement diminué.

En 2020, les pays ont signalé qu'en moyenne, environ la moitié des services de santé essentiels étaient perturbés. Au cours des 3 premiers mois de 2021, cependant, ils ont signalé des progrès, un peu plus d'un tiers des services étant désormais perturbés.

Surmonter les perturbations

Les pays s'efforcent d'atténuer les perturbations.

Beaucoup ont maintenant intensifié leurs efforts de communication pour informer le public des changements apportés à la prestation de services et fournir des conseils sur les moyens de se faire soigner en toute sécurité. Ils tentent également d'identifier et de mieux répondre aux besoins les plus urgents des patients.
Plus de la moitié des pays consultés déclarent avoir recruté du personnel supplémentaire pour renforcer les personnels de santé; réorienté les patients vers d'autres établissements de soins; et sont passés à des méthodes alternatives de prestation de soins, telles que la fourniture de plus de services à domicile, la prescription de traitements de plusieurs mois et l'augmentation de l'utilisation de la télémédecine.

En outre, l'OMS et ses partenaires ont aidé les pays à adapter leurs processus afin qu'ils puissent mieux répondre aux défis posés à leurs systèmes de santé; renforcer les soins de santé primaires et faire progresser la couverture sanitaire universelle.
«Il est encourageant de voir que les pays commencent à reconstruire leurs services de santé essentiels, mais il reste encore beaucoup à faire», déclare le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS. «L'enquête souligne la nécessité d'intensifier les efforts et de prendre des mesures supplémentaires pour combler les lacunes et renforcer les services.

Il sera particulièrement important de suivre la situation dans les pays qui avaient du mal à fournir des services de santé avant la pandémie.

Causes persistantes de perturbations

Les pays doivent encore prendre des décisions importantes lorsqu'ils réagissent au COVID-19, ce qui peut avoir un impact négatif sur l'accès aux soins pour d'autres problèmes de santé. Le redéploiement du personnel pour fournir des secours contre le COVID-19 et les fermetures temporaires d'établissements et de services de santé se poursuivent.

Bien qu'ils aient peut-être embauché du nouveau personnel, 66% des pays continuent de signaler des raisons liées aux personnels de santé comme les causes les plus courantes d'interruptions de service. Les chaînes d'approvisionnement sont également encore perturbées dans près d'un tiers des pays, ce qui affecte la disponibilité des médicaments essentiels, des diagnostics et des EPI nécessaires pour fournir des soins de manière sûre et efficace.
Les efforts de communication doivent être encore intensifiés: plus de la moitié des pays signalent des interruptions de service dues au fait que les patients ne demandent pas de soins et à la méfiance de la communauté et à la peur d'être infectés.

Parallèlement, 43% des pays citent les défis financiers comme des causes majeures de perturbations dans l'utilisation des services.
En conséquence, des millions de personnes ne bénéficient toujours pas de soins de santé vitaux. En termes de services, le plus grand impact rapporté par près de la moitié des pays est la fourniture de soins primaires quotidiens pour prévenir et gérer certains des problèmes de santé les plus courants.

Les soins de longue durée pour les affections chroniques, la réadaptation et les soins palliatifs de fin de vie sont également encore gravement perturbés - affectant gravement les personnes âgées et les personnes handicapées.
Les interventions d'urgence, critiques et chirurgicales potentiellement vitales sont encore interrompues dans environ 20% des pays, reflétant les conséquences indirectes les plus immédiates de la pandémie. Les deux tiers des pays signalent également des perturbations dans les chirurgies électives, avec des conséquences qui s'accumulent à mesure que la pandémie se prolonge.

Parmi les services de santé les plus touchés (c'est-à-dire ceux pour lesquels plus de 40% des pays signalent des perturbations) figurent ceux des troubles mentaux, neurologiques et liés à l'usage de substances; maladies tropicales négligées; tuberculose; VIH et hépatite B et C; dépistage du cancer et services pour d'autres maladies non transmissibles, notamment l'hypertension et le diabète; planification familiale et contraception; soins dentaires urgents; et la malnutrition.
Publiée avant la Semaine mondiale de la vaccination (qui commence le 24 avril) et la Journée mondiale contre le paludisme (25 avril), l'enquête révèle que de sérieuses lacunes subsistent en ce qui concerne les perturbations des services dans ces deux domaines. malgré les progrès réalisés dans les pays pour réduire les perturbations des services de vaccination dans les établissements de santé et les services de vaccination «de proximité» d'environ 20% et 30% respectivement par rapport à 2020.

Cela souligne la nécessité d'approches nouvelles et durables pour améliorer la couverture et le recours à la vaccination.
«La pandémie du COVID-19 continue de poser de sérieux défis pour la santé mondiale au-delà de l'impact de la maladie elle-même», a déclaré Henrietta Fore, Directrice générale de l'UNICEF. «Pour les enfants, les perturbations des services de vaccination ont de graves conséquences.

Alors que nous intensifions la livraison des vaccins COVID-19, nous devons nous assurer que cela ne se fait pas au détriment des vaccins essentiels pour les enfants. Nous ne pouvons pas permettre que la lutte d’aujourd’hui contre le COVID-19 sape notre lutte contre la rougeole, la polio ou d’autres maladies évitables par la vaccination. Les interruptions prolongées de la vaccination auront des conséquences à long terme sur la santé des enfants.

Le moment est venu de rattraper le retard. »
Pendant ce temps, près de 40% des pays signalent également des perturbations dans un ou plusieurs services de lutte contre le paludisme. Bien que des progrès par rapport à 2020 - avec environ 10% de pays en moins signalant des perturbations dans le diagnostic et le traitement du paludisme et 25 à 33% en moins de pays signalant des perturbations dans les campagnes de prévention du paludisme (y compris la distribution de moustiquaires imprégnées d'insecticide de longue durée, la pulvérisation intérieure et la chimioprévention saisonnière du paludisme ), le niveau de perturbation signalé est toujours important et doit être traité de toute urgence.

L'OMS continuera à soutenir les pays afin qu'ils puissent répondre aux pressions croissantes sur les systèmes de santé et aux priorités et besoins en évolution rapide tout au long de la pandémie, et à veiller à ce que les stratégies de lutte contre le COVID-19 soient en équilibre avec les stratégies pour s'attaquer aux autres priorités sanitaires et garantir la l'accès à des soins complets pour tous, y compris les plus vulnérables.
Les principaux mécanismes de soutien comprennent l'ACT-Accelerator, qui œuvre pour accélérer l'accès équitable aux vaccins, tests et traitements COVID-19, et le Plan stratégique de préparation et de réponse, qui guide les mesures prises aux niveaux national, régional et mondial pour lutter contre le COVID. 19.

L'Organisation reste également concentrée sur l'exécution des travaux auxquels elle s'est engagée avant le début de la pandémie de COVID-19. En interne, grâce à l'initiative «Boost» et au Partenariat CSU, qui couvre 115 pays, l'OMS a renforcé sa capacité à fournir un soutien supplémentaire aux pays afin qu'ils puissent maintenir les services de santé essentiels pendant la pandémie et faire progresser les progrès vers la couverture sanitaire universelle.

Note aux rédacteurs

Cette enquête porte sur 63 services de santé de base à travers les plates-formes de prestation et les domaines de santé.

Il a été envoyé dans 216 pays et territoires des six régions de l'OMS. 135 réponses ont été reçues (taux de réponse de 63%) de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé, principalement entre janvier et mars 2021. Les réponses se référaient à la situation dans le pays au cours des 3 mois précédant la soumission de l'enquête (dans ce cas, couvrant principalement des périodes comprises entre octobre 2020 -Février 2021).

Le but de l'enquête était d'obtenir des informations et des perspectives sur l'impact de la pandémie du COVID-19 sur les services de santé essentiels et sur la manière dont les pays adaptent leurs stratégies pour maintenir les services essentiels. Cette série d'enquêtes fait suite aux précédentes enquêtes de l'OMS sur les impulsions sur la continuité des services de santé essentiels distribuées au cours des trimestres 2 et 3 de 2020, y compris: enquête Pulse sur la continuité des services de santé essentiels pendant la pandémie COVID-19; Évaluation rapide de l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les ressources et les services liés aux maladies non transmissibles; Évaluation rapide de l'impact du COVID-19 sur les services mentaux, neurologiques et de toxicomanie; et enquêtes sur les impulsions des séries 1 et 2 sur la vaccination.
Bien que les enquêtes sur les impulsions aient des limites telles qu'un biais éventuel dans les rapports et de la représentativité, la force de cet effort est qu'il est complet et fournit des informations rapidement.