• Arrière-plan
  • Méthodes
  • Résultats
  • Interprétation
  • Financement
  • introduction
  • Recherche en contextePreuve avant cette étude
  • Valeur ajoutée de cette étude
  • Implications de toutes les preuves disponibles
  • Méthodes
  • Aperçu
  • Entrées de données
  • Critères d'inclusion et d'exclusion des données
  • Stockage et gestion des données
  • L'analyse des données
  • Discussion
  • Contributors
  • Data sharing
  • Declaration of interests
  • Acknowledgments
  • Editorial note
  • Supplementary Material
  • Les références
  • World Health Organization,
  • Article Info
  • Publication History
  • Identification
  • droits d'auteur
  • ScienceDirect
  • Linked Articles
  • Full-Text
  • PDF

Arrière-plan

La pandémie du COVID-19 a de profondes conséquences sur la santé mentale de nombreuses personnes. Des inquiétudes ont été exprimées quant au fait que, dans leur plus extrême, ces conséquences pourraient se manifester par une augmentation des taux de suicide. Nous visions à évaluer l'effet précoce de la pandémie de COVID-19 sur les taux de suicide dans le monde.

Méthodes

Nous avons collecté des données sur le suicide en temps réel dans des pays ou des régions au sein des pays grâce à une recherche systématique sur Internet et en recourant à nos réseaux et à la littérature publiée. Entre le 1er septembre et le 1er novembre 2020, nous avons effectué des recherches sur les sites Web officiels des ministères de la Santé, des services de police et des agences gouvernementales de statistique de ces pays ou leurs équivalents, en utilisant les termes de recherche traduits "suicide" et "cause de décès", avant élargir la recherche pour tenter d'identifier les données par le biais d'autres sources publiques. Les données ont été incluses d'un pays ou d'une région donné si elles provenaient d'une source gouvernementale officielle et étaient disponibles à un niveau mensuel du 1er janvier 2019 au moins au 31 juillet 2020. Nos recherches sur Internet ont été limitées aux pays comptant plus de 3 millions de personnes. résidents pour des raisons pragmatiques, mais nous avons assoupli cette règle pour les pays identifiés à travers la littérature et nos réseaux. Les zones à l'intérieur des pays pourraient également être incluses avec des populations de moins de 3 millions d'habitants. Nous avons utilisé une analyse de séries chronologiques interrompues pour modéliser la tendance des suicides mensuels avant le COVID-19 (du 1er janvier 2019 au moins au 31 mars 2020) dans chaque pays ou région d'un pays, en comparant le nombre attendu de suicides dérivés. à partir du modèle avec le nombre de suicides observé dans les premiers mois de la pandémie (du 1er avril au 31 juillet 2020, dans l'analyse primaire).

Tendances du suicide dans les premiers mois de la pandémie de COVID-19 : une analyse chronologique interrompue des données préliminaires de 21 pays

Résultats

Nous avons obtenu des données de 21 pays (16 pays à revenu élevé et cinq pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure), y compris des données sur l'ensemble du pays dans dix pays et des données pour diverses zones dans 11 pays). Les ratios de taux (RR) et les IC à 95% basés sur les nombres observés par rapport aux nombres attendus de suicides n'ont montré aucune preuve d'une augmentation significative du risque de suicide depuis le début de la pandémie dans aucun pays ou région. Il y avait des preuves statistiques d'une diminution du nombre de suicides par rapport au nombre attendu dans 12 pays ou régions : Nouvelle-Galles du Sud, Australie (RR 0 · 81 [95% CI 0·72–0·91]); Alberta, Canada (0 · 80 [0·68–0·93]); Colombie-Britannique, Canada (0 · 76 [0·66–0·87]); Chili (0 · 85 [0·78–0·94]); Leipzig, Allemagne (0 · 49 [0·32–0·74]); Japon (0 · 94 [0·91–0·96]); Nouvelle-Zélande (0 · 79 [0·68–0·91]); Corée du Sud (0 · 94 [0·92–0·97]); Californie, États-Unis (0 · 90 [0·85–0·95]); Illinois (comté de Cook), États-Unis (0 · 79 [0·67–0·93]); Texas (quatre comtés), États-Unis (0 · 82 [0·68–0·98]); et Équateur (0 · 74 [0·67–0·82]).

Interprétation

Il s'agit de la première étude à examiner les suicides survenus dans le contexte de la pandémie COVID-19 dans plusieurs pays. Dans les pays à revenu élevé et à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, le nombre de suicides est resté pratiquement inchangé ou a diminué au cours des premiers mois de la pandémie par rapport aux niveaux attendus sur la base de la période pré-pandémique. Nous devons rester vigilants et être prêts à réagir si la situation change à mesure que se manifestent les effets à long terme sur la santé mentale et l'économie de la pandémie.

Financement

Rien.

introduction

La pandémie du COVID-19 a eu de profondes conséquences sur la santé mentale1

  • Cénat JM
  • Blais-Rochette C
  • Kokou-Kpolou CK
  • et coll

Prévalence des symptômes de dépression, d'anxiété, d'insomnie, de trouble de stress post-traumatique et de détresse psychologique parmi les populations touchées par la pandémie COVID-19 : revue systématique et méta-analyse.

et on craint que cela n'entraîne une augmentation des taux de suicide2.

  • Gunnell D
  • Appleby L
  • Arensman E
  • et coll

Risque de suicide et prévention pendant la pandémie COVID-19.

Cependant, peu d'études ont examiné les effets des précédentes éclosions de maladies répandues sur le suicide. Deux revues systématiques ont identifié collectivement dix études, axées sur les épidémies ou les pandémies de grippe (1889-1883 [UK]; 1918-1919 [USA]; 2009-13 [USA]), syndrome respiratoire aigu sévère (2003 [Hong Kong and Taiwan]) et le virus Ebola (2013-2016 [Guinea]).3

  • Zortea TC
  • Brenna CTA
  • Joyce M
  • et coll

L'impact des urgences de santé publique liées aux maladies infectieuses sur le suicide, les comportements suicidaires et les pensées suicidaires.

4

  • Leaune E
  • Samuel M
  • Ohh
  • Poulet E
  • Brunelin J

Comportements suicidaires et idées lors d'épidémies de maladies virales émergentes avant la pandémie COVID-19 : une revue systématique rapide.

Ces examens suggèrent que, même si les taux de suicide peuvent parfois augmenter à la suite de ce type d'urgences de santé publique, les changements ne se produisent pas nécessairement immédiatement et que le risque pourrait en fait être réduit au départ.

Recherche en contextePreuve avant cette étude

Les preuves sur la relation entre la pandémie de COVID-19 et le suicide avant cette étude provenaient principalement d'études qui reposaient sur des sources de données non officielles ou ne tenaient pas compte des tendances préexistantes. Nous menons une revue systématique vivante depuis le début de la pandémie, en recherchant quotidiennement la littérature (y compris les pré-impressions) via PubMed, Scopus, medRxiv, bioRxiv, le COVID-19 Open Research Dataset de Semantic Scholar et l'Allen Institute for AI et la base de données COVID-19 de l'OMS. Nous avons utilisé plus de 20 termes de recherche pour le suicide (par exemple, "suicid *"), le comportement suicidaire (par exemple, "tentative de suicide") et l'automutilation (par exemple, "automutilation *"), en combinaison avec une gamme de termes pour COVID-19 (par exemple, "coronavirus" OU "COVID *" ou "SARS-CoV-2"). Les bases de données ont été recherchées à partir du 1er janvier 2020, sans restriction de langue. Au 8 décembre 2020, nous avions identifié 21 rapports, mais seulement cinq d'entre eux expliquaient les tendances temporelles des suicides (p. Ex. En utilisant des analyses de séries chronologiques). Trois de ces études n'ont trouvé aucun changement dans le nombre de suicides en Grèce, dans le Queensland (Australie) et dans le Massachusetts (États-Unis), et la quatrième a identifié une diminution au Pérou. Le cinquième a mis en évidence une diminution suivie d'une augmentation au Japon, qui semble être liée à des chocs d'emploi induits par une pandémie.

Valeur ajoutée de cette étude

Cette étude s'est appuyée sur des données de 21 pays et a utilisé une approche analytique qui contrôlait les tendances préexistantes pour évaluer si les schémas de suicide ont changé depuis la déclaration de la pandémie de COVID-19. Il s'agit de la première étude à explorer les effets potentiels du COVID-19 liés au suicide à cette échelle. Les résultats de l'analyse primaire ont montré qu'en général, il ne semble pas y avoir eu d'augmentation des suicides depuis le début de la pandémie, du moins dans les pays à revenu élevé et à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. Notre étude ajoute de la valeur parce que des études précédentes ont rapporté des résultats provenant de pays ou de régions uniques et leurs estimations de l'effet n'ont souvent pas pris en compte les tendances du suicide avant la pandémie.

Implications de toutes les preuves disponibles

Les réponses politiques visant à empêcher la propagation du COVID-19 doivent équilibrer les avantages de l'éloignement physique, des fermetures d'écoles et de lieux de travail et d'autres restrictions contre les effets néfastes possibles de ces mesures sur la santé mentale et le suicide de la population. Nos premiers résultats fournissent une certaine assurance (au moins pour les pays à revenu élevé et à revenu intermédiaire de la tranche supérieure) que les mesures d'atténuation du risque de COVID-19 n'ont pas conduit à une augmentation des taux de suicide au niveau de la population. De nombreux pays ont mis en place des soutiens supplémentaires en matière de santé mentale et des filets de sécurité financière, qui auraient tous deux pu atténuer les effets néfastes précoces de la pandémie. Il est nécessaire de veiller à ce que les efforts qui auraient pu réduire les taux de suicide jusqu'à présent se poursuivent, et de rester vigilant à mesure que se déroulent les conséquences à long terme de la pandémie sur la santé mentale et l'économie. Certains signaux inquiétants indiquent que la pandémie pourrait avoir un effet négatif sur les taux de suicide dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, bien que les données ne soient disponibles que dans une petite minorité de ces pays et tendent à être de qualité sous-optimale. Même dans les pays à revenu élevé et à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, l'effet de la pandémie sur le suicide peut varier dans le temps et être différent pour différents sous-groupes de la population.

Nous avons établi la Collaboration internationale de recherche sur la prévention du suicide COVID-19 (ICSPRC) pour surveiller l'effet global du COVID-19 sur le suicide. Nous avons suivi des études spécifiques au COVID-19 et au suicide grâce à une revue systématique vivante, 5

  • John A
  • Okolie C
  • Eyles E
  • et coll

L'impact de la pandémie de COVID-19 sur l'automutilation et le comportement suicidaire : une revue systématique vivante [version 1].

et a constaté que la plupart des études avaient des limites méthodologiques. Certains se sont appuyés sur des données provenant de sources non confirmées, notamment des rapports du Népal et de Thaïlande basés sur des articles de journaux citant des données de la police6

  • Acharya SR
  • Shin YC
  • Lune DH

Épidémie de COVID-19 et suicides au Népal : urgence d'action immédiate.

7Impact de la pandémie de COVID-19 sur les aspects socio-économiques et de santé mentale au Népal.

et une source secondaire, 8

  • Ketphan O
  • Juthamanee S
  • Racal S
  • Bunpitaksakun D

Le modèle de soins de santé mentale pour soutenir la communauté pendant la pandémie de COVID-19 en Thaïlande. Ces rapports indiquent une augmentation des suicides après le début de la pandémie de COVID-19. D'autres études ont utilisé des statistiques officielles sur les suicides pour les mois depuis le début de la pandémie, mais ont fait des comparaisons avec des périodes équivalentes sans tenir compte des tendances sous-jacentes. Etudes de ce type en Norvège, 9Observation nationale des décès par suicide au cours des 3 premiers mois sous la pandémie COVID-19.

Suède, 10

  • Rück C
  • Mataix-Cols D
  • Malki K
  • et coll

La pandémie COVID-19 entraînera-t-elle un tsunami de suicides ? Une analyse nationale suédoise des données historiques et 2020.

Corée du Sud, 11 L'impact à court terme de l'épidémie de COVID-19 sur les suicides en Corée.

Tyrol en Autriche, 12

  • Deisenhammer EA
  • Kemmler G

Diminution du nombre de suicides au cours des 6 premiers mois de la pandémie de COVID-19.

Leipzig en Allemagne, 13

  • Radeloff D
  • Papsdorf R
  • Uhlig K
  • Vasilache A
  • Putnam K
  • von Klitzing K

Tendances des taux de suicide pendant les restrictions de la pandémie COVID-19 dans une grande ville allemande.

et Connecticut aux États-Unis14Données au niveau des États sur la mortalité par suicide pendant la quarantaine du COVID-19 : premières preuves d'un impact disproportionné sur les minorités raciales.

a montré une diminution des suicides, et un dans la région d'Evros en Grèce n'a trouvé aucun changement.15

  • Karakasi M-V
  • Kevrekidis D
  • Pavlidis P

Le rôle de la pandémie de SRAS-CoV-2 sur les taux de suicide : étude préliminaire sur un échantillon de la population grecque.

Trois études distinctes ont utilisé une approche similaire pour analyser les statistiques japonaises sur le suicide : une n'a pris en compte que les enfants et les adolescents et n'a trouvé aucune preuve d'augmentation; 16

  • Isumi A
  • Doi S
  • Yamaoka Y
  • Takahashi K
  • Fujiwara T

Les taux de suicide chez les enfants et les adolescents changent-ils lors de la fermeture des écoles au Japon ? L'effet aigu de la première vague de pandémie de COVID-19 sur la santé mentale des enfants et des adolescents.

et les deux autres ont pris en compte tous les groupes d'âge et ont identifié une diminution des premiers stades de la pandémie, 17Augmentation du suicide après un déclin initial pendant la pandémie de COVID-19 au Japon.17 Augmentation du suicide suite à un déclin initial lors de la pandémie de COVID-19 au Japon.

18

  • Ueda M
  • Nordström R
  • Matsubayashi T

Suicide et santé mentale pendant la pandémie de COVID-19 au Japon.

Seulement cinq études - de Grèce, 19

  • Vandoros S
  • Theodorikakou O
  • Katsadoros K
  • Zafeiropoulou D
  • Kawachi I

Aucune preuve d'augmentation du suicide en Grèce lors de la première vague de COVID-19.

Queensland en Australie, 20

  • Leske S
  • Kõlves K
  • Crompton D
  • Arensman E
  • de Leo D

Données de mortalité par suicide en temps réel tirées de rapports de police dans le Queensland, en Australie, pendant la pandémie de COVID-19 : une analyse chronologique interrompue.

Massachusetts aux États-Unis, 21

  • Faust J
  • Shah S
  • Du C
  • Li S
  • Lin Z
  • Krumholz H

Décès par suicide lors de l'avis de séjour à la maison dans le Massachusetts.

Pérou, 22

  • RJC Calderon-Anyosa
  • Kaufman JS

Impact de la politique de verrouillage du COVID-19 sur les homicides, les suicides et les décès de véhicules à moteur au Pérou.

et Japon23 L'impact des chocs liés à l'emploi du COVID-19 sur les programmes de suicide et de réduction de la pauvreté : une enquête à un stade précoce.

  • ont utilisé des données officielles et pris en compte les tendances temporelles. Les études menées en Grèce, dans le Queensland et dans le Massachusetts ont révélé que les nombres observés et attendus de suicides ne différaient pas après l'introduction des réponses à la pandémie19.
    • Vandoros S
    • Theodorikakou O
    • Katsadoros K
    • Zafeiropoulou D
    • Kawachi I

    Aucune preuve d'augmentation du suicide en Grèce lors de la première vague de COVID-19

  • 20

    • Leske S
    • Kõlves K
    • Crompton D
    • Arensman E
    • de Leo D

    Données de mortalité par suicide en temps réel tirées de rapports de police dans le Queensland, en Australie, pendant la pandémie de COVID-19 : une analyse chronologique interrompue.

    21

    • Faust J
    • Shah S
    • Du C
    • Li S
    • Lin Z
    • Krumholz H

    Décès par suicide lors de l'avis de séjour à la maison dans le Massachusetts.

    L'étude péruvienne a fait état d'une diminution des suicides suite aux ordonnances de rester à la maison22.

    • RJC Calderon-Anyosa
    • Kaufman JS

    Impact de la politique de verrouillage du COVID-19 sur les homicides, les suicides et les décès de véhicules à moteur au Pérou.

    L'étude japonaise a confirmé les fluctuations des suicides et identifié une association positive entre les chocs d'emploi induits par une pandémie et les suicides.23 L'impact des chocs d'emploi du COVID-19 sur les programmes de suicide et de réduction de la pauvreté : une enquête préliminaire.

    Jusqu'à présent, les preuves sont insuffisantes pour indiquer quel a été ou sera l'effet du COVID-19 sur les suicides. Il est probable que tout effet variera entre les pays et à l'intérieur de ceux-ci, et au fil du temps, en fonction de facteurs tels que l'étendue de la pandémie, les mesures de santé publique mises en place pour la maîtriser, la capacité des services de santé mentale existants et des programmes de prévention du suicide, et la vigueur de l'économie et les mesures de secours pour soutenir ceux dont les moyens de subsistance sont touchés par la pandémie. Il existe également de nombreuses autres influences au niveau de la population sur le suicide (par exemple, les troubles politiques, les défis économiques et la disponibilité de moyens mortels) qui pourraient fonctionner indépendamment de la pandémie ou être exacerbées par celle-ci, et ces facteurs peuvent différer d'un pays à l'autre.

    Nous avons réalisé cette étude du CICRP pour acquérir une compréhension plus large des schémas de suicide, ce qui, à notre avis, est essentiel pour atténuer le risque de toute augmentation liée à la pandémie. Plus précisément, nous visions à évaluer l'effet précoce de la pandémie de COVID-19 sur les taux de suicide dans le monde.

    Méthodes

    Aperçu

    À l'aide de données en temps réel sur les suicides provenant de plusieurs pays et régions au sein des pays, nous avons effectué une analyse de séries chronologiques interrompues pour déterminer si les tendances des décomptes mensuels de suicides avaient changé après le début de la pandémie. Compte tenu de l'importance des questions sur le COVID-19 et le suicide, nous avons estimé qu'il était crucial de fournir des preuves à partir des meilleures sources de données en temps réel disponibles. Dans de nombreux pays, il y a un décalage dans le temps dans la publication des données officielles sur le suicide en raison de la manière dont les décès par suicide sont identifiés et enregistrés dans les collections de statistiques de l'état civil. Dans ces pays, les suicides présumés font l'objet d'une enquête par un coroner, un médecin légiste ou un autre fonctionnaire pour confirmer la cause et le mode du décès, avec ou sans autopsie. Le processus d'enquête peut être long, ce qui entraîne des données qui ne sont pas suffisamment opportunes pour guider les actions de prévention du suicide. Par conséquent, certains pays et régions au sein des pays ont développé des méthodes de classification initiale des décès pendant que l'enquête est en cours pour produire des données sur le suicide en temps réel. En règle générale, mais pas toujours, ces approches reposent sur les rapports de police ou les certificats de décès comme principale source de preuve pour la classification préliminaire. Ces sources de données alternatives ou préliminaires sont essentielles pour identifier et répondre à tout changement dans les schémas de suicide qui pourrait être associé à des événements externes.

    Notre approche a suivi les Lignes directrices pour des rapports précis et transparents sur les estimations de la santé (GATHER; annexe p 1).24

    • Stevens GA
    • Alkema L
    • Noir RE
    • et coll

    Lignes directrices pour des rapports précis et transparents sur les estimations de la santé : la déclaration GATHER.

    Nous avons reçu l'approbation du sous-comité d'éthique de la recherche de la faculté de médecine de l'Université de Swansea (2020-0054).

    Entrées de données

    Nous avons recherché des données en temps réel sur les suicides dans les pays ainsi que dans les zones à l'intérieur des pays afin de maximiser le nombre d'endroits qui pourraient contribuer à l'image globale. L'établissement de systèmes de collecte de données sur le suicide en temps réel est difficile, en particulier au niveau national, donc restreindre nos efforts à des pays entiers aurait limité les conclusions que nous pourrions tirer. Les données sur le suicide en temps réel ont été identifiées par des recherches sur Internet, le recours à la littérature scientifique et le contact avec nos réseaux.

    Nous avons effectué des recherches sur Internet entre le 1er septembre et le 1er novembre 2020 pour identifier les données pertinentes dans les pays et économies de la Banque mondiale comptant plus de 3 millions d'habitants (n = 135).25 Banque mondiale Population : tous les pays et économies.

    Nous avons d'abord effectué des recherches sur les sites Web officiels des ministères de la Santé, des services de police et des agences gouvernementales de statistique de ces pays ou leurs équivalents, en utilisant les termes de recherche traduits "suicide" et "cause de décès". Si cette recherche n'a pas donné de résultats, nous avons effectué une recherche Internet plus générale en utilisant les termes de recherche traduits "suicide", "[name of country]"," Pandémie "," COVID "et" corona "pour les informations publiées (par exemple. le cas échéant, comment elles pourraient être retracées. Nous avons également recherché dans la littérature académique des études faisant état des suicides avant et après le début de la pandémie grâce à notre revue vivante.5

    • John A
    • Okolie C
    • Eyles E
    • et coll

    L'impact de la pandémie de COVID-19 sur l'automutilation et le comportement suicidaire : une revue systématique vivante [version 1].

    Nous avons extrait les données des publications ou de leurs sources citées et contacté les auteurs. Nous nous sommes également appuyés sur les connaissances des membres du CICRP (représentant 40 pays) et de nos contacts à l'OMS et à l'Association internationale pour la prévention du suicide (IASP).Les données accessibles au public ont été consultées en ligne et les données qui n'étaient pas accessibles au public ont été fournies par les dépositaires de données.

    Critères d'inclusion et d'exclusion des données

    Pour être incluses, les données d'un pays ou d'une région donnée devaient provenir d'une source gouvernementale officielle (par exemple, un département gouvernemental, une agence chargée de collecter des statistiques nationales, un tribunal des coroners, un bureau des médecins légistes, un service de police ou une université), et être disponible à un niveau mensuel d'au moins le 1er janvier 2019 au 31 juillet 2020 (et potentiellement d'aussi loin que le 1er janvier 2016, jusqu'au 31 octobre 2020). Nos recherches sur Internet ont été limitées aux pays de plus de 3 millions d'habitants pour des raisons pragmatiques, mais nous avons assoupli cette règle pour les pays identifiés à travers la littérature et nos réseaux. Les zones à l'intérieur des pays pourraient également être incluses avec des populations de 3 millions d'habitants ou moins.

    Stockage et gestion des données

    Nous avons agrégé toutes les données au niveau mensuel. Les données ont été hébergées dans une base de données sûre, sécurisée et protégée par mot de passe, conservée à l'Université de Swansea à l'aide de la technologie Secure eResearch Platform (Adolescent Mental Health Data Platform [ADP]). Selon les protocoles de protection des données de la plate-forme, l'accès aux données était limité et mis uniquement à la disposition de JP, AJ, SS, MDPB, VA, DGu et MJS.

    L'analyse des données

    Nous avons utilisé une analyse de séries chronologiques interrompues pour modéliser les tendances des suicides mensuels avant le COVID-19 dans chaque pays ou zone du pays, en tenant compte des tendances temporelles et de la saisonnalité dans la mesure du possible. Les modèles ont été ajustés à l'aide de la régression de Poisson et ont pris en compte la surdispersion possible en utilisant un paramètre d'échelle fixé à la valeur χ2 du modèle divisée par les degrés de liberté résiduels. Nous avons modélisé l'effet du temps comme un prédicteur non linéaire, à moins que cela n'offre aucune amélioration au-delà d'un modèle linéaire, auquel cas nous avons utilisé le modèle linéaire à la place. Les tendances temporelles non linéaires ont été estimées en sélectionnant le meilleur modèle d'ajustement à partir d'une série de modèles polynomiaux fractionnaires. La saisonnalité a été prise en compte avec des termes de Fourier (paires de fonctions sinus et cosinus). Nous avons ensuite utilisé le modèle de chaque pays ou région pour prévoir quelle aurait été la tendance des suicides depuis le début de la période COVID-19 si le COVID-19 n'avait pas eu lieu, en calculant le nombre prévu de suicides, ce qui représentait le contrefactuel. Nous avons comparé ce nombre attendu au nombre observé de suicides au cours de la même période en calculant les ratios de taux (RR) et les IC à 95%. Dans un petit nombre de pays ou de zones, il n'a pas été possible de tenir compte de la saisonnalité dans le modèle car nous ne disposions que de données pré-COVID-19 pour une seule année (à partir du 1er janvier 2019). Pour ces pays, nous avons ajusté un modèle avec un prédicteur linéaire pour le temps uniquement. De plus amples détails sur la stratégie de modélisation sont fournis en annexe (pp 2–10). Nous avons effectué une analyse primaire et deux analyses de sensibilité (figure 1). Dans chaque analyse, nous avons inclus les données de tous les mois disponibles dans chaque pays ou zone au cours de la période pré-COVID-19. Dans l'analyse principale, nous avons traité le 1er avril 2020 comme le début de la période COVID-19 et censuré les données au-delà du 31 juillet 2020, afin de maximiser la qualité des données, en reconnaissant qu'il pourrait y avoir eu sous-dénombrement des suicides. au cours des derniers mois, les chiffres étant ensuite mis à jour. Dans la première analyse de sensibilité, nous avons retenu le 1er avril 2020 comme début de la période COVID-19, mais avons assoupli la date de fin pour inclure toutes les données disponibles dans la période COVID-19 pour chaque pays ou zone jusqu'au 31 octobre 2020. Dans la deuxième analyse de sensibilité, nous avons changé le début de la période COVID-19 au 1er mars 2020 et avons utilisé la date de censure d'origine du 31 juillet 2020, comme fin de la période COVID-19, reconnaissant que l'apparition du COVID -19 et les mesures de santé publique associées variaient. Nos deux analyses complémentaires ont également montré des résultats cohérents. Le gonflement du nombre de suicides pendant la période COVID-19 de 5% a peu changé les résultats (annexe p 29), avec seulement deux zones montrant des preuves statistiques d'une augmentation des suicides là où cela n'avait pas été le cas auparavant : New Jersey, USA (RR 1 · 18 [95% CI 1·05–1·34]) et Porto Rico (1 · 34 [1·03–1·74]). Lorsque nous avons analysé les données trimestrielles de Tasmanie, les résultats étaient similaires à ceux des autres États australiens, sans aucune preuve d'augmentation des suicides au cours de la période COVID-19 (RR 0,74 [95% CI 0·53–1·02]).

    Discussion

    En général, sur la base de l'analyse primaire, il ne semble pas y avoir eu d'augmentation du risque de suicide au cours des premiers mois de la pandémie dans les 21 pays pour lesquels nous disposions de données, et un certain nombre de pays ou de régions semblent avoir connu moins de suicides. par rapport au nombre attendu.

    Nos résultats concordent avec ceux d'autres études publiées dans des pays à revenu élevé et à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, dans lesquels les taux de suicide ont diminué ou pas de changement en fonction de la pandémie.9-15,19-22 Nos résultats sont également conforme aux rapports émergents de la littérature grise de divers pays (p. ex. Angleterre).27

    • Appleby L
    • Richards N
    • Ibrahim S
    • Turnbull P
    • Rodway C
    • Kapur N

    Suicide en Angleterre dans la pandémie COVID-19 : premiers chiffres de la surveillance en temps réel. SSRN 2021, publié en ligne le 8 février.

    Dans certains cas, cette cohérence n'est pas surprenante car nous avons utilisé les mêmes sources de données, mais le fait que nous ayons trouvé des tendances similaires dans de nombreux autres pays renforce notre confiance dans ce résultat. divers facteurs. Premièrement, l'accent a été mis sur les effets négatifs potentiels des ordonnances de maintien à la maison, des fermetures d'écoles et des fermetures d'entreprises. Des preuves empiriques ont commencé à émerger de certains pays selon lesquelles les niveaux autodéclarés de dépression, d'anxiété et de pensées suicidaires étaient accrus pendant les premières périodes de séjour à la maison, 1

    • Cénat JM
    • Blais-Rochette C
    • Kokou-Kpolou CK
    • et coll

    Prévalence des symptômes de dépression, d'anxiété, d'insomnie, de trouble de stress post-traumatique et de détresse psychologique parmi les populations touchées par la pandémie COVID-19 : revue systématique et méta-analyse.

    mais cela ne semble pas s'être traduit par une augmentation des suicides, du moins dans les pays de notre étude. Dans certains pays, les gouvernements ont réagi rapidement à la menace pour la santé mentale, en mettant en œuvre les approches recommandées telles que le renforcement des services de santé mentale.28

    • Wasserman D
    • Iosue M
    • Wuestefeld A
    • Carli V

    Adaptation des stratégies de prévention du suicide fondées sur des données probantes pendant et après la pandémie de COVID-19.

    Il est essentiel de maintenir cet accent sur des soins de santé mentale accessibles et de haute qualité. Deuxièmement, certains facteurs de protection ont peut-être fonctionné au cours des premiers mois de la pandémie. Les communautés peuvent avoir activement essayé de soutenir les personnes à risque, les personnes peuvent s'être connectées de nouvelles manières, et certaines relations peuvent avoir été renforcées par le fait que les ménages passent plus de temps les uns avec les autres.28

    • Wasserman D
    • Iosue M
    • Wuestefeld A
    • Carli V

    Adaptation des stratégies de prévention du suicide fondées sur des données probantes pendant et après la pandémie de COVID-19.

    Pour certaines personnes, le stress quotidien aurait pu être réduit pendant les périodes de séjour à la maison, et pour d'autres, le sentiment collectif de "nous sommes tous dans le même bateau" aurait pu être bénéfique. Enfin, de nombreux pays ont rapidement adopté des initiatives de soutien budgétaire pour amortir les conséquences économiques de la pandémie. Dans de nombreux cas, ce soutien est actuellement réduit ou retiré. À mesure qu'il disparaît, les populations précédemment protégées pourraient être confrontées à un stress croissant. Les taux de suicide peuvent augmenter en période de récession économique, 29

    • Chang S-S
    • Stuckler D
    • Yip P
    • Gunnell D

    Impact de la crise économique mondiale de 2008 sur le suicide : étude des tendances temporelles dans 54 pays.

    il est donc possible que les effets suicidaires potentiels de la pandémie ne se soient pas encore produits.Vienne, le Japon et Porto Rico étaient des valeurs aberrantes dans certaines parties de notre analyse. Bien qu'ils n'aient montré aucune preuve d'un risque accru de suicide dans notre analyse principale, nous avons observé une augmentation significative du risque dans les trois cas lorsque nous avons prolongé la période d'observation jusqu'au 31 octobre 2020, et à Porto Rico, nous avons noté une augmentation lorsque nous avons avancé le la date de début de la pandémie du 1er avril au 1er mars 2020. D'autres facteurs contextuels pourraient avoir joué dans ces pays - par exemple, au Japon, plusieurs suicides de célébrités largement rapportés survenus pendant la pandémie pourraient avoir exercé une influence; et Porto Rico est en profonde récession depuis 2006, de sorte que les niveaux élevés de pauvreté préexistants pourraient avoir exacerbé les effets économiques de la pandémie.

    À notre connaissance, cette étude est la première à combiner des données provenant de plusieurs pays pour examiner les effets précoces du COVID-19 sur le suicide, en tenant compte des tendances sous-jacentes. L'étude a impliqué un processus de recherche systématique et a surmonté les retards inhérents à la collecte de statistiques vitales en utilisant des données en temps réel provenant de nombreuses sources officielles. Cependant, il ne représentait pas les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, qui représentent 46% des suicides dans le monde et pourraient avoir été particulièrement touchés par la pandémie. Très peu de ces pays disposent de systèmes d'enregistrement de l'état civil de bonne qualité et encore moins collectent des données sur les suicides en temps réel.30 WHOSuicide dans le monde : estimations de la santé mondiale.

    Dans notre recherche, nous avons identifié des données non officielles en temps réel de deux pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure (Myanmar et Tunisie) et d'un pays à faible revenu (Malawi) qui n'ont pas pu être ventilées au niveau mensuel. Nous n'avons pas pu vérifier ni utiliser ces données dans nos analyses, mais elles étaient préoccupantes pour deux de ces pays. Au Malawi, il y aurait eu une augmentation de 57% en janvier-août 2020, par rapport à janvier-août 2019, et en Tunisie, il y aurait eu une augmentation de 5% en mars-mai 2020, par rapport à mars-mai 2019. Par en revanche, au Myanmar, il y a eu une baisse de 2% en janvier-juin 2020, par rapport à janvier-juin 2019.Une autre limite est que la qualité des données a pu être un problème dans les pays et zones de notre étude. Les données des mois les plus récents dans un pays ou une région donné auraient pu être les moins fiables et les plus susceptibles de représenter des sous-dénombrements, en particulier si le COVID-19 perturbait les processus de collecte de données. Nous avons tenté de surmonter ce problème en utilisant le 31 juillet 2020 comme date de fin dans notre analyse principale et en n'utilisant que les mois les plus récents (jusqu'au 31 octobre 2020) dans la première analyse de sensibilité. Si les données des derniers mois étaient artificiellement basses, nous aurions pu nous attendre à voir des pays ou des régions qui n'ont montré aucune différence de suicides dans l'analyse principale enregistrer une diminution de cette analyse de sensibilité, mais cela ne s'est produit qu'à Victoria, en Australie; Thames Valley, Angleterre, Royaume-Uni; et Mexico, Mexique. De même, gonfler de 5% le nombre de suicides au cours de chaque mois de la période COVID-19 (ce qui pourrait être l'ampleur typique de toute augmentation si les chiffres ultérieurs étaient mis à jour) ne faisait que peu de différence. Seules deux régions ont montré des preuves statistiques d'une augmentation des suicides là où cela n'avait pas été le cas auparavant : New Jersey (États-Unis) et Porto Rico.

    De plus, divers facteurs peuvent avoir influencé la puissance et la précision de nos modèles. En particulier, le faible nombre de points temporels et le faible nombre de suicides mensuels dans des pays ou des régions donnés auraient pu aboutir à des modèles avec une puissance et une précision relativement plus faibles, avec pour effet de biaiser les résultats à zéro et suggérer qu'il n'y avait pas de changement dans le nombre. des suicides mensuels de la période pré-COVID-19 à la période COVID-19 alors qu'en fait il pourrait y avoir eu une augmentation ou une diminution. Seules cinq régions avaient à la fois le nombre minimum de points temporels pré-COVID-19 (janvier 2019 à mars 2020) et un faible nombre de suicides mensuels et n'ont montré aucun changement dans le risque de suicide dans notre analyse principale : Vienne, Autriche; Cologne et Leverkusen, Allemagne; Francfort, Allemagne; Botucatu, Brésil; et Maceio, Brésil. Les résultats de ces cinq domaines doivent être interprétés avec prudence.

    Nous n'avons pas pu stratifier les données par âge, sexe ou appartenance ethnique, et la pandémie pourrait avoir un effet différentiel sur les suicides dans certains groupes démographiques (p. Japon.

    18

    • Ueda M
    • Nordström R
    • Matsubayashi T

    Suicide et santé mentale pendant la pandémie de COVID-19 au Japon.

    enfants et adolescents, 17 Augmentation du suicide après un déclin initial lors de la pandémie de COVID-19 au Japon

    et minorités ethniques14 Données étatiques sur la mortalité par suicide pendant la quarantaine COVID-19 : premières preuves d'un impact disproportionné sur les minorités raciales. Nous n'avons pas non plus été en mesure d'explorer les changements temporels des méthodes de suicide. De plus, nous n'avons pas pu prendre en compte les facteurs externes qui auraient pu influencer les schémas de suicide dans différents pays ou régions, y compris diverses mesures de santé publique ou programmes de soutien économique. Nous prévoyons de futures études pour répondre à ces questions. Nous nous sommes appuyés sur des données par zone dans les pays pour 11 pays. Nous avons inclus ces données pour garantir la représentation du plus grand nombre de pays possible et pour éviter de générer une image biaisée en faveur de pays mieux dotés en ressources. Nous n'avons délibérément pas extrapolé de ces domaines à des pays entiers parce que nous savions qu'ils étaient parfois petits et pouvaient avoir des profils de suicide uniques. Cependant, certaines de ces zones auraient dû représenter une grande proportion des suicides dans le pays donné, en fonction de la taille de leur population et de leurs statistiques historiques sur les suicides (par exemple, les suicides en Nouvelle-Galles du Sud, dans le Queensland et à Victoria représentent généralement 75 % of all suicides in Australia)31Australian Bureau of StatisticsCauses of death, Australia.

    and others had larger populations than some of the other included countries (eg, California had a population of 39·7 million people). Additionally, data from the areas within these countries showed similar patterns to those from relevant areas studied elsewhere. For example, studies done in Massachusetts and Connecticut, USA, showed no increase in suicide numbers after the pandemic began,14State-level data on suicide mortality during COVID-19 quarantine : early evidence of a disproportionate impact on racial minorities.

     21

    • Faust J
    • Shah S
    • Du C
    • Li S
    • Lin Z
    • Krumholz H

    Suicide deaths during the stay-at-home advisory in Massachusetts.

    which is in line with our findings from the US jurisdictions for which we had data. Similarly, the 3-monthly data from Tasmania that we analysed separately showed no increase in suicides, consistent with the findings from the other Australian states.We used the same date in a given analysis to distinguish the pre-COVID-19 period from the COVID-19 period for all countries (April 1 or March 1, 2020), potentially underestimating any effect of COVID-19 in countries or areas with an earlier onset of the pandemic or public health protection measures. We considered using the date of the initial stay-at-home order to distinguish the pre-COVID-19 and COVID-19 periods, but areas within a given country might have introduced stay-at-home orders at different times. Additionally, because we had monthly suicide counts, we would have had to convert the date of the initial stay-at-home order to the beginning of the month in question or the next month. These dates fell between Feb 23 and April 7, so between them the analyses covered all periods.

    Our study is the first to examine suicides occurring in the COVID-19 context in multiple countries. albeit from high-income and upper-middle-income countries, of suicide numbers remaining unchanged or declining in the pandemic's early months. but serves as the best available evidence on the pandemic's effects on suicide so far. We need to understand what has kept suicide numbers down during the pandemic's early months, and what drives any increases if they do occur. We also need to recognise that suicide is not the only indicator of the negative mental health effects of the pandemic; levels of community distress are high and we need to ensure that people are supported. We need to redouble our efforts to understand the pandemic's effects on suicides in low-income and lower-middle-income countries, and we need to make sure that we communicate our findings to governments and communities in safe, non-sensationalist ways.32

    • Hawton K
    • Marzano L
    • Fraser L
    • Hawley M
    • Harris-Skillman E
    • Lainez YX

    Reporting on suicidal behaviour and COVID-19-need for caution.

    Policy makers should heed the value of high-quality, timely suicide data in suicide prevention efforts, and should prioritise mitigation of suicide risk factors associated with COVID-19 and take decisive action (eg, by resourcing mental health services and providing financial safety nets) to prevent the possible longer-term detrimental effects of the pandemic on suicide.

    Contributors

    JP, AJ, and DGu conceptualised, designed and led the study, with assistance from MJS. SS, MDP-B, and VA conducted the internet searches for data and JP, AJ, and DGu followed up leads through the ICSPRC and IASP networks, assisted by MJS and TN. Additional data were sourced or provided by the following authors : PA-A, AB, JMB, PB, GC, MC, DCo, DCr, CD, EAD, JD, MDP-B, JSF, SF, AG, DGe, RGe, RGi, DGu, KH, AJ, JK, KK, SL, EM-R, NN, HO, GP, PLP, PQ, AR, CR, DR, CR-L, VR, BS, CS, MS, NS, MU, and RTW. JP, SS, MDP-B and VA were responsible for data verification, management and storage. MJS did the analysis. JP prepared the first draft of the manuscript with input from AJ, DGu, and MJS. All authors interpreted data and made critical intellectual revisions to the manuscript. Access to the data were limited for data protection reasons and only made available to JP, AJ, SS, MDP-B, VA, DGu, and MJS.

    Data sharing

    Declaration of interests

    We declare no competing interests.

    Acknowledgments

    We acknowledge the help that the ICSPRC has received from IASP in establishing and supporting its activities. This study was supported by the ADP, which is funded by MQ Mental Health Research Charity (grant reference MQBF/3 ADP). ADP and the authors acknowledge the data providers who supplied the datasets enabling this study. The views expressed are entirely those of the authors and should not be assumed to be the same as those of ADP or MQ Mental Health Research Charity. The authors acknowledge the Queensland Mental Health Commission for funding the Queensland Suicide Register from 2013 to the present day and Queensland Health for funding the register from 1990–2013. The authors acknowledge the Coroners Court of Queensland and the Victorian Department of Justice and Community Safety as the source organisations of data, and the National Coronial Information System as the database source of data. The authors also acknowledge Queensland Police Service staff for sending police reports of suspected suicides. The authors would also like to thank the team working on the living systematic review of COVID-19 and suicidal behaviour : Emily Eyles, Luke McGuinness, Babatunde K Olorisade, Lena Schmidt, Catherine MacLeod Hall, and Julian Higgins (University of Bristol), and Chukwudi Okolie and Dana Dekel (University of Swansea). JP is funded by a National Health and Medical Research Council Investigator Grant (GNT1173126). AJ is funded by MQ (MQBF/3) and the Medical Research Council (MC_PC_17211). MDP-B is funded by Health and Care Research Wales (CA04). VA is supported by Australian Government Research Training Program Scholarship. EA is supported by the Health Research Board Ireland (IRRL-2015-1586). AB is supported by the EU Erasmus+ Strategic Partnership Programme (2019-1-SE01-KA203-060571). NK is supported by the University of Manchester, Greater Manchester Mental Health NHS Foundation Trust, and the National Institute for Health Research (NIHR) Greater Manchester Patient Safety Translational Research Centre. OJK is supported by a Senior Postdoctoral Fellowship from Research Foundation Flanders (FWO 1257821N). DK is funded by the Elizabeth Blackwell Institute for Health Research, University of Bristol, and the Wellcome Trust Institutional Strategic Support Fund. TN has been supported by the Vienna Science and Technology Fund through project COV20-027. RCO’C reports grants from Samaritans, Scottish Association for Mental Health, Mindstep Foundation, NIHR, Medical Research Foundation, Scottish Government, and NHS Health Scotland/Public Health Scotland. MRP is supported in part by a grant from the Global Alliance of Chronic Diseases and the Chinese National Natural Science Foundation of China (81371502). PLP is an employee of the Medical University of Vienna, Austria. AR, CR-L, and CS are responsible for Frankfurter Projekt zur Prävention von Suiziden mittels Evidenz-basierten Maßnahem (FraPPE; Frankfurt Project to prevent suicides using evidence-based measures), which is funded by the German Ministry. MS is supported by Academic Scholar Awards from the Departments of Psychiatry at Sunnybrook Health Sciences Centre and the University of Toronto. MW is funded by a Focus Grant from American Foundation for Suicide Prevention (IIG-0-002-17). DGu is supported by the NIHR Biomedical Research Centre at University Hospitals Bristol NHS Foundation Trust and the University of Bristol. MJS is a recipient of an Australian Research Council Future Fellowship (FT180100075).

    Editorial note

    The Lancet Group takes a neutral position with respect to territorial claims in published tables, figures, and institutional affiliations.

    Supplementary Material

    Les références

    1. 1.
      • Cénat JM
      • Blais-Rochette C
      • Kokou-Kpolou CK
      • et al

      Prevalence of symptoms of depression, anxiety, insomnia, posttraumatic stress disorder, and psychological distress among populations affected by the COVID-19 pandemic : a systematic review and meta-analysis. 2021; 295113599

    2. 2.
      • Gunnell D
      • Appleby L
      • Arensman E
      • et al

      Suicide risk and prevention during the COVID-19 pandemic. 2020; 7 : 468-471

    3. 3.
      • Zortea TC
      • Brenna CTA
      • Joyce M
      • et al

      The impact of infectious disease-related public health emergencies on suicide, suicidal behavior, and suicidal thoughts. 2020; ()

    4. 4.
      • Leaune E
      • Samuel M
      • Oh H
      • Poulet E
      • Brunelin J

      Suicidal behaviors and ideation during emerging viral disease outbreaks before the COVID-19 pandemic : a systematic rapid review. 2020; 141106264

    5. 5.
      • John A
      • Okolie C
      • Eyles E
      • et al

      The impact of the COVID-19 pandemic on self-harm and suicidal behaviour : a living systematic review [version 1]. 2020; 91097

    6. 6.
      • Acharya SR
      • Shin YC
      • Moon DH

      COVID-19 outbreak and suicides in Nepal : urgency of immediate action. 2020; ()

    7. 7.Impact of COVID-19 pandemic on socioeconomic and mental health aspects in Nepal. 2020; 66 : 748-755
    8. 8.
      • Ketphan O
      • Juthamanee S
      • Racal S
      • Bunpitaksakun D

      The mental health care model to support the community during the COVID-19 pandemic in Thailand. 2020; 6 : 152-156

    9. 9.National observation of death by suicide in the first 3 months under COVID-19 pandemic. 2021; 143 : 92-93
    10. dix.
      • Rück C
      • Mataix-Cols D
      • Malki K
      • et al

      Will the COVID-19 pandemic lead to a tsunami of suicides ? A Swedish nationwide analysis of historical and 2020 data. 2020; ()

    11. 11.The short-term impact of the COVID-19 outbreak on suicides in Korea. 2021; 295113632
    12. 12.
      • Deisenhammer EA
      • Kemmler G

      Decreased suicide numbers during the first 6 months of the COVID-19 pandemic. 2021; 295113623

    13. 13.
      • Radeloff D
      • Papsdorf R
      • Uhlig K
      • Vasilache A
      • Putnam K
      • von Klitzing K

      Trends in suicide rates during the COVID-19 pandemic restrictions in a major German city. 2021; 30 : e16

    14. 14.State-level data on suicide mortality during COVID-19 quarantine : early evidence of a disproportionate impact on racial minorities. 2021; 295113629
    15. 15.
      • Karakasi M-V
      • Kevrekidis D
      • Pavlidis P

      The role of the SARS-CoV-2 pandemic on suicide rates : preliminary study in a sample of the Greek population. 2021; 42 : 99-100

    16. 16.
      • Isumi A
      • Doi S
      • Yamaoka Y
      • Takahashi K
      • Fujiwara T

      Do suicide rates in children and adolescents change during school closure in Japan ? The acute effect of the first wave of COVID-19 pandemic on child and adolescent mental health. 2020; 110104680

    17. 17.Increase in suicide following an initial decline during the COVID-19 pandemic in Japan. 2021; 5 : 229-238
    18. 18.
      • Ueda M
      • Nordström R
      • Matsubayashi T

      Suicide and mental health during the COVID-19 pandemic in Japan. 2020; ()

    19. 19.
      • Vandoros S
      • Theodorikakou O
      • Katsadoros K
      • Zafeiropoulou D
      • Kawachi I

      No evidence of increase in suicide in Greece during the first wave of COVID-19. 2020; ()

    20. 20.
      • Leske S
      • Kõlves K
      • Crompton D
      • Arensman E
      • de Leo D

      Real-time suicide mortality data from police reports in Queensland, Australia, during the COVID-19 pandemic : an interrupted time-series analysis. 2021; 8 : 58-63

    21. 21.
      • Faust J
      • Shah S
      • Du C
      • Li S
      • Lin Z
      • Krumholz H

      Suicide deaths during the stay-at-home advisory in Massachusetts. 2021; 4e2034273

    22. 22.
      • Calderon-Anyosa RJC
      • Kaufman JS

      Impact of COVID-19 lockdown policy on homicide, suicide, and motor vehicle deaths in Peru. 2021; 143106331

    23. 23.The impact of COVID-19 employment shocks on suicide and poverty alleviation programs : an early-stage investigation. 2020; ()
    24. 24.
      • Stevens GA
      • Alkema L
      • Black RE
      • et al

      Guidelines for Accurate and Transparent Health Estimates Reporting : the GATHER statement. 2016; 388 : e19-23

    25. 25.Population : all countries and economies.
    26. 26.Stay-at-home requirements during the COVID-19 pandemic.
    27. 27.
      • Appleby L
      • Richards N
      • Ibrahim S
      • Turnbull P
      • Rodway C
      • Kapur N

      Suicide in England in the COVID-19 pandemic : early figures from real time surveillance. SSRN 2021, published online Feb 8.

    28. 28.
      • Wasserman D
      • Iosue M
      • Wuestefeld A
      • Carli V

      Adaptation of evidence-based suicide prevention strategies during and after the COVID-19 pandemic. 2020; 19 : 294-306

    29. 29.
      • Chang S-S
      • Stuckler D
      • Yip P
      • Gunnell D

      Impact of 2008 global economic crisis on suicide : time trend study in 54 countries. 2013; 347f5239

    30. 30.Suicide in the world : global health estimates.

      World Health Organization,

      Geneva2019

    31. 31.
      • Australian Bureau of Statistics

      Causes of death, Australia.

    32. 32.
      • Hawton K
      • Marzano L
      • Fraser L
      • Hawley M
      • Harris-Skillman E
      • Lainez YX

      Reporting on suicidal behaviour and COVID-19-need for caution. 2021; 8 : 15-17

    Article Info

    Publication History

    Published : April 13, 2021

    Identification

    DOI : https ://doi.org/10.1016/S2215-0366(21)00091-2

    droits d'auteur

    © 2021 Elsevier Ltd. All rights reserved.

    ScienceDirect

    Access this article on ScienceDirect

    Linked Articles

    • Remaining vigilant about COVID-19 and suicide
      • In The Lancet Psychiatry, Jane Pirkis and colleagues1 present the results of an interrupted time-series analysis of real-time data on suicides from 21 countries, including national data from ten countries as well as data from 25 regions across a further 11 countries. Their analysis suggests that, in the early months of the COVID-19 pandemic (April 1 to July 31, 2020), rates of suicide did not increase relative to modelled estimates of the number of suicides that would have occurred in this period without the pandemic.
      • Full-Text

      • PDF