Quelques jours à peine avant que le président Joe Biden marque ses 100 premiers jours au pouvoir, un trio de nouveaux sondages de NBC, CBS, et le Washington Post et ABC montrent que les Américains donnent à Biden des notes élevées pour sa gestion de la pandémie de coronavirus, tandis que son ensemble La cote d'approbation des emplois reste positive.

Mais Biden est également critiqué par les répondants pour sa gestion d'un afflux de migrants arrivant à la frontière sud des États-Unis, et le sondage NBC News de dimanche souligne la durabilité apparente des mensonges de fraude électorale républicaine.

Les Américains approuvent la réponse de Biden au coronavirus au cours de ses 100 premiers jours, selon les sondages

Dans les trois sondages, plus de 60% des adultes ont approuvé la réponse au coronavirus de Biden, et une majorité confortable était enthousiasmée par sa récente proposition d'infrastructure, qui appelle à 2 billions de dollars de dépenses pour tout, des routes et des ponts à l'énergie verte et au haut débit à haut débit. .

Les Américains étaient également beaucoup plus satisfaits des 100 premiers jours de Biden que du début du mandat de l'ancien président Donald Trump en 2017. Alors que la cote d'approbation de Trump se situait dans la quarantaine peu après son entrée en fonction, selon les trois sondages, plus de la moitié des répondants approuvent le poste de Biden a fait dans les 100 premiers jours.

Les jeunes sont particulièrement optimistes. Selon un sondage du Harvard Institute of Politics publié vendredi, 56% des Américains âgés de 18 à 29 ans se sont dits «optimistes quant à l'avenir de l'Amérique», contre seulement 31% en 2017.

En particulier, le sondage IOP a révélé que les jeunes de couleur se sentent beaucoup plus positifs à propos de l'Amérique maintenant qu'en 2017.

La gestion de la pandémie de coronavirus par Biden semble avoir joué un rôle important dans ces chiffres positifs. Avant de prendre ses fonctions, Biden a promis d'administrer 100 millions de doses de vaccin au cours de ses 100 premiers jours. Il a tenu cette promesse, et plus encore: mercredi, son administration a annoncé que 200 millions de doses de vaccin avaient été administrées aux États-Unis.

Biden marquera son 100e jour en fonction ce jeudi, un jour après qu'il est sur le point de prononcer sa première allocution commune au Congrès.

Biden a également signé le mois dernier un programme de secours contre les coronavirus extrêmement populaire de 1,9 billion de dollars, qui comprenait 1400 chèques pour la plupart des Américains, et il a supervisé la baisse du nombre de cas de Covid-19 et une économie qui commence à rebondir.

Dans le sondage NBC, une pluralité d'Américains - environ 30% - a déclaré que le coronavirus était le principal problème auquel le pays était confronté, suivi de «l'unification du pays» à 25%.

Cependant, d'autres problèmes s'annoncent déjà comme un défi pour l'administration Biden. Selon les trois sondages, une majorité d’américains désapprouve le traitement précoce par Biden des questions d’immigration et de la frontière sud.

L'administration est actuellement confrontée à un afflux important d'enfants non accompagnés à la frontière sud, écrasant dans certains cas les installations des douanes et de la protection des frontières.

Cependant, comme l’a rapporté Nicole Narea de Vox le mois dernier, la situation à la frontière n’est pas tout à fait nouvelle - il y a eu des afflux de migrants à la frontière auparavant, et «la situation actuelle n’est pas une aberration, mais un problème récurrent».

Le "gros mensonge" ne s'en va pas

Bien que les récents sondages brossent dans l'ensemble une image positive des 100 premiers jours de mandat de Biden, il y a au moins une bavure persistante. Selon le sondage CBS / YouGov de dimanche, 68% seulement des Américains pensent que Biden a été élu légitimement - et seulement un quart des électeurs de Trump le disent.

Ces chiffres sont presque identiques à ceux d'un certain nombre de sondages majeurs trouvés en janvier 2021, peu de temps avant la prise de fonction de Biden. Ensuite, selon un sondage CNN-SSRS, 65% des Américains pensaient que la victoire de Biden était légitime et 75% des républicains soupçonnaient que Biden n'avait pas gagné légitimement, ou pensaient qu'il y avait des «preuves solides» qu'il ne l'avait pas fait.

Il n'y a aucune preuve de ce type - les responsables électoraux des deux partis, aux niveaux national et fédéral, disent que l'élection de 2020 était en fait la plus sûre de l'histoire - mais des croyances relativement statiques sur la légitimité de Biden suggèrent que le «grand mensonge» du GOP, un tout -la mythologie de la fraude électorale consommatrice sans fondement en fait, ne va nulle part de si tôt.

En fait, les législateurs de 47 États ont présenté un nombre impressionnant de nouveaux projets de loi de vote restrictifs pour résoudre un problème d '«intégrité électorale» inexistant, selon le Brennan Center for Justice, y compris un projet de loi géorgien qui a déjà été promulgué.

Cette mythologie se traduit par la loyauté parmi la base inconditionnelle de Trump, selon le dernier sondage de NBC. À partir de ce mois-ci, 32% des Américains avaient une vision plutôt ou très positive de l'ancien président. Mais cela représente une baisse par rapport à janvier, lorsque sa favorabilité était d'environ 40%. Pendant ce temps, la favorabilité de Biden est passée à 50% depuis son entrée en fonction, contre 44% en janvier.