Après que leur fille de 15 ans soit décédée moins de deux jours après avoir été testée positive au COVID, un couple de la banlieue de Bolingbrook avertit les autres familles de rester vigilantes en suivant les directives de santé publique et en plaidant pour que tout le monde se fasse vacciner afin de protéger leurs enfants.

Dykota Morgan, une recrue du lycée Bolingbrook qui était une athlète multisports sans condition préexistante connue, est décédée vers 3 heures du matin mardi à l'hôpital Central DuPage, a déclaré sa famille.

Les parents plaident pour le vaccin COVID, la vigilance avec les protocoles de santé après la mort de l'adolescent : NBC Chicago

"Les parents doivent savoir que leurs enfants ne sont pas aussi en sécurité que nous le pensons. Cela peut arriver à n'importe qui. Et je pense que ce message doit être dit davantage. Cela pourrait être l'enfant de n'importe qui", a déclaré jeudi le père de Dykota, Rashad Bingham.

"Les gens ont besoin de savoir. Ils doivent protéger leurs enfants. Ils doivent protéger leurs enfants et je pense qu'ils devraient se faire vacciner", a déclaré sa mère Krystal Morgan.

«Jusque-là, j'étais sur la barrière des vaccinations, je vais être à 100% honnête», a poursuivi Morgan, ajoutant qu'elle s'était inscrite au village pour être avertie lorsque les enfants seront éligibles à se faire vacciner prochainement contre le COVID. avant que sa fille ne meure.

Les régulateurs américains devraient autoriser l'utilisation d'urgence du vaccin à deux doses de Pfizer pour les enfants âgés de 12 à 15 ans dès la semaine prochaine. Actuellement uniquement autorisé pour les personnes de 16 ans et plus, les experts de la santé ont déclaré que les données jusqu'à présent indiquent que le vaccin est sûr et efficace pour les groupes d'âge plus jeunes.

«Je n'étais pas un défenseur de cela, mais au moment où elle est tombée malade, nous avons en fait reçu un e-mail du village pour dire que les enfants de 12 à 15 ans vont - je l'ai inscrite pour se faire vacciner ce jour-là», a déclaré Morgan. "Je l'ai inscrite pour essayer de l'aider et j'ai l'impression que si elle s'était fait vacciner, peut-être que cela n'aurait pas exacerbé son cœur si rapidement."

"Peut-être que le virus n'aurait pas eu un tel effet sur elle, je ne suis pas sûr. Je ne sais pas", a déclaré Morgan. "Mais je pense que chaque parent a juste besoin de protéger ses enfants et j'aurais aimé qu'il y ait quelque chose que j'aurais pu faire différemment. Je ne sais pas s'il y a quelque chose que nous aurions pu faire différemment. J'ai essayé tout ce que j'ai pu faire."

Morgan a déclaré que Dykota avait commencé à se plaindre d'un mal de tête samedi et voulait juste dormir. Morgan a déclaré que sa fille s'était réveillée le lendemain avec une légère toux et des étourdissements. Alors qu'elle devenait de plus en plus fatiguée, Morgan a décidé tôt dimanche soir d'emmener sa fille se faire tester pour le COVID à proximité. Les résultats des tests rapides de Dykota sont revenus positifs, selon Morgan. Un deuxième test sur la sœur de Dykota, âgée de 19 ans, est également revenu positif, mais le reste de la famille a été testé négatif, a déclaré sa mère.

Morgan a déclaré qu'elle avait acheté «tout ce que tout le monde m'avait dit qu'ils avaient un COVID qui les avait aidés» et avait mis en place une station devant les chambres de ses filles où elle pouvait laisser du thé, de la soupe et d'autres fournitures à leur disposition tout en portant des masques N95. pour eux de mettre en quarantaine dans la même maison.

Vers 14 h Lundi, Morgan a déclaré que Dykota FaceTime l'avait appelée de son lit alors que son état empirait, disant qu'elle était trop faible pour avoir sa soupe et demandant à ses parents de venir dans la chambre avec elle. Morgan et Bingham sont restés avec Dykota jusqu'à ce qu'elle s'endorme, puis quand ils sont retournés la voir, ils ont découvert qu'elle transpirait et pouvait à peine bouger.

«Elle transpire, elle a dit qu'elle avait chaud et froid, alors j'ai fini par devoir la changer de vêtements et c'est là que j'ai su qu'elle était vraiment malade parce qu'elle ne pouvait même pas s'asseoir, elle ne pouvait pas mettre un bras à travers sa chemise », a déclaré Morgan. «J'ai dû littéralement lever ses jambes et tirer son pantalon; elle ne pouvait rien faire pour elle-même et j'ai commencé à être très inquiète. Et puis son corps a commencé à avoir froid, alors j'ai commencé à la masser, à la comprimer, j'ai mis un traversin de fortune sous ses genoux et l'a mise en place pour qu'elle ne s'allonge pas droit en arrière et elle était juste comme, 'Je pense que j'ai besoin d'aller à l'hôpital.' "

«Elle était comme, 'Maman, pourquoi est-ce que ça m'est arrivé? Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça?' Et je lui ai dit: «Tu n'as rien fait pour mériter ça, Dykota» », a déclaré Morgan. «Nous avons littéralement essayé de tout faire pour la protéger, tout pour la protéger de ce virus et je sais qu'elle était très responsable, donc je ne me suis pas inquiété pour elle parce qu'elle était très responsable.

Dykota Morgan n'avait aucune condition préexistante et était un athlète de première année en bonne santé qui pratiquait plusieurs sports. Mais soudain, sa mère a dit qu'elle avait signalé une migraine et que personne ne s'attendait à la tragédie qui allait suivre. Rapports de Chris Coffey de NBC 5.

Morgan a dit qu'elle a appelé le médecin, qui lui a dit d'emmener Dykota aux urgences parce qu'ils pensaient qu'elle pourrait développer une pneumonie.

Les parents de Dykota l'ont emmenée à l'hôpital Central DuPage tard lundi soir, où Morgan a déclaré que sa tension artérielle était inférieure à ce qu'elle aurait dû être lorsqu'elle a été admise et qu'elle a continué de chuter.

Peu de temps après son admission, les médecins ont déclaré que Dykota devait passer la nuit, puis environ une heure plus tard, ils l'ont transférée aux soins intensifs alors qu'elle continuait de décliner.

"Ensuite, ils ont dit:" Nous allons devoir l'hélicoptère jusqu'à l'hôpital pour enfants de Lurie parce que nous ne sommes pas équipés pour gérer la quantité de soins dont elle a besoin "", a déclaré Morgan. "Son rythme cardiaque a commencé à augmenter et ils ont dit que ses reins avaient commencé à défaillir, puis elle a commencé à se plaindre vraiment de douleurs à l'estomac."

En raison de la météo, l'hôpital n'a pas pu dégager l'hélicoptère, alors Dykota était censé être conduit à Lurie alors qu'il était dans un coma médicalement provoqué pour le voyage là-bas.

«Ils nous ont dit de venir dans la pièce et de lui dire que nous l’aimions et de lui dire au revoir et nous la verrons à son réveil, parce qu’ils allaient l’induire, puis nous sommes entrés, nous avons dit au revoir, ma mère a appelé, mon père a appelé et ils ont pu lui dire qu'ils l'aimaient et je ne pensais toujours pas qu'elle ne reviendrait pas de ça, même à ce moment-là, mais les médecins ont en quelque sorte commencé à me faire un peu peur peu parce qu'ils avaient l'air vraiment inquiets », a déclaré Morgan.

Morgan a déclaré qu'elle et Bingham étaient sortis de la chambre de Dykota à 2 h 05 mardi matin et que leur fille avait codé.

"Ces médecins et infirmières, ils ont travaillé sans relâche pendant l'heure qui a suivi, la RCR manuelle, la RCR sur sa poitrine, et ils ont dit que son cœur était trop faible et qu'elle ne pouvait plus le supporter et qu'ils devaient juste, ils avaient, ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient », a déclaré Morgan.

"Ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour sauver mon bébé", a déclaré Morgan. "Mais ce virus l'a emportée. Il lui a fallu 48 heures à partir du moment où elle a commencé à montrer des symptômes. Et je ne sais pas quoi faire."

Morgan a déclaré que Dykota n'avait aucune condition préexistante, était un athlète en bonne santé qui pratiquait plusieurs sports - basket-ball, softball, cross-country et piste - et allait chez le médecin pour un examen chaque année. Dykota est allée plus récemment chez le médecin deux semaines avant sa mort parce qu'elle avait une migraine, a déclaré sa mère, se demandant s'il était possible qu'elle ait eu un COVID à ce moment-là mais n'a pas été testée parce qu'elle n'avait aucun autre symptôme. .

Le bureau du coroner du comté de DuPage a déclaré jeudi que la cause officielle du décès de Dykota était toujours en attente d'enquête et qu'il pourrait s'écouler «plusieurs semaines» avant qu'ils ne sachent quoi que ce soit de plus. Morgan a déclaré que le bureau lui avait dit que Dykota était mort d'un «cœur enflammé».

Morgan a déclaré jeudi qu'elle voulait que les familles sachent: "N'oubliez pas les enfants. Gardez le masque. Continuez à vous désinfecter les mains."

Morgan a déclaré que Dykota était une "belle âme" et une étudiante concentrée qui était dans tous les honneurs et des cours de placement avancés avec de grands projets et une moyenne de 3,7 GPA - ce qu'ils ont appris lorsque son bulletin est arrivé par la poste mardi, quelques heures seulement après la mort de Dykota.

«Elle avait des projets pour son avenir. Elle était une athlète, elle était une chercheuse, elle avait déjà des bourses pour des bourses complètes dans quatre universités différentes. Elle était une star de la piste, une basketteuse, une joueuse de softball, elle pouvait dessiner, elle savait peindre, elle était maquilleuse, les gens venaient à la maison pour se faire faire les sourcils et la payaient, et elle était juste une belle âme », a déclaré Morgan.

"Tous ceux qui l'ont rencontrée voulaient une part d'elle: les entraîneurs, les parents des gens, les parents de ses coéquipiers. Tout le monde aimait cette fille, l'effusion d'amour qu'elle avait était juste - le soutien que nous lui obtenons est tout simplement phénoménal, comme Je n'ai jamais pensé en un million d'années que mon bébé aurait eu cet impact sur la vie des gens en seulement 15 ans », a-t-elle ajouté.

"Dykota était une enfant incroyable qui a laissé sa lumière briller sur tous ceux avec qui elle est entrée en contact et l'impact qu'elle a laissé au cours de ces 15 années va durer pour toujours", a déclaré Bingham.

"Elle était une superstar", a ajouté Morgan.

Un GoFundMe a été créé pour aider la famille de Dykota. Un lâcher de ballon en son honneur est prévu à 17h30. Samedi au Centre communautaire Annerino à Bolingbrook.