Lorsque les vaccins sont devenus de plus en plus disponibles dans toute l'Amérique, les responsables de la santé américains sont intervenus rapidement pour essayer de convaincre un grand nombre d'Américains de se faire vacciner. Mais au milieu du déploiement de masse de la vaccination, les communautés noires et latinos, qui sont touchées de manière disproportionnée par la pandémie, ont été laissées pour compte dans les efforts de vaccination, créant des disparités raciales quant à qui était le plus susceptible de se faire vacciner contre Covid-19.

Au milieu des efforts fédéraux et locaux pour lutter contre les disparités vaccinales, les taux de vaccination des Noirs américains et des Latinos sont à la traîne par rapport à la population générale, laissant de nombreuses communautés de couleur toujours sans protection contre la pandémie de Covid-19.

Parmi les 57% d'Américains pour lesquels des données ethniques étaient disponibles qui ont reçu au moins une dose du vaccin Covid-19, la majorité sont blancs alors que seulement environ 15% sont hispaniques et 9% sont noirs : deux taux inférieurs à leur proportion de la population américaine. Moins de la moitié des États américains ont vacciné plus d'un tiers de leurs populations noires, selon les données fournies par Bloomberg, tandis que plus de 40 États ont fait au moins aussi bien avec les Blancs et les Asiatiques.

Alors que certains États, comme le Mississippi, la Géorgie et le Maryland, ont connu une forte augmentation des taux de vaccination chez les résidents noirs et latinos au cours de la semaine dernière, la plupart des États américains sont toujours à la traîne en matière de vaccination des communautés de couleur.

Les raisons des disparités persistantes dans la distribution des vaccins sont complexes, allant d'une hésitation décroissante à se faire vacciner aux disparités dans les infrastructures de santé publique qui ont un impact disproportionné sur les communautés de couleur. Au milieu de diverses explications et de progrès constants vers la réduction de l'écart d'équité en matière de vaccination, la disparité persiste.

"Nous avons des inégalités structurelles dans tout le reste, en particulier dans les soins de santé. Vous ne vous attendez pas à ce qu'une chose comme les vaccinations [make] qui disparaissent ", a déclaré le Dr Linda Rae Murray, médecin de Chicago et ancien président de l'American Public Health Association (APHA).

Dans de nombreux États, les premiers tâtonnements du processus de vaccination ont laissé subsister des disparités persistantes. Les faux pas dans la fourniture d'informations accessibles sur les vaccins Covid-19, combinés à un niveau constant de méfiance envers les institutions, ont créé de grandes quantités de désinformation sur l'efficacité et la sécurité des vaccins, entraînant une certaine hésitation, en particulier au début du déploiement de la vaccination.

"Nous avons encore des gens qui n'ont toujours pas entendu les informations dont ils ont besoin pour prendre une décision éclairée et nous avons toujours une gamme de désinformations et nous avons encore des personnes qui donnent délibérément aux gens de fausses informations", a déclaré Georges C Benjamin. directeur général de l'APHA.

Mais l'hésitation à la vaccination n'est qu'une des raisons pour lesquelles de nombreux Noirs et Latinos ne sont pas vaccinés. Les sondages de la Kaiser Family Foundation ont révélé que l'hésitation à se faire vacciner chez les Noirs américains avait diminué ces derniers mois, tandis que l'intérêt pour la vaccination chez les Latinos restait élevé. En fait, les républicains blancs sont plus susceptibles de refuser définitivement une vaccination. De même, même si les Noirs américains ont des taux d'hésitation similaires à ceux des Blancs, les Blancs sont plus susceptibles de se faire vacciner.

Au-delà des attitudes individuelles, les inégalités structurelles étouffent l'accès équitable aux vaccins.

Le transport vers et depuis les sites de vaccination a été un problème constant pour de nombreuses personnes qui tentent de se faire vacciner. De nombreuses personnes de couleur à faible revenu n'ont pas accès à une voiture ou vivent à proximité des transports en commun qui pourraient les amener aux sites de vaccination.

Les obligations professionnelles et familiales sont un autre obstacle qui rend difficile l'accès au vaccin pour certains. Au début de la ruée vers la vaccination, même si une personne pouvait surmonter les difficultés technologiques pour obtenir un rendez-vous de vaccination recherché depuis longtemps, se faire vacciner dépendait souvent de la disponibilité d'une personne pendant la journée.

Pour de nombreux travailleurs de première ligne, dont la majorité sont des personnes de couleur, prendre un congé pour se faire vacciner n'est toujours pas possible. De même, s'occuper de jeunes enfants ou de parents âgés peut limiter la possibilité pour une personne d'aller se faire vacciner.

"Toutes ces conditions structurelles … rendent difficile la sortie vers ces lieux de vaccination de masse", a déclaré Murray.

Certaines communautés de couleur sont également aux prises avec un manque d'infrastructures de santé, ce qui se traduit par un accès limité aux informations sur le vaccin ou sur la planification des doses de vaccin.

Juanita Ortega, à gauche, reçoit un vaccin Covid-19 de l'infirmière autorisée Anne-Marie Zamora dans une clinique de vaccination pop-up à Los Angeles. Jae C Hong/APDans de nombreuses grandes villes américaines, dont Chicago, Memphis et Los Angeles, les " déserts de la pharmacie ", un terme utilisé pour décrire un quartier avec un accès limité aux pharmacies, ont un impact disproportionné sur les résidents noirs et latinos, coupant l'accès aux rendez-vous pour les vaccins dans les pharmacies commerciales. De même, comme les Noirs et les Latinos sont moins susceptibles d'avoir une assurance, ils peuvent avoir des contacts irréguliers avec un médecin qui peut fournir plus d'informations sur la façon de se faire vacciner.

Certains États et municipalités ont pris des mesures ciblées pour rendre le processus de vaccination accessible. Benjamin a noté des propositions telles que le porte-à-porte pour créer des rendez-vous pour les vaccins, des cliniques de vaccination mobiles et d'autres tentatives pour créer la parité entre la distribution des vaccins dans de nombreux États. De nouvelles initiatives fédérales pour augmenter les taux de vaccination parmi les minorités incluent également l'utilisation de salons de coiffure et de salons de coiffure appartenant à des Noirs comme sites de vaccination contextuels et pour promouvoir les vaccinations, ainsi que la fourniture de trajets gratuits Uber et Lyft vers les sites de vaccination Covid-19.

" Il est important d'apporter le vaccin à la communauté et de ne pas laisser la communauté [have] de venir au vaccin ", a déclaré Benjamin.

Benjamin a également décrit comment le gouvernement fédéral a mis en place des plans pour aider à obtenir une distribution plus équitable. "Nous avons des États aux États-Unis qui, historiquement, obtiennent de mauvais résultats sur toutes les statistiques de santé. Ils sont au bas de nos résultats de santé pour les maladies cardiaques, le cancer. Ils ont des taux de pauvreté élevés. Cela va prendre plus de temps pour les obtenir ", a déclaré Benjamin.

Mais comme Murray l'a noté, en l'absence de tout système de santé national américain, les États, même ceux qui ont historiquement eu de mauvais résultats en matière de santé concernant les minorités ou ceux qui ont encore du mal à collecter avec précision des données vaccinales sur les minorités, sont chargés de combler l'écart de disparité des vaccins.

De plus, les propositions provisoires pour augmenter les taux de vaccination, en particulier avec l'échéance imminente du 4 juillet, sont des solutions temporaires face à des problèmes structurels - comme le manque de pharmacies dans une communauté - qui créent et exacerbent les disparités vaccinales. L'utilisation d'un financement d'urgence Covid-19 pour financer des propositions à court terme par rapport à un investissement durable dans les infrastructures de santé publique laisse généralement les inégalités structurelles sans réponse à long terme.

"C'est comme dire :" Nous allons embaucher quelques services d'incendie supplémentaires pour l'année prochaine, mais si vous n'avez pas de service d'incendie dans cinq ans et qu'il y a un incendie, vous avez toujours des problèmes ", " dit Murray.

En fin de compte, malgré quelques gains dans les taux de vaccination parmi les communautés de couleur, davantage de travail doit être fait - maintenant et à l'avenir - pour remédier de manière adéquate aux inégalités en matière de santé liées au vaccin et au-delà.

" Il y aura un autre [pandemic] et ce ne sera pas dans 100 ans. Ce sera plus tôt que cela et si nous ne faisons pas ces investissements dans notre infrastructure maintenant, si nous ne nous attaquons pas aux inégalités raciales qui existent dans notre pays … alors la prochaine pandémie verra les mêmes types d'iniquités ", a déclaré Murray.