SYDNEY, 23 juin (Reuters) - La Nouvelle-Zélande a relevé mercredi le niveau d'alerte COVID-19 dans sa capitale Wellington, craignant que la ville n'ait été exposée à la variante Delta hautement infectieuse qui a déclenché une nouvelle épidémie en Australie voisine.
Wellington passera au «niveau d'alerte 2» du pays, un niveau avant un verrouillage, jusqu'à minuit dimanche par mesure de précaution pour freiner toute épidémie potentielle après qu'un touriste australien a été testé positif pour COVID-19 à son retour à Sydney d'une visite à la capitale néo-zélandaise ce week-end.
"Ce n'est pas un verrouillage … ce sont des mesures de précaution qui resteront en place pendant que nous contacterons et testerons tous ceux dont nous avons besoin", a déclaré le ministre néo-zélandais de la réponse COVID, Chris Hipkins, lors d'une conférence de presse à Wellington.

Sous le niveau d'alerte 2, les bureaux, les écoles et les entreprises peuvent rester ouverts mais devront maintenir des règles de distanciation sociale. Les activités sportives et récréatives sont autorisées, sous réserve de conditions telles que la distanciation physique, mais les rassemblements de plus de 100 personnes ne seront pas autorisés, y compris lors des mariages, funérailles et autres événements.
Avec une population de 5 millions d'habitants, la Nouvelle-Zélande fait partie d'une poignée de pays qui ont contenu la propagation du COVID-19 et sont revenus à la normale, le dernier cas positif dû à une transmission communautaire ayant été signalé il y a environ quatre mois.

La Nouvelle-Zélande ramène des trottoirs à Wellington après la peur du COVID d'un visiteur de Sydney

La Nouvelle-Zélande a accepté de voyager sans quarantaine avec l'Australie voisine plus tôt cette année, car les deux pays avaient contrôlé la propagation communautaire du coronavirus.
Mais de nouvelles inquiétudes concernant une épidémie sont apparues après le test positif pour le touriste australien anonyme, qui a visité plus d'une douzaine d'endroits, dont le musée national Te Papa, des pubs, des cafés, une librairie et un hôtel lors de son voyage le week-end dernier.
Les passagers des vols utilisés par la personne ont également été invités à s'isoler et à subir des tests.

Lire la suite
L'État le plus peuplé d'Australie, la Nouvelle-Galles du Sud (NSW) a vu son dernier groupe de virus gonfler à plus de 30 cas en une semaine, incitant la Nouvelle-Zélande à suspendre ses voyages sans quarantaine. Lire la suite
NSW a resserré mercredi les restrictions sur les rassemblements et la circulation des personnes à Sydney pendant une semaine, craignant que le dernier groupe de la variante hautement contagieuse du Delta ne déclenche une épidémie majeure.
Les résidents de sept zones du conseil de Sydney dans l'est et l'intérieur de la ville ont été interdits de voyager pour des raisons non essentielles en dehors de ces régions, tandis que les rassemblements familiaux seront limités à cinq invités et les masques seront obligatoires dans tous les lieux intérieurs, y compris les bureaux.

"Nous sommes passés d'un danger proche et présent à un danger très réel et présent, pas seulement dans un centre commercial mais juste à travers Sydney", a déclaré mercredi le ministre de la Santé de l'État de NSW, Brad Hazzard, aux journalistes à Sydney.
Le premier cluster de virus en Nouvelle-Galles du Sud depuis plus d'un mois était lié à un chauffeur qui transporte le personnel d'une compagnie aérienne à l'étranger et qui a visité plusieurs endroits, dont un centre commercial à Bondi, un haut lieu touristique populaire.
Dix nouveaux cas ont été signalés à 20 heures.

heure locale mardi, mais 13 autres cas ont été détectés depuis lors.
Des fermetures instantanées, des règles strictes de distanciation sociale et une recherche rapide des contacts ont aidé l'Australie et la Nouvelle-Zélande à contenir les épidémies et à maintenir leur nombre de COVID-19 relativement bas.
L'Australie a signalé un peu plus de 30 350 cas et 910 décès depuis le début de la pandémie, tandis que la Nouvelle-Zélande a enregistré plus de 2 300 cas confirmés et 26 décès.

Reportage de Renju José; édité par Jane Wardell
Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.