EXCLUSIF: Un chœur d'appels à la vaccination obligatoire contre le Covid-19 – et la possibilité que l'industrie en fasse bientôt une exigence – a incité SAG-AFTRA à adopter de nouvelles directives pour les employeurs qui souhaitent exiger une preuve de vaccination comme condition d'emploi. À ce jour, les vaccinations des acteurs et des équipes ne sont pas obligatoires sur les productions cinématographiques et télévisuelles en vertu des protocoles de retour au travail de l'industrie. Mais ces protocoles expirent mercredi et sont renégociés par les grandes entreprises et les syndicats d'Hollywood.

Jeudi, le conseil d'administration national de SAG-AFTRA a approuvé une motion qui autorise le personnel du syndicat « à approuver les demandes de politiques de vaccination obligatoire dans le strict respect des paramètres standard de SAG-AFTRA pour les politiques de vaccination obligatoire ».
Au cours de la réunion du conseil d'administration, les dirigeants du SAG-AFTRA ont présenté des lettres de producteurs et de membres qui ont exhorté le syndicat à adopter des politiques permettant aux producteurs d'imposer les vaccinations. Les dirigeants de SAG-AFTRA ont noté qu'ils avaient reçu de telles demandes de producteurs lors d'émissions diffusées sur HBO, Starz et MRC ainsi que de la Producers Guild of America.

Les raisons de ces demandes, ont déclaré les dirigeants du SAG-AFTRA au conseil d'administration, comprennent :
Répondre aux demandes des acteurs et de l'équipe

Simplifier la réponse aux expositions potentielles au Covid

Futures modifications des protocoles Covid

Et pour les producteurs indépendants, l'accès à une couverture d'assurance
"Je vous écris pour soutenir la demande de HBO d'exiger la vaccination de tous les acteurs et de l'équipe de la saison 3" de l'émission, a déclaré le créateur et star d'une série HBO dans une lettre adressée au directeur exécutif national de SAG-AFTRA Duncan Crabtree. Irlande, à la Commission du ruban bleu du président de SAG-AFTRA sur la sécurité et en copie à un responsable des relations de travail de HBO. "Exiger que les acteurs et l'équipe soient vaccinés est le seul moyen pour nous de minimiser les risques sur cette production.

Tous nos habitués de la série ont été vaccinés. De plus, tous nos chefs de service et membres d'équipage travaillant avec nous à ce jour ont été vaccinés. Je suis à 100% en faveur de la demande de HBO pour le soutien syndical d'imposer les vaccinations sur (l'émission).

C'est le moyen le plus sûr de faire avancer notre production.
SAG-AFTRA a supprimé les noms et autres identifiants de ceux dont les lettres ont été présentées au conseil.
Dans un courriel adressé à la présidente de SAG-AFTRA, Gabrielle Carteris, un membre du syndicat de 18 ans a écrit « pour exprimer mon soutien aux protocoles de vaccination mis en œuvre par notre syndicat et pour déclarer que je suis d'accord que le statut vaccinal doit absolument jouer un rôle dans l'embauche.

Il n'est pas juste pour quiconque/tous ceux qui ont traversé cette tempête pandémique et évité l'infection à Covid-19 de partager sans le savoir l'espace et de faire du travail sur scène avec des personnes qui, pour une raison quelconque, n'ont pas été vaccinées. J'ai un fils de 8 ans qui ne peut pas être vacciné et je serais dévasté et extrêmement bouleversé de découvrir que j'ai ramené le virus à la maison à mon enfant à cause d'une interaction au travail avec un autre acteur ou membre d'équipe qui n'a pas été vacciné . Je comprends que tout le monde a droit à la vie privée en ce qui concerne son statut vaccinal, mais à mon avis, ces droits ne devraient pas enfreindre mes droits de travailler dans un environnement sûr et sain.

J'espère que mon syndicat sera d'accord.
Un autre acteur a écrit : « Je voulais ajouter mon nom à la liste des membres préconisant une exigence de vaccin pour les artistes qui réintègrent les productions. Le choix de se retirer des vaccins est personnel, mais il ne devrait pas l'emporter sur la sécurité de ceux qui ont fait le choix de suivre des protocoles que le CDC et la communauté médicale dans son ensemble ont déclarés sûrs et efficaces pour réduire la risques de ce virus mortel.

J'espère que la Guilde préconisera des directives strictes concernant les protections de nos membres, dont la plupart doivent s'acquitter de leurs fonctions sans les protections mandatées pour tous les autres départements.
Un autre acteur a déclaré à Carteris : « Je suis tout à fait d'accord pour que chaque acteur et membre de l'équipe se fasse vacciner contre le Covid-19 lorsqu'il est sur le plateau, je viens vers vous à genoux avec ce plaidoyer. Nous en avons perdu tellement et nous voulons que nos décors soient aussi sûrs que possible.

»
Encore un autre acteur a déclaré au président de la SAG-AFTRA : « J'ai été très préoccupé par la sécurité de nos environnements de travail pendant Covid. Maintenant que le vaccin est disponible pour tous ceux qui le souhaitent, j'ai du mal à comprendre pourquoi les personnes qui refusent le vaccin - autres que ces rares cas de raison médicale légitime - ont le droit de travailler sur des scènes ou des endroits bondés avec le reste d'entre nous., y compris en jouant des scènes dans lesquelles nous nous crions à la figure, comme je l'ai fait récemment avec un acteur qui, il s'avère, n'est pas vacciné.

La liberté personnelle est une chose. Je ne comprends pas l'argument d'une petite minorité selon lequel leur « liberté personnelle » inclut le droit de mettre en danger tout le monde autour d'eux en travaillant sans masque - par nécessité - ET non vacciné - par choix. Je crois fermement que le statut vaccinal devrait être un facteur dans l'embauche d'acteurs, et les producteurs devraient rendre le vaccin disponible si nécessaire.

Pratiquement tous les acteurs avec qui j'ai discuté de cela au cours des derniers mois ont été d'accord sans réserve. J'ai entendu une exception.
Malgré cela, 25 % du conseil d'administration du SAG-AFTRA ont voté contre l'adoption des nouvelles directives.

Contacté par Deadline, un membre dissident du conseil d'administration a déclaré que "chacun devrait avoir le droit de choisir ce qu'il fait de son propre corps" et que les nouvelles directives laissent SAG-AFTRA vulnérable à d'éventuelles poursuites judiciaires. « Si un producteur dit que tout le casting doit être vacciné, cela discrimine tout acteur qui a une exemption médicale ou religieuse, ou qui choisit simplement de ne pas la prendre. La loi HIPAA (Health Insurance Portability and Accountability Act) stipule que personne n'est autorisé à vous poser des questions sur vos informations médicales.

Que diriez-vous que quelqu'un vous demande si vous avez le SIDA lorsque vous passez une audition et que le syndicat vous dise que c'est bien ?
Le dissident soutient également que l'obligation de prendre des « médicaments expérimentaux qui n'ont pas été approuvés par la FDA est une violation de la Constitution américaine, du 14e amendement et des codes de Nuremberg ».
Les nouvelles directives du SAG-AFTRA sur les politiques de vaccination obligatoire des employeurs stipulent que :
1. La production doit annoncer ces politiques dès que possible, de préférence lors des premières pannes ou des premières discussions de casting.

2. Ces politiques doivent s'appliquer également à tous les acteurs et équipes travaillant dans la ou les zones ou lieux de travail concernés.

3.

La production doit avoir des procédures en place pour s'engager dans un processus interactif avec ceux qui demandent l'ADA (Americans with Disability Act) ou des accommodements religieux, et doit inclure la procédure pour initier une demande dans les avis de la politique de vaccination.

4. De telles politiques ne peuvent être appliquées que lorsque les vaccins ont été facilement disponibles pour les artistes interprètes ou exécutants pendant une période de temps suffisante pour conférer l'immunité à temps pour le début du travail.

5. Si le fait d'être vacciné est une condition d'emploi pour la production, tous les frais de vaccination sont absorbés par l'employeur et le temps de vaccination est du temps de travail.

6.

Les dossiers de vaccination sont conservés en toute sécurité par les employeurs et accessibles uniquement à ceux qui en ont besoin.
Cliquez ici pour lire l'article complet.