Le Royaume-Uni a accepté de régler un procès sur la façon dont il a sélectionné un contrat informatique pour les tests de coronavirus dans ses laboratoires Lighthouse.

La BBC comprend que le règlement coûtera au gouvernement jusqu'à 2 millions de livres sterling.

Le gouvernement paiera 2 millions de livres sterling pour régler le cas de test de coronavirus

La société britannique Diagnostics AI a affirmé avoir perdu face à un rival européen UgenTec malgré la détection de certains cas de coronavirus positifs que son rival avait manqués.

Il a poursuivi le gouvernement pour cette décision, affirmant que le processus de sélection était "injuste et illégal".

Les laboratoires Lighthouse sont un réseau à l'échelle du Royaume-Uni de laboratoires spécialisés sur les coronavirus gérés par le gouvernement et gérés par des entreprises privées. Lorsque les laboratoires ont été mis en place, les entreprises ont proposé d'analyser les résultats des tests.

Le différend devait être joué au tribunal. Cela aurait signifié un examen public de l'exactitude et de la rapidité du système de test, à un moment où il a fait l'objet de sérieuses critiques.

Mais le gouvernement a décidé de régler l'affaire et paiera à Diagnostics AI une compensation et la plupart de ses frais juridiques.

Cependant, malgré son accord sur le paiement, le gouvernement a réfuté les affirmations de Diagnostics AI, affirmant qu'elles étaient "inexactes".

«Les tests sont fiables et efficaces, les laboratoires qui les entreprennent ont été examinés et évalués par des experts et le pourcentage de faux négatifs ou positifs est minime», a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé et des Affaires sociales.

"Il s'agissait d'un différend commercial sur un contrat de logiciel où un certain nombre de facteurs ont été pris en compte avant son attribution, qui est toujours soumis à un accord final sur les coûts."

Comme le contrat valait plus de 1 million de livres sterling, la BBC comprend que le règlement, y compris les frais juridiques, pourrait s'élever à environ 2 millions de livres sterling.

Litige sur la décision contractuelle

Les écouvillons sont prélevés sur des personnes sur des sites de test ou des tests à domicile et traités avec un processus chimique qui produit un graphique. Le logiciel est utilisé pour déterminer si les graphiques montrent que l'échantillon était positif ou négatif pour le coronavirus.

Piscine WPA

Un logiciel est utilisé pour analyser les écouvillons afin de déterminer si un échantillon est positif ou négatif pour le coronavirus

Diagnostics AI a affirmé que l'analyse par UgenTec d'un essai de 2000 échantillons était erronée. Dans certains cas, il a affirmé qu'UgenTec avait trouvé des résultats négatifs pour le coronavirus, alors que les résultats étaient réellement positifs ou non concluants.

"Le système avec lequel ils sont finalement allés et a décidé de payer a manqué environ 50 points positifs sur 800 , donc c'est environ un sur 15, environ, un sur 16 - pour être précis - positifs », a déclaré Aron Cohen, directeur général de Diagnostics AI à la BBC.

"De toute évidence, lorsque cela se traduit par des centaines de milliers d'échantillons par jour, cela représente potentiellement des milliers de positifs manqués chaque jour. C'était donc vraiment inquiétant pour nous."

UgenTec a en retour affirmé qu'aucun patient n'était affecté du tout car il s'agissait d'un essai.

"Nous fournissons des services d'interprétation covid cruciaux aux Lighthouse Labs pour les aider à gérer les énormes quantités de données qu'ils génèrent. Ces affirmations sont inexactes et trompeuses", a déclaré le directeur général d'UgenTec, Steven Verhoeven, à la BBC.

"Aucun de ces échantillons ne fait référence à des résultats réels donnés aux patients ou au public et impliquer que tout impact sur la santé publique est faux. Les tests en direct n'étaient pas pris en charge par notre logiciel à l'époque qui était en cours de mise en œuvre. Comme illustré par un indépendant tests, nous avons toute confiance dans nos logiciels et les services que nous fournissons. "

'Un litige commercial'

Deux sociétés à but non lucratif détenues et financées par le gouvernement ont également été poursuivies par Diagnostics AI - à savoir UK Biocentre et Medicines Delivery Catapult (MDC), qui a dirigé le processus pour décider quelle entreprise utiliser.

Des documents judiciaires montrent qu'entre le 31 mars et le 14 avril, Diagnostics AI a demandé à plusieurs reprises des informations sur les services requis et sur la manière dont leur offre serait évaluée.

Diagnostics AI dit qu'elle n'a jamais reçu les informations demandées. Ceci est réfuté par UK Biocentre, qui affirme que les deux fournisseurs ont reçu les mêmes informations.

Les autorités locales sont autorisées à acheter des services sans s'engager dans un processus concurrentiel s'il existe un risque important pour la vie

Lorsque les deux offres ont été examinées début avril, le Royaume-Uni faisait face à ce que Boris Johnson avait appelé un "moment d'urgence nationale".

Dans de telles circonstances urgentes, la loi prévoit que le gouvernement achète des services sans mise en concurrence, si certaines conditions sont remplies.

Cependant, il est entendu que Diagnostics AI et Ugentec avaient été recommandés au UK Biocentre et qu'il a donc été décidé d'évaluer les deux offres.

Diagnostics AI affirme que ce processus était injuste et imparfait, mais UK Biocentre insiste sur le fait qu'il était juste pour les deux soumissionnaires.

Un porte-parole de UK Biocentre a déclaré : "Les allégations sont sans fondement; il s'agissait d'un différend commercial. Le logiciel en question est largement utilisé dans les laboratoires Lighthouse, dans certains laboratoires du NHS et à l'étranger.

"L'assurance qualité externe a confirmé que les tests de réaction en chaîne par polymérase (PCR) dans les laboratoires Lighthouse, dont le logiciel de diagnostic automatisé fait partie, fonctionnent bien."

Un porte-parole de MDC a également fait une déclaration à la BBC :