5. VP, VP, VP: L'une des traditions politiques qui n'a pas été beaucoup affectée par la crise des coronavirus est le jockeying et les spéculations sans fin sur qui l'ancien vice-président Joe Biden choisira comme colistier.

Élection américaine 2020 : comment Trump a perdu le public sur le coronavirus

(Mon dernier regard sur les 10 femmes les plus susceptibles de se retrouver car le choix est ici. Ou vous pouvez regarder la version vidéo ici.)

Le gros scénario pour garder un œil sur les veepstakes de cette semaine est de savoir comment les candidats choisissent de faire face à la possibilité d'être sélectionnés. Agissez-vous intéressé ? Ou prétendre que ce n'est même pas quelque chose que vous avez déjà envisagé ou entendu ?

L'ancienne représentante de l'État de Géorgie, Stacey Abrams, est allée avec l'ancienne - en grande partie - dans une interview avec le magazine Elle, dans laquelle elle a dit clairement: "Je serais un excellent colistier." Mettez beaucoup la sénatrice du Minnesota Amy Klobuchar dans cette dernière Catégorie Klobuchar a déclaré qu'elle "ne s'engagerait pas dans des hypothèses", ajoutant que Biden "sait ce qu'il faut pour être un bon vice-président. Il va prendre cette décision."

Donc, Abrams est bien à une extrémité du spectre tandis que Klobuchar est à peu près aussi loin que vous pouvez obtenir sur l'autre. Regardez où les autres principaux concurrents - le sénateur de Californie Kamala Harris, le sénateur du Nevada Catherine Cortez Masto, le gouverneur du Michigan Gretchen Whitmer - atterrissent sur la question cette semaine.

Et oui, ils seront tous invités à devenir VP. Encore et encore.

4. Biden (toujours) du mal à percer: Vite, nomme le nombre de fois où tu as pensé ou lu Joe Biden au cours de la semaine dernière.

Ce n'est probablement pas très nombreux. (Et, pour beaucoup, cela était lié aux allégations de Tara Reade, une ancienne employée du Sénat.

La simple vérité est que Biden s'est retrouvé à l'extérieur à regarder la conversation nationale depuis que le coronavirus s'est emparé du pays il y a un mois.

Oui, à cette époque, l'ancien vice-président a remporté plus de primaires et est devenu le candidat démocrate de facto contre le président Donald Trump. Mais tout cela a été éclipsé par la crise des coronavirus - et Biden, qui n'est actuellement pas élu, a eu du mal à faire entendre sa voix sur la question de manière significative.

Ce n'est pas faute d'essayer. Sa campagne a organisé des conférences de presse virtuelles, publié des politiques visant à lutter contre la propagation et mis Biden partout dans la télévision par câble.

Mais il se sent toujours comme une voix secondaire ou tertiaire sur la crise. Et je ne vois pas du tout comment Biden peut changer cela - étant donné qu'il ne sera pas gouverneur ou président le mois prochain. Et il est toujours largement confiné dans sa maison au Delaware en raison de commandes de séjour à domicile.

3. Un (autre) accord de dépenses bipartite ?: La semaine dernière, le programme de protection de la paie - un fonds créé dans le cadre du plan de relance économique de plus de 2 billions de dollars adopté par le Congrès le mois dernier et conçu pour aider les petites entreprises à rester à flot - a manqué d'argent.

Mais il y avait des signes partout le dimanche montrant qu'un accord prévoyant 300 milliards de dollars supplémentaires pour le PPP - ainsi que 150 millions de dollars supplémentaires pour les hôpitaux, les tests et les programmes de prêts favorisés par les démocrates du Congrès - est très proche.

"Je pense que nous sommes très proches d'un accord aujourd'hui. J'espère que nous pourrons le faire" Et la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a semblé tout aussi optimiste. note dans une interview sur ABC "This Week", suggérant que les deux parties sont "très proches d'un accord". Elle a ajouté: "Tout ce que nous avons fait - trois projets de loi en mars étaient tous bipartisans. Ce paquet intérimaire le sera aussi."

Ce qui est remarquable ! Non seulement parce que le Congrès fait quelque chose de bipartisan est rare, mais aussi en raison de la capacité de Mnuchin à négocier avec Pelosi et le chef de la minorité du Sénat Chuck Schumer.

Mnuchin en tant que négociateur, bien sûr, a déjà déclenché un retour de flamme parmi les républicains qu'il donne trop aux démocrates. Gardez un œil sur si Trump donne du crédit à cette théorie cette semaine.2. Voici les protestations: Ce qui a commencé la semaine dernière à Lansing, dans le Michigan, pour protester contre ce que certains jugeaient trop contraignants par le gouverneur Gretchen Whitmer (D), s'est rapidement répandu dans tous les coins du pays. (Des rassemblements - quoique plus petits que ceux du Michigan - ont eu lieu dans le Maryland, l'Ohio, le Kentucky, le Wisconsin et le Nevada.) Attendez-vous à ce que ces rassemblements pour protester contre les ordres de rester à la maison deviennent plus répandus et probablement plus importants cette semaine - - incité par Trump, qui, vendredi, a tweeté "LIBERATE MINNESOTA", "LIBERATE MICHIGAN" et "LIBERATE VIRGINIA, et sauvez votre grand 2e amendement. Il est en état de siège ! " Mike Pence a déclaré que le président visait simplement à "encourager les gouverneurs à trouver des moyens de permettre à l'Amérique de reprendre le travail en toute sécurité et de manière responsable.

Uh huh.

Pour être clair: Trump savait exactement ce qu'il faisait - et le résultat probable. Il veut plus de protestations. Il veut être en mesure de les citer comme preuve que le pays veut rouvrir, ce qu'il veut aussi beaucoup.

"Je remarque qu'il y a eu beaucoup de protestations", a déclaré Trump lors du briefing quotidien sur les coronavirus de samedi. "Et je pense simplement que certains des gouverneurs se sont emportés."

Message reçu.

1. Comment Trump a perdu le public: Au début de la distanciation sociale et des ordres de rester à la maison, Trump a connu une vague de sondages comme il n'en avait jamais vu auparavant dans sa présidence.

Les gens lui ont donné des notes élevées - ou du moins une majorité approuvée - pour sa gestion de la pandémie de coronavirus, et cela s'est traduit par un nombre global d'approbations de postes qui avoisinait 50%.

Ces jours sont révolus depuis longtemps. Les chiffres de l'approbation des emplois de Trump sont de retour entre le bas et le milieu des années 40, car la majorité du public désapprouve maintenant la façon dont il a géré la crise des coronavirus.

Le tournant dans la position de Trump semble être l'idée croissante qu'il s'est déplacé trop lentement pour lutter contre le virus - et son impact sur le public américain.

Les deux tiers des personnes interrogées dans le nouveau sondage NBC-Wall Street Journal - publié dimanche - ont déclaré que Trump n'avait pas pris "la menace au sérieux au début". Cette constatation reflète ce qu'un sondage Pew a trouvé; 65% des personnes interrogées ont déclaré que Trump était "trop lent" pour reconnaître la menace posée par le coronavirus, tandis que 34% ont déclaré qu'il était "rapide" à le faire. Il est difficile de cerner une seule chose, mais j'offrirais deux facteurs: 1) le discours joyeux de Trump - et de plus en plus d'attaques politiques - lors des séances d'information quotidiennes du groupe de travail sur les coronavirus et 2) le nombre croissant de décès en Amérique (près de 34 000 décès en tant que dimanche matin, selon Johns Hopkins).

Quoi qu'il en soit, l'opinion publique a tourné Trump contre le coronavirus - et elle a renvoyé ses chiffres d'approbation globaux où ils étaient avant que tout ne commence. La question est maintenant de savoir si sa manipulation perçue trop lente du virus fait baisser ses chiffres encore plus bas.