Division of Corporation Finance Commission des valeurs mobilières et de l’échange

Directive de divulgation des FC: Sujet n ° 9

Date: 25 mars 2020

Résumé: Ces directives fournissent les vues actuelles de la Division des sociétés financières concernant la divulgation et les autres obligations en vertu des lois sur les valeurs mobilières que les entreprises devraient prendre en considération en ce qui concerne la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et les perturbations commerciales et commerciales connexes.

Information supplémentaire: Les déclarations contenues dans le présent document d'information sur les FC représentent le point de vue de la Division des finances des sociétés. Ces directives ne sont pas une règle, un règlement ou une déclaration de la Securities and Exchange Commission. De plus, le Conseil n'a ni approuvé ni désapprouvé son contenu. Ces conseils, comme tous les conseils du personnel, n'ont aucune force ni aucun effet juridique: ils ne modifient ni ne modifient la loi applicable et ne créent aucune obligation nouvelle ou supplémentaire pour quiconque.

introduction

L'impact de COVID-19 sur les entreprises évolue rapidement et ses effets futurs sont incertains. La Division surveille la façon dont les entreprises déclarent les effets et les risques de COVID-19 sur leurs activités, leur situation financière et leurs résultats d'exploitation et fournit ces indications lorsque les entreprises préparent des documents d'information pendant cette période incertaine. La Commission et le personnel ont également accordé des allégements réglementaires ciblés, le cas échéant, compte tenu de l'évolution des circonstances. Nous comprenons que les sociétés déclarantes partagent l'opinion selon laquelle des informations opportunes, solides et complètes sont essentielles au fonctionnement des marchés et qu'elles souhaitent déposer des rapports périodiques et actuels en temps opportun, nonobstant la dispense disponible.[1]

La Division encourage les rapports en temps opportun tout en reconnaissant qu'il peut être difficile d'évaluer ou de prédire avec précision les effets généraux du COVID-19 sur les industries ou les entreprises individuelles. Nous reconnaissons également que l’impact réel dépendra de nombreux facteurs indépendants de la volonté et des connaissances d’une entreprise. Néanmoins, les effets de COVID-19 sur une entreprise, ce que la direction attend de son impact futur, comment la direction réagit aux événements en évolution et comment elle planifie les incertitudes liées à COVID-19 peuvent être importantes pour les décisions d'investissement et de vote .

Les sociétés devraient tenir compte de la nécessité de divulgations liées à COVID-19 dans le contexte des lois fédérales sur les valeurs mobilières et de notre système de divulgation fondé sur des principes. La pierre angulaire de ce système est la divulgation d'informations importantes largement diffusées. Ce n'est qu'avec ce type de divulgation que tous les investisseurs peuvent prendre des décisions éclairées. Le Conseil a clairement indiqué que ses exigences en matière de divulgation peuvent s'appliquer à un large éventail de risques commerciaux en évolution, même en l'absence d'une exigence de poste spécifique indiquant le risque particulier présenté.[2] En outre, un certain nombre de règles ou de réglementations existantes exigent la divulgation des effets connus ou raisonnablement probables et des types de risques présentés par COVID-19. Par conséquent, la divulgation de ces risques et des effets liés au COVID-19 peut être nécessaire ou appropriée dans le rapport de gestion, la section commerciale, les facteurs de risque, les procédures judiciaires, les contrôles et procédures de divulgation, le contrôle interne sur l'information financière et les états financiers. déclarations.

Évaluer et divulguer l’impact évolutif de COVID-19

L'évaluation des effets évolutifs du COVID-19 et des risques associés constituera une analyse des faits et des circonstances. La divulgation de ces risques et effets, y compris la manière dont l’entreprise et la direction y réagissent, doit être spécifique à la situation de l’entreprise. Alors que les entreprises évaluent les effets liés au COVID-19 et tiennent compte de leurs obligations de divulgation, les questions à considérer en ce qui concerne leurs opérations actuelles et futures sont les suivantes:

  • Quel effet COVID-19 a-t-il eu sur votre situation financière et vos résultats d'exploitation? À la lumière des tendances changeantes et des perspectives économiques globales, comment pensez-vous que COVID-19 aura une incidence sur vos résultats d'exploitation futurs et votre situation financière à court et à long terme? Pensez-vous que COVID-19 aura un impact différent sur les opérations futures que sur la période actuelle?
  • Quel effet COVID-19 a-t-il eu sur votre capital et vos ressources financières, y compris votre position de liquidité globale et vos perspectives? Votre coût ou votre accès aux capitaux et aux sources de financement, tels que les facilités de crédit renouvelables ou d'autres sources, a-t-il changé ou est-il raisonnablement susceptible de changer? Vos sources ou utilisations d'argent liquide ont-elles été autrement affectées de manière importante? Existe-t-il une incertitude importante quant à votre capacité à respecter les clauses restrictives de vos accords de crédit? Si une insuffisance significative de liquidité a été identifiée, quelle mesure l'entreprise a-t-elle pris ou proposé de prendre pour remédier à cette insuffisance? Tenez compte de l'obligation de divulguer les tendances et incertitudes connues en ce qui concerne votre capacité à rembourser votre dette ou vos autres obligations financières, à accéder aux marchés de la dette, y compris le papier commercial ou d'autres accords de financement à court terme, les asymétries d'échéances entre les sources d’emprunt et les actifs financés par ces sources, les changements dans les termes demandés par les contreparties, les changements dans l'évaluation des sûretés et le risque de contrepartie ou de client.[3] Vous attendez-vous à divulguer ou à engager des éventualités importantes liées au COVID-19?
  • Comment pensez-vous que COVID-19 affectera les actifs de votre bilan et votre capacité à rendre compte de ces actifs en temps opportun? Par exemple, y aura-t-il des changements importants dans les jugements lors de la détermination de la juste valeur des actifs évalués conformément aux PCGR des États-Unis ou aux IFRS?
  • Prévoyez-vous des dépréciations significatives (par exemple, en ce qui concerne le goodwill, les immobilisations incorporelles, les actifs à long terme, les droits d’utilisation, les titres de placement), l’augmentation des provisions pour pertes sur créances, les frais de restructuration, les autres dépenses ou les changements de jugements comptables qui a eu ou est raisonnablement susceptible d'avoir une incidence importante sur vos états financiers?
  • Les circonstances liées à COVID-19, telles que les accords de travail à distance, ont-elles nui à votre capacité de maintenir vos opérations, y compris les systèmes de rapports financiers, le contrôle interne des rapports financiers et les contrôles et procédures de divulgation? Dans l'affirmative, quels changements dans vos contrôles se sont produits au cours de la période actuelle qui affectent sensiblement ou sont susceptibles d'affecter sensiblement votre contrôle interne sur l'information financière? Quels défis prévoyez-vous dans votre capacité à maintenir ces systèmes et contrôles?
  • Avez-vous rencontré des difficultés dans la mise en œuvre de vos plans de continuité des activités ou prévoyez-vous d'exiger des dépenses matérielles pour ce faire? Faites-vous face à des contraintes de ressources matérielles dans la mise en œuvre de ces plans?
  • Pensez-vous que COVID-19 affectera considérablement la demande de vos produits ou services?
  • Prévoyez-vous un impact défavorable significatif de COVID-19 sur votre chaîne d'approvisionnement ou les méthodes utilisées pour distribuer vos produits ou services? Vous attendez-vous à ce que l'impact prévu de COVID-19 modifie considérablement la relation entre les coûts et les revenus?
  • Vos opérations seront-elles sensiblement affectées par des contraintes ou d'autres impacts sur vos ressources en capital humain et votre productivité?
  • Les restrictions de voyage et les fermetures de frontières devraient-elles avoir un impact significatif sur votre capacité à opérer et à atteindre vos objectifs commerciaux?

La liste ci-dessus est illustrative mais non exhaustive et chaque entreprise devra évaluer soigneusement l’impact de COVID-19 et les obligations de divulgation importantes connexes. La Division encourage la divulgation qui est adaptée et fournit des informations importantes sur l'impact de COVID-19 aux investisseurs et aux participants du marché. Nous encourageons également les entreprises à fournir des informations qui permettent aux investisseurs d'évaluer l'impact actuel et attendu de COVID-19 aux yeux de la direction, et à ce que les entreprises révisent et mettent à jour de manière proactive les informations à mesure que les faits et les circonstances changent.

Nous reconnaissons également qu'une grande partie des informations qui porteraient sur les types de considérations susmentionnées impliqueraient des informations prospectives qui pourraient être fondées sur des hypothèses et des attentes concernant des événements futurs. Nous rappelons aux entreprises que la fourniture d'informations prospectives dans le but de tenir les investisseurs informés des développements importants, y compris des tendances connues ou des incertitudes concernant COVID-19, peut être entreprise de manière à faire bénéficier les entreprises des refuges de l'article 27A de la Securities Act. et l'article 21E de la loi sur l'échange pour ces informations.

Nécessité de s’abstenir de négocier avant la diffusion d’informations importantes non publiques

Les sociétés et autres personnes liées doivent tenir compte de leurs activités sur le marché, y compris l'émission ou l'achat de titres, à la lumière de leurs obligations en vertu des lois fédérales sur les valeurs mobilières. Par exemple, lorsque COVID-19 a affecté une entreprise d'une manière qui serait importante pour les investisseurs ou lorsqu'une entreprise a pris conscience d'un risque lié à COVID-19 qui serait important pour les investisseurs, l'entreprise, ses administrateurs et dirigeants, et les autres initiés de sociétés qui sont au courant de ces questions devraient s'abstenir de négocier les titres de la société jusqu'à ce que ces informations soient divulguées au public.

Lorsque les entreprises divulguent des informations importantes liées aux impacts de COVID-19, elles sont invitées à prendre les mesures nécessaires pour éviter les divulgations sélectives en diffusant largement ces informations au public.[4] En fonction de la situation particulière d’une entreprise, elle doit déterminer si elle peut avoir besoin de revoir, d’actualiser ou de mettre à jour la divulgation précédente dans la mesure où les informations deviennent matériellement inexactes.

Présentation des résultats et des résultats financiers

Bien qu'elles ne soient pas tenues de le faire, les sociétés publient souvent des estimations de résultats et d'autres résultats financiers avant de finaliser les rapports financiers requis pour la période concernée. Nous comprenons que les entreprises envisagent peut-être de signaler l’évolution de l’impact de COVID-19 à la lumière de charges et de dépenses non récurrentes imprévues. Nous reconnaissons également que l'impact de COVID-19 sur les entreprises peut présenter un certain nombre de problèmes comptables nouveaux ou complexes qui, selon les faits et circonstances particuliers, peuvent prendre du temps à résoudre.

L'impact continu et évolutif de COVID-19 rendra probablement plus difficile pour les entreprises et leurs auditeurs de terminer le travail requis pour maintenir les dépôts en temps opportun et nous encourageons les entreprises à traiter de manière proactive les questions de communication de l'information financière plus tôt que d'habitude. Par exemple, dans la mesure où une société ou ses auditeurs devront consulter des experts pour déterminer comment l'évolution de la situation COVID-19 peut affecter ses actifs, y compris la dépréciation du goodwill ou d'autres actifs, elle devrait envisager de dialoguer rapidement avec ces experts afin que son les rapports restent aussi opportuns que possible, ainsi que complets et exacts.

Nous rappelons également aux entreprises leurs obligations en vertu de l'article 10 du règlement S-K[5] et le règlement G[6] en ce qui concerne la présentation des mesures financières non conformes aux PCGR, ainsi que les récentes orientations de la Commission concernant la divulgation des paramètres de performance.[7] Dans la mesure où une entreprise présente une mesure financière ou une mesure de performance non-GAAP pour ajuster ou expliquer l'impact de COVID-19, il serait approprié de souligner pourquoi la direction trouve la mesure ou la mesure utile et comment elle aide les investisseurs à évaluer l'impact de COVID-19 sur la situation financière et les résultats d'exploitation de la société.

Nous comprenons qu'il peut y avoir des cas où une mesure financière conforme aux PCGR n'est pas disponible au moment de la publication des résultats, car la mesure peut être affectée par des ajustements liés à COVID-19 qui peuvent nécessiter des informations et une analyse supplémentaires. Dans ces situations, la Division ne s'opposerait pas à ce que les sociétés réconcilient une mesure financière non conforme aux PCGR avec les résultats préliminaires des PCGR qui comprennent soit des montants provisoires fondés sur une estimation raisonnable, soit une fourchette de résultats PCGR raisonnablement estimables. Par exemple, dans cette situation, si une entreprise a l'intention de divulguer lors d'un appel de bénéfices son bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA), elle pourrait rapprocher cette mesure de ses bénéfices GAAP, une estimation raisonnable de ses bénéfices GAAP qui comprend un montant provisoire, ou son estimation raisonnable d'une fourchette de bénéfices selon les PCGR. Le montant ou la fourchette provisoire doit refléter une estimation raisonnable des charges liées au COVID-19 non encore finalisées, telles que les charges de dépréciation. Une mesure financière non conforme aux PCGR ne doit pas être divulguée de manière plus visible que la mesure financière GAAP ou la gamme de mesures PCGR la plus directement comparable. De plus, dans les dépôts où des états financiers conformes aux PCGR sont requis, tels que les dépôts sur formulaire 10-K ou 10-Q, les entreprises doivent se rapprocher des résultats conformes aux PCGR et ne pas inclure de montants provisoires ou une fourchette de résultats estimés.

En outre, si une entreprise présente des mesures financières non conformes aux PCGR qui sont rapprochées du (des) montant (s) provisoire (s) ou d'une fourchette estimée de mesures financières conformes aux PCGR en se fondant sur la position ci-dessus, elle doit limiter les mesures dans sa présentation à ces les mesures qu'il utilise pour communiquer les résultats financiers au conseil d'administration. Nous rappelons aux entreprises que nous ne pensons pas qu'il soit approprié pour une entreprise de présenter des mesures ou des mesures financières non conformes aux PCGR dans le seul but de présenter une vision plus favorable de l'entreprise. Nous pensons plutôt que les entreprises devraient utiliser des mesures financières et des mesures de performance non conformes aux PCGR afin de partager avec les investisseurs comment la direction et le Conseil analysent l'impact actuel et potentiel de COVID-19 sur la situation financière et les résultats d'exploitation de l'entreprise. Si une entreprise présente des mesures financières non conformes aux PCGR qui sont rapprochées du ou des montants provisoires ou d'une fourchette estimée de mesures financières conformes aux PCGR, elle doit expliquer, dans la mesure du possible, pourquoi le ou les postes ou la comptabilité sont incomplets et ce que des informations ou des analyses supplémentaires peuvent être nécessaires pour terminer la comptabilité.

Nous comprenons également que les entreprises peuvent envisager de présenter des métriques liées à COVID-19, ou de changer la méthode par laquelle elles calculent une métrique à la suite de COVID-19. Dans ces cas, nous rappelons aux entreprises les principes expliqués dans les récentes directives de la Commission relatives aux paramètres.[8]

Conseils supplémentaires

Nous reconnaissons que de nombreuses entreprises sont confrontées à des défis opérationnels et autres en raison de COVID-19 et que ces directives ne traitent pas toutes les considérations de divulgation relatives à l'impact de COVID-19. Nous tenons également à souligner notre message selon lequel la santé et la sécurité sont la première priorité et que, comme l’indiquent clairement les secours et le personnel de la Commission, ils ne devraient pas être compromis pour satisfaire aux exigences en matière de rapports. À mesure que les événements évoluent, nous fournirons des conseils supplémentaires, le cas échéant. Les entreprises et leurs représentants doivent nous contacter pour toute question ou s'ils pensent qu'il existe des domaines supplémentaires où des conseils ou des secours temporaires peuvent être nécessaires.

Veuillez continuer à soumettre des questions ou à demander des conseils sur d'autres sujets en remplissant un formulaire en ligne et en le dirigeant vers le bureau approprié et en continuant à soumettre des demandes de lettres d'interdiction, d'interprétation ou d'exemption par formulaire en ligne. Veuillez continuer à soumettre des demandes d'interprétation ou de renonciation aux états financiers à [email protected]

Suivez ces conseils si vous n'êtes pas sûr de qui vous devez contacter à propos d'un problème. Si vous avez besoin d'une assistance générale ou n'êtes pas en mesure de contacter un membre du personnel de la Division des finances des sociétés au sujet d'une affaire en suspens, veuillez soumettre votre demande d'assistance et vos coordonnées à [email protected]

[1] Décret modifiant les exemptions aux exigences de déclaration et de fourniture de procuration pour les sociétés ouvertes, (25 mars 2020).

[2] Par exemple, la Commission a souligné que, bien qu'aucune obligation de divulgation existante ne fasse spécifiquement référence aux risques de cybersécurité et aux cyberincidents, un certain nombre d'exigences peuvent imposer aux entreprises l'obligation de divulguer ces risques et incidents. Voir la déclaration et les conseils de la Commission sur les divulgations de cybersécurité des sociétés ouvertes, communiqué n ° 33-10459 (26 février 2018), disponible à l'adresse https://www.sec.gov/rules/interp/2018/33-10459.pdf.

[3] Voir les directives de la Commission sur la présentation des informations à fournir sur les liquidités et les ressources en capital dans le rapport de gestion, communiqué de presse n ° 33-9144 de la SEC (28 septembre 2010), disponible à l'adresse https://www.sec.gov/rules/interp/2010/ 33-9144.pdf.

[4] Voir Règlement FD 17 CFR 243.100 et suivants. Bien que les émetteurs privés étrangers ne soient pas soumis au règlement FD, ils sont tenus de divulguer en temps opportun des informations importantes conformément aux règles et politiques des OAR, et leurs pratiques de divulgation restent soumises à la responsabilité pour toute conduite qui viole les dispositions antifraude des lois fédérales sur les valeurs mobilières. Voir Divulgation sélective et délits d'initiés, communiqué n ° 33-7881 (15 août 2000).

[5] 17 CFR 229.10.

[6] 17 CFR 244.100. Pour des conseils supplémentaires, veuillez consulter la Division des interprétations de la conformité et de la divulgation des mesures financières non conformes aux PCGR de la Division du financement des entreprises, disponible à l'adresse https://www.sec.gov/divisions/corpfin/guidance/nongaapinterp.htm.

[7] Guide de la Commission sur le rapport de gestion et l'analyse de la situation financière et des résultats d'exploitation, communiqué n ° 33-10751 (30 janvier 2020), disponible à l'adresse https://www.sec.gov/rules/interp/2020/33-10751 .pdf.

[8] Voir supra note 7.