La famine, les conflits et la pauvreté généralisée font du Yémen l'un des pays les plus difficiles au monde où vivre, tant pour les personnes déplacées à l'intérieur du pays que pour les réfugiés qui sont arrivés de pays comme la Somalie.

Première personne : le Yémen n'a même pas les moyens de s'inquiéter du coronavirus |

Avant une grande conférence internationale visant à collecter des fonds pour des initiatives d'aide humanitaire au Yémen, Jean-Nicolas Beuze du HCR s'est entretenu avec la responsable des communications de l'ONU, Melissa Fleming

"La situation au Yémen est vraiment désastreuse. J'ai travaillé dans des endroits assez difficiles comme la Syrie, le Soudan, la Libye et l'Afghanistan, mais c'est l'un des pires et des plus désespérés que j'ai connus.

Les deux tiers de la population dépendent probablement de notre aide humanitaire pour leur survie quotidienne. La moitié des établissements de santé ont été détruits par cinq ans de conflit. Une personne sur huit a été déplacée par le conflit. Il y a le choléra, le paludisme, le chikungunya et la dengue et, en plus de tout cela, nous avons maintenant le coronavirus, qui n'est même pas la principale préoccupation en termes de maladies transmissibles.

C'est donc une combinaison de tous ces facteurs qui signifie que les gens gardent à peine la tête hors de l'eau. Je constate cela au quotidien, lorsque je vais à la rencontre de familles déplacées par le conflit.

Dignité dans la souffrance

J'ai récemment visité un refuge à Hudaydah. Je jouais avec les enfants, posais des questions aux parents et dans le coin, il y avait une femme qui avait une belle robe avec un imprimé africain. Mais j'ai remarqué qu'elle avait un visage défiguré.

Elle avait été entièrement brûlée par une explosion, par une bombe qui était tombée à côté d'elle. Elle allait au marché acheter de la nourriture pour ses enfants et elle m'a raconté comment tout son corps avait pris feu. C'est le genre d'image qui vous accompagne.

Il y avait quelque chose d'extrêmement élégant et digne dans la façon dont elle interagissait avec moi. Elle n'a rien mendié. Elle n'appelait pas à l'aide. Elle savait probablement que nous ne pouvions pas vraiment faire grand-chose, sauf peut-être aider avec une aide en espèces pour offrir un peu plus de confort.

Elle aurait besoin d'un traitement dans un autre pays, car les installations médicales ici ne disposent pas des services dont elle a besoin. Elle était résignée à sa souffrance et, comme toute mère du monde et veuve, elle se souciait davantage de la survie de ses enfants.

UN OCHA / Giles Clarke

Le Yémen a été dévasté par cinq années de conflit.

Boucs émissaires COVID-19

Les réfugiés somaliens au Yémen sont ici depuis des décennies. La situation actuelle des réfugiés spécifiquement au Yémen est une situation de discrimination, de bouc émissaire. C'était assez inquiétant au début de la pandémie de voir cela, malgré le fait que les communautés de réfugiés ont été relativement bien intégrées.

Le peuple yéménite avait besoin de trouver une explication ou un bouc émissaire pour le COVID-19. Alors, ils ont pointé du doigt les réfugiés venant d'Afrique. Il y avait un élément de racisme.

Il y avait des allégations selon lesquelles ils n'étaient pas aussi sains et axés sur l'hygiène que la population yéménite. Et il y avait des préjugés liés au statut migratoire de ces personnes, comme nous avons vu la même réaction aux Yéménites déplacés à l'intérieur du pays qui étaient en déplacement.

La survie passe avant tout

La plupart des gens vivent probablement dans une seule pièce avec une famille élargie de deux ou trois générations, avec peut-être des cousins, parce que les gens n'ont tout simplement pas les moyens de payer un loyer. Ainsi, tout le monde se rassemble dans la même pièce pour cuisiner et dormir. Il est donc très intéressant de discuter avec eux de ce que signifie prendre des mesures préventives contre le COVID-19.

Vous ne pouvez pas être éloigné de deux mètres d’un membre de la famille, qui peut présenter des symptômes, car il n’ya qu’une seule pièce. Vous ne pouvez pas vous laver les mains régulièrement car il n'y a pas d'eau du robinet et les enfants doivent être envoyés cinq kilomètres pour trouver de l'eau. Vous ne vous lavez pas les mains, car si c’est un choix entre acheter du riz et du savon, vous choisissez le riz.

Vous n'arrêtez pas de sortir mendier dans la rue ou de travailler pour un maigre salaire parce que l'argent que vous gagnez le matin est l'argent qui vous permet d'acheter le déjeuner.

© UNICEF

De nombreuses familles yéménites sont obligées de vivre en contact très étroit les unes avec les autres

C'était fascinant de voir comment même l'ONU était obsédée par le fait de dire qu'il fallait donner aux gens les moyens de prendre la mesure préventive et j'ai répondu: "Allez, attendons une minute. Ce n’est réaliste pour aucune des personnes que je rencontre ".

Oui, le monde occidental s'inquiète du coronavirus, mais le Yémen ne peut même pas se permettre de s'inquiéter du coronavirus car nous avons d'autres maladies transmissibles qui peuvent vous tuer. Tout ça. De plus, il y a une famine.

J'ai rencontré une petite fille, Fatima, qui avait 14 mois, et elle pesait cinq kilos, la moitié de ce qu'elle aurait dû peser; elle souffrait de malnutrition sévère. Et c'était vraiment triste parce que son père a expliqué qu'elle n'était pas capable de retenir sa nourriture, qu'elle avait la diarrhée. Il lui était très difficile de comprendre que son enfant souffrait de malnutrition ou peut-être avait-il simplement bloqué le fait de son esprit.

Quelqu'un m'a un jour demandé: "Quels sont les espoirs et les rêves du peuple yéménite" ? J'ai été vraiment décontenancé car je ne peux pas vraiment répondre à cette question. Les conversations avec les familles déplacées yéménites, et même mes collègues, révèlent que même si elles rêvent de déménager ou d'étudier, la plupart d'entre elles se préoccupent simplement de leur survie quotidienne.

Écoutez l'interview audio ici