Des semaines après les avoir exhortés à renoncer aux fêtes des cerisiers en fleurs, le gouverneur de Tokyo a dit aux habitants d’abandonner un autre passe-temps national – le karaoké – alors que les appels se multiplient pour que le Japon prenne des mesures plus strictes pour endiguer l’augmentation du nombre de cas de Covid-19.

Yuriko Koike a déclaré que les 14 millions d’habitants de Tokyo devraient éviter de visiter les bars et les restaurants et suspendre les séances de karaoké jusqu’au 12 avril, tandis qu’un haut responsable médical a appelé le gouvernement à déclarer l’état d’urgence avant qu’il ne soit « trop ​​tard ».

Le Japon a jusqu’à présent évité le type d’épidémies qui ont ravagé les États-Unis, l’Italie, l’Espagne et l’Iran, mais une augmentation des cas à Tokyo, dont certains sans source d’infection connue, ainsi que la mort liée au virus cette semaine de Ken Shimura, l’un des comédiens les plus connus du pays, a suscité des appels à plus d’action gouvernementale.

« Si nous attendons une augmentation explosive des infections avant de déclarer une situation d’urgence, il sera trop tard », a déclaré Satoshi Kamayachi, membre du conseil d’administration de la Japan Medical Association.

Koike, qui plus tôt ce mois-ci a comparé empêcher les citoyens japonais d’apprécier les rassemblements de hanami sous les cerisiers en fleurs pour « éloigner les Italiens des câlins » « Le nombre d’infections continue d’augmenter par rapport à la semaine dernière et nous sommes à un moment crucial cela déterminera si nous pouvons minimiser le nombre de nouvelles infections. « 

Citant des informations faisant état d’infections dans des restaurants, des bars et des discothèques, Koike a déclaré que le gouvernement « demandait aux résidents de s’abstenir de sortir le soir et de s’abstenir de toute sortie inutile le week-end » jusqu’au 12 avril.

Le principal porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, a rejeté les spéculations selon lesquelles le Premier ministre, Shinzo Abe, était sur le point de déclarer l’état d’urgence – une mesure qui permettrait aux gouverneurs des préfectures affectées de demander, mais pas de forcer, les résidents à rester chez eux, sauf pour acheter de la nourriture et recevoir des soins médicaux.

« Ce n’est pas vrai que le gouvernement envisage de déclarer l’état d’urgence à partir du 1er avril », a déclaré Suga. Abe n’a pas discuté de la mesure lors d’un appel téléphonique lundi soir avec Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, selon le ministère des Affaires étrangères.

Le ministre japonais de l’économie, Yasutoshi Nishimura, a averti qu’une fermeture de grandes villes comme Tokyo et Osaka aurait un impact « énorme » sur la troisième économie du monde. Nishimura a déclaré qu’il ne pensait pas que le Japon avait atteint le point où un état d’urgence était nécessaire.

Mais le gouverneur d’Osaka, qui a le deuxième plus grand nombre de cas à l’échelle nationale, a rejoint les appels à une déclaration d’état d’urgence. « Le gouvernement central a déclaré que le Japon résiste à peine, donc la déclaration doit être faite », a déclaré Hirofumi Yoshimura. « Si nous le quittons trop tard, le virus sera incontrôlable. »

Mardi, l’épidémie de coronavirus avait infecté 2 007 personnes au Japon avec 59 décès, selon le diffuseur public NHK. Ces chiffres excluent 712 cas et 11 décès du paquebot de croisière Diamond Princess qui a été mis en quarantaine à Yokohama en février.

Tokyo a signalé 13 nouveaux cas lundi – contre un record de 68 la veille – et un total de 443 infections, de loin le plus parmi les 47 préfectures du Japon.

Le Japon a resserré les restrictions de voyage dans un contexte d’augmentation du nombre de cas importés parmi les voyageurs de retour de l’étranger. Mardi, le ministère des Affaires étrangères a émis un avis de « niveau 3 » avertissant les gens d’éviter de voyager dans 48 pays, dont les États-Unis, la Chine, la Grande-Bretagne, la Corée du Sud et le Canada. L’avis s’applique à 73 pays et régions – environ un tiers du monde.