CLICHY-SOUS-BOIS, France – Les jeunes hommes, immigrants sans papiers et sans nulle part où aller, ont bavardé de près à l'extérieur de la rue commerçante, la distance sociale étant sacrément condamnée. Au-dessus se profilait la façade minable de l'un des ensembles de logements les plus connus de France, remplie de familles attendant leur confinement.

La douleur du moment est concentrée dans ce quartier dense et appauvri de la banlieue immigrée de Paris, l'une des quatre régions françaises, dont Paris et l'Alsace, touchée par «un excès exceptionnel» de décès par coronavirus, a déclaré cette semaine le directeur national de la santé.

 Comme une prison : la banlieue parisienne mijote sous le verrouillage du coronavirus

Une grande partie de Paris – peut-être un quart de la population – a fait ses valises et est partie à la campagne lorsque le gouvernement français a annoncé des règles de confinement strictes le 16 mars. Mais juste de l'autre côté de la Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de France, les gens ne l'ont pas fait. Je n'ai pas ce choix.

À l'intérieur des limites de la ville de Paris, les rues sont maintenant aussi calmes que n'importe quelle ville de province française un dimanche; dans les banlieues, les rues sont également pour la plupart vides. Mais les appartements sont pleins.

Les visages sombres et fatigués des résidents, faisant la queue pour entrer dans le bureau de poste ou le supermarché dans la rue commerçante usée, racontent l'histoire: petits logements sociaux remplis de familles, emplois disparus et une police agressive sévissant les jeunes agités par les règles de confinement.

La combinaison de quartiers exigus, d'un stress économique aigu et d'une police rigoureuse a fait des banlieues les plus pauvres de Paris un endroit plus dangereux pour la propagation du virus, ainsi qu'une source spéciale de tension pendant l'épidémie.

Les relations entre les résidents et la police, avec leur courant de discrimination raciale, sont souvent tendues même dans le meilleur des cas, et le verrouillage actuel n'en fait pas partie.

Maintes et maintes fois, les résidents ont comparé les règles de détention aux conditions dans une prison, et ils ont accusé la police de profiter de son mandat pour garder les rues dégagées en harcelant, même en battant, les jeunes, sans poser de questions. Certains avertissent que les pressions sont prêtes à exploser.

« Nous avons beaucoup de jeunes dans de grandes familles, enfermés dans de minuscules appartements, et il est difficile de les fermer comme ça », a déclaré Bilal Chikri, un cinéaste qui habite dans le quartier. « Il y a beaucoup d'affrontements avec la police, beaucoup de faux pas de la police, beaucoup d'abus de pouvoir. »

Cette approche a rendu les résidents vulnérables à la fois à la police et au virus. Paris a enregistré 732 décès par virus, contre 402 en Seine-Saint-Denis au 8 avril, mais la ville compte à nouveau la moitié de la population de la banlieue, où vivent de nombreux caissiers, livreurs, transitaires, infirmières et coursiers de la métropole.

« Cela devient vraiment difficile », a déclaré Larry Karache, un commerçant sans emploi, situé à l'extérieur de Chêne Pointu, le projet de logement où les émeutes urbaines de 2005 en France sont nées, et qui a été décrit dans le film à succès de l'année dernière « Les Misérables ». « Nous sommes actuellement en prison ici. »

« Les gens ne peuvent plus subvenir aux besoins de leur famille », a-t-il ajouté. « Et avec les flics maintenant, tout est une question de règlement de score. »

Le stress, par manque d'argent et de petits espaces, s'accumulait.

«C’est comme une prison. Nous sommes trois dans deux chambres », a expliqué Drissa Fofana, une travailleuse du bâtiment sans emploi. « Mais nous devons l'accepter. Si cela continue, le peu que nous avons économisé aura disparu », a-t-il déclaré.

Un autre résident, Mama Traoré, a fait écho à la plainte. « C'est difficile », dit-elle, grimaçant en se penchant sur son caddie devant le bureau de poste de Chêne Pointu. « J'ai quatre enfants et trois chambres. Trop petit. Avec tout le bruit, j'ai toujours mal à la tête. « 

En dehors des immeubles, de petits groupes se rassemblent ici et là, principalement aux arrêts de bus. Mais les larges rues sont largement calmes.

« Dans l'ensemble, les gens respectent les règles d'isolement », a expliqué Hamza Esmili, sociologue qui a étudié la banlieue parisienne. « Il n'y a pas une sorte d'indiscipline collective à ce sujet. »

« Mais la maladie a le potentiel de continuer à se propager », a averti M. Esmili.

Le vrai danger ne vient pas des gens qui se rassemblent à l'extérieur, mais des appartements exigus où les familles élargies sont emballées.

«A l'extérieur, l'isolement est observé», a expliqué Frédéric Adnet, chef des services d'urgence de la Seine-Saint-Denis. « Ce n'est pas là que le problème se joue. »

« Nous voyons des familles entières arriver aux urgences », a-t-il dit. «Il y a une contamination familiale. Les gens vivent, cinq ou six, dans de petits appartements. »

Paris a eu son exode vers les maisons de campagne. « Nous ne l'avons pas vu en Seine-Saint-Denis », a expliqué M. Adnet. « Ils n'ont pas de maisons de campagne ici. Nous n'avons donc pas profité de cette baisse de la population. »

Ces derniers jours, la pression sur les trois hôpitaux publics de la région s'est un peu relâchée, ont indiqué des responsables. Mais la tension à l'intérieur des vieux immeubles fatigués se répand dans les rues.

La police française s'est efforcée, dans les témoignages de plusieurs habitants, de réagir aux manquements perçus aux règles d'isolement par des coups, du harcèlement, des humiliations et des intimidations.

Une coalition de groupes de défense des droits humains, dont Human Rights Watch, a dénoncé «un comportement inacceptable et illégal» par la police dans la banlieue parisienne dans un communiqué du 27 mars, affirmant que la crise sanitaire «ne signifie pas une rupture avec l'État de droit et ne signifie pas» t justifier des contrôles discriminatoires ou une force injustifiée. »

Il a noté que ces abus «sont courants et rarement punis» en France.

Un syndicat de police de premier plan, dans un article sur Twitter, a qualifié les comptes des habitants de «fables» et les a imputés aux «petits Dzerjinskis» – une référence à un célèbre révolutionnaire bolchevik – qui sont «enfermés dans le quartier latin ou leur pays». maisons. »

Mais les comptes sont cohérents, répandus et liés aux règles de confinement du gouvernement français. Depuis le 17 mars, les autorités ont exigé un formulaire de libération du ministère de l'Intérieur autosigné donnant l'une des quatre raisons préapprouvées pour être à l'extérieur.

En banlieue parisienne, si la police vous attrape sans le formulaire, ou s'il y a une erreur dessus, vous avez des ennuis, selon les habitants.

« La police vient d'intervenir, juste comme ça, avec force », a expliqué Fiston Kabunda, qui travaille comme médiateur pour la ville de Clichy-sous-Bois. « Il n'y a pas de discussion. »

« C’est un abus de pouvoir: » Nous allons battre des noirs et des arabes «  », a-t-il ajouté.

« Regardez, c'est comme ça: les policiers viennent et ils commencent à battre les enfants », a-t-il dit. « Ils ne les vérifient même pas. C'est de la brutalité, pas de questions posées. « 

Un porte-parole de la préfecture de police de Paris, responsable de la Seine-Saint-Denis, a déclaré que la police ne commenterait pas les accusations « non spécifiques ».

M. Chikri, le cinéaste, a déclaré qu'il avait oublié son formulaire de libération dans sa voiture lorsqu'un groupe de policiers l'a entouré la semaine dernière, l'ont jeté au sol, l'ont menotté, lui ont donné des coups de pied et lui ont serré l'artère carotide. « Vous pouvez remplir votre formulaire de libération », lui a dit la police, a rappelé M. Chikri.

« Avec ces gars-là, c'est de la haine et de la violence », a-t-il dit.

La police de Paris n'a pas répondu à une enquête spécifique concernant les accusations de M. Chikri.

Dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux français, un jeune homme de la banlieue des Ulis peut être entendu crier de douleur lors d'un «contrôle» de police pour une forme de libération manquante.

« Il a été sauvagement battu avec des matraques, des coups de poing et des coups de pied jusqu'à ce qu'il tombe au sol, mais la punition a continué », a déclaré une plainte pénale déposée au nom de Sofiane Naoufel El Allaki, un livreur de 21 ans pour Amazon, par un Parisien. l'avocat des droits de l'homme, Samim Bolaky.

« Les cris de M. El Allaki ont pénétré tout le quartier », a indiqué la plainte.

« Il ne s'agit pas de confrontation », a déclaré M. Bolaky. «Ce n'est pas de la violence urbaine. Les rues sont désertes. Ils ne lui ont même pas demandé son formulaire de décharge. Il n'a pas du tout résisté. « 

La police du département d'Essone, où l'incident a eu lieu, n'a pas répondu à une enquête spécifique concernant les allégations de M. El Allaki. Le cas de M. El Allaki est l’un des nombreux cas impliquant des violences policières faisant l’objet d’une enquête par les procureurs.

M. Esmili, le sociologue, a averti que la manière dont les autorités appliquaient le verrouillage ne faisait que renforcer les pires attentes de beaucoup dans les régions les plus pauvres de France.

«Écoutez, l'État ignore complètement la façon dont les gens vivent dans ces quartiers», a-t-il déclaré. «Sa seule réponse est un excès d'autoritarisme. Et les gens commencent à comprendre, la seule réponse est la police. »

Constant Meheut a contribué au reportage.