Un long retard dans la communication des chiffres du recensement aux États pourrait mettre à mal au moins certains États dans leurs efforts pour établir de nouvelles cartes politiques. La plupart des États ont fixé des délais pour approuver de nouvelles cartes, certaines d'entre elles écrites dans les constitutions des États, qui pourraient s'avérer difficiles ou impossibles à respecter si les chiffres de la population sont retardés au cours de l'été, selon Jeffrey M. Wice, expert en redécoupage et senior fellow chez New École de droit de York.

«Cela pourrait ouvrir une boîte de vers en fonction des politiques des États», a-t-il déclaré. «Il n’est pas inconcevable que certains États utilisent des registres administratifs pour effectuer une nouvelle répartition au lieu du recensement décennal», un changement qui pourrait avoir un impact politique substantiel en fonction des données utilisées.

Coronavirus mis hors de piste, le recensement annonce un retard dans le décompte de 2020

La Constitution oblige les États à utiliser les données du recensement pour répartir les districts politiques – en d'autres termes, pour garantir que les districts comme les sièges à la Chambre sont à peu près égaux en population. Mais les tribunaux ont laissé la porte ouverte aux États pour qu'ils utilisent des chiffres de population différents pour dessiner des cartes dans certaines circonstances. Les républicains de certains États ont exprimé leur intérêt à baser les cartes sur des chiffres de population qui excluent les non-citoyens ou sont limités aux électeurs inscrits, des formules qui donneraient aux minorités et autres groupes de tendance démocrate moins de représentation politique.

Les responsables du recensement ont déclaré que la réponse au recensement – la première à être menée en grande partie sur Internet – avait répondu aux attentes. Mais le bureau avait déjà été contraint une fois de prolonger la fermeture des opérations sur le terrain qu'il avait annoncée pour la première fois en mars. Les efforts pour dénombrer des millions de ménages dans des segments spécialisés de la population – les sans-abri et ceux sans adresse fixe, comme les Amérindiens dans les réserves – sont restés dans les limbes, en attendant la décision du bureau quand il serait sûr de commencer ou de les reprendre.

Lundi, 48,1% des ménages avaient rempli des formulaires de recensement, et il restait bien plus d'un mois dans la période officielle de réponse. Lors du dernier recensement de 2010, 66,5% des ménages ont rempli des formulaires; la plupart des autres ont été contactés par une armée de heurteurs de porte, appelés enquêteurs, qui ont commencé à travailler après l'expiration du délai officiel de réponse.

Cette année, le coup de porte devait commencer à la mi-mai, puis reporté à la fin mai. Le bureau a déclaré lundi seulement que ce décompte et les autres opérations sur le terrain commenceraient « le plus rapidement possible » après le 1er juin et dureraient jusqu'au 31 octobre.

Un vaste éventail d'entreprises, de groupes à but non lucratif et de gouvernements des États et des collectivités locales ont d'énormes enjeux dans le recensement, qui établit la référence pour l'attribution des subventions et subventions fédérales de la prochaine décennie, pour les études de marketing et de planification qui façonnent des villes entières et, bien sûr, pour représentation politique.