Voix des femmes gambiennes sur les vaccins COVID-19 : « Nous avons peur »

Par LEONARDO CORREA et YESICA FISCH
14 octobre 2021 GMThttps://apnews.com/article/coronavirus-pandemic-business-africa-only-on-ap-health-127113e13de94421f10b17945f7fa9ad
SERREKUNDA, Gambie (AP) - La récolte d'huîtres en Gambie est considérée comme un travail de femme. C'est une tâche épuisante - ils pagayent sur des bateaux branlants, puis se mettent dans l'eau jusqu'au cou pour poser des filets.

Beaucoup de femmes sont les seuls soutiens de famille, et ce fardeau n'a fait que s'intensifier avec les difficultés économiques de la pandémie.
Les huîtres ne rapportent que deux mois par an - le reste de l'année, les filets capturent des crabes et des petits poissons.
La TRY Oyster Women's Association représente plus de 500 femmes, dont beaucoup hésitent à se faire vacciner contre le COVID-19.

Ces femmes pêchent dans l'obscurité de la nuit sans crainte mais sont anxieuses à propos du vaccin. Ils disent qu'ils ne peuvent pas manquer une journée de travail si cela signifie être mis à l'écart - même brièvement - en raison des effets secondaires du jab.
Voici leurs préoccupations, selon leurs mots.

___
OUMIE SAMBOU, 50 ans, NON VACCINÉE
Le mari de Sambou est plus âgé et ne peut plus travailler. Elle seule gagne de l'argent pour nourrir leurs cinq enfants.
« Notre vie depuis l’arrivée du coronavirus a été très difficile.

Personne n'avait rien et personne ne pouvait travailler. Si je ne me réveille pas pour aller travailler au bord de l'eau, je n'aurai rien pour mes enfants.
« Lorsque COVID-19 a éclaté, on nous a dit que personne ne devrait travailler.

Pour nous, si nous restons assis à la maison sans aller travailler, qu'attendez-vous de nous pour nourrir nos enfants ? Si votre mari n'est pas assez fort pour travailler et que vous êtes tous les deux assis à la maison, comment allez-vous survivre à cela avec vos enfants ?
«Je ne suis pas convaincu d'accepter le vaccin. Mon esprit ne l'a pas accepté ; c'est pourquoi j'ai dit que je ne prendrai pas le vaccin.
Couverture complète : Women Eyes of Africa___
FATOU JANHA MBOOB, 67 ans, VACCINÉE
Mboob, chef de la TRY Oyster Women's Association, essaie d'éduquer les membres et son personnel sur COVID-19.

« Chaque fois que nous avions une réunion… je leur parlais de mes amis et de ma famille qui étaient morts de COVID-19.
« J'ai pris (le vaccin) lorsqu'il était proposé aux agents de santé qui ne voulaient pas le prendre. Alors je suis entré.

Et puis quand je l'ai eu, j'ai essayé de convaincre mes ouvriers autour de moi - mes aides ménagères, mon personnel - de le prendre. Ce n'était pas facile pour tous. Je veux dire, ils ne croyaient tout simplement pas à prendre ce vaccin.

Ma condition était donc : soit tu prends le vaccin, soit tu ne peux pas venir chez moi, au travail, au bureau. Alors à travers ça, ils l'ont pris à contrecœur.
___
LUCY JARJU, 53 ans, NON VACCINÉ
Jarju a perdu son mari il y a dix ans et est la seule pourvoyeuse de sa famille.

Quatre de ses sept enfants vivent à la maison, ainsi que sa belle-fille et ses trois petites-filles.
« Et si je l'obtiens et que le vaccin ne fonctionne pas avec mon sang et m'apporte des difficultés ? On m'a dit d'aller me faire vacciner, mais j'ai dit que j'avais peur. Si je prends le vaccin et que je ne peux plus bouger, que ferai-je ?
« Je ne peux pas nier le fait qu'il existe ; ça existe.

Je n'ai peur que du vaccin. C'est ma seule préoccupation. La façon dont j'entends les gens en parler, c'est pourquoi j'ai peur.

___
MADELINE SAMBOU, 66 ans, VACCINÉE
Sambou, mère de trois enfants, a été vaccinée sous la pression de ses grands enfants. Ses pairs n'ont pas été convaincus par son expérience.
« Quand j'ai pris le vaccin, cela n'a posé aucun problème.

Je suis allé, je l'ai pris et je suis revenu et j'ai pu cuisiner ma nourriture, faire la lessive et toutes mes activités.
« Les gens disaient : ‘Tu es vraiment fort. Le vaccin par injection ne vous a posé aucun problème, vous faites votre travail.

’ »
___
SABEL JATTA, 60 ans, ENVISAGEANT LA VACCINATION
Jatta, est veuve et mère de sept enfants.
« Nous n'avons pas de mari. La rivière est notre mari.

« Je n'ai pas peur du virus. J'ai peur du vaccin.
« Le vaccin qu'ils donnent à l'étranger est meilleur que celui qu'ils donnent ici.

Celui donné ici n'est pas bon.
« J'ai vu mes enfants se faire vacciner. Maintenant, il n'y a que moi qui ne l'ai pas pris... mais j'y retournerai.

___
ROSE JATTA, 49 ans, NON VACCINÉE
Jatta souffre de problèmes de santé chroniques mais part toujours à la recherche de nourriture sur la rivière tous les jours. Elle craint que le vaccin ne la rende encore plus malade, laissant ses deux enfants sans nourriture.
« Mes enfants ne dépendent que de moi.

Qui aidera ma famille si je ne peux pas travailler ?
___
FATOU JATTA, 66 ans, NON VACCINÉ
Jatta, mère de trois enfants, n'a pas l'intention de se faire vacciner.
« Nous avons peur du vaccin. Certaines personnes en prendront et auront plus de problèmes dans leur corps.

« Je ne le prends pas. Mon corps ne peut pas le supporter.
____
ANTA SAMBOU, 66 ans, NON VACCINÉ
Sambou, mère de six enfants, sait que le virus existe mais ne veut pas du jab.

« Nous prions pour que le virus parte et retourne d'où il vient. La rivière, la rivière, c'est ce que nous avons.
___
Cette histoire fait partie d'une série d'un an sur l'impact de la pandémie sur les femmes en Afrique, plus particulièrement dans les pays les moins avancés.

La série d'AP est financée par le programme European Journalism Centre's European Development Journalism Grants, qui est soutenu par la Fondation Bill & Melinda Gates. AP est responsable de tout le contenu.