En peu de temps depuis l'émergence d'Omicron, la dernière variante du SARS-CoV-2, de nombreuses questions se sont posées. Est-il plus transmissible, à quel point les symptômes sont-ils graves et, surtout, les vaccins protègeront-ils contre cela ? Jusqu'à ce que plus de données soient disponibles, il n'y a pas de réponses fermes, mais beaucoup sont optimistes que les vaccins offrent au moins une certaine protection.

Partager sur PinterestLes vaccins COVID-19 peuvent-ils résister à la variante Omicron ? Voici ce que nous savons à ce jour. Crédit image : Spencer Platt/.Le développement rapide des vaccins a laissé espérer que la pandémie de COVID-19 pourrait bientôt être sous contrôle. Dans de nombreux pays, au fur et à mesure que les vaccins ont été déployés, le virus a diminué. Réduction des hospitalisations et des décès dus au COVID-19 dans les pays où la couverture vaccinale est étendue.

Les vaccins COVID-19 peuvent-ils protéger contre la variante Omicron ?

Puis vint la variante Omicron du SARS-CoV-2. Cette nouvelle variante préoccupante, dont le nom scientifique est B.1.1.529, a été identifiée pour la première fois en Afrique du Sud, bien qu'elle puisse provenir d'Europe, selon les données des Pays-Bas.

Omicron se répand maintenant dans plusieurs pays. Une étude, qui a été menée en Afrique du Sud et publiée la semaine dernière mais n'a pas encore été évaluée par des pairs, suggère qu'Omicron peut échapper aux défenses immunitaires, entraînant une réinfection chez les personnes qui se sont remises du COVID-19.

Ces résultats ajoutent aux inquiétudes selon lesquelles les vaccins COVID-19 autorisés dans la plupart des pays pourraient ne pas être efficaces contre la variante Omicron.

Les fabricants de vaccins sont prudemment optimistes. L'Université d'Oxford, qui a développé un vaccin avec AstraZeneca, a déclaré : « Malgré l'apparition de nouvelles variantes au cours de l'année dernière, les vaccins ont continué à offrir des niveaux de protection très élevés contre les maladies graves, et il n'y a jusqu'à présent aucune preuve qu'Omicron soit un différent. Cependant, nous avons les outils et les processus nécessaires en place pour le développement rapide d'un vaccin COVID-19 mis à jour si cela s'avérait nécessaire. »

Pfizer a également cherché à apaiser les craintes dans un communiqué : « Pfizer et BioNTech restent vigilants et mènent constamment des efforts de surveillance axés sur la surveillance des variantes émergentes qui échappent potentiellement à la protection de notre vaccin. Nous commençons à effectuer des tests de neutralisation sur la nouvelle variante préoccupante d'Omicron et prévoyons d'avoir des données initiales dans les semaines à venir. »

« Dans le cas où une variante émergerait qui échappe à la protection de notre vaccin, Pfizer et BioNTech s'attendent à pouvoir développer et produire un vaccin sur mesure contre cette variante dans environ 100 jours, sous réserve de l'approbation réglementaire », a ajouté le porte-parole de Pfizer.

Tim Spector, professeur d'immunologie génétique au King's College de Londres et co-fondateur scientifique de ZOE, qui possède la plus grande étude COVID-19 au monde, a commenté dans une interview avec MNT :

"Les vaccins sont très susceptibles d'être efficaces contre la gravité, et modestement contre l'infection par Omicron."

Ce point de vue a été repris par le Dr Arturo Casadevall, président du département de microbiologie moléculaire et d'immunologie de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, qui nous a dit : « Je pense que les vaccins actuels fourniront une certaine protection contre Omicron. Je suis optimiste que les vaccinés auront une certaine protection contre Omicron et que cette protection continuera à réduire les symptômes et la mortalité chez les personnes touchées. »

Le principal souci est que la variante Omicron possède plus de 50 mutations, dont 30 dans la protéine de pointe, la zone ciblée par les vaccins.

Les experts ont exprimé leur inquiétude quant au fait que les anticorps générés par la vaccination ne correspondront donc pas aux protéines de pointe de la variante Omicron, réduisant ainsi les niveaux d'immunité fournis.

Cependant, il semble que des niveaux élevés d'anticorps neutralisants, produits après trois doses de vaccin, offrent une protection contre les symptômes graves après une infection par le variant Omicron.

Ce n'est pas seulement la protéine de pointe qui stimule la réponse immunitaire, comme l'a souligné le Dr Casadevall  :

"Même s'il y a de grands changements dans la structure de la protéine de pointe entre Omicron et le virus utilisé pour concevoir le vaccin, une grande partie reste la même, et ces domaines communs devraient déclencher des réponses immunitaires à Omicron."

– Dr Arturo Casadevall

Les vaccins stimulent également d'autres parties de la réponse immunitaire. Cela se traduit par la production de cellules T, qui jouent un rôle important dans le contrôle des infections par le SRAS-CoV-2 et sont moins affectées par les mutations de pointe.

Le professeur Spector et le Dr Casadevall ont tous deux souligné que la vaccination est le meilleur moyen d'éviter de tomber gravement malade à cause du COVID-19, quelle que soit la variante.

« Cela touchera davantage les non vaccinés », a souligné le professeur Spector.

Des études en Israël et au Royaume-Uni suggèrent que les campagnes de rappel diminuent la reproduction du virus et les hospitalisations associées.

L'augmentation de la vaccination devrait ralentir la pandémie, même face à la nouvelle variante.

Le Dr Casadevall reste optimiste quant à la protection contre les vaccins actuels : « Je pense que lorsqu'il s'agit de ce coronavirus, une certaine immunité vaut mieux que pas d'immunité. Les vaccinés bénéficieront d'une certaine protection contre Omicron, et cette protection continuera à réduire les symptômes et la mortalité chez les personnes touchées.

La vaccination ne prévient pas seulement les maladies graves et la mort. Comme l'a ajouté le professeur Spector : « Preuve de Delta dit que le vaccin aide à prévenir les longs COVID. Je pense que ce sera le cas avec Omicron. "

Il a poursuivi : « Delta affecte toujours 1 personne sur 60 au Royaume-Uni, et Omicron se propagera très rapidement. Les gens doivent agir de manière sensée.

Le Dr Casadevall a réitéré ce message : « Les vaccins continuent d'être notre meilleur pari contre Omicron, et les gens devraient être vaccinés et boostés.

Pour des mises à jour en direct sur les derniers développements concernant le nouveau coronavirus et COVID-19.