Plus de 85% des enfants du Dakota du Nord âgés de 12 à 17 ans n'avaient pas encore reçu de première ou de deuxième dose du vaccin COVID-19 au lundi 14 juin, selon les dernières données du ministère de la Santé de l'État. Pendant ce temps, les taux de vaccination des enfants dans le Minnesota voisin et dans l'ensemble du pays sont plus du double du taux du Dakota du Nord.
La coordonnatrice de la vaccination de l'État, Molly Howell, a déclaré qu'il y avait probablement plusieurs raisons pour lesquelles les parents avaient emmené leurs enfants se faire vacciner. Certains n'ont peut-être tout simplement pas pris rendez-vous ou ne voient pas vraiment la nécessité de faire vacciner leur enfant avant le début de l'année scolaire, a déclaré Howell. D'autres parents peuvent avoir des réserves sur la sécurité du vaccin ou ne pas croire que COVID-19 est une maladie grave – les sentiments que Howell et un consensus d'experts considèrent comme erronés.
Le Dr Joan Connell, un pédiatre de Bismarck qui exerce les fonctions de médecin de terrain de l'État, a déclaré que le taux de vaccination des enfants reflète les taux des adultes puisque les parents dirigent les soins médicaux de leurs enfants. Près de la moitié des adultes du Dakota du Nord sont entièrement vaccinés contre le virus, mais les taux de vaccination ont plafonné bien en dessous de la barre des 50 % pour les résidents de 30 à 49 ans, l'âge le plus courant des parents d'enfants éligibles au vaccin.
Lors de sa pratique, Connell a déclaré que la plupart des parents vaccinés ont choisi que leurs enfants se fassent vacciner, tandis que presque tous les parents non vaccinés refusent le vaccin pour leurs enfants.

Le Dr Joan Connell est médecin de terrain du Dakota du Nord et pédiatre à Bismarck. Spécial au Forum

La vaccination des enfants contre le COVID-19 commence lentement dans le Dakota du Nord

Howell et Connell ont tous deux noté que le Dakota du Nord avait plus qu'assez de vaccins Pfizer – le seul vaccin autorisé pour les moins de 18 ans.
Les deux ont convenu que la vaccination des enfants devrait être une priorité élevée pour les parents étant donné les risques de COVID-19 et la capacité de la maladie à bouleverser la vie quotidienne.
Les derniers chiffres nationaux suggèrent que les hospitalisations liées au coronavirus sont en augmentation chez les adolescents, et même si les enfants courent généralement un risque moins élevé de maladie grave que les adultes, les enfants peuvent lutter contre le COVID-19, a déclaré Connell. Elle a ajouté que certains enfants qui attrapent le virus ont du mal à retrouver leur état de santé de base, y compris les athlètes du secondaire qui ont joué à un niveau d'élite avant leur diagnostic.
Howell a noté que plus de 300 enfants sont morts de la maladie respiratoire à travers le pays, ce qui rend COVID-19 plus mortel pour les enfants que la grippe. Le Dakota du Nord a signalé le décès d'un jeune de 17 ans des suites de la maladie.

La directrice du programme de vaccination du Dakota du Nord, Molly Howell, prend la parole lors d'une conférence de presse le 3 mars 2021. Capture d'écran via le ministère de la Santé du Dakota du Nord

Connell a déclaré que les enfants ont beaucoup sacrifié depuis le début de la pandémie et que les vaccinations constituent un moyen sûr et efficace de ramener la stabilité dans la vie des enfants. Avoir une épidémie de COVID-19 dans un camp d'été ou pendant le football d'automne peut être traumatisant, et "nous n'avons pas besoin de plus de pertes inutiles", a ajouté Connell.
En plus des avantages du jab pour les enfants, Howell a déclaré que les groupes d'âge les plus jeunes peuvent contribuer à l'objectif de l'immunité collective contre COVID-19 en se faisant vacciner. Plus de vaccinations chez les enfants se traduit par une probabilité plus faible de maladie et de décès pour leurs grands-parents, a-t-elle déclaré.
Étant donné que les chances que les écoles exigent le vaccin COVID-19 pour les élèves sont faibles, Howell et Connell ont déclaré qu'il pourrait falloir du temps pour que le taux de vaccination des adolescents atteigne le taux des adultes. Les parents voudront peut-être consulter les pédiatres de leurs enfants avant de vacciner, ce qui donne à Howell l'espoir que d'autres embarqueront cet été lorsque les enfants iront chez le médecin pour d'autres vaccinations ou examens physiques sportifs.