Bien que la flambée d'infections et de décès par COVID-19 en Inde en 2021 ait été analysée avec justesse par les rédacteurs,1l'urgence COVID-19 du LancetIndia.
la stratégie à deux volets suggérée pour résoudre ce problème a négligé un aspect crucial : la corruption généralisée qui sévit depuis longtemps dans le système de santé indien.2 Lutter contre la corruption dans la médecine indienne.
Dès le début de la pandémie, le Conseil indien de la recherche médicale (ICMR), un organisme faîtier responsable de la gestion de la pandémie de COVID-19, a abordé la pandémie avec une méthode de non-transparence, et certaines des thérapies qu'il a promues sont apparues. être influencé davantage par des raisons politiques que par des preuves scientifiques. Par exemple, au début de la pandémie, l'ICMR a lancé une campagne massive pour promouvoir l'hydroxychloroquine pour COVID-19, faisant écho à une clameur politique similaire faite par Donald Trump. Plus choquant, même après que l'OMS a arrêté l'essai multinational de solidarité de l'hydroxychloroquine contre le COVID-19 (en raison d'effets indésirables graves) et une grande méta-analyse a rapporté que l'hydroxychloroquine non seulement n'a pas d'effet positif mais pourrait également augmenter la mortalité chez les patients atteints de COVID-19 lorsqu'il est utilisé avec l'azithromycine (une pratique courante en Inde),3

  • Fiolet T
  • Guihur A
  • Rebeaud moi
  • et al

Effet de l'hydroxychloroquine avec ou sans azithromycine sur la mortalité des patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19): une revue systémique et une méta-analyse.
le groupe de travail national indien de l'ICMR a publié des directives cliniques le 22 avril 2021, recommandant aux médecins indiens d'utiliser l'hydroxychloroquine pour le traitement des patients confinés à domicile atteints de COVID-19.4Indian Council of Medical ResearchDirectives cliniques pour la gestion des patients adultes COVID-19 .
On peut se demander pourquoi les autorités indiennes ont continué à promouvoir l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la lutte contre le COVID-19 tout en ignorant les preuves médicales accablantes à son encontre. Le ministre indien de la Santé, lui-même médecin agréé en médecine allopathique, a provoqué un énorme bouleversement national lorsqu'il a affirmé à la télévision nationale, sans aucune base scientifique, que le Coronil, un médicament à base de plantes, peut réellement prévenir et guérir le COVID-19.5Coronavirus : les allégations trompeuses sur un remède indien.
Même l'Association médicale indienne, généralement un proche allié du ministère indien de la Santé, a dû critiquer une telle promotion imprudente d'une thérapie douteuse par le ministère de la Santé.5Coronavirus : les allégations trompeuses concernant un remède indien.
Il ne fait aucun doute que l'Inde doit de toute urgence changer de cap pour freiner le déchaînement en cours de la deuxième vague d'infections en renforçant la politique de vaccination existante de manière transparente et en mettant en œuvre des mesures significatives pour minimiser la transmission du virus. Malheureusement, ces changements cruciaux pour sauver des dizaines de milliers d'Indiens ne se produiront probablement pas tant que la corruption profondément enracinée dans le système médical indien ne sera pas éradiquée. KS est le président fondateur de People for Better Treatment. De plus amples détails sur les intérêts concurrents sont disponibles en annexe.

Matériel complémentaire

Les références

  1. 1.L'urgence COVID-19 en Inde.
    Lancette. 2021 ; 3971683
  2. 2.Lutter contre la corruption dans la médecine indienne.
    Lancette. 2013 ; 382 : e23-e24
  3. 3.
    • Fiolet T
    • Guihur A
    • Rebeaud moi
    • et al

    Effet de l'hydroxychloroquine avec ou sans azithromycine sur la mortalité des patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19): une revue systémique et une méta-analyse.
    Clin Micro Infect. 2021 ; 27 : 19-27

  4. 4.
    • Conseil indien de la recherche médicale

    Conseils cliniques pour la prise en charge des patients adultes atteints de COVID-19.

  5. 5.Coronavirus : les allégations trompeuses sur un remède indien.

Informations sur l'article

Historique des publications

Identification

DOI : https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)01227-7

droits d'auteur

© 2021 Elsevier Ltd. Tous droits réservés.

ScienceDirect

Accédez à cet article sur ScienceDirect

Articles liés

  • L'urgence COVID-19 en Inde
    • Les scènes de souffrance en Inde sont difficiles à comprendre. Au 4 mai, plus de 20,2 millions de cas de COVID-19 avaient été signalés, avec une moyenne mobile de 378 000 cas par jour, ainsi que plus de 222 000 décès, ce qui, selon les experts, est probablement une sous-estimation substantielle. Les hôpitaux sont débordés et les agents de santé sont épuisés et infectés. Les médias sociaux regorgent de personnes désespérées (médecins et public) à la recherche d'oxygène médical, de lits d'hôpitaux et d'autres produits de première nécessité. Pourtant, avant que la deuxième vague de cas de COVID-19 ne commence à s'accumuler début mars, le ministre indien de la Santé Harsh Vardhan a déclaré que l'Inde était dans la « phase finale » de l'épidémie.
    • Texte intégral

    • PDF