Un tribunal indien a ordonné lundi aux responsables d'inspecter les protocoles de sécurité liés aux coronavirus dans l'usine automobile de Renault-Nissan au Tamil Nadu, où les travailleurs sont en grève pour des allégations selon lesquelles les règles de distanciation sociale ne sont pas suivies.
Les travailleurs de l'usine du sud de l'Inde, détenue conjointement par Renault (RENA.PA) et le partenaire de l'alliance Nissan Motor (7201.

T), ne se sont pas présentés lundi pour des raisons de sécurité liées au COVID, a déclaré le syndicat des travailleurs.
Nissan, qui détient une participation majoritaire dans l'usine, a nié les allégations de sécurité des travailleurs et a déclaré à un tribunal indien qu'il avait suivi toutes les directives. La société a également déclaré qu'elle coopérerait avec le gouvernement de l'État lors de l'inspection et rouvrirait progressivement l'usine.

Un tribunal indien ordonne un audit lié au COVID de l'usine Renault-Nissan

"Nissan continue de placer la sécurité et le bien-être des employés au cœur de nos opérations", a déclaré une porte-parole, ajoutant qu'elle continuerait d'ajouter des mesures pour protéger les employés et leurs familles.
L'usine Renault-Nissan est fermée depuis mercredi.
L'impasse est un signe des défis auxquels les entreprises sont confrontées pour reprendre leurs activités lorsque les nouvelles infections en Inde augmentent.

L'État du Tamil Nadu est l'un des plus touchés, avec plus de 30 000 nouveaux cas par jour.
Des centaines de travailleurs près du centre de fabrication automobile de Chennai sont tombés malades du COVID-19 et des dizaines sont morts, selon les syndicats.
Renault-Nissan, Ford (F.

N) et Hyundai (005380.KS) ont interrompu le travail dans leurs usines la semaine dernière après que les travailleurs aient protesté et que certains se soient mis en grève. Lire la suite
Hyundai Motor Co (005380.

KS) a suspendu l'un de ses trois équipes dans une usine près de Chennai pendant trois semaines en raison du coronavirus, selon une note interne aux employés vue par Reuters et deux sources proches du dossier.
Un porte-parole a confirmé que Hyundai opérerait deux équipes à partir de lundi, ajoutant qu'il «surveillait de près la situation pandémique dans l'État» et respectait les consignes de sécurité.
Les travailleurs de Renault-Nissan ont refusé de reprendre le travail lundi, affirmant dans une lettre aux entreprises que leurs revendications - notamment l'éloignement social, la réhabilitation des familles des travailleurs décédés et le traitement médical des personnes touchées par le COVID-19 - n'avaient pas été satisfaites.

PROTOCOLES COVID-19
Un banc de deux juges a ordonné à un haut fonctionnaire du gouvernement chargé de la sécurité industrielle de visiter l'usine mardi pour une inspection, tout en demandant également aux travailleurs de reprendre leurs fonctions.
Les normes de distanciation doivent être maintenues sans exception, a déclaré le tribunal, demandant à la direction et aux travailleurs de parvenir à une solution à l'amiable.
Le gouvernement de l'État du Tamil Nadu a autorisé samedi les constructeurs automobiles près de Chennai à continuer à fonctionner, mais leur a demandé de veiller au respect des protocoles de distanciation sociale.

L'un des juges a noté qu'une usine inspectée par les services de sécurité industrielle de l'État avait reçu un avis demandant de «justifier» les prétendues divergences avec les procédures d'exploitation standard.
Un rapport du bureau du directeur de la sécurité industrielle sur l'ingénierie des infrastructures Wipro, vu par Reuters, a noté que la distanciation sociale n'était pas pleinement suivie.
Le rapport indique également que les installations d'assainissement n'étaient pas disponibles à de nombreux endroits dans l'usine et qu'il n'y avait pas de médecin à plein temps.

Reuters n'a pas pu joindre l'infrastructure Wipro pour commenter.
Renault-Nissan a déclaré avoir réduit la production de l'usine du Tamil Nadu, sa seule base de fabrication en Inde, à 7 129 voitures au cours des 13 jours ouvrables de mai contre un objectif de 18 852. En avril, elle a fabriqué 17 207 voitures.

"Ils perturbent les travaux qui auront un impact sur les affaires et la vie de milliers de personnes, y compris les propres personnes à charge des ouvriers", a déclaré Renault-Nissan dans un dossier daté du 31 mai.
L'affaire sera ensuite entendue vendredi.
Nos normes: les principes de confiance de Thomson Reuters.