Le tournoi de lutte de Ketchikan est désormais lié à plus de 20 cas de COVID-19 dans cinq communautés du sud-est

Cette image au microscope électronique en fausses couleurs montre le coronavirus responsable du COVID-19 en jaune. (Photo: Institut national des allergies et des maladies infectieuses)

De nouveaux détails émergent au sujet d'une épidémie de COVID-19 associée à un tournoi sportif régional de lycée organisé à Ketchikan. Les responsables de la santé publique affirment qu’au moins 23 cas ont été liés au tournoi de lutte régional d’avril.

Le tournoi Bill Weiss est un événement annuel de lutte qui invite les athlètes et leurs familles de toute la région. Désormais, les responsables de la santé publique affirment que des personnes de cinq des sept communautés qui ont participé - Craig, Klawock, Sitka, Wrangell et Ketchikan - ont été testées positives pour le COVID-19 après avoir assisté à l'événement, qui s'est tenu cette année en parallèle d'un autre tournoi régional le 23 avril et 24 au lycée Ketchikan.

Le parent de Craig, Loni Lingley, était au tournoi avec son fils. Elle reconnaît que les sports en période de pandémie comportent un certain niveau de risque. Mais elle dit qu'elle pensait que le tournoi de lutte de Ketchikan serait sans danger.

"En raison de la paperasse envoyée à la maison et des efforts déployés pour s'assurer que tous nos enfants sont testés et sachant que chaque communauté venant au tournoi serait testée et que nous porterions des masques et que les températures seraient vérifiées", a-t-elle déclaré dans un téléphone. interview mercredi.

Elle a parlé à KRBD du centre médical Alicia Roberts dans la communauté de l'île du Prince-de-Galles à Klawock, où elle était testée pour COVID-19.

Les responsables des urgences de Ketchikan ont déclaré mardi que cinq personnes présentes au tournoi du lycée de Ketchikan avaient été infectées et contagieuses lors de l'événement en salle. L'organe directeur régional des sports scolaires a émis un avertissement officiel au lycée Ketchikan la semaine dernière, affirmant que les responsables de l'école n'avaient pas testé leurs athlètes avant la compétition et n'avaient pas appliqué une exigence de masque. Le district scolaire de Ketchikan dit qu’il mène une enquête.

Lingley ignorait à l'époque que les lutteurs de Ketchikan n'avaient pas été testés, mais elle dit avoir remarqué d'autres irrégularités.

«J’ai été assez choquée que les gens se promènent, qu’ils ne portent pas de masques, qu’ils n’ont pas de distanciation sociale - les seules personnes que j’ai remarquées étaient des gens de l’extérieur de la ville», a-t-elle déclaré.

Elle dit que même s'il y avait une table pour vérifier les températures et dépister les symptômes, personne n'était à la table pour effectuer des contrôles et des dépistages à son arrivée.

Les retombées de l’événement commencent à se faire jour après que le conseil scolaire de Ketchikan a été informé de la situation. L'infirmière d'État de la santé publique, Arizona Jacobs, a déclaré mercredi au conseil que 13 employés et étudiants du lycée de Ketchikan avaient depuis été testés positifs.

«Tous sauf un étaient contagieux et présents à l'école pendant un à six jours avant de commencer la quarantaine», a déclaré Jacobs.

Trois des 13 cas étaient présents à l'école et infectieux pendant au moins une semaine complète, selon les responsables des urgences de Ketchikan, et environ 8% du corps étudiant est actuellement en quarantaine.

On ne sait pas combien de personnes ont été potentiellement exposées à la suite du tournoi - Jacobs a déclaré au conseil que la recherche des contacts pour les cas survenus en dehors de l'école est toujours en cours.

"Juste à cause du nombre de cas et du nombre de contacts avec ces cas, qui est nettement plus que par le passé, il faudra un certain temps avant que nous puissions les aborder tous", a déclaré Jacobs.

Elle a déclaré que l'épidémie avait submergé les traceurs de contacts locaux, nécessitant l'aide de l'État. Jacobs a déclaré que certains contacts proches pourraient ne pas être informés s'ils avaient été exposés il y a plus de 10 jours, car leur période de quarantaine serait déjà terminée.

Certains hauts responsables du département de la santé de l’État étaient sur place pour la réunion virtuelle du conseil scolaire de mercredi, y compris Coleman Cutchins, de la santé publique. Il a déclaré au conseil qu'une option pour contenir l'épidémie était le test de masse du COVID-19 pour les étudiants et le personnel.

«Eh bien, l'utilisation d'un masque universel aide à garder les écoles ouvertes», a déclaré Cutchins. «Et puis, lorsque les cas se propagent, des tests de dépistage robustes et universels - ce sont les personnes qui sont asymptomatiques, puis qui font ressortir vos positifs - aident également vraiment à garder les gens à l’école et à garder les communautés ouvertes.»

Mercredi après-midi, on ne sait pas si le district scolaire de Ketchikan procédera à des tests de masse.

La mère de Craig, Lingley, dit qu'elle cherche à être rassurée que le district fera mieux à l'avenir.

«Je suis tout au sujet des enfants qui font du sport. Je veux que les sports continuent », dit-elle. «Je ne veux tout simplement pas que ce soit de la négligence. S'ils doivent tester, ils doivent tester. Je veux dire, ce n’est pas si difficile. »

Le lycée Ketchikan a fermé ses portes le mercredi après le tournoi, mais a rouvert le lundi suivant. L'école a fermé le lendemain et restera fermée au moins vendredi, avec des étudiants étudiant à distance. Toutes les activités parascolaires sont annulées au moins le lundi.

Jusqu'à présent, les impacts sur les autres écoles de la région de Ketchikan ont été limités - le collège, le lycée alternatif et les écoles élémentaires de Ketchikan semblent prêts à rester pleinement ouverts pour le moment.

Le conseil scolaire de Ketchikan a laissé cette décision au surintendant par intérim, qui a dit au KRBD mercredi après-midi qu’elle travaillait avec les administrateurs de l’école pour tracer la voie à suivre. Un avis publié mercredi soir sur le site Web de l'école secondaire Ketchikan indiquait que l'apprentissage en personne reprendrait lundi avec l'école à la moitié de sa capacité.