Les données récentes sur les décès et les taux d'infection de Covid au Royaume-Uni sont "très encourageants", et bien qu'une troisième vague d'infections ait été possible à la fin de l'été, il était peu probable qu'elle submerge le NHS, a déclaré l'épidémiologiste de premier plan Neil Ferguson.

© Fourni par The Guardian

Antonio Olmos / The Observer

Le professeur Ferguson, de l'Imperial College de Londres, qui conseille le gouvernement, a déclaré qu'il "se sentait assez optimiste quant au fait que nous ne reviendrions pas complètement à la normale, mais quelque chose qui semble beaucoup plus normal d'ici l'été".

Avec un décès de Covid signalé lundi et des niveaux d'infection à leur plus bas niveau depuis huit mois au Royaume-Uni, Ferguson a déclaré : "Les données sont très encourageantes et tout à fait conformes à ce que nous attendions."

"Alors que nous voyons les cas se stabiliser en ce moment - et ils pourraient commencer à augmenter légèrement - la mortalité, les décès et les hospitalisations sont toujours en baisse, et nous nous attendons à ce qu'ils continuent de baisser, peut-être augmenter un peu le mois prochain, mais seulement à des niveaux gérables, ce qui nous met dans une très bonne position pour respecter la feuille de route du gouvernement - en assouplissant certaines restrictions dans quelques semaines, puis bien d'autres en juin.

Antonio Olmos / The Observer

Neil Ferguson : "Nous ne voyons aucune perspective que le NHS soit submergé."

Les inquiétudes que lui et son équipe avaient à propos de la fin de l'été et de l'automne "diminuaient", a-t-il dit, les recherches montrant que les personnes vaccinées étaient moins contagieuses. "Et cela a fait baisser nos estimations de l'ampleur de toute vague potentielle d'automne."

Ferguson a ajouté que le risque que les vaccins soient moins efficaces face aux variantes était "la préoccupation majeure" qui pourrait encore conduire à "une troisième vague très importante à l'automne".

Il était "essentiel de déployer des doses de rappel, qui peuvent nous protéger contre cela, dès que nous avons pratiquement fini de vacciner la population adulte, ce qui devrait se terminer d'ici l'été."

Au sujet de la réouverture en toute sécurité des voyages internationaux, il a déclaré qu'une mise en garde majeure serait si la vaccination était sapée par des variantes, telles que celle sud-africaine, se propageant de manière incontrôlée.

Mais, a-t-il ajouté, si en été, les taux d’infection en France et en Italie, par exemple, sont les mêmes qu’au Royaume-Uni, "alors il n’ya pas de risque associé aux voyages à l’étranger".

"Le risque vient d'un endroit comme le Royaume-Uni avec des niveaux d'infection très bas et d'aller dans un endroit avec des niveaux d'infection beaucoup plus élevés et donc le risque de ramener l'infection", a-t-il déclaré à l'émission Today de BBC Radio 4, ajoutant qu'il ne l'avait pas fait. réservé lui-même des vacances à l'étranger.

Sur la perspective de supprimer la règle du 1 mètre plus sur la distanciation sociale en juin, Ferguson a déclaré : "Nous avons pris en compte ces éléments dans la modélisation que nous avons entreprise. Donc, pour être clair, nous nous attendons à ce que la transmission et, dans une certaine mesure, les hospitalisations et les décès augmentent à la fin de l'été si nous revenons complètement à la normale, mais à un niveau beaucoup plus bas que ce que nous avons vu, par exemple, en décembre et janvier.

"C'est donc évidemment un jugement politique sur ce qui est acceptable en termes de nombre d'infections, mais nous ne voyons aucune perspective, par exemple, que le NHS soit submergé - avec la mise en garde concernant les variantes que j'ai déjà mentionnées - donc c'est toujours une question de jugement.

Tant que les personnes symptomatiques s'isolent encore et que le système de test et de traçabilité se poursuit pendant au moins encore quelques mois, "cela gardera une sorte de couvercle sur la rapidité avec laquelle les infections peuvent augmenter".

Il a déclaré qu'il faudrait "des niveaux d'infection beaucoup plus élevés dans la société afin de risquer de submerger le NHS et nous pensons que cela ne se produira en fait pas à moins qu'une variante ne survienne qui réinitialise à nouveau cette relation".