Le multilinguisme est une valeur fondamentale de l'Organisation des Nations Unies, confirmée dans les délibérations de l'Assemblée générale et d'autres organes grâce à l'interprétation simultanée des débats et à la traduction de la documentation dans les six langues officielles, plus dans le cas de la traduction, l'allemand. Lorsque le début de la pandémie COVID-19 a brusquement interrompu les activités sur place au Siège et dans d'autres locaux de l'ONU, les services de traduction du Département de l'Assemblée générale et de la gestion des conférences (DGACM) sont passés au travail à distance de manière presque transparente, poursuivant sans interruption leur rôle important. comme garants du multilinguisme.

«Plusieurs facteurs nous ont permis de faire la transition si facilement, notamment notre engagement à rester à la pointe des technologies linguistiques et à développer en interne notre propre suite d'outils Web haute performance», déclare Oxana Sobkovich, du service de traduction russe. «La DGACM avait déjà mis en œuvre un flux de travail entièrement électronique et construit un ensemble d'applications sophistiquées de traduction et d'édition assistées par ordinateur, telles que eLUNa et UNTERM, pour soutenir la production de documentation multilingue. De plus, nous venions de réorganiser toutes les bibliothèques de ressources en ligne des services de traduction fin 2019 et avons commencé à travailler avec Sharepoint et Teams. Bien que les conditions de travail actuelles soient loin d'être idéales et pâles par rapport à nos opérations normales, nous avons pu nous adapter aux circonstances difficiles et opérer en mode crise depuis la mi-mars ».

En bref : les services de traduction de New York pendant le COVID-19

Carla Mavrodin de l'unité de traitement de texte anglais travaillant à domicile. DGACM des Nations Unies / Carla Mavrodin

Même les activités stratégiques telles que le recrutement s'étaient déjà déplacées vers l'environnement éloigné avant la pandémie. Les services de traduction ont organisé le 7 juillet la première partie de leur sixième concours en ligne entièrement à distance, cette fois pour les traducteurs. avec plus de 1 400 candidats. La Division de la documentation (DD) a également lancé, le 1er avril, sa nouvelle plateforme de formation en ligne, The SPOT (pour la formation en ligne à votre rythme), qui contient plus de 500 activités d'apprentissage créées par le personnel de traduction et de révision en DD pour leurs collègues. Le projet sera étendu à d’autres zones de la DGACM et aux lieux d’affectation dans la phase suivante.

La suite gText d'outils de traduction, d'édition et de terminologie s'est avérée inestimable, à tel point que d'autres départements et même d'autres entités des Nations Unies ont demandé à les utiliser. En avril, le personnel du Département des communications mondiales, ainsi que des interprètes et des reporters in extenso de la Division des réunions et de la publication (qui participaient pour aider à faire face à la lourde charge de travail de DD), ont été mis en place avec les outils, et ce même mois L'Organisation mondiale de la santé est devenue la dernière organisation à rejoindre la famille des entités des Nations Unies qui ont adopté eLUNa et UNTERM comme solutions de traduction et de terminologie.

Heng Tan, assistante de rédaction et de publication assistée par ordinateur du service de traduction chinois, travaillant depuis son appartement à New York. DGACM de l'ONU / Heng Tan

Cela ne veut pas dire que tout était simple. Lorsque le télétravail obligatoire a commencé, la grande majorité du personnel DD utilisait son propre ordinateur pour effectuer son travail, mais plusieurs membres du personnel n'avaient pas l'équipement dont ils avaient besoin pour travailler à domicile, ce qui menaçait la continuité des activités. Les ordinateurs portables et les moniteurs ont été rapidement sécurisés à partir de fournitures limitées, et dans un esprit de solidarité et d'esprit d'équipe typique du personnel de DD, les collègues se sont prêtés des ordinateurs portables de rechange pour combler le vide. Le personnel à qui l'OICT avait assigné des ordinateurs portables devait ensuite se rendre au bâtiment du Secrétariat pour les récupérer aux heures prévues pour des raisons de santé et de sécurité. Pour beaucoup, cela signifiait plusieurs heures de marche pour éviter le métro au plus fort de la pandémie. Les applications logicielles nécessaires ont ensuite été installées à distance avec la section d'analyse commerciale de la DGACM et le soutien de l'OICT.

«Je suis vraiment reconnaissante de l'aide apportée à l'installation des macros à distance; cela m'a sauvé la vie», a déclaré Carla Mavrodin de l'Unité de traitement de texte en anglais.

Les défis ne se sont pas terminés avec l’achat d’équipements de base. L'édition et la traduction sont des activités hautement intellectuelles et nécessitent de travailler dans un environnement propice à de longues heures de concentration ininterrompue devant un écran d'ordinateur. Peu de membres du personnel disposent d'espaces de travail adaptés à la maison. La plupart vivent dans des appartements typiques de New York, qui sont très petits par rapport aux appartements d'autres villes, sans espace pour ajouter un bureau.

Guillermo Siminiani, traducteur du service de traduction espagnol, travaillant depuis son appartement à New York. DGACM ONU / Guillermo Siminiani

«Au début, je faisais principalement mon travail sur un ordinateur portable assis sur le canapé; mais mon dos et mon cou ont vraiment commencé à souffrir. J'essaye maintenant de changer de position plusieurs fois par jour et de passer du canapé au lit puis au comptoir de la cuisine, mais c'est loin d'être idéal », a déclaré Tala Zgheib du service de traduction arabe.

«Mes deux grands moniteurs me manquent vraiment», a ajouté Heng Tan, de l'unité de traitement de texte chinois. «Je trouve que devoir cliquer entre différents onglets pour afficher mes ressources au lieu de les afficher sur un autre écran me ralentit vraiment. Le formatage de tableaux et de graphiques complexes et la relecture d'un gros document budgétaire sur un petit écran sont également beaucoup moins efficaces; Je dois faire défiler de haut en bas, zoomer et dézoomer beaucoup plus souvent pour lire le segment en contexte. Cela fatigue aussi les yeux.

Trouver suffisamment de temps calme était un défi pour beaucoup. Pour certains, partager un espace de travail avec un conjoint dont le travail impliquait beaucoup de temps en vidéo ou en appels téléphoniques était une source majeure de stress; pour d'autres, il combinait le télétravail avec ce qui était effectivement l'enseignement à domicile.

«Mes enfants étaient à la maison et le fait de devoir superviser l'apprentissage à distance et les soins après l'école d'un enfant de 7 ans et de 11 ans très actif signifiait que les interruptions étaient constantes. La traduction demande de la concentration et je devais sans cesse relire ce que je venais d'écrire et reprendre le fil de mes pensées ou remettre mon propre travail à la nuit », a déclaré Olga Begisheva du Service de traduction russe.

Cheng Bi, traducteur du service de traduction chinois, travaillant depuis son appartement dans le Queens. DGACM ONU / Cheng Bi

«Mes deux adolescents ont eu du mal à s'adapter à l'apprentissage à distance. Je recevais des appels téléphoniques et des courriels de leurs professeurs presque chaque semaine au sujet de leur baisse de performance. C'était une vraie lutte de devoir vérifier qu'ils faisaient leur travail scolaire, leur rappeler les réunions, organiser des vidéoconférences avec les enseignants, etc. tout en essayant de gérer le ménage, de soutenir mon mari qui avait soudainement été laissé sans emploi et de me procurer le mien travail accompli », a ajouté Karina Tabacinic du Service de traduction espagnol.

La flexibilité, le compromis et les horaires de travail non standard semblent avoir été le meilleur mécanisme d'adaptation.

«Mon plan idéal était de me lever très tôt pour essayer de faire le gros de mon travail le matin, afin que je puisse utiliser l'après-midi pour l'école à la maison, les tâches ménagères et les soins de mon fils; avec peut-être une heure ou deux supplémentaires une fois que mon fils est au lit pour terminer ma journée de travail. Mais, malgré tous mes efforts, les plans tournent mal. Les distractions et les interruptions sont continues pendant la journée, ce qui me rend moins productif dans les heures que j'ai assignées au travail le matin, ce qui m'oblige à des sessions plus longues le soir pour atteindre mes objectifs quotidiens. Certaines semaines ont été extrêmement difficiles », a déclaré Guillermo Siminiani, également du Service de traduction espagnol.

Oleg Chuykov, réviseur du service de traduction russe, travaillant depuis son appartement à Manhattan. DGACM ONU / Oleg Chuykov

«Je suis très fière du dévouement et de l'engagement manifestés par le personnel de DD», déclare Cecilia Elizalde, directrice de la Division de la documentation. «Ils ont relevé le défi et ont répondu avec un esprit d'équipe extraordinaire.»

C'est ce sentiment d'appartenance à une équipe que de nombreux employés de DD craignent le plus de perdre si le télétravail obligatoire se prolonge dans le futur. «Même si j'ai toujours la satisfaction d'un travail bien fait et que je sens que je contribue au travail de l'Organisation, je me rends compte maintenant que ce qui a rendu mon travail si gratifiant et enrichissant, ce sont les interactions spontanées avec mes collègues», déclare Cheng Bi à propos de Service de traduction chinois.

Cette pensée a été reprise par beaucoup: «Je sens que je roule en mode d'urgence - je peux continuer pendant un certain temps, mais je ne m'améliore pas dans mon travail, et l'une des caractéristiques de la traduction de l'ONU services est un apprentissage constant, et cela se fait en grande partie grâce à des échanges d’idées et à des discussions avec des collègues. » a déclaré Sandra Linden de l'unité de traitement de texte français.

«Je pense que nous avons si bien réussi pendant la phase de télétravail obligatoire parce que nous étions des équipes solides et solidaires avant que la pandémie ne frappe», note Oleg Chuykov du Service de traduction russe. «Nous sommes tous recrutés selon le même processus de concours ouvert, nous partageons tous la même langue principale, et au sein de chaque fonction, nous faisons tous à peu près le même travail, nous sommes donc bien placés pour nous entraider, répondre aux questions, partager trucs et astuces et choses. Nous avons l'habitude de nous consulter et sommes maintenant passés à le faire virtuellement plutôt qu'en frappant à la porte du bureau d'un collègue. "

Isabelle Delatour, chef du service de traduction française, travaillant depuis son domicile à Long Island City./ Isabelle Delatour

Cela ne se produit peut-être pas autant que lorsque des collègues travaillent ensemble dans le même bâtiment. Même maintenant que les gens ont compris comment utiliser les nouveaux outils de communication à distance et qui préfèrent être contactés par e-mail, qui par téléphone et qui par chat, ils ont tendance à hésiter à contacter leurs collègues car ils savent que beaucoup travaillent d'étranges équipes à cause de les circonstances à la maison.

Pour répondre à certaines de ces préoccupations, certains services ont organisé régulièrement des réunions virtuelles de café sur Teams, et la Division a organisé une série de conférences en ligne pour remplacer celles précédemment organisées dans le bâtiment d'Albano où elle se trouve. Ceux-ci ont couvert tout un éventail de sujets, des visites à distance d'œuvres d'art à la façon dont les projections de cas COVID-19 sont calculées, en passant par les cours de yoga. Pour compléter les activités d'apprentissage auto-rythmées du SPOT, de petits groupes de discussion et des ateliers en ligne ont été organisés pour développer les compétences et accroître le transfert de connaissances. De cette manière et d’autres, le personnel de la Division continue d’innover, de renforcer sa résilience et de s’entraider.

Certains se demandent combien de temps ils peuvent continuer à fonctionner en mode d'urgence sans leurs conditions de travail habituelles et la stimulation et le soutien réguliers que leur offre l'environnement de bureau. La distanciation physique affecte d'autres aspects de la vie professionnelle.

Frank Schramm, réviseur principal de la section de traduction allemande, travaillant de chez lui à New York./ Frank Schramm

«Beaucoup d'entre nous réalisent à quel point nos contacts réguliers et nos échanges informels avec nos collègues ont été stimulants - nous manquons ces interactions dans le garde-manger ou dans les couloirs et les ascenseurs, sur le chemin des réunions ou des séances de formation, du café partagé ou de la rencontre. pour le déjeuner », déclare Isabelle Delatour, du Service de traduction français,« L'interaction dans une réunion virtuelle n'est pas simplement «pas la même», elle n'est «pas aussi bonne». Les orateurs ne peuvent pas jauger l'ambiance, les gens ne participent pas autant et les conversations deviennent unilatérales ou guindées. Les événements sociaux en ligne, tels que les réunions après le travail, les cafés, les adieux et les célébrations, se sont également révélés décevants et ont été abandonnés. Il est vraiment triste de ne pas pouvoir donner à ses collègues partant à la retraite, par exemple, un véritable départ. Nous avons l'habitude de nous rassembler au travail pour marquer les événements spéciaux de nos vies, les naissances, les fiançailles, les mariages et les promotions. En tant que personnel international avec nos familles et amis très éloignés, ces rassemblements sont particulièrement importants.

Pour l'instant, le besoin de se montrer à la hauteur est motivant et enrichissant.

«Nous pouvons le faire, et nous sommes prêts à le faire, malgré les difficultés personnelles et même à travers les fuseaux horaires, car c'est une situation de crise, mais je ne sais pas combien de temps il faut travailler à ce niveau et à ce rythme dans ces conditions. durable », s'inquiète Frank Schramm, de la section de traduction allemande. «Cependant, nous sommes fiers de notre professionnalisme, de notre capacité à fournir des traductions de haute qualité dans les délais, comme l’Organisation des Nations Unies et le public du monde entier le méritent. Et connaissant comme moi les services de traduction de l'ONU et leur capacité d'innovation, je suis sûr que nous trouverons les voies et moyens pour continuer à le faire.