BARGNY, Sénégal (AP) - Adama Ndiaye s'est levée avant l'aube pour parcourir environ 40 kilomètres, espérant pouvoir obtenir un mouton pour la célébration la semaine prochaine de la fête musulmane du sacrifice, l'Aïd al-Adha.

À la suite de la pandémie, la vente de crème glacée ne fournit plus assez d'argent à la femme de 63 ans pour subvenir aux besoins de ses quatre enfants encore à la maison, surtout pour ne pas pouvoir acheter un mouton qui coûte environ 140 $ pour célébrer Tabaski, comme le la fête est appelée au Sénégal.

Le Sénégal fêtera Tabaski au milieu de la flambée spectaculaire de COVID-19

Dès qu'elle a appris qu'une organisation caritative islamique allait faire don de moutons aux pauvres, Ndiaye s'est inscrite pour en obtenir un.

"J'ai beaucoup prié et je ne m'attendais pas à avoir un mouton." elle a dit. "Dieu sait combien j'apprécie cela."

Après avoir récupéré ses moutons, Ndiaye et d'autres femmes de son quartier se sont entassées dans un taxi avec l'animal et sont parties. Ils attendront mercredi pour abattre le mouton et l'utiliser pour préparer un festin à partager avec la famille et les amis.

Alors que des millions de Sénégalais se préparent pour Tabaski, les responsables de la santé préviennent que les cas de COVID-19 augmentent considérablement dans ce pays d'Afrique de l'Ouest. En quelques semaines seulement, les nouveaux cas confirmés sont passés de dizaines par jour à un record de 738 vendredi, puis ont presque doublé du jour au lendemain à 1 366 samedi, selon le ministère de la Santé.

Près de 36% des 3 815 tests effectués au cours des dernières 24 heures sont revenus positifs, a annoncé samedi le ministère de la Santé. Le Sénégal a signalé 50 374 cas et 1 214 décès depuis le début de la pandémie.

Face à l'augmentation spectaculaire, le président Macky Sall et son cabinet limitent les rassemblements publics et les voyages et exhortent le public à continuer de porter des masques et à se désinfecter fréquemment les mains. Vendredi, Sall a menacé de fermer les frontières et d'imposer à nouveau l'état d'urgence si le nombre continuait d'augmenter.

Beaucoup au Sénégal ont assoupli leur utilisation de masques et d'autres précautions après que les premières poussées du pays n'aient pas été aussi graves que les épidémies dans d'autres pays.

Tabaski, qui sera célébré le 21 juillet au Sénégal, voit des milliers de personnes se rassembler dans de grandes réunions familiales. De nombreux responsables de la santé sont inquiets car à l'approche des vacances, les gens se pressent sur les marchés et se rassemblent pour acheter des moutons.

Seulement environ 600 000 personnes sur une population sénégalaise de plus de 16 millions ont été vaccinées. Le pays dispose d'un approvisionnement limité en vaccins et attend de nouvelles livraisons de Sinopharm et Johnson & Johnson.

Environ 30% des nouvelles infections à coronavirus au Sénégal proviennent de la variante delta, selon Souleymane Mboup, directeur de l'Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation, l'un des laboratoires de test du Sénégal.

"Nous sommes confrontés à un virus beaucoup plus contagieux", a déclaré Mboup.

L'augmentation des cas est "sans précédent", a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé, Mamadou Ndiaye.

" La pandémie a touché particulièrement les segments les plus vulnérables de la population ", a déclaré Anne Catherine Dupré, coordinatrice de projet au Sénégal pour le groupe Islamic Relief France.

Depuis l'année dernière, 30% des milliers de personnes soutenues par le groupe ont reçu moins de nourriture en raison de la pandémie, a-t-elle déclaré.

" Nous avons déjà affaire à des populations très vulnérables, donc en fait, pour elles, la réduire, cela signifie qu'elles ne vont manger qu'une fois par jour ", a-t-elle ajouté.

Islamic Relief France travaille au Sénégal depuis 2008 et a distribué de la nourriture et des moutons pendant le Ramadan et Tabaski. Cette année, ils ont dû augmenter leurs dons en raison de l'augmentation du nombre de personnes vulnérables à cause de la pandémie.

" C'est important pour eux de célébrer Tabaski. C'est la fête la plus importante dans un pays où plus de 80% de la population est musulmane", a-t-elle ajouté.

L'organisation distribue également de la nourriture et de l'argent, soutient l'éducation et la formation des chômeurs. Il prévoit de distribuer environ 2 000 moutons dans la grande région de Dakar.

Pendant ce temps, Ndiaye et d'autres espèrent que la pandémie se termine pour que les choses puissent revenir à la normale.

"Je prie pour que le COVID s'arrête", a-t-elle déclaré. " S’il y a une bonne santé, nous pouvons tous travailler. "

___