La nouvelle présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu, assiste à une cérémonie en l'honneur du président John Magufuli le 26 mars 2021

Son prédécesseur était connu pour ses explosions rhétoriques, tandis que le nouveau président tanzanien est calme.

Samia Suluhu Hassan Covid-19

Là où il était controversé, le président Samia Suluhu Hassan est plus conciliant.

Il y a moins de deux mois depuis la mort de l'ancien président, John Magufuli, âgé de 61 ans, mais son vice-président, qui a prêté serment comme chef de l'Etat peu après sa mort, semble être sur une autre voie.

Qu'il s'agisse de l'approche du président Samia vis-à-vis du coronavirus, de la liberté des médias ou du traitement de l'opposition, elle a donné un nouveau ton, ses commentaires étant souvent prononcés de manière calme et faisant autorité.

La présidente Samia a prêté serment deux jours après le décès de son prédécesseur en mars

Néanmoins, le président semble mal à l'aise lorsque des comparaisons sont faites et a reproché aux législateurs tanzaniens de la mettre en contraste avec Magufuli. J'ai suivi le débat, et je dois dire que c'est malsain pour notre nation", a-t-elle déclaré aux députés un mois après son assermentation. notant qu'il y a un grand contraste.

"Elle est… prudente et vient à bord avec beaucoup de rigueur et d'attention aux détails. Elle… comprend les bons canaux de communication et de correction.

La toute première fois qu'elle est montée sur scène en tant que présidente, son aura, son choix de mots et son comportement ont promis un type de leadership complètement différent. C'était une expérience que la Tanzanie n'avait pas connue depuis l'arrivée au pouvoir de Magufuli, surnommé "le bulldozer" pour son approche pragmatique, en 2015.

"Là où d'autres auraient bégayé, elle fait des annonces audacieuses", dit Deodatus Balile. la qualifiant de diplomate.

"Elle se rend compte que les Tanzaniens ne peuvent pas vivre dans l'isolement et que nous devons faire partie d'un système et examiner certains problèmes dans le cadre d'une entité mondiale."

L'histoire continue

Vaccins et verrouillages ?

Magufuli s'est moqué des avertissements mondiaux sur le coronavirus et a minimisé sa menace, refusant d'autoriser les vaccins Covid-19 dans le pays. À un moment donné, il a annoncé que le virus avait été vaincu par la prière en Tanzanie.

Sous Magufuli, les autorités ont dit aux Tanzaniens - sans fournir de preuves - que l'inhalation de vapeur aidait à se protéger contre le coronavirus

Il n'y a pas de statistiques fiables sur l'infection ou les décès dus au virus en Tanzanie car le gouvernement de Magufuli a cessé de les diffuser en mai de l'année dernière.

Le président Samia, pour sa part, reconnaît que la Tanzanie ne peut plus souhaiter que le virus disparaisse.

Trois semaines après son arrivée au pouvoir, elle a formé un comité d'experts pour la conseiller sur le statut de Covid-19 dans le pays et les mesures nécessaires à prendre pour assurer la sécurité des gens.

Elle a même été vue portant un masque facial, ce que Magufuli n'a jamais fait, même si c'était lors d'une visite en Ouganda, et pas en Tanzanie même.

Reste à savoir si ses déclarations font une différence majeure dans les perceptions autour de Covid-19 et la réinitialisation de l'horloge. Il est également vrai de dire qu'aucune nouvelle politique n'a émergé du comité d'experts.

Avec de nouvelles variantes de la maladie signalées à travers le monde, beaucoup souhaitent connaître son attitude à l'égard des vaccinations. Les gens attendent également de savoir si elle envisagerait les verrouillages et les couvre-feux comme des moyens de contenir le virus, ce que son prédécesseur a rejeté.

De telles mesures toucheraient des millions de Tanzaniens plus pauvres, y compris des commerçants informels qui sont la base de soutien du parti au pouvoir - Chama Cha Mapinduzi.

Si elle voulait s'engager dans cette voie, la Présidente Samia aurait besoin de faire ressortir ses qualités de persuasion en faisant valoir que des mesures restrictives étaient dans leur intérêt. Kwayu.

Samia Suluhu a été élue vice-présidente aux côtés de John Magufuli en 2015

La Présidente Samia a attiré l'attention nationale pour la première fois en 2014 lorsqu'elle a été élue vice-présidente de l'Assemblée constitutionnelle chargée de rédiger une nouvelle constitution.

Elle est apparue comme "une dirigeante très mature, composée et ayant la capacité d'équilibrer les voix et les opinions opposées", dit le commentateur politique.

Cette volonté d'entendre des opinions différentes a conduit à une nouvelle attitude vis-à-vis des médias.

Certains politiciens et militants qui se sont opposés publiquement à Magufuli ont également été arrêtés.

Branche d'olivier

Elle a ordonné au ministère de l'Information d'annuler les décisions précédentes disant que le gouvernement ne devrait "pas donner [people] une chance de dire que nous limitons la liberté de la presse ".

Le président a également contacté l'opposition dans le but de discuter "de la meilleure façon de mener ses activités politiques au profit de notre pays".

Elle avait déjà la réputation de tendre une branche d'olivier à la suite d'une visite au chef de l'opposition Tundu Lissu à l'hôpital en 2017 après avoir été abattu à plusieurs reprises par des hommes armés lors d'une tentative d'assassinat. Elle était la seule fonctionnaire du gouvernement à le faire.

Vous pourriez également être intéressé par :

On s'attend également à ce que le président Samia adopte une position moins agressive que Magufuli envers les entreprises internationales du pays.

En 2017, Acacia Mining, une filiale de la société mère canadienne Barrick Gold, a été giflée avec une incroyable facture fiscale de 190 milliards de dollars (145 milliards de livres sterling) sur les redevances que le gouvernement a déclaré devoir, bien qu'il ait nié tout acte répréhensible. Barrick a réussi à réduire la facture dans le cadre d'un règlement avec le gouvernement, qui prévoyait un partage plus équitable des avantages économiques futurs.

Magufuli a également empêché les entreprises régionales d'accéder au marché tanzanien et resserré les restrictions sur les produits non transformés en provenance de pays comme le Kenya.

"Jusqu'à présent, son ton est de promouvoir les investissements, de stimuler le commerce et d'élargir l'assiette fiscale", déclare Sanjay Rughani, qui dirige un forum des PDG.

"En ce qui concerne le secteur privé, nous sommes impatients de la voir nous inclure davantage dans les processus gouvernementaux qui cherchent à construire la Tanzanie."

La présidente Samia doit effectuer mardi son deuxième voyage international, cette fois au Kenya, au cours de ses sept semaines au pouvoir. En comparant cela aux 10 voyages officiels de Magufuli à l'étranger au cours de ses six années au pouvoir, M. Kwayu est convaincu que le nouveau président sera plus tourné vers l'extérieur.

"Je suis certain que la Tanzanie va être remise sur la carte mondiale", dit-il. "Il participera à des engagements régionaux comme la résolution des conflits, et il sera bien représenté dans des endroits comme l'Assemblée générale des Nations Unies."

Pour lui, l'approche différente de la présidente Samia pour diriger le pays ne consiste pas à ternir la réputation de son prédécesseur mais plutôt à "choisir la démocratie… et se débarrasser" de ce qui l'étouffait.

Elle doit encore emprunter une voie reliant le gouvernement précédent - dont elle faisait après tout partie - et un nouveau style de gestion qui accepte davantage un large éventail d'opinions.

Anciennes femmes chefs d'État d'Afrique :

Le rôle de la présidente éthiopienne Sahle-Work Zewde est en grande partie cérémonial, contrairement à son homologue tanzanien

1993-4 - Sylvie Kinigi - Président par intérim du Burundi, suite au meurtre de Melchior Ndadaye

1996-7 - Ruth Perry - président du Conseil d'État après la première guerre civile au Libéria

2006-18 - Ellen Johnson Sirleaf - élu président du Libéria

2009 - Rose Francine Rogombé - Président intérimaire du Gabon suite au décès d'Omar Bongo

2012 - Monique Ohsan-Bellepeau - Président par intérim de Maurice, après la démission de Sir Anerood Jugnauth

2012-14 - Joyce Banda - Président du Malawi, après la mort de Bingu wa Mutharika

2014-16 - Catherine Samba-Panza - Président de transition de la République centrafricaine, élu par le parlement

2015-18 - Ameenah Gurib-Fakim - Président de Maurice, élu par le parlement

2018-présent - Sahle-Work Zewde - Président de l'Éthiopie, élu par le parlement