Selon une étude réalisée par UBS, près de la moitié des riches investisseurs et propriétaires d'entreprises du monde prévoient de maintenir leur portefeuille d'actions au même niveau au cours des six prochains mois, alors même que la pandémie de coronavirus plonge l'économie mondiale dans le désarroi.

L'enquête trimestrielle mondiale de la banque suisse a révélé que 47% des 4108 personnes interrogées s'attendaient à maintenir leurs investissements en bourse aux niveaux actuels, tandis que 37% prévoyaient d'investir davantage dans les actions au cours des six prochains mois.

Les plus riches du monde restent fidèles aux stocks malgré la crise des coronavirus

UBS a interrogé les riches investisseurs et propriétaires d'entreprises sur 14 marchés en avril et a publié les résultats mercredi.

Près d'un quart (23%) a déclaré que le moment était bien choisi pour acheter des actions, et 61% ont déclaré qu'il y avait une possibilité d'acheter si les actions chutaient de 5 à 20% supplémentaires.

Alors que seulement 46% ont exprimé leur optimisme quant aux perspectives économiques à court terme pour leurs régions respectives, 70% des répondants étaient optimistes quant aux perspectives à long terme.

La baisse de l'optimisme à court terme a été la plus marquée aux États-Unis, passant de 68% au quatrième trimestre à seulement 30%, tandis que les Européens (hors Suisse) ont affiché la plus faible baisse de confiance, de 58% à 50%.

« Quatre-vingt-seize pour cent des investisseurs dans le monde affirment que COVID-19 a affecté leur mode de vie d'une manière ou d'une autre, plus de la moitié d'entre eux mentionnant pratiquer la distanciation sociale, éviter les foules et s'abstenir de voyager », a déclaré dans un communiqué la vice-présidente de la division UBS Wealth Management, Paula Polito. Mercredi.

« Cependant, ils ont des opinions divergentes sur le moment où le pire de la crise sera passé, avec un troisième citant à la fin de juin, un troisième citant l'automne et un troisième citant la fin de l'année ou au-delà. »

Mercredi après-midi, le virus avait infecté au moins 3,1 millions de personnes dans le monde et avait fait au moins 217 000 morts.

Les gouvernements et les banques centrales du monde entier ont déployé des plans de relance budgétaire et monétaire sans précédent dans le but de consolider leurs économies respectives contre les retombées prévues, alors que les fermetures prolongées entravent la demande et l'activité économique.

Mercredi après-midi en Europe, l'indice paneuropéen Stoxx 600 était en baisse de près de 18% pour l'année à ce jour, tandis qu'aux États-Unis, le S&P 500 était en baisse d'environ 11,4% et le Dow Jones Industrial Average était légèrement supérieur à 15,5%. inférieur

L'enquête a révélé que parmi les propriétaires d'entreprise en particulier, 61% sont optimistes quant à leur entreprise, contre 73% lors de l'enquête précédente, tandis que 27% prévoient d’embaucher plus contre 17% qui prévoient de réduire leur taille.