PORT ANGELES – L'Université de Washington et le département de la Santé de l'État concentreront leur attention sur COVID-19 dans la péninsule olympique du Nord dans les semaines à venir.

Les agents du Département d'État de la Santé visiteront lundi un établissement de santé à long terme du comté de Clallam où une épidémie de COVID-19 est suivie et qui n'a pas respecté les protocoles de soins de santé, a déclaré vendredi Allison Berry, responsable de la santé du comté de Clallam.

Des responsables de l'État COVID-19 arrivent dans la péninsule

Et l'Université de Washington envoie des notifications de tests sanguins à un nombre aléatoire de résidents du comté de Jefferson pour déterminer combien ont des anticorps COVID-19, afin de fournir une indication plus précise de l'immunité collective, a déclaré samedi Tom Locke, responsable de la santé du comté de Jefferson.

Berry ne nommerait pas l'établissement de soins de santé avec l'épidémie ni sa situation géographique. Elle a signalé qu'il y avait eu 11 résidents et quatre membres du personnel infectés, un total qui n'avait pas changé vendredi.

"La recherche des contacts va se poursuivre", a-t-elle déclaré.

L'agence de santé de l'État aidera les employés des agences de santé du comté à revoir les protocoles, y compris ceux qui rendent obligatoire l'utilisation d'équipements de protection individuelle, et à garantir que des mesures de contrôle des infections sont en place, a déclaré Berry.

"Nous veillerons principalement à ce que tout le monde soit correctement équipé au bon moment", a-t-elle déclaré.

L'établissement pourrait être cité par l'État pour ne pas avoir suivi les mesures appropriées, a ajouté Berry.

"Il ne voyage pas très bien à l'extérieur, donc personne n'est en danger s'il vit à proximité d'un établissement de soins de longue durée."

Les visites ne sont pas autorisées dans l'établissement, a déclaré Berry.

Les membres de la famille des résidents de l'établissement de l'épidémie ont été informés, a déclaré Berry.

Berry a rendu les informations liées au COVID-19 moins accessibles.

Depuis le week-end dernier, elle ne fournit plus de numéros de cas mis à jour les samedis et dimanches. Son personnel est occupé à d'autres questions, a-t-elle déclaré, et n'a mis personne à disposition pour compiler les informations.

De plus, les séances d'information publiques hebdomadaires à l'intention des médias, des professionnels de la santé et du grand public qui se tenaient vendredi depuis le début de la pandémie au début de l'année dernière n'ont plus lieu. Berry se rend disponible du lundi au vendredi "et au besoin pour les urgences", a-t-elle écrit dimanche dernier.

Les changements sont "une tentative de revenir à des opérations plus normales", a-t-elle écrit.

Les numéros de cas peuvent changer quotidiennement.

Dans tout le comté, il y a eu une augmentation de trois cas supplémentaires de jeudi à vendredi à 1 392 depuis le début de la pandémie au début de 2020, a déclaré Berry vendredi.

Vendredi, le taux d'infection du comté de Clallam était passé à 62 pour 100 000 habitants au cours des deux dernières semaines, le plaçant dans l'extrémité supérieure de la catégorie à risque modéré de 25 à 75 pour 100 000.

Un patient COVID est sorti de l'hôpital entre jeudi et vendredi, laissant deux sous soins médicaux continus, a déclaré Berry.

Test d'anticorps

Locke a déclaré que Jefferson est l'un des neuf comtés ruraux sélectionnés dans tout l'État pour les tests d'anticorps. Clalam n'est pas inclus.

Les résidents devraient commencer à recevoir cette semaine des cartes postales indiquant qu'ils ont été sélectionnés et leur demandant de donner un échantillon de sang. Ils recevront également une lettre de suivi et un appel téléphonique.

"Nous aiderons l'Université de Washington à collecter les spécimens", a déclaré Locke. "L'Université de Washington va prélever le sang."

Le comté de Jefferson connaît une tendance à la hausse des cas de COVID-19.

Trois ont été ajoutés jeudi et aucun vendredi, portant le total de la semaine dernière à neuf et le total global à 427.

Le total hebdomadaire est plus du double des quatre cas des deux semaines précédentes.

Les 15,67 cas pour 100 000 dans le comté jusqu'au 5 juin dernier devraient également atteindre entre 25 et 30 cas pour 100 000, ce qui reste inférieur à la plupart des régions de l'État de Washington mais préoccupant, a-t-il déclaré.

Locke a déclaré que 73% des résidents du comté de Jefferson âgés de 16 ans et plus avaient reçu une dose du vaccin et 69,5% avaient reçu une dose au 9 juin.

Berry a déclaré que dans le comté de Clallam, 57% de la population de 16 ans et plus est complètement vaccinée et qu'une dose a été administrée à 62% de la population.

Dans le comté de Jefferson, 62 pour cent de la population totale est vaccinée, le deuxième plus élevé de l'État de Washington.

"J'aimerais que ce soit 85%", a déclaré Locke. « Ce serait une solide immunité collective. »

Dans le comté de Clallam, 49 pour cent de la population a été vaccinée.

Berry a déclaré que la variante britannique, "une version particulièrement méchante du virus", circule dans le West End, où les taux de vaccination sont inférieurs au taux du comté.

"La principale préoccupation est que les personnes plus jeunes et en meilleure santé peuvent tomber très malades avec ce virus, ainsi que les personnes atteintes de maladies chroniques et les personnes de plus de 65 ans", a-t-elle déclaré.

Elle a déclaré que le vaccin COVID-19 est disponible pour les injections sans rendez-vous dans « la grande majorité » des pharmacies du comté de Clallam.

Le vaccin est également largement disponible dans le comté de Jefferson, a déclaré Locke, et des kits d'auto-test sont disponibles dans les chaînes de pharmacies.

"Notre grand message aux gens est que nous ne sommes plus qu'à moins de trois semaines, à environ deux semaines de la levée de la plupart des restrictions liées au covid dans l'État de Washington", a déclaré Locke à propos de l'objectif du gouverneur Jay Inslee le 31 juin.

« Cela va rendre les choses plus dangereuses pour les non vaccinés. »

________

ext. 55650, ou à [email protected]