Nous offrons une couverture contre les coronavirus sans abonnement en tant que service public. Mais nous dépendons du support du lecteur pour faire ce travail. Veuillez envisager de vous joindre à d'autres pour soutenir le journalisme local en Alaska pour seulement 3,23 $ par semaine.

Les responsables d'Anchorage envisagent de nouvelles restrictions sur les coronavirus au milieu d'une forte augmentation des cas dans la municipalité qui pourraient submerger les unités de soins intensifs des hôpitaux deux fois plus tôt que prévu.

Anchorage a atteint un record cette semaine pour la plupart des nouveaux cas en une seule semaine, avec 231 nouveaux cas au total, dont près de deux fois plus de cas non résidents que la semaine précédente. Le nombre quotidien de l'État a continué de croître, avec 49 cas signalés vendredi impliquant 39 Alaskiens et 10 non-résidents, selon le tableau de bord COVID-19 du ministère de la Santé et des Services sociaux de l'Alaska.

Vendredi, des responsables municipaux et des épidémiologistes ont émis des avertissements alarmants.

«On a l’impression de gravir une falaise très abrupte», a déclaré Christy Lawton, responsable de la division de la santé publique d’Anchorage, à propos de la capacité de la ville en matière de soins de santé. «Et nous approchons d'un point que nous pourrions vraiment faire basculer.»

Les responsables de la réunion ont exhorté les habitants d'Anchorage à prendre au sérieux le virus et à prendre des mesures pour enrayer sa propagation.

Au début du mois dernier, la ville avait 20 semaines avant que sa capacité d'unité de soins intensifs soit « menacée ou dépassée », a déclaré Tom Hennessy, épidémiologiste des maladies infectieuses et médecin à l'Université d'Alaska Anchorage.

Au milieu de nouveaux cas et d'une augmentation du taux de transmission dans la ville, cette période projetée a maintenant diminué de moitié sur la base de la modélisation effectuée le 12 juillet, a déclaré Hennessy lors du briefing.

La ville pourrait désormais manquer de lits dans les unités de soins intensifs d'ici le 22 septembre, selon les nouvelles projections, a déclaré Hennessy.

La transmission augmente, tout comme le nombre de contacts que les gens ont. En mars et avril, une personne moyenne peut avoir été en contact avec cinq ou six personnes alors qu'elle était infectieuse avec COVID-19, par rapport à maintenant où les gens ont plus de 30 contacts, a-t-il déclaré.

« En plus de plus de cas et d'hospitalisations, l'épidémie s'accélère », a déclaré Hennessy. «Cela signifie que nous devons prendre des mesures plus fortes, et plus nous attendons, plus l’action devra être forte et plus la fenêtre sera étroite. C'est donc très préoccupant.

Les projections de la capacité des soins de santé à certains égards sont prudentes, car elles ne tiennent compte que des résidents d'Anchorage et de la capacité des lits d'Anchorage, a fait remarquer Hennessy. Mais les personnes d'autres parties de l'État peuvent être référées aux hôpitaux d'Anchorage et aux lits de soins intensifs.

«Et cela raccourcira même la fenêtre de temps dont nous disposons pour préserver notre capacité de soins de santé», a déclaré Hennessy.

Mais le Dr Bruce Chandler, le médecin responsable de la prévention et du contrôle des maladies de la ville, a déclaré vendredi que si l'âge moyen des personnes atteintes de la maladie a diminué au cours du dernier mois, «tous les jeunes adultes qui contractent le COVID ne s'échappent pas. indemne. »

Sur les 16 personnes atteintes de COVID-19 qui ont été hospitalisées, cinq ont moins de 40 ans et trois ont moins de 30 ans, a déclaré Chandler.

Au milieu de l'augmentation rapide des cas et de la menace actuelle pour la capacité de soins de santé de la municipalité, le maire d'Anchorage Ethan Berkowitz a déclaré qu'il envisageait sérieusement de mettre en place de nouvelles restrictions. Il a dit qu'il surveille actuellement ce qui a fonctionné dans d'autres endroits et qu'il travaille avec les dirigeants de la ville sur un plan.

La semaine prochaine, après ces discussions et analyses, il a déclaré qu'il s'attendait à ce que la ville ait «des prescriptions de politique plus précises et éventuellement des ordonnances».

«Les décisions que nous prenons ne seront pas toujours des décisions populaires, mais le jugement que nous exercons en ce moment est le jugement qui protégera la vie des gens», a déclaré Berkowitz. «Je préfère faire quelque chose et réagir de manière excessive plutôt que de ne pas faire quelque chose et de sous-réagir.»

Sur les 39 nouveaux cas de résidents signalés par l'État vendredi, 17 impliquent des personnes vivant à Anchorage, un à Chugiak et trois à Eagle River. Il y a eu cinq nouveaux cas parmi les résidents de la péninsule de Kenai, dont deux à Seward et un à Kenai, Soldotna et une petite communauté sans nom dans la partie nord de la péninsule. Plus au nord, quatre résidents de Wasilla et un résident de Meadow Lakes ont également été nouvellement testés positifs pour COVID-19.

À l'intérieur, deux nouveaux cas de résidents ont été confirmés à Fairbanks, plus un dans la zone de recensement Yukon-Koyukuk. Vendredi, le Fairbanks North Star Borough a déclaré dans un communiqué que son installation centrale de recyclage restera fermée jusqu'au 24 juillet au moins après qu'un travailleur contractuel ait été testé positif pour COVID-19.

Dans le sud-est de l'Alaska, deux nouveaux cas ont été identifiés parmi les résidents de Sitka. De plus, les responsables de Juneau ont signalé huit nouveaux cas dans une épidémie liée à un résident qui a reçu un résultat positif au test COVID-19 le 11 juillet – et tous sont associés à Alaska Glacier Seafoods, selon des responsables locaux.

Le résident, dont le cas résultait apparemment de la propagation de la communauté, a commencé à ressentir des symptômes le 4 juillet, a commencé la mise en quarantaine et a été testé le 6 juillet. Le 8 juillet, Alaska Glacier Seafoods a commencé à mettre en quarantaine les contacts étroits potentiels du résident, selon les responsables. Trois jours plus tard, plusieurs employés de la même équipe de travail que la première personne ont commencé à présenter des symptômes, notamment des courbatures et de la fièvre. Sur 17 employés testés le 12 juillet, huit – tous présentant des symptômes – ont eu des résultats de test positifs

Les 113 employés restants de la société de fruits de mer ont été testés mercredi avec des résultats toujours en attente, selon des responsables. Deux présentent des symptômes et s'isolent. Les huit employés qui se sont révélés positifs, dont quatre résidents et quatre non-Alaskiens, souffrent de maladies bénignes et sont isolés avec leurs contacts proches en quarantaine.

Les données de l'État mises à jour vendredi reflétaient trois nouveaux cas parmi les résidents de Juneau et trois parmi les non-résidents, et les responsables de Juneau ont attribué les écarts dans les chiffres nationaux et locaux aux «retards dans la saisie des données». Les responsables locaux de la santé publique mènent des enquêtes de contact et informeront et mettront en quarantaine toute personne supplémentaire si nécessaire, mais vendredi, ils avaient identifié très peu de contacts étroits au sein de la communauté, selon le communiqué.

Les autres nouveaux cas de non-résidents signalés vendredi comprenaient un à Kenai, trois à Valdez, deux à Sitka et un étiqueté comme inconnu.

Jusqu'à présent en Alaska, 2 081 résidents et non-Alaskans ont été testés positifs pour le virus, avec près de la moitié – 1 271 – des cas actuellement considérés par l'État comme étant actifs. Vendredi, deux nouvelles hospitalisations ont été signalées et aucun nouveau décès. Dix-sept habitants de l'Alaska atteints du virus sont morts depuis le début de la pandémie.

Il n'a pas été immédiatement clair combien de nouveaux cas signalés par l'État impliquaient des personnes présentant des symptômes du COVID-19.

Vendredi, le département de la santé d'Anchorage a ajouté la station F Street à sa liste de lieux d'exposition au COVID-19, le 10 juillet étant la période d'exposition. Le ministère ajoute certains emplacements à la liste s'il ne peut pas contacter toutes les personnes qui ont pu y être exposées ou si le ministère ne peut pas effectuer la recherche des contacts «en temps opportun».

«Les expositions au COVID-19 peuvent se produire même lorsqu'un emplacement suit toutes les directives recommandées», a déclaré le département dans un communiqué.

Le propriétaire de F Street Station a refusé de commenter l'avis.

Bien que la majorité des endroits mentionnés sur le site jusqu'à présent soient des restaurants et des bars, les responsables de la santé ont déclaré que ce ne sont pas les seuls endroits où le virus a été transmis.

«Nous voyons COVID apparaître dans pratiquement tous les types de communauté auxquels vous pouvez penser», a déclaré Lawton, directeur de la division de santé publique d'Anchorage. « C'est une période incroyablement dangereuse. »

[Enraisond'unvolumeélevédecommentairesnécessitantunemodérationnousdésactivonstemporairementlescommentairessurbonnombredenosarticlesafinqueleséditeurspuissentseconcentrersurlacrisedescoronavirusetd'autrescouverturesNousvousinvitonsàécrire[BecauseofahighvolumeofcommentsrequiringmoderationwearetemporarilydisablingcommentsonmanyofourarticlessoeditorscanfocusonthecoronaviruscrisisandothercoverageWeinviteyoutowriteune lettre à l'éditeur ou joindre directement si vous souhaitez communiquer avec nous au sujet d'un article particulier. Merci.]

Remplissez mon formulaire Wufoo !