• La reprise économique de la Nouvelle-Zélande après la pandémie de Covid-19 a été "bien meilleure que prévu", a déclaré son vice-premier ministre Grant Robertson à CNBC dans une interview
  • Cela a permis à la Nouvelle-Zélande de dépenser "de grosses sommes d'argent" pour aider sa population à faible revenu tout en maintenant sa dette nette sous contrôle, a déclaré Robertson, qui est également ministre des Finances
  • Robertson a également discuté de la possibilité pour la Chine d'adhérer à l'Accord global et progressif de partenariat transpacifique ou PTPGP

La reprise économique de la Nouvelle-Zélande a été meilleure que prévu: vice-Premier ministre

Cliquez pour agrandir

SUIVANT

La reprise économique de la Nouvelle-Zélande après la pandémie de Covid-19 a été "bien meilleure que prévu", a déclaré jeudi son vice-premier ministre Grant Robertson à CNBC.

Erreur de chargement

Cela a permis à la Nouvelle-Zélande de dépenser "de grosses sommes d'argent" pour aider sa population à faible revenu tout en maintenant sa dette nette sous contrôle, a déclaré Robertson à Will Koulouris de CNBC.
«Nous sommes dans une position extrêmement chanceuse», a déclaré le ministre.
Robertson, qui est également ministre des Finances, a présenté le dernier budget du gouvernement néo-zélandais plus tôt jeudi.
L'un des points forts du budget a été d'augmenter les paiements hebdomadaires de l'aide sociale jusqu'à 55 dollars néo-zélandais (environ 39,50 dollars) par adulte pour lutter contre les inégalités et la pauvreté des enfants. Robertson a déclaré dans son discours sur le budget que l'augmentation prévue serait la plus importante depuis «plus d'une génération».
Priorités commercialesSur le plan commercial, Robertson a déclaré que le gouvernement négociait des accords bilatéraux avec l'Union européenne et le Royaume-Uni.
La Nouvelle-Zélande fait également partie de l'Accord global et progressif de partenariat transpacifique (PTPGP), un méga accord commercial comprenant 11 pays dont le Canada, l'Australie et Singapour - mais pas les États-Unis et la Chine.
Le PTPGP, sous sa forme originale appelée le Partenariat transpacifique, était dirigé par les États-Unis sous l'ancien président Barack Obama et considérée comme une stratégie pour contrer l'influence croissante de la Chine. Mais le successeur d'Obama, Donald Trump, a retiré unilatéralement les États-Unis de l'accord.

© Fourni par CNBC
Le vice-premier ministre Grant Robertson s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse post-cabinet au Parlement le 9 novembre 2020 à Wellington, en Nouvelle-Zélande.

La Chine a indiqué ces derniers mois son intérêt à adhérer au PTPGP.
Lorsqu'on lui a demandé si la Nouvelle-Zélande serait ouverte à l'adhésion de la Chine au pacte commercial, Robertson a déclaré: "Nous accueillons tous les intérêts." Il a ajouté que la Chine n'était pas la seule partie intéressée, notant que le Royaume-Uni avait également déclaré qu'il adhérerait.
"Mais de toute évidence, c'est un accord que nous avons signé, et par conséquent, nous nous tournons vers ces pays pour voir où se situe l'accord aujourd'hui et s'ils peuvent ou non y adhérer", a déclaré Robertson.
Succès CovidPar rapport à de nombreux pays, la Nouvelle-Zélande a relativement réussi à contenir la propagation du coronavirus localement. Cela a permis à l'économie de rebondir.
Le Trésor néo-zélandais a prévu un fort rebond économique dans les années à venir.
Selon le Trésor, l'économie devrait croître de 2,9% au cours de l'exercice se terminant en juin 2021, avant d'atteindre 3,2% et 4,4% dans les deux années suivantes.
"Ce fut une année extrêmement difficile en Nouvelle-Zélande et dans le monde, mais nous pouvons certainement voir un peu de lumière ici", a déclaré Robertson.
Les données du ministère de la Santé ont montré que jeudi matin, le nombre cumulatif d'infections à Covid confirmées et probables du pays s'élevait à 2659, avec 26 décès.
Le budget de jeudi a alloué des dépenses aux vaccins Covid-19, aux infrastructures, à l'éducation et au bien-être des autochtones Maoris.
Les dépenses prévues devraient porter le déficit budgétaire à 18,4 milliards de dollars néo-zélandais (13,2 milliards de dollars) au cours de l'exercice se terminant en juin 2022 avant de diminuer les années suivantes, selon le Trésor néo-zélandais.
Le déficit pour l'exercice en cours se terminant en juin 2021 devrait être de 15,1 milliards de dollars néo-zélandais. La dette nette devrait également passer de 34% au cours de l'exercice en cours se terminant en juin 2021 à 43,8% au cours de l'exercice suivant.

Continuer la lecture

Afficher les articles complets sans le bouton "Continuer la lecture" pendant {0} heures.