« Je ne veux pas rentrer à la maison monsieur » : le problème avec les bulles de Covid à l'école

Sur les 1 200 élèves qui auraient dû être scolarisés au collège catholique romain Newman à Oldham vendredi, seulement la moitié étaient à leur bureau. Au cours des trois dernières semaines, il y a eu 33 cas positifs de Covid parmi les élèves et la vitesse à laquelle le virus se propage s'accélère, mais l'écrasante majorité des enfants qui sont à la maison ne sont pas malades. Ils sont auto-isolants.

Newman est l'une des écoles les plus touchées de l'arrondissement, où le taux d'infection est de 460 pour 100 000 habitants (contre une moyenne nationale de 172). Les chiffres globaux pour Oldham ont montré qu'il y avait 6 245 enfants auto-isolés vendredi – 14% de la population d'âge scolaire – contre 4 109 neuf jours plus tôt. Avec 400 employés et un total de 199 bulles désormais fermées, certaines écoles ont du mal à rester ouvertes.

S'il n'en tenait qu'au directeur Glyn Potts, tous ses élèves - dont 41% sont issus de milieux défavorisés - seraient scolarisés, à l'exception de ceux qui ont le Covid.
Les contacts étroits en classe, dans le bus scolaire, pendant le déjeuner, seraient testés régulièrement et renvoyés chez eux s'ils étaient positifs, mais jusqu'à ce moment-là, ils resteraient sur place où il sait qu'ils sont en sécurité et qu'ils apprennent. C'est une approche que le gouvernement a essayée dans le cadre d'un projet pilote - les premiers retours sont positifs, mais les résultats finaux sont encore loin.

De l'autre côté de Manchester, au lycée catholique romain St Ambrose Barlow à Swinton, le directeur Ben Davis a eu 40 cas au cours des trois dernières semaines et a 191 élèves à la maison en auto-isolement. Vendredi dernier, ils étaient plus de 300, soit plus d'un tiers des élèves. Chaque jour, il envoie une lettre aux parents les informant du nombre de cas, qui est dedans, qui est dehors.

Cela devient de plus en plus compliqué et certains parents deviennent frustrés. La lettre de jeudi disait : « Les élèves 9B + 4 de la classe d'informatique sortent de l'isolement le 4 juillet et retournent à l'école le lundi 5 juillet. Les élèves de 15 année 10 sortent de l'isolement le 3 juillet, retournent à l'école le 5 juillet.

Certains rentreront le vendredi 2 juillet et cela a été communiqué aux élèves concernés par courrier. Les 9J sortent de l'isolement le 4 juillet et retournent à l'école le 5. 9C sort de l'isolement le 5 juillet et revient ce jour-là.

8M + 6 élèves sortent de l'isolement et retournent à l'école le mardi 6 juillet. 8C + 7 autres élèves sortent de l'isolement le dimanche 11 juillet et retournent à l'école le lundi 12 juillet.
Ben Davis : « La logique des bulles a du sens.

» Photographie : Christopher Thomond/The GuardianLe gouvernement a déclaré cette semaine qu'il souhaitait supprimer les bulles d'isolement dans les écoles, car elles causaient trop de perturbations et trop d'enfants en parfaite santé perdaient l'apprentissage en face à face. Selon les dernières données gouvernementales de cette semaine, 375 000 élèves n'étaient pas scolarisés en Angleterre, soit une augmentation de 400 % le mois dernier.
Davis a convenu qu'il était frustrant de devoir envoyer des «bulles» d'enfants à la maison pendant 10 jours après un seul cas positif, mais a déclaré que cela avait du sens car très souvent, d'autres cas positifs sont ensuite sortis de la même bulle.

Cela a également rendu l'enseignement à distance plus efficace, de sorte que les enseignants peuvent se concentrer sur toute la classe, plutôt que de diviser l'attention entre les enfants à l'école et ceux à la maison.
"La logique des bulles a du sens", a déclaré Davis. «S'ils veulent se débarrasser des bulles la semaine prochaine, cela semble extrêmement précipité et très imprudent.

Ma réserve concernant le fait de dire que les bulles devraient disparaître – et à bien des égards, j'aimerais que cela se produise – est qu'il faut plutôt mettre en place quelque chose d'autre de protection dans les écoles.
« S'il n'est pas en place, ce que nous disons vraiment, c'est que nous sommes prêts à faire courir un plus grand risque aux enfants et au personnel éducatif. Nous constatons toujours des niveaux élevés d'infection et nous ne savons pas à quoi ressemblera septembre.

» Si des tests de masse doivent être introduits, a-t-il déclaré, les écoles ont besoin de beaucoup d'avertissements et de temps pour se préparer.
Il ne reste que trois semaines avant la fin du trimestre d'été, mais Potts veut voir le changement maintenant. Potts n'a pas envoyé une bulle de classe entière (300 élèves) à la maison depuis février, mais le traçage de chaque contact étroit signifie que le nombre d'auto-isolement s'accumule.

«Je suis vraiment offensé par le commentaire selon lequel les écoles sont peut-être trop désireuses de renvoyer les enfants à la maison, c'est tout le contraire qui est vrai.
Glyn Potts : "Je ne peux pas radier les trois prochaines semaines." Photographie : Christopher Thomond/The Guardian«Je ne peux pas radier les trois prochaines semaines.

Mes enfants ont désespérément besoin de ces trois semaines. Beaucoup de ses élèves sont vulnérables et il craint qu'ils ne deviennent la proie des gangs et des comtés. « Hier, un jeune garçon a pleuré.

Il a dit : ‘C’est ma troisième fois monsieur, c’est ma troisième fois’. »
Potts s'interrompt, sonnant au bord des larmes. Il s'excuse puis reprend : « C'est la troisième fois que je suis envoyé monsieur.

Je ne veux pas rentrer à la maison. Je suis seul'.
« Là-bas, vous mettez une lèvre supérieure raide et vous dites :« Je suis désolé fils, vous allez devoir rentrer à la maison.

Il s'agit de vous garder en sécurité. Mais simplement s'en tenir aux règles qui étaient en place en mars dernier me semble ne pas avoir évolué avec le déploiement du vaccin ni même avec notre propre connaissance de son fonctionnement vis-à-vis du virus. »
C'est une belle journée ensoleillée à Oldham quand nous parlons.

"Nous avons très rarement le soleil", a déclaré Potts, qui admet que malgré tous les contrôles que lui et son personnel font sur les élèves qui ne sont pas à l'école s'isolant, il ne peut pas garantir qu'ils sont tous à la maison tout le temps . «Je ne serais pas surpris si certains d'entre eux ne sont pas allés au parc ou quoi que ce soit parce que c'est la nature humaine. Ce serait sûrement mieux de les avoir à l'école ?